En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 167.74 PTS
+0.44 %
5 169.50
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 145.83
+0.54 %
DAX PTS
11 783.96
+0.59 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.09 %

Clôture Paris : le CAC40 reperd du terrain

| Boursier | 929 | Aucun vote sur cette news

Au lendemain d'un net rebond...

Clôture Paris : le CAC40 reperd du terrain
Credits Reuters

LA TENDANCE

Au lendemain d'un net rebond, le CAC40 a redonné 0,26% ce mardi, à 5.375 pts en clôture, limitant tout de même ses pertes à l'approche de la clôture. L'indice parisien a toujours du mal à suivre le rythme infernal de la place américaine alors que le Dow Jones a touché hier un nouveau plus haut historique et tente de poursuivre son ascension actuellement. Sur le front de la réforme fiscale américaine, les Républicains du Sénat et de la Chambre des représentants ont entamé des pourparlers pour réconcilier leurs versions respectives de la réforme fiscale et enfin obtenir un texte final que Donald Trump pourra promulguer en tant que loi.

ECO/DEVISES

Le Sénat américain a adopté durant le week-end, par 51 voix contre 49, sa version du projet de réforme fiscale. Les discussions devraient débuter la semaine prochaine, entre le Sénat et la Chambre des représentants aux États-Unis, afin de réconcilier les versions quelque peu divergentes votées par les deux chambres. Le taux d'imposition des entreprises devrait notamment être ramené de 35 à 20%. Il est probable que le président Donald Trump soit en mesure de promulguer la loi avant la fin de l'année.

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont diminué de 1,1% dans la zone euro en octobre, selon les estimations d'Eurostat. Le consensus tablait sur un repli de 0,7%. En septembre, elles avaient progressé de 0,8%. Sur un an, les ventes affichent une hausse limitée à 0,4% contre +4% le mois précédent et +1,5% attendu.

La croissance économique de la zone euro s'accélère en novembre. L'activité enregistre en effet sa plus forte hausse depuis plus de 6 ans et demi tandis que les taux d'expansion des principales variables de l'enquête, couvrant la demande, l'emploi et l'inflation, affichent également des plus hauts de plusieurs années. L'Indice PMI Final IHS Markit Composite de l'activité globale dans l'Eurozone atteint ainsi 57,5 en novembre, identique à son estimation flash, et met ainsi en évidence la 53ème hausse mensuelle consécutive de l'activité dans la région. La croissance s'accélère également dans le secteur des services, les entreprises signalant l'une des plus fortes progressions de leur activité depuis 6 ans et demi. Identique à son estimation flash, l'indice final de l'activité de services s'établit à 56,2 en novembre (55 en octobre).

L'amélioration de la conjoncture se poursuit en novembre dans le secteur des services français. L'Indice final IHS Markit de l'activité de services s'établit ainsi à 60,4 (57,3 en octobre), indiquant ainsi la plus forte expansion depuis mai 2011. Les entreprises interrogées attribuent notamment cette tendance à une forte demande client ainsi qu'à une très bonne conjoncture économique. Le consensus était positionné à 60,2. Plus globalement, l'Indice final IHS Markit Composite, mesurant l'activité combinée du secteur des services et de l'industrie manufacturière, se redresse de 57,4 en octobre à 60,3, atteignant un plus haut 6 ans et demi. Un niveau également supérieur aux attentes (60,1).

L'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de novembre 2017, dévoilé ce jour, est ressorti à 54,5, contre 54,7 de consensus de place et 54,7 également pour la lecture flash. L'indicateur était logé à 55,3 en octobre.

L'indice ISM des services américains pour le mois de novembre 2017 est ressorti à 57,4, contre un consensus de 59 sur la période et un niveau de 60,1 pour le mois d'octobre. L'indicateur reste à haut niveau, mais marque un ralentissement de l'expansion de l'activité dans les services aux États-Unis.

Goldman Sachs relève ses prévisions sur le pétrole. La banque d'affaires estime que l'OPEP et ses alliés se sont montrés plus déterminés que prévu pour prolonger l'accord encadrant leur production. GS anticipe désormais un prix moyen du Brent de 62 dollars en 2018, contre 58$ précédemment, et un cours moyen du WTI de 57,5$ contre 55$ jusque-là.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1815$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 57,4$ et le Brent s'affiche à 62,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* CGG gagne 5,3%. Jean-Georges Malcor ne gèrera pas l'après-restructuration chez CGG. Le directeur général a annoncé à son conseil d'administration qu'il quittera ses fonctions à l'issue du processus de recapitalisation en cours. La recherche de son successeur va débuter. Le dirigeant quittera ses fonctions dès la nomination du nouveau directeur général, sans doute à l'issue du premier trimestre 2018.

* Erytech Pharma s'envole de 4,8%. De source de marché, Cowen & Company vient d'initier sa recommandation sur le dossier à 'surperformance'.

* STMicroelectronics monte de 1,4% pour sa deuxième séance consécutive de hausse.

* Sur le CAC40, Unibail-Rodamco gagne aussi 1,2% avec Bouygues (+1,4%) ou encore Kering (+1,3%). Jefferies relève le curseur sur Bouygues en visant 50 euros à présent, comparé à un précédent objectif de 43 euros. Le broker, qui reconduit logiquement son opinion "achat" sur le dossier, met en avant les tendances favorables dont bénéficie le conglomérat familial sur tous les fronts.

* Fnac Darty (+0,7%) a dévoilé son premier plan stratégique depuis la fusion, baptisé "Confiance+". Le management vise ainsi à moyen terme une croissance supérieure à celle du marché et une marge opérationnelle de 4,5% à 5%.

VALEURS EN BAISSE

* Neopost chute de 14%, lourdement sanctionné après une publication trimestrielle décevante. Sur les trois mois clos fin septembre, le groupe a enregistré une décroissance organique de -2,5% contre -0,9% sur le premier semestre. Les revenus ressortent ainsi à 263 ME, là où le consensus était positionné à 269 ME.

* Carmat perd 3,5%. Pour regonfler sa trésorerie, la société lance une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à 52,9 ME en intégrant en totalité la clause d'extension, soit près du tiers de la capitalisation actuelle (46 ME sans la clause). Les actionnaires actuels n'auront pas de droit préférentiel de souscription mais bénéficieront d'un délai de priorité à titre irréductible. Le prix maximum de souscription sera de 20 euros, mais il est encore susceptible d'évoluer.

* TechnipFMC cède 2,4% après avoir enregistré une longue série de progressions en Bourse.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal perd aussi 1,8% avec Sanofi (-1,5%) ou encore Crédit Agricole (-1,1%).

* Sanofi (-1,5%). Les autorités philippines ont sommé Sanofi de stopper la vente du vaccin Dengvaxia contre la dengue, après que le laboratoire eut révélé, la semaine dernière, qu'il risquait d'aggraver la situation de patients n'ayant jamais contracté le virus. Sanofi a indiqué hier qu'aucun cas de décès avéré en relation avec son vaccin n'a été signalé aux Philippines. Le pays a lancé une vaste campagne de vaccination contre la dengue. Au Brésil, Dengvaxia reste en vente mais son usage a été restreint.

* Carrefour cède 1%. Le marché s'attendait à davantage de coopération entre Carrefour et Fnac Darty, depuis qu'Alexandre Bompard avait quitté le second pour diriger le premier. Une étape a été franchie ce matin avec l'annonce d'un partenariat à l'achat sur les produits électroménagers et électroniques grand public. Dès 2018, les fournisseurs auront à négocier avec un nouvel acheteur de poids, même si les deux entreprises continueront à afficher leurs politiques commerciales spécifiques. L'accord sera soumis à l'Autorité de la concurrence et aux personnels des sociétés concernées.

* Orange perd 0,1%. Les analystes de Bryan Garnier avaient relevé hier leur objectif de cours de 17 à 17,20 euros.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Un environnement de marché porteur

Publié le 18/10/2018

Keyrus a signé un partenariat avec la plateforme de développement de chatbots, Botfuel...

Publié le 18/10/2018

Encore un départ de cadre chez Tesla ? Cette fois, ce serait le tour de Gilbert Passin, vice-président en charge de la production du constructeur américain de véhicules électriques. C’est ce…

Publié le 18/10/2018

A contre-courant, LafargeHolcim abandonne 3,4% à 38,2 euros en début de séance à Paris, au plus bas depuis plus de deux ans...

Publié le 18/10/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), a finalisé son dossier réglementaire et peut désormais…