Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 181.28 PTS
+0.19 %
6 175.00
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 865.78
+0.1 %
DAX PTS
15 241.37
+0.05 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0. %
13 845.06
+0. %
1.191
+0.06 %

Clôture Paris : le CAC40 se rapproche des 6.000 points

| Boursier | 890 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 qui a brièvement retrouvé en matinée le cap des 6...

Clôture Paris : le CAC40 se rapproche des 6.000 points
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 qui a brièvement retrouvé en matinée le cap des 6.000 points a terminé en progression de 0,61% à 5.988 points dans le sillage du rebond de Wall Street. Malgré le contexte sanitaire toujours pesant en Europe, l'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo est remonté à 96,6 points en mars, contre 92,7 le mois précédent et 93,2 de consensus.

ECO ET DEVISES

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les revenus personnels des ménages pour le mois de février 2021 sont ressortis en déclin prononcé de 7,1% en comparaison du mois antérieur, en ligne ou presque avec le consensus de marché, après un bond de 10,1% en janvier. Les dépenses personnelles de consommation du mois de février ont baissé quant à elles de 1% par rapport au mois précédent, contre -0,7% de consensus et +3,4% en janvier. Enfin, l'indice ajusté des prix 'core PCE' a augmenté de 0,1%, comme prévu, par rapport au mois antérieur, après un gain de 0,2% en janvier.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan pour le mois de mars 2021 est ressorti à 84,9, contre un consensus de 83,3 et une lecture préliminaire de 83.
En attendant, les marchés demeurent soutenus, aux Etats-Unis du moins, par les espoirs relatifs aux vaccins et à la réouverture de l'économie, mais aussi par les largesses de la Fed et l'attente d'un nouveau package musclé de relance de l'administration Biden allant de 3.000 à 4.000 milliards de dollars pour les infrastructures, l'emploi et la lutte contre le changement climatique. Sur le front sanitaire, les restrictions en Europe et les variants constituent toutefois des éléments adverses. La contrepartie fiscale et budgétaire du plan de relance américain ne semble pas non plus faire frémir les investisseurs.

L'actualité de la crise sanitaire est particulièrement contrastée au niveau mondial. Alors que l'Union européenne peine à se faire entendre sur le dossier AstraZeneca, le président américain Joe Biden vient pour sa part de confirmer un doublement de son objectif initial à 200 millions d'injections en 100 jours aux États-Unis. Deux salles, deux ambiances... Ailleurs dans le monde, le virus se propage à grande vitesse au Brésil, où la situation devient dramatique.
L'Union européenne veut une solution 'win-win', dans son conflit actuel avec la Grande-Bretagne à propos des exportations de vaccins contre le coronavirus. C'est ce qu'a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel à l'issue d'une réunion par visioconférence des 27. "D'un côté, nous sommes enclins à respecter les chaînes mondiales d'approvisionnement et nous voulons lutter contre le protectionnisme, mais nous voulons bien entendu aussi protéger notre propre population parce que nous savons que c'est la voie pour sortir de la crise", a résumé Merkel. "Par rapport à la Grande-Bretagne, nous voulons une situation gagnant-gagnant. Nous voulons agir avec sensibilité d'un point de vue politique".

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, constate que l'UE est le principal exportateur de vaccins dans le monde. Elle demande ainsi aux autres producteurs de vaccins de démontrer une ouverture comparable. Le bloc a exporté 77 millions de doses de vaccins anti-covid depuis le 1er décembre... Von der Leyen souligne qu'AstraZeneca doit rattraper son retard avant d'exporter hors de l'Union. La Commission a présenté avant-hier un plan destiné à renforcer le contrôle des exportations de vaccins, offrant une plus grande latitude pour bloquer les livraisons vers les pays affichant un taux de vaccination plus élevé - ce qui a alimenté le conflit avec le Royaume-Uni. Le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca est visé, puisqu'il n'a livré qu'environ 30 millions de doses de son vaccin conçu avec Oxford contre 120 millions promises.
Emmanuel Macron a également durci le ton. Selon lui, il faut bloquer toutes les exportations de vaccins lorsqu'un laboratoire ne respecte pas ses engagements. "Nous devons tirer toutes les conséquences de la vitesse supérieure du déploiement des vaccins dans les pays hors UE", a reconnu le président français. Selon lui, "la presse britannique a tort de décrire l'UE comme nationaliste sur la question des vaccins". Néanmoins, "bloquer toutes les exportations de vaccins contre le coronavirus aurait été une erreur".

Du côté du canal de Suez cette fois, le blocage persiste pour l'heure. Shoei Kisen, le propriétaire japonais du gigantesque porte-conteneurs Ever Given opéré par Evergreen, qui s'est échoué dans le canal, a pour objectif de remettre à flot le navire "demain dans la soirée à l'heure japonaise", indique ce jour le quotidien Nikkei. Pour l'heure, il est encore difficile de dire quand le retour à la normale aura lieu. Les plus pessimistes craignent que le blocage ne dure plusieurs semaines... Le brent remonte ce soir sur les 64,50$.
L'euro reste discuté sous les 1,18/$.

VALEURS EN HAUSSE

Atari remonte de 9% avec Amplitude Surgical et Guillemot (+8%)

Compagnie des Alpes grimpe de 5,6%, alors que les exploitants de remontées mécaniques recevront une subvention en fonction d'un CA de référence (CA moyen remontées mécaniques 2017, 2018 et 2019; hors 2 Alpes pour la CDA), du poids de la période de fermeture administrative dans l'activité annuelle et dans la limite d'un taux de compensation de 49% de la perte d'activité sur CA de référence. Les premières estimations pour la Compagnie des Alpes avoisinent les 155 ME d'indemnisations...

Stef : +5,5% avec Eramet, Gl Events, Plastivaloire

Focus Home Interactive gagne 4,8%, les opérateurs saluant logiquement le nouveau relèvement de l'objectif de chiffre d'affaires annuel 2020-2021. À la suite des bonnes performances durant le quatrième trimestre, le management s'attend désormais à des revenus compris entre 165 et 170 ME contre une fourchette précédente allant de 150 à 160 ME.

Ekinops : +4,5% avec FFP, Vilmorin, TechnipFMC, Ose et GTT

Soitec : +3,5% avec Neurones, Séché, Lectra

Lisi : +3% avec Aubay, Saint-Gobain

Capgemini : +2,5% suivi de Inventiva, STM, Coface, Nexans, Legrand, Groupe Gorgé

Transgene : +2% avec Nexity

EssilorLuxottica (stable) a conclu un accord d'acquisition du réseau de laboratoires Walman aux États-Unis. Walman a généré un chiffre d'affaires d'environ 500 millions de dollars US en 2020. Déjà partenaire d'EssilorLuxottica, Walman dispose d'un réseau de 35 sites répartis à travers les États-Unis, notamment des laboratoires de surfaçage de verres de prescription, ainsi que des centres spécialisés dans le matériel optique et d'autres produits de santé visuelle. Au sein d'EssilorLuxottica, Walman continuera de desservir le marché sous la marque Walman, offrant le même niveau de proximité, de services et de solutions auquel ses clients sont attachés.

Air France KLM (stable). Après de très longues semaines de négociations, Paris et Bruxelles auraient trouvé un accord afin que l'Etat puisse accorder une nouvelle aide financière à Air France. La compagnie française devrait bel et bien se séparer de créneaux de décollage et d'atterrissage à Paris, mais moins que redouté. Le transporteur craignait notamment de subir la même loi que Lufthansa, qui a été contraint de céder 24 créneaux quotidiens sur ses deux bases principales de Francfort et Munich pour obtenir une nouvelle aide de Berlin. Selon les informations obtenues par 'Les Echos', Air France aurait ainsi obtenu de céder moins de créneaux, avec la possibilité d'en donner plus à Roissy-CDG et moins à Orly. Le groupe aurait fait "valoir que les mêmes conditions imposées à Orly et Roissy auraient des conséquences proportionnellement plus lourdes" que pour la compagnie allemande. Cette information constituerait une bonne nouvelle pour Air France qui "aurait besoin d'une recapitalisation d'au moins 5 milliards avant la clôture des comptes de l'exercice 2023".

VALEURS EN BAISSE

Ateme retombe de 15% suivi de Mauna Kea (-5%)

Bastide recule de plus de 4% après la publication des résultats semestriels. Le groupe vise toujours un chiffre d'affaires annuel supérieur à 430 ME, hors nouvelles opérations de croissance externe, et une marge opérationnelle courante d'environ 8,5%.

GenSight Biologics (-2,5% à 7,17 euros) a levé 30 millions d'euros à un prix de 6,7 euros par action.

TFF : -2,5% avec Infotel, Genomic Vision

SQLI : -1,5% avec AKKA, Rexel, ADP et SES

Safran (-1%). A 'pondération en ligne', Morgan Stanley a revalorisé le titre de 85 à 105 euros, tandis que Jefferies a porté son objectif de 100 à 110 euros tout en restant à 'conserver'. Le marché est partagé sur le titre puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 9 analystes sont 'positifs', 10 sont 'neutres' et 3 sont 'vendeurs'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 120,55 euros.

Synergie : -1% suivi de Renault, Valeo, Navya

Veolia : -0,5% avec Suez, BioMerieux, Chargeurs

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/04/2021

Après Meridiam ce matin, Ardian et GIP saluent l'accord de principe entre Suez et Veolia alors que le consortium dit avoir toujours été favorable à...

Publié le 12/04/2021

SAFRAN constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put 32G1S émis par SOCIETE…

Publié le 12/04/2021

Microsoft, le colosse software de Redmond, a confirmé ce lundi l'acquisition de la firme de Burlington, Massachusetts, Nuance Communications, active...

Publié le 12/04/2021

Amundi reperd 1,7% à 73,25 euros ce lundi, tandis que l'acquisition de Lyxor continue de faire couler pas mal d'encre du côté des analystes...

Publié le 12/04/2021

SES-imagotag remonte de 3,6% à 47,20 euros en ce début de semaine, après son récent trou d'air, alors que BOE Smart Retail HK, actionnaire majoritaire...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne