En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Clôture Paris : le CAC40 s'enfonce un peu plus....

| Boursier | 562 | Aucun vote sur cette news

Sixième séance dans le rouge pour l'indice parisien...

Clôture Paris : le CAC40 s'enfonce un peu plus....
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait plongé hier sous la barre psychologique les 5.000 points au terme de cinq séances consécutives de baisse, réagissant, entre autres, à l'avis "négatif" de la CE sur le budget italien, a encore cédé 0,29% ce mercredi, à 4.953 points en clôture, malgré une tentative de rebond en matinée... La plupart des résultats publiés hier soir et ce matin sont pourtant assez bien accueillis, à l'image de ceux de Kering. Les perspectives décevantes de STMicroelectronics sont en revanche lourdement sanctionnées en bourse. Atos reste pour sa part en nette baisse après son plongeon de 22% hier. Outre-Atlantique, Wall Street pique aussi à nouveau du nez actuellement, sous une pluie de publications trimestrielles, plombé par ailleurs par la dégradation des ventes de logements neufs aux Etats-Unis.

ECO ET DEVISES

En octobre 2018, le climat des affaires se dégrade un peu en France, tout en demeurant à un niveau relativement élevé. L'indicateur qui le synthétise, calculé par l'Insee à partir des réponses des chefs d'entreprise des principaux secteurs d'activité marchands, perd un point, à 104. Si l'indice reste au-dessus de sa moyenne de longue période (100), il ressort inférieur aux attentes du marché (107). Par rapport au mois de septembre, l'indicateur de climat des affaires perd quatre points dans le commerce de détail et trois points dans l'industrie. Il est stable dans le bâtiment et les services.

Se redressant de 54 en septembre à 54,3 en octobre, l'Indice Flash Composite IHS Markit de l'Activité Globale en France signale une nouvelle hausse de l'activité dans le secteur privé français. Le consensus tablait sur un indice à 53,9.

Les données PMI flash confirment le ralentissement de l'activité dans la zone euro. L'Indice PMI Flash Composite de l'activité globale dans la région se replie ainsi de 54,1 à 52,7 en octobre, au plus bas depuis plus de deux ans, et ressort nettement inférieur au consensus (53,9). Les perspectives d'activité à douze mois se replient à un plus bas de près de 4 ans (et à un plus bas de 6 ans dans l'industrie manufacturière) et les créations de postes ralentissent. Parallèlement, les taux d'inflation des prix payés et des prix facturés continuent d'afficher des sommets de près de 7 ans.

La lecture 'flash' préliminaire de l'indice Markit PMI composite américain du mois d'octobre 2018 est ressortie à 54,8, contre un consensus de place de 54,1 et un niveau de 53,4 pour le mois de septembre. Ainsi, l'indicateur du jour traduit une accélération supplémentaire de l'expansion de l'activité nationale américaine en octobre.

L'indice flash PMI manufacturier s'est établi à 55,9, contre 55,5 de consensus à Wall Street et 55,6 pour le mois de septembre. Pour finir, l'indicateur PMI des services américains pour le mois d'octobre est ressorti à 54,7, à comparer à un consensus de 54 sur la période, et à un niveau de 52,9 pour le mois de septembre. Ainsi, l'activité a accéléré son expansion à la fois dans l'industrie manufacturière et les services sur ce mois d'octobre aux Etats-Unis.

Les ventes de logements neufs aux États-Unis ont décroché pour le mois de septembre 2018, ressortant sur un rythme de 553.000 unités, contre un consensus de place de 625.000 et un niveau révisé à 585.000 pour le mois d'août. La lecture du mois d'août 2018 a été révisée par ailleurs en forte baisse, puisqu'elle se situait auparavant à 629.000.

Donald Trump s'est encore fait remarquer hier mardi en s'attaquant directement au Président de la Fed, Jerome Powell. "Je dis juste cela. Je suis très mécontent de la Fed parce qu'Obama avait des taux d'intérêt à zéro. A chaque fois que nous faisons quelque chose de bien, il (Powell) relève les taux", s'est ému Trump, qui dit "peut-être" regretter d'avoir nommé Powell à ce poste, même s'il est encore "trop tôt pour l'affirmer". Dans une interview accordée au 'Wall Street Journal', Trump explique que Powell "a presque l'air content de relever les taux d'intérêt". Interrogé à propos des circonstances qui pourraient l'amener à 'virer' Powell, Trump a simplement déclaré : "Je ne sais pas". Jusqu'à présent, le Président américain avait soutenu qu'il n'entendait pas se séparer du patron de la Fed.

Selon le rapport du Département à l'Energie, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 6,3 millions de barils sur la semaine close au 19 octobre, à 422,8 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de seulement 3,7 millions de barils. Les stocks d'essence ont en revanche reculé de 4,8 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 2,3 millions de barils.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1397$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 67,1$, et le Brent s'affiche à 76,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* April grimpe de 10,6% après avoir déjà flambé de 9% mardi. Le titre est porté par un fort mouvement spéculatif alors que la société a indiqué hier soir avoir initié des discussions avec son actionnaire majoritaire "dans le cadre de l'analyse des différentes options stratégiques et des possibles évolutions de sa participation au capital de la Société". April confirmant par ailleurs faire l'objet de "manifestations d'intérêt préliminaires". En outre, l'activité du spécialiste des produits d'assurance est bien orientée cette année. Le groupe a indiqué mardi que la croissance de son résultat opérationnel courant 2018 est désormais attendue dans le haut d'une fourchette de 6 à 10% par rapport à l'année 2017.

* Bic flambe de 6,1%. Mal orienté depuis le début de l'année, Bic se ressaisit de belle manière ce mercredi en s'adjugeant plus de 9% à 84,35 euros. Les investisseurs se montrent rassurés par la publication des indicateurs d'activité et de rentabilité au 30 septembre qui sont assorties d'une confirmation des objectifs 2018 malgré les vents contraires qui pénalisent la marche des affaires du groupe de produits consommables (hausse du coût des matières premières, effets devises...) et les investissements consentis.

* Tarkett (+5,8%). Avec des ventes de 839 ME, la croissance interne sur le troisième trimestre s'établit à +3,4% par rapport au T3 2017. L'EBITDA ajusté du Groupe s'est élevé à 98 ME au T3 2018. La marge d'EBITDA s'est établie à 11,6% contre 12,3% au T3 2017.

* Atari (+5,2%). Le groupe a dévoilé son catalogue de jeux pour les fêtes, et confirmé son objectif de croissance rentable pour l'exercice en cours.

* En tête du CAC40, Kering bondit de 4,8%. Le groupe a une nouvelle fois défié tous les pronostics au troisième trimestre, encore porté par les performances stellaires de Gucci. Le groupe de luxe a vu ses ventes progresser de 27,6% au troisième trimestre, à 3,40 milliards d'euros, contre un consensus de 3,26 MdsE. Si la croissance organique a ralenti à 27,5%, après +34% sur les six premiers mois de l'exercice, elle dépasse nettement les attentes (+22,5%). Au coeur de toutes les attentions des investisseurs, Gucci, principal centre de profit du groupe, n'a que peu décéléré, signant encore une progression de ses ventes de 35,1% en données comparables, au lieu des 25% attendus, après une hausse de 44% au premier semestre. Sur le T3, le chiffre d'affaires affiche une croissance à +27,6% en données publiées et à +27,5% en comparable, atteignant 3.402 ME.

* Safran (+3,9%) affiche un chiffre d'affaires ajusté qui s'établit à 5.348 ME pour le 3e trimestre 2018, en hausse de 45,4% sur une base publiée comprenant 1.200 ME de contribution de Zodiac Aerospace. Sur une base organique, le chiffre d'affaires ajusté augmente de 11,4%.

* Vinci gagne 3,7%. Le troisième trimestre 2018 a été dynamique pour le groupe, avec un chiffre d'affaires consolidé de 11,7 milliards d'euros, en hausse de 9,5% à structure réelle et de 4,3% à structure comparable par rapport à celui du 3ème trimestre 2017. L'activité est restée soutenue dans les concessions (+4,7%) et a accéléré dans le contracting (+11% à structure réelle, +4,9% à structure comparable).

* TechnipFMC rebondit de 1,9% après deux séances consécutives de nette baisse.

* Dassault Systemes (+1,6%). La publication trimestrielle du groupe n'a pas fait ressortir de grosse surprise. Les performances du troisième trimestre sont légèrement au-dessus des prévisions du consensus et des prévisions, même si la tendance montre un ralentissement de la dynamique avec un second semestre qui s'annonce moins flamboyant que le premier. Côté perspectives, Dassault Systèmes annonce qu'il devrait se situer dans la "fourchette haute" de ses prévisions de marge et de bénéfice par action cette année, après avoir amélioré son chiffre d'affaires tiré des logiciels de 9% depuis le début de l'année. L'éditeur de logiciels qui avait relevé ses objectifs 2018 fin juillet, attend désormais pour cette année un bénéfice net par action de en hausse de 16 à 17% à taux de change constants (contre 15-17%), une marge opérationnelle de 31,5% (contre 31,0% à 31,5%). Le groupe confirme également prévoir une croissance de 9-10% à taux de change constants de son chiffre d'affaires annuel à 3,41-3,44 milliards d'euros...

* Air Liquide (+0,3%). Le chiffre d'affaires du Groupe, à 5.271 millions d'euros au 3ème trimestre 2018, s'inscrit en hausse comparable de +6%, ce qui correspond à la borne supérieure de l'objectif NEOS. Dans un environnement comparable, Air Liquide est confiant dans sa capacité à réaliser en 2018 une croissance du résultat net, calculée à change constant et hors éléments exceptionnels de 2017.

VALEURS EN BAISSE

* STMicroelectronics chute de 10%. La belle performance trimestrielle du groupe ne suffit pas au marché, le titre du groupe franco-italien étant fortement pénalisé par des prévisions décevantes. Le fabricant de semi-conducteurs a fait état pour la période de juillet à septembre d'un chiffre d'affaires de 2,52 milliards de dollars, en hausse de 18,1% sur un an, alors que la marge brute est ressortie à 39,8%. STM prévoit que son chiffre d'affaires augmentera d'environ 5,7% en séquentiel au quatrième trimestre, à 2,7 milliards de dollars, alors que la marge brute restera inchangée, à environ 39,8%. Les analystes tablaient jusqu'ici sur des revenus du même niveau mais sur une marge brute de 40,2%. En juillet, la société avait prévenu que la montée en puissance de nouveaux produits entraînerait une croissance accrue du nombre de puces pour smartphones, mais que cela ne se traduirait probablement pas au niveau de la rentabilité.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal recule aussi de 5,7% avec PSA Groupe (-4,8%) ou encore Valeo (-4,4%).

* Atos perd encore 5,5%. Parmi les nombreux analystes à revenir sur Atos suite à l'effondrement du titre hier (-22%), dans le sillage d'un avertissement sur résultats durement sanctionné, Invest Securities estime que le marché s'est montré extrêmement sévère. Le broker explique que la déception est cantonnée à la division infogérance sur 3 problèmes bien identifiés et que les révisions de BNA 2018-20 sont limitées. Le titre pâtit d'une part d'une défiance exagérée après les précédents Sopra Steria et Altran, qui ont pourtant des causes et des conséquences très différentes, et d'autre part d'une perte de crédit du management (polémique sur le FCF cet été) qui occulte un track record solide, en particulier en termes de M&A. IS voit ainsi les niveaux actuels comme une belle occasion pour acheter le titre malgré un objectif abaissé de 117 à 103 euros. La Société Générale profite également de ce décrochage pour rehausser de 'conserver' à 'acheter' sa recommandation sur la société de services du numérique en dépit d'un cours cible coupé de 126 à 88 euros.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…