Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 865.78 PTS
+1.48 %
6 875.0
+1.69 %
SBF 120 PTS
5 335.32
+1.43 %
DAX PTS
15 380.79
+1.39 %
Dow Jones PTS
35 227.03
+1.87 %
15 846.16
+0.85 %
1.128
-0.25 %

Clôture Paris : le CAC40 reperd 0,29%

| Boursier | 911 | Aucun vote sur cette news

Légère baisse du CAC40 qui glisse à nouveau sous les 6...

Clôture Paris : le CAC40 reperd 0,29%
Credits Reuters

LA TENDANCE

Légère baisse du CAC40 qui glisse à nouveau sous les 6.700 points en clôture ce soir, en recul de 0,29% à 6.686 pts. Les publications trimestrielles s'accélèrent avec au programme ce jeudi Hermès, Atos, Pernod Ricard ou encore Carrefour... Les arbitrages ont donc été nombreux avec plusieurs progressions spectaculaires dont celle de Soitec notamment. A l'inverse, Rexel et Eurofins ont déçu...

ECO ET DEVISES

Du côté des taux, les derniers avis de responsables de la Fed indiquent toujours la forte éventualité d'un début du "tapering" en novembre, à quelques exceptions près. Le gouverneur de la Fed, Randal Quarles, a déclaré qu'il était clair que la Fed avait réussi le test des fameux progrès "substantiels" en termes d'emploi et l'inflation, et qu'il soutiendrait une action lors de la réunion de novembre, visant à commencer à réduire les achats d'actifs. Il a tout de même mis en garde à propos de l'incertitude autour des trajectoires de l'inflation et de l'emploi, son attention se tournant davantage vers le marché du travail.
Le gouverneur de la Fed Christopher Waller a lui déclaré qu'une politique plus agressive pourrait être justifiée en 2022 si l'inflation continuait d'être élevée pendant le reste de l'année. La Fed discute d'une éventuelle hausse des taux en 2022, en ligne avec les attentes des marchés, qui prévoient environ 62% de chances que la banque procède à deux hausses de taux en 2022, contre seulement environ 16% il y a un mois, selon l'outil FedWatch du CME.

Cependant, rappelons qu'un sondage Reuters auprès d'économistes a montré que 40 des 67 personnes interrogées s'attendaient à ce que la Fed patiente plutôt jusqu'en 2023 ou plus tard pour commencer à augmenter les taux d'intérêt. En outre, la présidente de la Fed de Cleveland, Loretta Mester, a indiqué qu'elle n'attendait pas de hausse de taux dans un futur proche. Elle a ajouté que la politique monétaire pourrait avoir besoin d'un ajustement si l'inflation restait élevée. Credit Suisse mesure enfin que la probabilité d'une "erreur de politique monétaire" de la Fed a grimpé à environ 40%, alors qu'elle n'était que de 25% à peine il y a deux semaines.
Le pétrole subit des prises de profits, de retour à 83,60$ le brent. L'euro campe à 1,1640/$.

VALEURS EN HAUSSE

Soitec bondit de 8%. Le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a enregistré un chiffre d'affaires semestriel record de 373,1 millions d'euros, en hausse de 46,7% (+52,9% à taux de change constants). Le groupe continue à bénéficier du déploiement de la 5G, de la reprise du secteur automobile, ainsi que des tendances de marché favorables dans le domaine des appareils intelligents. Soitec s'attend désormais à ce que son chiffre d'affaires 2021-2022 atteigne environ 975 millions de dollars US (contre 950 M$ précédemment), ce qui représenterait une croissance d'environ 45% à taux de change constants. Grâce à un niveau d'activité supérieur et à une bonne performance opérationnelle, Soitec réhausse également son objectif de marge d'EBITDA de l'Electronique pour l'exercice 2021-2022 à environ 34% contre un objectif précédent autour de 32%.

2CRSI : +7% avec Medincell, Aubay, Rallye et Valneva (+5%)

bioMérieux s'adjuge 4,4% alors que le spécialiste du diagnostic in vitro a rehaussé ses objectifs 2021 après un solide troisième trimestre. Sur la période, la croissance organique a atteint 11,6%, au-dessus des attentes grâce à une reprise de la demande pour les panels respiratoires aux Etats-Unis, associée à une dynamique favorable sur toutes les autres gammes.

Thermador : +3,5% avec Interparfums, Neurones, XFab, Figeac Aero

Voltalia : +3% suivi de Catana, Lysogène et DBV

Sodexo : +2,5% avec Navya et Séché

Inventiva : +2% en compagnie de STEF

Carrefour progresse de 1,7% malgré le ralentissement de sa croissance au troisième trimestre, sous l'effet d'une baisse des ventes en France, impactées par l'obligation du pass sanitaire dans les grands centres commerciaux. Le premier distributeur européen a fait état d'un chiffre d'affaires de 20,468 milliards d'euros au troisième trimestre, en hausse de 0,8% à périmètre comparable, mais en net recul par rapport à la progression de 3,6% réalisée au cours des trois mois précédents. En France, les ventes ont diminué de 0,3% après une hausse de 4,0% au deuxième trimestre. Dans les seuls hypermarchés, dont la redynamisation est la priorité d'Alexandre Bompard, la baisse atteint même 2,8% alors que les ventes avaient progressé de 4,3% au trimestre précédent.
Concernant l'inflation, sujet du moment dans les salles de marché, le groupe explique que l'impact de l'augmentation des prix des matières premières a eu un effet limité sur sa performance puisqu'il bénéficie de contrats négociés sur l'année entière pour la majorité de ses achats marchands et non marchands en Europe. A ce stade, Carrefour n'anticipe pas d'effet matériel de l'inflation sur sa production annuelle. Dans ce contexte, et sur la base de la bonne performance opérationnelle enregistrée au troisième trimestre, Carrefour confirme son objectif de génération de cash-flow libre net pour 2021, qui reste attendue nettement supérieure à l'objectif initial de 1 MdE.

Casino : +1,5% suivi de Virbac, Safran, STM, Edenred et Faurecia

Hermès (+1,5%).Au troisième trimestre, le sellier a réalisé sur les trois mois clos fin septembre un chiffre d'affaires de 2,367 milliards d'euros, en hausse de 31,5% en données publiées et de 31,2% à changes constants, là où le consensus était positionné à +23,8%. Le groupe de luxe a bénéficié du redressement de l'activité en Europe, d'une accélération en Amérique et du dynamisme de l'Asie qui a permis d'afficher une croissance à deux chiffres dans tous ses métiers.

Atos gagne 1,5% au lendemain d'une publication trimestrielle sans grande surprise. L'entreprise de services du numérique a dégagé des revenus de 2,666 milliards d'euros au troisième trimestre, stables à taux de change constants, et en baisse de -2,3% en organique (contre -1,8% de consensus). Les prises de commandes sur la période ont atteint 2,399 MdsE, soit un ratio prises de commandes sur chiffre d'affaires de 90%. Le Groupe a confirmé ses objectifs pour 2021, revus en baisse en juillet, soit un chiffre d'affaires à taux de change constants stable ; un taux de marge opérationnelle d'environ 6% et un flux de trésorerie disponible positif.
Mais plus que ce point d'activité, le marché retient surtout la démission du directeur général d'Atos, Elie Girard, qui sera remplacé par Rodolphe Belmer, actuellement à la tête d'Eutelsat. Rodolphe Belmer, ancien directeur général de Canal+, prendra ses fonctions au plus tard le 20 janvier 2022. Les spéculations sur l'avenir d'Elie Girard, qui avait succédé à l'actuel commissaire européen à l'Industrie Thierry Breton en tant que directeur général d'Atos en 2019, se sont multipliées ces derniers mois après une série de revers qui ont fait chuter l'action de plus de 40% depuis le début d'année, entraînant la sortie du titre du CAC 40 le mois dernier.

VALEURS EN BAISSE

Rexel (-9%). Malgré la confirmation des objectifs annuels, le distributeur de matériel électrique est pénalisé à la suite de l'annonce de ventes inférieures aux attentes au troisième trimestre. Sur les trois mois clos fin septembre, le groupe a en effet enregistré des revenus de 3,55 milliards d'euros, en hausse organique de 11,5%, contre un consensus de 3,65 MdsE. Le groupe vise pour 2021 une croissance des ventes à jours constants comprise entre 12% et 15%, et une marge d'Ebitda autour de 5,7%.

Maurel & Prom -7% dans le sillage de ses comptes

Eurofins Scientific (-7%) continue pourtant à bénéficier d'une solide dynamique. Le leader mondial des services bio-analytiques a fait état de revenus en hausse de 14,6% à 1,63 milliard d'euros au troisième trimestre, avec une croissance organique de 11,7%. Sur neuf mois, le chiffre d'affaires atteint 4,9 MdsE (+30,9%). Les revenus liés aux tests et réactifs Covid-19 se sont maintenus à un niveau élevé au troisième trimestre, générant un peu plus de 300 ME de recettes, pour un total d'environ 1,05 MdE sur neuf mois. Les tests Covid se poursuivent à des niveaux importants, mais l'évolution future de la pandémie et les mesures gouvernementales connexes restent difficiles à prévoir. Pour l'instant, Eurofins revoit à la hausse son objectif de chiffre d'affaires Covid de 1 milliard d'euros à 1,2 MdE pour l'ensemble de l'année 2021. Malgré ce rehaussement de la guidance de chiffre d'affaires, le titre est sous pression. L'action présente toutefois encore un gain de plus de 50% depuis le premier janvier contre une hausse d'environ 20% pour l'indice parisien. Morgan Stanley ('pondération en ligne') explique que le fait que la direction laisse ses prévisions d'Ebitda et de flux de trésorerie disponible inchangées pour 2021, implique une marge d'Ebitda inférieure à celle prévue précédemment. Selon le broker, la demande s'est déplacée vers des tests Covid qui nécessitent davantage de coûts d'échantillonnage et de logistique, ce qui a entraîné une baisse de la marge d'Ebitda. Quant à la croissance organique meilleure que prévu au T3, elle était "largement anticipée".

Technip Energies perd 6% après avoir marginalement ajusté sa guidance annuelle. Le groupe d'ingénierie et de technologies pour l'industrie énergétique table désormais sur un chiffre d'affaires ajusté compris entre 6,5 et 6,8 milliards d'euros, contre une précédente fourchette allant de 6,5 à 7 MdsE, et sur une marge d'EBIT récurrent ajusté d'au moins 6% contre 5,8 à 6,2% visé auparavant. Le groupe a malgré tout réalisé un solide troisième trimestre, enregistrant notamment 540,6 ME de prises de commandes, faisant ainsi ressortir un carnet de commandes de 16,46 MdsE à fin septembre contre 11,6 MdsE un an plus tôt.

TechnipFMC : -5% avec CGG et Vallourec (-4%)

Bastife : -3% suivi de Esi Group, Nacon

Burelle : -2,5% avec Axway, Vicat, Chargeurs, Getlink

Saint-Gobain : -2% avec EDF

Total Energies : -1,5% avec Schneider et Renault

Pernod Ricard cède 0,5% après un premier trimestre dynamique, avec une croissance interne de ses ventes qui s'établit à 20%. Le management a cependant prévenu que le rythme de progression serait "plus modéré" sur le reste de l'exercice 2021-2022. Pour le trimestre clos fin septembre, le chiffre d'affaires du groupe de vins et spiritueux a grimpé à 2,718 Milliards d'euros contre 2,236 Milliards un an plus tôt. Le groupe a connu une forte activité dans toutes les régions, avec une demande solide et de bonnes expéditions avant les périodes de fêtes, a commenté le groupe dans un communiqué.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2021

Au sein de Mare Nostrum, et en collaboration avec les différentes divisions du Groupe, Hanane Blanco aura pour missions de participer activement à la définition

Publié le 06/12/2021

Fermentalg souhaite associer l'ensemble des actionnaires existants à la réussite du programme Blue Origins...

Publié le 06/12/2021

Durant sa carrière, Jordan Cohen a apporté sa contribution à de nombreux projets cinématographiques et télévisuels...

Publié le 06/12/2021

En 2021, l'objectif de chiffre d'affaires consolidé et l'Ebitda sont impactés, en fin d'exercice, par la hausse des prix de l'énergie...

Publié le 06/12/2021

La concession, d'une durée de 20 ans, couvrira la production, le stockage, le transport et la distribution d'énergie frigorifique de la ville de Paris...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne