Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 222.30 PTS
+0.93 %
6 159.00
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 890.21
+0.69 %
DAX PTS
15 190.44
+0.4 %
Dow Jones PTS
33 998.68
+0.52 %
13 791.58
-0.13 %
1.203
-0.06 %

Clôture Paris : le CAC40 s'installe au-dessus des 5.800 points

| Boursier | 1234 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 a terminé la séance de mercredi en hausse de 0,35%...

Clôture Paris : le CAC40 s'installe au-dessus des 5.800 points
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 a terminé la séance de mercredi en hausse de 0,35%, à 5.830 points, après avoir progressé de 1% en séance sur des sommets oubliés depuis un an au moment du déclenchement de la crise sanitaire. Sur le front du Covid-19, justement, Joe Biden a assuré que les Etats-Unis disposeraient d'ici à fin mai d'un nombre de vaccins suffisant pour l'ensemble de la population adulte. De son côté, l'Allemagne pourrait assouplir certaines restrictions à l'issue d'une réunion entre la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des Länder. Quant au gouvernement français, ce dernier envisage une détente de mesures sanitaires autour de la mi-avril...
Le secteur automobile a soutenu la tendance à Paris dans le sillage de Renault soutenu par un broker, et des premiers résultats de Stellantis, le constructeur issu de la fusion entre PSA et FCA, alors que le groupe a indiqué viser une amélioration de sa marge opérationnelle en 2021.
La stratégie des investisseurs reste d'arbitrer les valeurs ayant le plus profité des confinements et de la crise sanitaire au profit de certains dossiers plus cycliques. En outre, la remontée des rendements obligataires entraîne une accentuation des prises de bénéfices sur les actions dites technologiques...

ECO ET DEVISES

Selon le dernier rapport d'ADP sur l'emploi privé américain, les créations de postes du mois de février sont ressorties au nombre de 117.000, contre 165.000 de consensus de place et 195.000 pour la lecture révisée (en hausse) du mois antérieur. La précédente lecture du mois de janvier était de 174.000... Rappelons que le rapport gouvernemental sur la situation de l'emploi sera pour sa part annoncé vendredi (consensus 140.000 créations de postes non-agricoles pour 6,3% de chômage).
L'indice PMI composite américain final du mois de février est ressorti à 59,5, contre un consensus de marché de 58,8. L'indicateur final des services s'est établi à 59,8, contre 58,9 de lecture flash et 58,9 également de consensus de place. En revanche, l'ISM américain des services pour ce même mois de février a déçu, ressortant à 55,3 contre un consensus de marché de 58,7. Il était de 58,7 en janvier. La lecture de février traduit donc un ralentissement de l'expansion.

Les cours du pétrole restent bien orientés après un rapport hebdomadaire sur l'évolution des stocks de brut aux Etats-Unis assez fou compte tenu de la vague de froid qui a paralysé une partie du pays dernièrement, en premier lieu le Texas, principale zone productrice de brut du pays. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 26 février ont en effet bondi de 21,6 millions de barils à 484,6 mb, contre un repli de 1,3 mbj attendu par le consensus. Il s'agit de la plus forte hausse observée depuis 1982 ! Les réserves d'essence ont en revanche chuté de 13,6 mb (contre un recul de 2,5 mb anticipé par le marché), du jamais vu depuis 1990, alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 9,7 mbj par rapport à la précédente semaine, contre une baisse de 3,8 mb attendue. Le brent pointe ce soir sur les 64$ le baril.

A noter le recul modéré de l'activité du secteur privé de la zone euro observé en janvier qui s'est poursuivi le mois dernier, le rythme de la contraction ayant toutefois ralenti, comme le signale l'indice PMI composite IHS Markit de l'activité globale qui s'est redressé de 47,8 en janvier à 48,8, dépassant ainsi son estimation flash de 48,1.
Le recul global de l'activité masque toutefois l'existence d'une économie à deux vitesses, le secteur manufacturier, porté par un raffermissement de la demande intérieure et extérieure, ayant en effet enregistré la plus forte hausse de sa production depuis quatre mois. Le secteur des services a au contraire de nouveau affiché une contraction marquée de son activité, celle-ci ayant reculé à un rythme particulièrement soutenu dans les secteurs les plus touchés par les restrictions et les mesures de distanciation sociale. L'Indice final de l'activité de services ressort ainsi à 45,7 contre 45,4 en janvier, et une estimation flash à 44,7.

Le rendement du T-Bond à 10 ans US, qui avait flambé jeudi dernier, évolue de nouveau sous tensions ce jour à plus de 1,5%. L'euro pointe à 1,2080/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

SMCP remonte de 11% avec Metabolic Explorer

Elior : +7% en compagnie de SQLI

Faurecia : +6% avec Renault qui gagne 5%. UBS a rehaussé sa recommandation sur le titre à 'acheter' avec un objectif porté de 22 à... 54 euros. La banque estime que la firme peut atteindre ses objectifs de moyen terme avec deux ans d'avance ainsi que sa guidance d'une marge d'Ebit de 3% dès cette année. À long terme, le broker voit un fort potentiel de re-rating en lien avec une "stratégie d'électrification convaincante".

Valeo : +4,5% avec Cegedim, Plastic Omnium

Sodexo : +4% avec SG (+3,5%)

Saint-Gobain (+3,5%) va construire une nouvelle ligne de plaques de plâtre dans son usine de Quinto, près de Saragosse, en Espagne. Cet investissement, d'un montant de 40 millions d'euros, permettra d'élargir la gamme de produits et de solutions constructives à haute valeur ajoutée.

TF1 : +3% en compagnie de Alstom, Cie des Alpes, Wavestone, Dassault Aviation

BNP Paribas : +2,5% suivi de Crédit Agricole, CNP, AXA

Imerys : +2% avec Michelin, Vilmorin, Casino

Bouygues : +1,5% avec Téléperformance, Trigano et ALD

Stellantis (stable) a dévoilé ses premiers résultats depuis le rapprochement entre Groupe PSA et Fiat Chrysler. Chez PSA, la marge opérationnelle ajustée de la branche automobile atteint 7,1%, avec un niveau record de 9,4% au deuxième semestre. Le bénéfice opérationnel ajusté s'établit à 3,69 MdsE, en repli de 41,7%, pour des revenus de 60,73 MdsE (-18,7%). Le profit net ressort à 2,2 MdsE et le free cash-flow de la division automobile atteint 2,66 MdsE. Du côté de FCA, l'Ebit ajusté a atteint 3,7 MdsE, soit une marge de 4,3% (-190 pb), et le bénéfice net ajusté s'est établi à 1,9 MdsE (-57%). Le profit net est limité à 24 ME et le free cash-flow industriel ressort à 0,6 MdE. Le constructeur anticipe cette année une marge opérationnelle ajustée comprise entre 5,5 et 7,5%, hors nouveau confinement important lié au coronavirus. Le consensus tablait jusqu'ici sur un Ebit ajusté de 10,4 milliards d'euros pour des revenus de 151,7 milliards d'euros.

VALEURS EN BAISSE

2CRSI rechute de 11% avec Albionyx (-10%) et McPhy (-7%)

Balyo : -7% suivi de Voltalia et de Guillemot (-6%) avec Séché

Figeac Aero : -4% suivi de GTT, Nacon, Lysogène

Catana : -3% suivi de Edenred, Neoen, Orpea, Jacquet Metals, Guerbet et Gensight

Engie cède environ 2,5% avec EDF dans le secteur de l'énergie.

Mersen recule de 2% avec SoiTec, BioMerieux et Tarkett

Eramet : -1,5% avec Innate et Veolia

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/04/2021

Le titre dans la dernière dépêche sur d'Atos à propos du procès l'opposant à Cognizant et sa filiale TriZetto, a été corrigé.Un tribunal américain du district Sud de New York a accepté en…

Publié le 21/04/2021

Quid du futur ?

Publié le 21/04/2021

Netflix recule de 7,73% au Nasdaq, à 507,11 dollars par action, se classant ainsi parmi les plus fortes chutes de l'indice, qui affiche, lui, une légère hausse en début de séance. Le géant du…

Publié le 21/04/2021

(Zonebourse.com) Nous clôturons la ligne sur le turbo PUT Vontobel KE77V portant sur le titre BNP Paribas à 1.17 EUR. Ce produit dérivé a été conseillé…

Publié le 21/04/2021

L'IATA revoit encore ses prévisions à la baisse pour le secteur aérien...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne