En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 779.16 PTS
+0.53 %
4 776.5
+0.48 %
SBF 120 PTS
3 793.14
+0.44 %
DAX PTS
10 793.27
+0.49 %
Dowjones PTS
23 843.90
+0.71 %
6 553.26
+0.95 %
1.144
+0.60 %

Clôture Paris : le CAC40 termine la semaine en baisse

| Boursier | 1694 | Aucun vote sur cette news

Sous les 5.400 points...

Clôture Paris : le CAC40 termine la semaine en baisse
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40, qui avait déjà perdu du terrain hier, a encore cédé 0,35% ce vendredi, finissant ainsi la semaine juste sous les 5.400 points, à 5.398 pts en clôture. Le rythme des publications de résultats s'accélère nettement des deux côtés de l'Atlantique ce qui a pour conséquence de réveiller un peu les marchés en cette période estivale comme en témoignent la volatilité et les volumes d'échanges, un peu plus importants que ces derniers jours. Aux Etats-Unis, l'actualité est dominée par les nouvelles déclarations et les "tweets" menaçants de Donald Trump sur le front du commerce internationale, relayant presque la saison des résultats au second plan... Sur l'ensemble de la semaine, le CAC40 recule de quasiment 0,6%...

ECO ET DEVISES

Le Président américain Donald Trump se dit prêt désormais à imposer des taxes supplémentaires à l'ensemble des plus de 500 milliards de dollars de produits chinois importés chaque année aux États-Unis ! A l'occasion d'une interview 'Squawk Box' (CNBC), Trump a même lancé : "Je suis prêt à aller à 500". Le Président américain fait référence aux 505 milliards de dollars de produits fabriqués en Chine et importés en 2017 aux USA. En comparaison, les exportations américaines vers la Chine ne représentent que 130 milliards de dollars. Trump a tout de même légèrement nuancé son propos en affirmant, à propos de la Chine : "Je ne veux pas qu'ils aient peur. Je veux qu'ils fassent bien". Le Président américain ajoute qu'il "aime vraiment le Président Xi", tout en soulignant que la situation demeure injuste.

Dans un billet publié sur son site, la Banque de France cherche à évaluer les conséquences d'une guerre commerciale sur l'économie mondiale. Selon quatre de ses économistes, un relèvement généralisé de 10 points de pourcentage des droits de douane à l'importation pourrait réduire le PIB mondial de 1% après deux ans. Outre le choc direct résultant d'une hausse des droits de douane, plusieurs facteurs associés à une guerre commerciale peuvent accentuer la baisse du PIB mondial: une baisse de productivité liée à une réallocation inefficace des facteurs de production entre entreprises; une hausse du coût de financement du capital due à une accentuation du risque réel ou perçu lié à l'emprunteur; et un recul de la demande d'investissement, dû à un comportement attentiste des entreprises dans un contexte de plus forte incertitude sur la situation économique future. Considérant ces facteurs d'amplification, les auteurs de cette étude estiment qu'une hausse généralisée et mondiale de 10 points de pourcentage des droits de douane pourrait entraîner une réduction de 1,5% à 2,0% environ du PIB mondial la première année et de 2,2% à 2,9% la deuxième année, selon l'importance de la hausse de l'incertitude.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1706$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 69,8$ et le Brent s'affiche à 73,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Rémy Cointreau (+2,8%) a fait état d'une légère croissance en début d'exercice avec un chiffre d'affaires de 241,5 millions d'euros sur son 1er trimestre 2018-2019, en hausse de 0,5%. Celle-ci se décompose en une progression organique (à devises et périmètre constants) de 5,9% (contre 4,5% attendu par le marché) et des effets devises défavorables. Le consensus tablait sur des revenus de 242,5 ME. Fort de ce bon début d'année, Rémy Cointreau confirme son objectif d'une croissance de son résultat opérationnel courant annuel, à devises et périmètre constants.

* Aubay grimpe de 2,3%. Le groupe a confirmé "sa très forte confiance" dans l'atteinte de ses objectifs pour 2018, après avoir enregistré une croissance de 18,2% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre.

* Sur le CAC40, Essilor monte aussi de 1,2% avec Pernod Ricard (+0,8%), Danone (+0,8%) ou encore Carrefour (+0,5%).

* Publicis rebondit de 1,1% après sa chute de la veille consécutive à une publication décevante. Le titre abandonne quand même près de 11% sur la semaine.

* Hermès (+0,5%) a fait à nouveau état d'une solide croissance. Au deuxième trimestre, le sellier a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,46 milliard d'euros, en hausse de 7% à taux de change courants et de 12% à taux de change constants. Le consensus Bloomberg anticipait des ventes de 1,44 MdE. Sur l'ensemble du semestre, les revenus ressortent à 2,85 MdsE, en progression de 11% à taux de change constants et de 5% à taux de change courants. La progression des ventes est solide et particulièrement saine dans les magasins du groupe (+11% à taux de change constants). La société souligne que la rentabilité opérationnelle courante à fin juin (hors éléments non récurrents) bénéficie d'une croissance particulièrement saine et de l'impact relutif du change sur la première partie de l'année. Celle-ci devrait être proche du niveau record atteint au premier semestre 2017 de 11% à taux de change constants et de 5% à taux de change courants. La société souligne que la rentabilité opérationnelle courante à fin juin (hors éléments non récurrents) bénéficie d'une croissance particulièrement saine et de l'impact relutif du change sur la première partie de l'année. Celle-ci devrait être proche du niveau record atteint au premier semestre 2017.

* Thales (+0,2%) a réalisé un premier semestre record et confirme ses objectifs annuels. L'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité a enregistré sur les six premiers mois de l'année un bénéfice net ajusté en hausse de 39% à 539 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 7,45 milliards d'euros, en hausse de 4,7% (+6,9% en variation organique). L'Ebit bondit de 30% à 762 ME (+33% en variation organique) alors que la marge opérationnelle gagne 2 points, à 10,2%, un record à fin juin pour un groupe marqué par une saisonnalité de son activité plus favorable à la seconde moitié de l'année.

VALEURS EN BAISSE

* MND Group chute de 12%. Le groupe a fait état hier soir d'une perte nette part du groupe de 1,6 ME pour l'exercice clos à fin mars 2018, contre un profit de 2,2 ME un an avant. Le résultat opérationnel annuel trébuche à 1,1 ME, pratiquement divisé par trois. Le résultat opérationnel courant tombe à 1,9 ME, contre 3,1 ME un an auparavant. Enfin, le chiffre d'affaires ressort à 87,6 ME, contre 76,4 ME un an plus tôt.

* Faurecia perd 7,3%. Les chiffres de bonne facture délivrés par le groupe sur le premier semestre et le rehaussement concomitant des objectifs annuels semblent peser bien peu aux yeux des investisseurs, qui attendaient légèrement mieux. "Malgré son relèvement, la guidance du groupe reste inférieure aux projections du consensus", souligne un observateur. Un autre élément susceptible d'éclairer cet accès de faiblesse est à chercher du côté des interrogations concernant les conséquences de la guerre commerciale entre Washington et ses partenaires, alors que le secteur automobile apparaît particulièrement vulnérable à l'escalade des tensions.

* Boiron recule de 5,2%. Le groupe a vu son activité reculer au deuxième trimestre. Compte tenu de ce ralentissement, le résultat opérationnel du premier semestre 2018 devrait être inférieur à celui de 2017. En conséquence et dans l'éventualité d'une faible pathologie en fin d'année, "le résultat opérationnel 2018 pourrait être en recul par rapport à celui de 2017".

* Plastic Omnium (-5,1%). L'équipementier automobile est victime de prises de bénéfices après la confirmation de ses objectifs annuels. Il continue de croître plus vite que le marché automobile mondial et d'améliorer sa rentabilité. Au premier semestre 2018, le chiffre d'affaires économique de la compagnie s'établit à 3,82 MdsE. A périmètre et changes constants, la croissance s'établit à 4,8% dans une production automobile mondiale en hausse de 1,8%, soit une surperformance de 3 points.

* Sur le CAC40, Valeo recule de 3,3% avec PSA Groupe (-2,4%), ArcelorMittal (-2,1%) ou encore Schneider Electric (-1,9%).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…