En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 482.84 PTS
-0.21 %
5 467.50
-0.27 %
SBF 120 PTS
4 385.08
-0.27 %
DAX PTS
12 376.66
-0.44 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.176
+0.13 %

Clôture Paris : le CAC40 rebondit, trêve commerciale en vue

| Boursier | 375 | Aucun vote sur cette news

Les perspectives d'accalmie sur le front commercial entre la Chine et les Etats-Unis ont éclipsé ce jeudi les craintes relatives à la crise économique en Turquie. Le CAC40 clôture sur une hausse de 0,83% à 4.349 points.

Clôture Paris : le CAC40 rebondit, trêve commerciale en vue
Credits Reuters

LA TENDANCE Après sa lourde chute de la veille, sur fond de crise turque et de baisse des matières premières, le CAC40 a repris 0,83% à 5.349 points ce jeudi en clôture, soutenu par des espoirs de détente dans les relations commerciales sino-américaines. L'indice parisien a aussi été ragaillardi par le rebond de l'euro, sur fond de léger regain d'appétit des opérateurs pour le risque et de statistiques en demi-teinte aux Etats-Unis. L'information du jour est assurément le geste de Washington pour calmer le jeu dans la guerre commerciale qui l'oppose à la Chine. A l'initiative de la Maison Blanche, une délégation chinoise emmenée par le vice-ministre du Commerce Wang Shouwen se rendra à la fin du mois d'août aux Etats-Unis pour des négociations bilatérales. L'information a été confirmée par le ministère chinois du Commerce. Pékin s'est félicité de ces discussions, en précisant bien toutefois qu'il n'accepterait aucune mesure unilatérale.
A l'origine de la baisse des marchés en début de semaine, la Turquie reste surveillée de près par les opérateurs même si la promesse du Qatar de 15 milliards de dollars d'investissements dans le pays tend à rassurer quelque peu. De son côté, Emmanuel Macron a assuré jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan du soutien de la France à une "Turquie stable et prospère", rapporte l'Elysée, à l'heure où une crise diplomatique entre Ankara et Washington alimente la chute de la livre turque et fait planer la menace d'une récession. D'ailleurs, la devise turque regagnait un peu de terrain dans l'après-midi, alors que le ministre des Finances turc a déclaré que le pays sortirait plus forte de sa crise monétaire, insistant sur le fait que les banques du pays étaient saines et solides.

ECO ET DEVISES

Un série d'indicateurs a été publié ce jour aux Etats-Unis. La croissance de l'activité économique dans le nord-est des Etats-Unis est retombée plus lourdement que prévu en août, à son plus bas niveau depuis novembre 2016, tandis que les mises en chantier ont rebondi moins que prévu le mois dernier.

Quant aux inscriptions hebdomadaires au chômage, elles ont reculé la semaine dernière pour la deuxième semaine d'affilée, donnant à penser que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires n'ont pour le moment pas d'impact sur marché du travail.

L'euro grappillait en fin d'après-midi 0,34% à 1,138$.

VALEURS EN HAUSSE

* JCDecaux grimpe de 7,1% à 27,9 euros. Berenberg est passé à l'achat sur la valeur en visant 32 euros. L'entrée potentielle de Google sur le marché de la publicité extérieure numérique pourrait représenter une opportunité pour JCDecaux, plutôt que constituer une menace, selon le courtier.

* Plus forte hausse du CAC40 derrière Publicis, LVMH (+2,3% à 297,80 euros) revient à quelques jets de pierre de ses sommets historiques, soutenu par les espoirs de trêve dans la guerre que se livre la Chine et les Etats-Unis sur le front commercial.

* TechnipFMC rebondit de 1,4% à 24,63 euros après sa chute de la veille sur fond de déprime des cours du pétrole, le groupe s'offre un rebond conséquent. Jefferies est passé ce matin de 'conserver' à 'acheter', en relevant son cours cible de 26 à 33 euros, ce qui induit un potentiel théorique d'appréciation de 32% dans les niveaux actuels.
Pour le broker, les bienfaits de la fusion se font sentir d'un point de vue commercial avec une part de marché qui s'est accrue dans l'Offshore/Subsea depuis trois ans sous l'effet des contrats remportés. Ces succès reflètent la pertinence de l'approche intégrée de TechnipFMC, estime Jefferies.

* Eramet reprend timidement 1,3% à 75,8 euros après 4 séances de baisse et une chute de plus de 7% hier dans le sillage des matières premières.

* Dans le compartiment pétrolier, la légère remontée du pétrole profite à CGG (+1,5 à 2,33 euros) et Maurel et Prom (+1,4% à 5,84 euros).

* Lagardère (+1,7% à 24,86 euros) se renforce en Amérique du Nord avec l'acquisition de Hojeij Branded Foods (HBF), un leader de la restauration sur le marché du Travel Retail. Le groupe, qui recentre son activité sur ses branches Publishing et Travel Retail, a accepté de débourser 330 millions de dollars en numéraire pour reprendre cette société qui a réalisé un chiffre d'affaires de 225 M$ en 2017.

* Air France KLM gagne 1,5% à 9,05 euros. Pour la première fois depuis sa création, la compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen. Les administrateurs du groupe doivent en effet se réunir ce jeudi pour approuver le choix de Benjamin Smith, numéro deux d'Air Canada, au poste de directeur général. Un poste nouvellement créé puisque les fonctions de DG et de président non exécutif seront désormais dissociées au sein de l'entreprise. Un nom guère au goût de certains syndicats qui, à l'image du SNPL, le principal représentant de pilotes d'AF, ont fait part de leurs réserves quant à ce choix. "Le conseil d'administration d'AF-KLM joue toujours la politique du pire (...) là, il livrerait les clefs d'AF aux Américains ?", a ainsi déclaré sur Twitter Philippe Evain, le président du SNPL.

VALEURS EN BAISSE

* L'écroulement du titre Atlantia à la Bourse de Milan, dans le sillage de la procédure lancée par le gouvernement italien après l'effondrement du viaduc de Gênes, fait des dommages collatéraux sur le marché parisien. Getlink, dont Atlantia est le premier actionnaire, flanche ainsi de 1,9% à 10,81 euros. Les investisseurs s'inquiètent des conséquences de l'accident tragique de Gênes pour le géant des infrastructures italien, propriétaire de la plupart des autoroutes transalpines via sa filiale Autostrade. Mis en cause par Rome dans la catastrophe, Autostrade pourrait perdre la concession sur le tronçon autoroutier passant par Gênes, ce qui aurait des répercussions en cascade, avec le risque en dernier recours pour Atlantia de devoir se séparer de certains actifs secondaires, dont sa participation dans Getlink.

* Peu de baisses significatives sur le CAC40. Valeo reste en baisse de 0,4% à 39,22 euros. Le titre avait déjà souffert hier d'un abaissement de recommandation d'HSBC.

* Vinci finit dans le rouge (-0,3% à 81,22 euros), affecté par la défiance des investisseurs à l'égard sur secteur des concessions après l'accident du viaduc de Gênes en Italie.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

'Shadow of the Tomb Raider' de Square Enix sur PS4 arrive en tête...

Publié le 24/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre s'extirpe par le haut d'une figure de consolidation, dite en biseau descendant, en place depuis le point haut du 22 mai. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 24/09/2018

Sky grimpe à Londres ce jour...