Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 208.34 PTS
-2.28 %
6 218.00
-2.1 %
SBF 120 PTS
4 839.61
-2.06 %
DAX PTS
13 727.32
-2. %
Dow Jones PTS
31 490.07
-3.57 %
11 928.31
-5.06 %
1.049
+0.27 %

Clôture Paris : le CAC40 rechute de près de 2%

| Boursier | 1008 | 3 par 2 internautes

Le marché parisien a lourdement rechuté de 1,99% ce vendredi, de retour à 6...

Clôture Paris : le CAC40 rechute de près de 2%
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le marché parisien a lourdement rechuté de 1,99% ce vendredi, de retour à 6.581 points après deux séances de rebond, dans la foulée de Wall Street qui a inversé la vapeur hier soir à l'écoute des dernières déclarations du patron de la Fed. Jerome Powell a en effet durci son message monétaire et les taux d'intérêt ont connu une nouvelle flambée des deux côtés de l'Atlantique, après ces déclarations.

ECO ET DEVISES

Le président de la Fed, Jerome Powell, qui s'exprimait lors d'une réunion organisée par le FMI à Washington, a donc tenu des propos particulièrement fermes, affirmant qu'il lui semblait "approprié d'agir un peu plus vite que prévu" pour relever les taux directeurs. Il a martelé qu'il était "absolument essentiel de restaurer la stabilité des prix", et de ramener l'inflation vers l'objectif de moyen terme de la Fed de 2% par an. Il a reconnu pour la première fois en public qu'il était possible que la Fed relève ses taux directeurs d'un demi-point lors de sa réunion des 3 et 4 mai. Cette hausse des taux d'intérêt de 50 points de base sera "sur la table", a-t-il dit, ajoutant être favorable à l'idée de relever rapidement les taux ("front-loading") lors d'un cycle de sortie de politique monétaire accommodante.
M. Powell a ajouté que la Fed ne pariait pas sur le fait que l'inflation aurait atteint un pic en mars, et qu'elle "agira rapidement" pour ramener les taux directeurs à un niveau neutre, voire en terrain restrictif si c'est approprié. Le patron de la Fed a aussi reconnu que l'objectif de la banque centrale de piloter un atterrissage en douceur de l'économie ne sera ni simple ni facile. "Notre objectif est d'utiliser nos outils pour re-synchroniser l'offre et la demande afin que l'inflation baisse, et qu'elle le fasse sans que cela n'aboutisse à une récession", a commenté M. Powell. "Personne à la Fed ne vous dira que ce sera simple ni facile. Ce sera très complexe. Nous ferons de notre mieux pour y parvenir", a-t-il ajouté. "Il est absolument essentiel de restaurer la stabilité des prix. Les économies ne fonctionnent pas sans stabilité des prix".

Lors de sa réunion de mars, la banque centrale américaine avait relevé le taux des "fed funds" d'un quart de point, sa première hausse depuis trois ans, pour le porter entre 0,25% et 0,50%. Les responsables de la Fed estiment que le niveau neutre pour l'économie serait d'environ 2,4%. Mais plusieurs membres de la Fed pensent qu'il faudra aller plus loin pour tacler l'inflation, qui a atteint 8,5% sur un an en mars aux Etats-Unis. James Bullard, patron de la Fed de St-Louis, estime même qu'il faudrait porter le taux des "fed funds" à 3,5% d'ici à la fin de l'année, et les relever de trois-quarts de point dès mai...

Lors de la même réunion consacrée à l'économie mondiale, Christine Lagarde, la présidente de la BCE, a affirmé que l'institution prendra lors de sa réunion de juin des décisions clés sur la fin de son programme d'achat d'actifs et sur l'évolution des taux directeurs. Elle a souligné que les économies de la zone euro et des Etats-Unis évoluent à des rythmes différents, et a précisé que près de la moitié de l'inflation dans la zone euro est due à la hausse des prix de l'énergie, qui subit un "choc d'offre"
Plus tôt dans la journée, plusieurs membres de la BCE se sont prononcés en faveur d'une accélération du resserrement monétaire afin de contrer l'inflation. Le Belge Pierre Wunsch envisage ainsi une hausse de taux dès juillet, tandis que l'Allemand Joachim Nagel a évoqué un arrêt des achats de la BCE dès juin, ce qui ouvrirait la porte à une hausse de taux.

Les marchés obligataires ont vivement réagi à ces déclarations. Aux Etats-Unis, les marchés anticipent désormais non moins de trois hausses d'un demi-point d'affilée de la part de la Fed, lors des réunions de mai, juin et juillet. Le rendement du T-Bond à 10 ans, qui grimpait hier, se maintient ce jour à 2,89%, et le taux à 2 ans américain, qui réagit davantage à la politique monétaire, est remonté à 2,73%, lui aussi au plus haut depuis novembre 2018.
L'euro pointe ce soir à 1,08/$. Le pétrole campe sur les 106$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Ubisoft remonte de 11% sur de nouvelles rumeurs de concentration sectorielle, suivi de la Cie des Alpes (+8%) après des comptes meilleurs que prévu.

Figeac Aero : +5% avec Boiron après ses comptes

Bureau Veritas gagne 4%. Le leader mondial des prestations d'évaluation de conformité et de certification a publié un chiffre d'affaires trimestriel de 1,29 milliard d'euros, en hausse de 11,7% par rapport à l'exercice précédent et de 8% sur une base organique, contre un consensus de 4,4%. Bureau Veritas prévoit toujours pour 2022 d'atteindre une croissance organique modérée à un chiffre et d'améliorer sa marge opérationnelle ajustée.

IPSOS grimpe de 4%. L'activité a continué sur la même trajectoire qu'en 2021 au premier trimestre 2022, affichant une croissance totale de 17,5% par rapport au premier trimestre de l'année dernière et de 12,3% en organique. Au final, le chiffre d'affaires du T1 est de 547,8 millions d'euros.

LafargeHolcim : +4% après des comptes meilleurs que prévu avec Ramsay (+3,5%) et Groupe Crit

Verallia : +2,5% après ses résultats, suivi de Elior, Latecoere

Casino (+2,2%). Le distributeur a renoué avec la croissance au premier trimestre grâce au Brésil, son deuxième marché, alors que la contraction de son activité a ralenti en France. Si le groupe s'est dit confiant dans sa capacité à "retrouver une dynamique de croissance" en France, son premier marché, à maintenir un niveau de rentabilité élevée et à améliorer la génération de cash-flow, certains investisseurs restent circonspects. Bryan Garnier explique par exemple que si la société a vu son activité domestique reculer moins que redouté au premier trimestre (-1,6% contre -2,3% de consensus), elle continue de sous-performer sensiblement le marché avec des marges en baisse. La quasi-totalité des enseignes sont en territoire négatif avec des hypers à -1,2%, des supers à -2,5%, Monoprix à -3% et Franprix à -2,2%.

Argan : +1,5% avec Cegedim, Somfy, Vetoquinol, Saint-Gobain et S30

Savencia : +1% avec Eutelsat, Haulotte, Aubay

VALEURS EN BAISSE

Medincell : -9% avec Sartorius Stedim (-8%) avec HDF (-7,5%)

Eramet : -7% avec Guerbet (-6%) et Balyo (-5%), suivi de la FDJ (-5%)

Accor : -4,5% avec Faurecia

Kering (-4,3%) a déçu sur les trois premiers mois de l'année. C'est plus précisément la marque phare de la société Gucci qui ne confirme pas son excellente dynamique du dernier trimestre 2021 (+31%), particulièrement impactée depuis mars par les restrictions dues au Covid-19 en Chine. Sur le premier trimestre, Gucci voit en effet sa croissance interne ralentir à 13,4%, là où le consensus 'Bloomberg' tablait sur +18,5%. Grâce au dynamisme des autres maisons (les ventes de la griffe Yves Saint Laurent ont progressé de 37,2% et celles de Bottega Veneta de 16,3%), Kering enregistre une hausse de 21% de ses ventes globales au premier trimestre (en données comparables) à 4,96 milliards d'euros. Un niveau légèrement supérieur aux attentes des analystes.

GTT corrige de 4%, alors que le chiffre d'affaires consolidé du premier trimestre 2022 s'est élevé à 68,2 ME, en baisse de 22,1% par rapport au premier trimestre 2021, lequel correspondait encore à un haut de cycle... Avec 34 commandes de méthaniers enregistrées au premier trimestre 2022, la performance commerciale de GTT se poursuit cependant à un rythme soutenu, dans la continuité de l'année 2021. De plus, les prises de commandes sur le segment du GNL carburant confirment l'intérêt grandissant pour la technologie à membrane de GTT, avec 20 unités supplémentaires au premier trimestre 2022.

Scor : -4% suivi de Schneider (-3,5%) avec Valeo

Klepierre : -3% avec Stellantis, BioMerieux, CGG

EssilorLuxottica recule de 2,6% malgré un très bon début d'exercice. Le numéro un mondial des verres optiques a fait état de revenus de 5,607 milliards d'euros au premier trimestre, en hausse de 33,1% à taux de change constants (+38,1% à taux de change courants). À base comparable, le chiffre d'affaires augmente de 11,5% à taux de change constants (+15,7% à taux de change courants). Mais les investisseurs semblent s'inquiéter de la situation en Chine mais aussi du manque de prévisions pour 2022. Lors de la publication des résultats de l'exercice 2021 à la mi-mars, la direction s'est abstenue de fournir des prévisions précises pour 2022 en raison de la situation géopolitique instable, rappelle Stifel ('achat'). Or, la publication du jour ne fournit guère plus de précisions pour l'année en cours.

TotalEnergies : -2,5% avec Tikehau et Legrand

Renault reperd 1,3% malgré l'annonce de ventes en retrait au premier trimestre dans un environnement toujours compliqué pour le secteur. Le chiffre d'affaires du groupe automobile s'est établi à 9,7 milliards d'euros sur la période, en baisse de 2,7% (-0,7% à taux de change et périmètre constants), mais supérieur au niveau de 9,27 MdsE attendu par le consensus 'Bloomberg'. Renault a vu ses volumes mondiaux reculer de 17% sur les trois premiers mois de l'année, avec 552.000 véhicules commercialisés, avec une chute de 34% en Russie, son deuxième marché. Renault a réitéré son estimation selon laquelle la pénurie de semi-conducteur réduira sa production d'environ 300.000 unités cette année, principalement au premier semestre, et a souligné que son carnet de commandes reste solide puisqu'il est à un niveau record depuis 15 ans et représente 3,9 mois de ventes. Renault présentera, lors d'un Capital Market Day à l'automne 2022, une mise à jour de ses objectifs financiers et de sa stratégie le positionnant comme un acteur de référence compétitif, technologique et responsable.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/05/2022

Mais l'impact de cette opération est faible...

Publié le 19/05/2022

Derichebourg tombe à la dernier place du SBF 120, avec un repli de 9,6% à 7,96 euros, après avoir annoncé accroître sa participation au capital d'Elior. En hausse en début de matinée, le titre…

Publié le 19/05/2022

IAG opte pour le 737 Max de Boeing...

Publié le 19/05/2022

HiPay a dévoilé un chiffre d’affaires en croissance de 2%, à 13,6 millions d’euros au premier trimestre pour un volume de paiements en croissance de 13% à 1,8 milliard d’euros. " La baisse…

Publié le 19/05/2022

Latécoère a annoncé mercredi soir la finalisation de l’acquisition de Malaga Aerospace, Defense & Electronics Systems (MADES). Cette acquisition avait été annoncée en décembre dernier. Elle…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne