5 427.19 PTS
+0.75 %
5 421.5
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
-0.16 %
Nikkei PTS
22 866.17
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mi-séance Paris : la volatilité reste basse

| Boursier | 387 | Aucun vote sur cette news

Dans le calme

Mi-séance Paris : la volatilité reste basse
Credits Reuters

LA TENDANCE

Positionné à 5.355 points, le CAC40 cède quelques points ce midi (-0,15%) dans le plus grand calme. Le marché a joué l'apaisement sur le dossier catalan après la voie médiane empruntée par Carles Puigdemont qui a proclamé l'indépendance mais a aussitôt gelé sa mise en oeuvre pour ouvrir des discussions avec Madrid. L'euro a du même coup repris quelques couleurs au-dessus de 1,18 dollar, à 1,1810 entre banques...
Les indices boursiers américains sont quant à eux repartis en légère hausse mardi soir, dans l'attente des premiers résultats d'entreprises du 3ème trimestre. Les banques ouvriront le bal jeudi avec JP Morgan Chase et Citigroup, puis vendredi avec Bank of America et Wells Fargo.
Le Dow Jones a fini sur un nouveau record historique, à 22.830 points (+0,31%), tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,23% à 2.550 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a gagné 0,11% à 6.587 pts.

ECO ET DEVISES

Aux Etats-Unis, le rapport JOLTS concernant les ouvertures de postes (16h00) précèdera la publication des minutes de la dernière réunion de la Fed (20h00).
La parité euro / dollar atteint donc 1,1810 ce midi et le baril de Brent se négocie 57$.

VALEURS EN HAUSSE

* Atari : +5% avec EOS et Erytech

* EDF : remonte de 2% avec Synergie

* Suez Environnement : +1% suivi de Kering, Faurecia, Eurotunnel, Air France KLM et Valeo

VALEURS EN BAISSE

* Genfit : -7%. La société biotechnologique lilloise Genfit disposait de 113,8 millions d'euros de trésorerie au 30 septembre 2017, a-t-elle fait savoir ce matin dans son communiqué de publication du chiffre d'affaires sur neuf mois.
Compte tenu du stade de maturité de l'entreprise, les revenus sur neuf mois sont sans commune mesure avec les dépenses, puisqu'ils atteignent 91.000 euros, alors que la trésorerie s'est réduite de 12,5 ME sur le seul 3ème trimestre. Grâce aux levées de fonds, Genfit affiche cependant une trésorerie supérieure à celle du 30 juin 2016 (84,9 ME), mais celle-ci devrait encore progresser puisque le groupe a annoncé ce matin dans un communiqué distinct qu'il va émettre 150 millions d'euros d'obligations convertibles de type OCEANE, d'échéance 2022.
Les fonds doivent permettre de boucler le développement clinique de phase III d`elafibranor dans la NASH et de poursuivre le plan d`investigation pédiatrique dans cette pathologie. En cas de réponse positive en phase III, le produit de l'émission doit aussi permettre à Genfit de préparer la demande de mise sur le marché ainsi que la commercialisation. Il pourrait aussi servir à financer la phase de développement industriel du nouveau test de diagnostic in vitro et de renforcer le portefeuille. Cette levée de fonds tend à prouver que la société se donne les moyens de mener à bien seule le développement de son produit-phare.
Les OCEANE feront apparaître une prime de 30 à 35% sur le cours de référence de l'action qui sera retenu. Une convertible permettra d'obtenir une action. Elles porteront un intérêt compris entre 3% et 3,50%. Les OCEANE seront émises au pair le 16 octobre 2017, et remboursées au pair le 16 octobre 2022. Les modalités seront fixées aujourd'hui. Sur la base d'un scénario médian, la dilution avoisinerait 15% si toutes les OCEANE étaient exercées. Les obligations feront l'objet d'une demande de cotation sur Euronext Access.
Genfit a rendez-vous le 20 octobre pour la conférence "The Liver Meeting" de l`AASLDn avec trois abstracts.
Le titre recule de plus de 5% dans les premiers échanges, à 23 euros, pour intégrer l'impact dilutif. Côté résultats, la consommation de trésorerie du trimestre est plutôt conforme à ce que prévoyaient les analystes. La confirmation de frais accrus pour recruter des patients pour l'étude de phase III, du fait d'une activité de recherche clinique intense dans la NASH, ne constitue pas une surprise.

* PSB : -5%. Le chiffre d'affaires publié pour le compte du troisième trimestre 2017 par PSB Industries est plutôt décevant, comme le démontre la réaction du marché, qui fait baisser le titre en séance en direction des 50 euros. Mais c'est aussi le discours du management qui pousse le marché à la prudence. Lors de la conférence téléphonique, il a fait preuve d'une grande prudence, comme le souligne Oddo BHF ce matin. Notamment en ce qui concerne les perspectives de retour à la croissance, qui semblent davantage pour 2019 que pour 2018. Le bureau d'études a d'ailleurs réduit ses anticipations pour l'exercice en cours est le suivant. La visibilité très limitée et l'impact des réorganisations au sein des pôles luxe/beauté et santé/industrie appuie notre recommandation neutre sur le dossier, explique le spécialiste, qui a révisé en nette baisse, de 55 à 47 euros, son objectif de cours. Hier, le groupe annécien, qui fait partie depuis plusieurs années des entreprises qui publient leurs revenus trimestriels le plus rapidement après leur date de clôture, a annoncé que son chiffre d'affaires sur neuf mois a atteint 285,6 ME en augmentation de +0,8% par rapport à 2016, mais en baisse de -1,1% en données constantes. Le retour à une croissance de 2,2% en comparable au troisième trimestre ne suffit pas à dérider les investisseurs.
Si la division agroalimentaire/distribution a le vent en poupe, les autres pôles sont orientés à la baisse. "Après une période de transition limitant la performance de l'entreprise, le groupe devrait retrouver dès 2019 une dynamique de croissance de l'activité et de sa rentabilité", a-t-il fait savoir... "Nous abaissons nos prévisions de BPA 2017-19 en moyenne de 11%, intégrant des CA moindres et une MOC 17-19 de 6,4%, 7,1% et 7,7% vs 7,0%, 7,7% et 8,2% avant" commente de son côté Gilbert Dupont. "La mise à jour de nos prévisions et des paramètres de marché nous conduit à abaisser notre TP de 58,6 à 55,8 euros. Les ratios de valorisation sont modérés mais le momentum devrait rester mitigé, conclut l'analyste...

* CGG : -2% avec SQLI, Innate et Vallourec

* Safran : -1%. La Banque Fédérative du Crédit Mutuel a embauché la Société Générale pour placer 3,2 millions d'actions Safran, représentant 0,8% du capital du motoriste. Un placement privé par construction accélérée d'un livre d'ordres est en cours auprès d'institutionnels. Le titre sera sous pression aujourd'hui.

* Eiffage : -1%. La Banque Fédérative du Crédit Mutuel a fait part hier soir de son intention de solder sa participation dans Eiffage, qui représente 2,9% du capital, soit 2,8 millions d'actions. Là aussi, pression en vue sur le titre.

* Vivendi : stable. Les rumeurs se succèdent dans le dossier Mediaset. La presse pense qu'un accord est proche entre Vivendi et Fininvest. L'Italien pourrait recevoir une compensation en échange de l'arrêt du contentieux juridique, et les parties remettraient en selle leur alliance dans la télévision payante, renforcée par Telecom Italia.

* BNP Paribas : stable. Les organisations environnementales qui militent en faveur de l'arrêt du financement des projets polluants verront d'un bon oeil les nouveaux engagements pris ce matin par BNP Paribas, qui a décidé de durcir sa politique en la matière, du moins envers les entreprises dont l'activité principale consiste à exploiter gaz et pétrole de schiste ou sables bitumineux. La banque française renonce en revanche sans condition à financer des projets pétroliers ou gaziers en Arctique.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Cette acquisition enrichit l'écosystème des microcontrôleurs STM32 avec un environnement de développement intégré (IDE) de premier plan La première offre consolidée est…

Publié le 12/12/2017

L'endettement financier net au 30 septembre 2017 ressort à 4,6 ME...

Publié le 12/12/2017

L'admission des actions nouvelles au nominal de 0,18 euro sur le marché Euronext Paris sera demandée...

Publié le 12/12/2017

La société tiendra un symposium consacré à la nouvelle voie métabolique découverte par le Dr. Catherine Llorens-Cortes...

Publié le 12/12/2017

Ensemble, ces 2 entités ont commercialisé 1.134 véhicules en 2016, dont 51% de véhicules neufs et 49% de véhicules d'occasion, pour un chiffre d'affaires cumulé de 13,5 ME...

CONTENUS SPONSORISÉS