En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Clôture Paris : timide hausse du CAC 40 vers les 5.600 pts

| Boursier | 530 | 5 par 1 internautes

Alors que les craintes commerciales persistent

Clôture Paris : timide hausse du CAC 40 vers les 5.600 pts
Credits Reuters

La cote parisienne a terminé la journée en timide progression ce mardi, la menace des droits de douane américains pesant désormais sur les importations provenant de l'UE. Après avoir salué hier sans euphorie la trêve sino-américaine, les marchés ont donc manifesté une certaine prudence ce jour. Le CAC 40 a clôturé finalement sur un gain modeste de 0,16% à 5.577 pts sur quelques prises de bénéfices.

Sur le marché des changes, l'euro se traite actuellement à 1,1298$ (+0,1%), tandis que l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de six devises de référence, cède 0,1% à 96,3 après avoir grimpé hier de 0,7%. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI rechute de près de 4% sous les 57$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord décroche de 3% à 63$.

La menace de droits de douane supplémentaires sur les importations depuis l'UE est venue rappeler aux opérateurs que la question du commerce mondial est loin d'être réglée malgré la nouvelle trêve commerciale conclue entre Washington et Pékin... Hier, la prolongation de l'accord de réduction de la production de l'Opep et de ses alliés avait soutenu brièvement les cours.

Les 14 pays membres du cartel et leurs alliés se sont donc mis d'accord pour prolonger de neuf mois leur accord d'encadrement de la production, jusqu'à la fin mars 2020. L'Opep+ a réduit sa production depuis 2017 pour empêcher une chute des cours favorisée par la forte augmentation de la production des Etats-Unis, non membres de l'Opep et devenus le premier producteur mondial de brut cette année, devant la Russie et l'Arabie saoudite. Cet accord, en vigueur depuis le 1er janvier, a expiré officiellement dimanche. L'Opep et ses dix alliés se sont par ailleurs entendus sur la mise en place d'une charte de coopération permanente afin de renforcer leur collaboration.

Il n'y avait pas de statistiques notables ce jour aux Etats-Unis. Dans la zone euro cette fois, les prix à la production industrielle ont diminué de 0,1% en mai après avoir reculé de 0,3% le mois précédent. En glissement annuel, les prix affichent une hausse de 1,6% contre +1,7% attendu par le marché. Les opérateurs ont aussi pris connaissance d'une baisse surprise des ventes au détail en Allemagne. Ces ventes ont reculé de 0,6% en mai contre un consensus de +0,5%.

Il faudra sans doute patienter jusqu'à la réunion de septembre pour voir la Banque centrale européenne éventuellement assouplir davantage sa politique monétaire. Selon des responsables de l'Institution cités par 'Bloomberg', le Conseil de la BCE pourrait néanmoins modifier sa sémantique dès ce mois-ci pour signaler que d'autres mesures de soutien sont imminentes. "Bien que les membres du Conseil conviennent qu'ils pourraient prendre des mesures le 25 juillet si les perspectives se détériorent, ils penchent actuellement vers la réunion suivante, en septembre, au cours de laquelle ils auront des prévisions économiques à jour pour étayer leur décision", affirme l'agence. Les investisseurs anticipent à l'heure actuelle une baisse de 10 points de base des taux d'intérêt de la BCE d'ici septembre, mais certains prévoient une action plus rapide ou plus importante.

La RBA, Banque centrale australienne, vient pour sa part de réduire ses taux au niveau historiquement bas de 1% afin de soutenir la croissance domestique. La Banque a réduit pour la deuxième fois consécutive son taux directeur afin de raviver l'économie locale et de réveiller une inflation dormante. "Cet assouplissement soutiendra la croissance de l'emploi et l'objectif d'inflation à moyen terme en deviendra plus crédible", a déclaré le gouverneur Philip Lowe.

Wall Street avait salué hier lundi l'annonce d'une trêve dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, à la suite de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping, samedi, en marge du sommet du G20 d'Osaka. L'indice S&P 500 avait ainsi démarré le 2ème semestre par un nouveau sommet historique en clôture. Les valeurs technologiques et les semi-conducteurs comptaient parmi les plus fortes hausses, ainsi que les autres sociétés dont les produits sont fabriqués en Chine. Le pétrole grimpait suite à la décision de l'Opep de prolonger de 9 mois ses coupes de production.

Au premier semestre 2019, achevé vendredi dernier, le DJIA a gagné 14%, le S&P 500 a grimpé de 17% et le Nasdaq a bondi de près de 21%, dans l'espoir de baisses des taux de la Fed et d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Le CAC 40 a bondi de 17% sur les 6 six premiers mois de 2019.

Samedi, en marge du G20 d'Osaka, Donald Trump et Xi Jinping sont donc convenus de reprendre les négociations commerciales, qui étaient au point mort depuis 6 semaines. En attendant l'issue des nouvelles discussions, les Etats-Unis n'infligeront pas de nouveaux droits de douane sur les produits chinois, après avoir menacé de taxer 300 milliards de dollars supplémentaires dès le 8 juillet, ce qui aurait de fait taxé la totalité des marchandises chinoises entrant aux Etats-Unis.

En outre, le géant chinois des télécoms Huawei Technologies, placé en mai sur une liste noire par les Etats-Unis, pourra à nouveau acheter un certain nombre de composants auprès d'entreprises américaines, à condition que ces composants ne posent pas de problème de sécurité nationale.

Les marchés ont donc été soulagés de la trêve, même si les analystes sont nombreux à souligner que les positions des deux pays restent encore éloignées, et qu'un accord général est encore loin d'être envisageable.

Par ailleurs, les services du représentant américain au Commerce ont dévoilé hier lundi une liste de produits importés provenant cette fois de l'Union européenne et représentant 4 milliards de dollars, qui pourraient faire l'objet de 'tarifs' douaniers supplémentaires des Etats-Unis. Cet élément démontre que la guerre commerciale est donc encore loin d'être réglée, le conflit persistant également entre Washington et Bruxelles au sujet notamment des subventions à l'aéronautique.

Valeurs en hausse

Trigano (+15,2%) grimpe après avoir réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 721,6 ME en progression de 3,2%. Au troisième trimestre, les ventes de camping-cars (+2,8%) n'ont pas bénéficié complètement de la croissance du marché (+8,2% à fin mai sur 9 mois) en raison de la poursuite de la politique de réduction des stocks des réseaux de distribution partout en Europe. Trigano a cependant à nouveau gagné des parts de marché (+0,4 point sur la période). Les ventes de caravanes (+4,7%) et de résidences mobiles (+7,8%) sont restées bien orientées, tandis que celles d'accessoires pour véhicules de loisirs sont en repli (-3,6%). La bonne orientation du marché du camping-car en Europe et la fin prévisible du déstockage des réseaux "devraient permettre à Trigano de poursuivre la croissance de son activité en 2019/2020 malgré les incertitudes sur le niveau de la consommation en Grande-Bretagne".

Bourbon (+0,5%) a repris sa cotation ce mardi. Le groupe a annoncé la convocation de l'AG des porteurs de TSSDI. Les porteurs d'obligations perpétuelles subordonnées de dernier rang (TSSDI) à taux fixe à variable (Undated Deeply Subordinated Fixed to Floating Rate Bonds) émises par la société au titre d'une émission initiale d'un montant total en principal de 100 millions d'euros le 24 octobre 2014 et d'une seconde émission d'obligations assimilées et formant une souche unique avec les obligations initiales, d'un montant total en principal de 20 millions d'euros le 24 avril 2015, sont convoqués en AG le 17 juillet au siège de la société.

Par ailleurs, réuni le 28 juin 2019, le Conseil d'administration de Bourbon Corporation a décidé de réunifier les fonctions de Président du Conseil d'administration et de directeur général. Jacques de Chateauvieux a donc été nommé PDG. Gaël Bodénès a été désigné en tant que directeur général délégué.

Nicox (+1,8%) et Ocumension Therapeutics ont scellé un accord de concession de licence exclusif à Ocumension pour le développement et la commercialisation du candidat médicament de Nicox, NCX 4251, sur un territoire comprenant la Chine continentale, Hong Kong, Macao et Taïwan. NCX 4251 est actuellement en étude clinique de phase 2 aux Etats-Unis chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite. Nicox et Ocumension ont déjà conclu des collaborations en Chine occidentale, Hong Kong, Macao et Taïwan pour le développement et la commercialisation de NCX 470 pour le glaucome ou l'hypertension oculaire et de Zerviate pour la conjonctivite allergique.

Amoeba (+3%) a annoncé l'utilisation possible de sa substance pour le traitement d'un des pathogènes des grandes cultures, la rouille. La société constate une efficacité de plus de 85% de son lysat d'amibe contre la rouille, un groupe de maladies particulièrement dommageables pour les cultures de soja ou de blé. Les tests ont été réalisés par une société experte indépendante, selon un protocole standard. La rouille est causée par le champignon Uromyces fabae, un pathogène très différent des autres germes sur lesquels l'amibe lysée a déjà démontré son action in planta. D'après Amoeba, il n'existe à ce jour aucun produit de biocontrôle dans le monde de traitement de la rouille du soja ou des rouilles des cultures céréalières. Le marché des grandes cultures est de loin le marché fongicide le plus important.

L'Oréal (+1,9%) va renforcer son activité parfums. Le numéro un mondial des cosmétiques annonce être entré en négociation exclusive avec le groupe Clarins en vue de l'acquisition des marques Mugler et Azzaro. Les termes financiers ne sont pas dévoilés. Clarins détient ces deux maisons iconiques à l'échelle mondiale. Ce projet d'acquisition restera soumis à la consultation des instances représentatives du personnel et à l'obtention des accords des autorités réglementaires. Cette opération pourrait intervenir au cours du deuxième semestre 2019.

Sanofi (+0,3%). La Commission européenne a délivré une autorisation conditionnelle de mise sur le marché à Libtayo (cemiplimab) dans le traitement du carcinome épidermoïde cutané métastatique ou localement avancé chez des patients non candidats à une chirurgie ou à une radiothérapie à visée curative. Libtayo est un anticorps monoclonal entièrement humain qui cible le récepteur de checkpoint immunitaire PD-1 (récepteur-1 de mort cellulaire programmée) et il est le seul médicament approuvé dans l'Union européenne (UE) pour le traitement du CEC au stade avancé.

Suez (+1,8%) a inauguré ce jour, en présence de Rita Schwarzelühr-Sutter, secrétaire d'État Parlementaire au ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sécurité nucléaire, le centre de tri le plus moderne d'Europe dédié aux emballages légers, à Ölbronn en Allemagne. Avec une capacité annuelle de traitement de 100.000 tonnes, le centre de tri à la pointe de la technologie, avec un dispositif de tri optique innovant, répond aux nouvelles exigences allemandes en optimisant le tri des flux de déchets pour une meilleure valorisation, indique fièrement Suez.

Carrefour (+2%) dévoilera ses comptes intermédiaires du 1er semestre 2019 le 25 juillet après bourse. Cette échéance clé dans l'agenda du distributeur fait déjà saliver Barclays, qui en profite pour relever son objectif de cours de 17,5 à 18,5 euros, tout en reconduisant son avis 'pondération en ligne'.

GTT (+1,3%) a reçu une commande, en juin, du chantier coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) portant sur la conception des cuves GNL de quatre nouveaux méthaniers d'une capacité de 174.000 m3, pour le compte de l'armateur grec Maran Gas. La livraison des navires est prévue entre fin 2021 et début 2022.

Valeurs en baisse

Saint-Gobain (-2%). Jefferies a ajusté son objectif de cours de 27,6 à 28 euros, alors que le courtier n'attend pas de miracles de la part du spécialiste des matériaux de construction au premier semestre. Malgré la perception d'une forte croissance de la construction européenne depuis le début de l'année, l'EBIT semestriel devrait afficher une croissance organique limitée compte tenu de bases de comparaison compliquées tant au niveau des volumes du 2ème trimestre que des marges du 1er semestre. Avec un ratio VE/EBITDA de 6, le titre est bon marché, toutefois, comme ces résultats ne devraient guère favoriser une révision du consensus, à l'exception de l'adaptation à la norme IFRS 16, le courtier voit un potentiel limité.

Publicis (-0,8%) a annoncé le closing de l'acquisition d'Epsilon, société de marketing fondé sur la data, auprès d'Alliance Data Systems Corporation, pour un montant net de 3,95 milliards de dollars après prise en compte des impacts fiscaux favorables liés à la transaction, correspondant à un multiple d'acquisition de 8,2 fois l'Ebitda ajusté. Sur la base des chiffres 2018 pro forma, la transaction entraîne une relution de 12,5% du bénéfice net courant par action et de 18,3% pour le FCF par action, hors synergies liées à la transaction.

Natixis (-1%) a précisé que dans le cadre d'un dossier judiciaire concernant des faits qui remontent à près de douze ans, il a été mis en examen en février 2017 à propos de deux communiqués publiés les 16 juillet et 25 novembre 2007. A l'issue de l'instruction, un renvoi en jugement vient d'être décidé par ordonnance du 28 juin 2019. "Ce renvoi ne concerne que le communiqué de novembre 2007, s'agissant des précisions apportées sur les risques auxquels Natixis se trouvait exposée à l'époque en raison de la crise des subprimes", constate le groupe. Le second communiqué fait en effet l'objet d'un non-lieu.

Natixis rappelle que l'émergence de cette crise constituait alors pour elle, comme pour toutes les banques de la place, une situation sans précédent dont il était impossible d'anticiper les conséquences en chaîne. Dans ce contexte, l'établissement "considère avoir fourni au public, en toute sincérité, les informations dont il disposait sur ses expositions, au fur et à mesure de l'identification de leurs risques sous-jacents".

Arkema (-1,6%) a finalisé le 1er juillet 2019 l'acquisition d'ArrMaz, un acteur majeur des tensioactifs de spécialités pour la nutrition des cultures, les mines et les infrastructures routières. Cette opération, relutive dès la première année, marque une nouvelle étape de la croissance d'Arkema dans les spécialités avec l'acquisition d'une activité profitable, résiliente et à faible intensité capitalistique, juge Arkema. Implantée en Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie et dans les régions en forte croissance du Moyen-Orient et de l'Afrique, ArrMaz réalise un chiffre d'affaires d'environ 290 M$.

Dassault Aviation (-0,6%) va racheter les activités maintenance et FBO de RUAG à Genève et Lugano. Aucun élément financier n'a filtré. "L'acquisition des activités d'aviation d'affaires de RUAG à Genève et Lugano s'inscrit dans notre stratégie de développement d'un réseau mondial d'excellence MRO et renforcera l'implantation de Dassault Aviation en Suisse. RUAG, en tant que station-service agrée Falcon, est un partenaire de longue date de Dassault Aviation. Cette acquisition consolidera notre implantation à Genève et Lugano, et les activités FBO complèteront les services proposés par Dassault Aviation en Suisse", affirme Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation.

Airbus (-0,3%) consolide, pénalisé par les nouvelles menaces de Trump. Les services du représentant américain au Commerce ont dressé une liste de produits européens susceptibles d'être taxés en représailles aux subventions de l'UE à l'industrie aéronautique. Pour l'avionneur européen, la proposition américaine ne fait qu'ajouter de la tension aux tensions commerciales. "Le niveau de droits de rétorsion doit être défini par l'OMC et non par l'USTR ou Boeing", a indiqué Airbus à 'Bloomberg'. Depuis de très longues années, Boeing et Airbus s'accusent mutuellement de bénéficier de subventions étatiques cachées.

Euronext (-0,2%) a souscrit à la totalité de l'augmentation de capital de 5 millions d'euros de Tokeny Solutions, ce qui représente une participation de 23,5%. Lancé en 2017, Tokeny Solutions fournit à tous les émetteurs de valeurs mobilières des marchés privés, des sociétés à moyenne capitalisation et des sociétés de gestion d'actifs aux conseillers tels que les banques d'investissement, des solutions de bout en bout modulaires et conviviales pour l'émission, la gestion et le transfert de valeurs 'tokenisée' sur la blockchain. Le protocole T-REX unique de Tokeny Solutions intègre des obligations de conformité dans le 'contrat d'actifs numériques', afin de créer des jetons conformes par conception.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT