Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 733.69 PTS
+0.71 %
6 747.50
+0.99 %
SBF 120 PTS
5 268.64
+0.67 %
DAX PTS
15 542.98
+0.46 %
Dow Jones PTS
35 677.02
+0.21 %
15 355.07
-0.87 %
1.164
-0.04 %

Clôture Paris : le CAC40 rechute de plus de 2%

| Boursier | 913 | Aucun vote sur cette news

L'indice vedette parisien a rechuté de 2,17% à 6...

Clôture Paris : le CAC40 rechute de plus de 2%
Credits Reuters

LA TENDANCE

L'indice vedette parisien a rechuté de 2,17% à 6.506 points ce mardi en clôture sur fond de craintes d'une hausse plus longue et plus marquée de l'inflation, alors que les prix de l'énergie n'en finissent plus de grimper. Cette envolée entraîne une nette remontée des taux obligataires américains et européens...

ECO ET DEVISES

La Réserve fédérale et la BCE font face au défi de réduire leur soutien, et in fine de relever leurs taux directeurs (actuellement proches de zéro), sans pour autant provoquer une panique boursière susceptible de peser sur la reprise économique. Lundi, trois responsables de la banque centrale américaine se sont exprimés en public, et se sont montrés plutôt "colombes" que "faucons", suggérant un approche graduelle et prudente dans la normalisation de la politique monétaire outre-Atlantique.
Ces responsables ont globalement confirmé les propos du président de la Fed, Jerome Powell, le 22 septembre, à savoir que l'institution se prépare à réduire ses achats d'actifs, sans doute avant la fin de l'année, mais qu'elle agira avec discernement et graduellement, en tenant compte de l'évolution de l'emploi et de l'inflation.
Ainsi, Charles Evans, président de la Fed de Chicago, a déclaré qu'il s'inquiétait davantage d'une inflation trop faible que trop élevée, malgré la hausse des prix constatée à court terme. Il a néanmoins estimé que l'économie américaine était proche des conditions requises pour le "tapering", c'est à dire la réduction de ses achats d'actifs, actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois. "Je considère que l'économie est sur le point d'atteindre la norme de 'progrès supplémentaires substantiels' que nous avons définie en décembre dernier", a ainsi déclaré M. Evans, qui n'anticipe en revanche pas de première hausse des taux directeurs avant 2023.
De son côté, John Williams, président de la Fed de New York a estimé que l'inflation devrait redescendre autour de 2% en 2022. Tout en notant la "solide dynamique" de reprise économique, il a estimé qu'"une reprise complète prendra du temps". M. Williams a souligné que la résurgence des cas de Covid "affecte les dépenses de consommation et l'emploi, entretient les goulets d'étranglement dans des secteurs tels que l'automobile et retarde la réouverture complète du secteur des services".
Lael Brainard, gouverneure de la Fed, a elle aussi estimé que le marché de l'emploi américain approchait du niveau d'amélioration qui justifierait bientôt la baisse du montant des achats d'actifs de la Fed... Elle a aussi reconnu que la crise du Covid-19 pourrait augmenter les risques inflationnistes. Mme Brainard a aussi exhorté les élus américains à voter un relèvement du plafond de la dette, mettant en garde contre "une réaction extrêmement forte" des marchés financiers en cas de défaut des Etats-Unis sur leur dette...

Les inquiétudes liées à la Chine sont aussi toujours bien présentes... Le dossier Evergrande reste en suspens : le promoteur immobilier lourdement endetté n'a pas versé les intérêts d'un emprunt obligataire qu'il devait honorer jeudi dernier. Un autre test majeur sur le marché obligataire se profile pour Evergrande qui devra payer ce mercredi des intérêts d'un montant de 47,5 millions de dollars sur une obligation assortie d'un coupon de 9,5% et arrivant à échéance en mars 2024. A cela s'ajoutent des pénuries d'électricité qui ralentissent la production et pourraient perturber encore les chaînes d'approvisionnement. Dans ce contexte, Goldman Sachs et Nomura ont dégradé cette nuit leurs prévisions de croissance 2021 pour la deuxième puissance économique mondiale.

Enfin, le Congrès américain entre dans une semaine extrêmement chargée, avec en particulier l'expiration de l'autorisation de dépenser du gouvernement après le 30 septembre... La correction des dépenses à court terme au Sénat devrait échouer aujourd'hui en raison d'une obstruction du GOP, tandis que les républicains s'opposent également à la correction du plafond de la dette, selon le Washington Post. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a reporté à jeudi le vote promis sur l'accord sur les infrastructures de 1.200 milliard de dollars adopté par le Sénat, ce qui donne aux dirigeants plus de temps pour obtenir le soutien des progressistes. Punchbowl News a noté que pour obtenir un soutien des progressistes à ce sujet, il fallait démontrer un élan substantiel sur le plan de réconciliation de 3.500 milliards de dollars, bien que Pelosi ait déclaré ce week-end que le montant devrait sensiblement baisser pour que ce stimulus passe. A ces difficultés s'ajoute le plafond de la dette, qui doit être relevé avant que le gouvernement ne fasse théoriquement défaut en octobre. Les démocrates devront peut-être intégrer la question au projet de loi de réconciliation, mais certains doutes persistent quant à la manière dont cela peut être fait compte tenu du court délai...
L'euro pointe ce soir sous les 1,17/$. Le pétrole revient à 78,70$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Catana s'envole de 8%, alors que le groupe nautique a indiqué hier soir " vivre une période exceptionnelle sur le plan commercial ". Privé de salons nautiques depuis 18 mois en raison de la crise sanitaire, Catana a pu faire une rentrée en force à l'occasion des premiers salons de la saison 2021/2022, à Cannes tout d'abord où l'ensemble de ses modèles a pu être proposé, puis à Gênes avant d'aborder cette semaine le Grand Pavois de La Rochelle. A ce jour, le carnet de commandes de la société atteint 252 ME, quatre fois supérieur à ce qu'il était un an plus tôt. Il se décompose en 142 ME pour l'exercice en cours 2021/2022 et 110 ME pour l'exercice suivant...

Maurel & Prom : +4% avec ArtMarket

Carrefour : +2,7% suivi de Atos (+2,4%)

FNAC Darty : +2% en compagnie de Devoteam, Europacorp, Vallourec et Adocia

Atari : +0,5% avec LDC, Technip Energies et Esi Group avec Nacon, Valeo et Air France KLM

VALEURS EN BAISSE

Ipsos abandonne 9,6%. Il faut dire que le spécialiste des études a surpris en annonçant hier soir que Nathalie Roos ne prendrait finalement pas la tête de l'entreprise en raison de "profondes divergences" avec Didier Truchot, qui restera Président. C'est Ben Page qui prendra les fonctions de CEO à partir du 15 novembre.

Quandient (-7,4%) subit des prises de profits au lendemain de la présentation de comptes semestriels en nette amélioration. Le management a confirmé viser une croissance organique supérieure à 4% et a relevé à plus de 6% l'objectif de croissance organique de l'EBIT (vs +5/6%).

Capgemini : -5,7% avec Séché et Thermador (-5%), Chargeurs, McPhy et Pharmagest

SoiTec : -4,7% suivi de Safran, DS et Neurones

Aubay : -4% avec Bastide, Altarea, Innate

Nexity : -3,5% suivi de Hermes, Veolia, Believe, Airbus et LVMH

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2021

Du 1er janvier au 30 septembre 2021, le chiffre d'affaires consolidé de SAINT JEAN GROUPE, principalement constitué du chiffre d'affaires de SAINT...

Publié le 22/10/2021

Une Journée Investisseurs se tiendra le 14 décembre 2021

Publié le 22/10/2021

Séché Environnement a publié un chiffre d’affaires contributif de 183,4 millions d'euros au troisième trimestre 2021, en progression de 14,1% par rapport à la même période de 2020. Sur 9…

Publié le 22/10/2021

A un prix abordable...

Publié le 22/10/2021

ErametLe groupe minier publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.IcadeLe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats du troisième trimestre.MichelinLe fabricant de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne