En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0. %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
-
DAX PTS
13 576.68
-
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
+0. %
1.103
+0.05 %

Clôture Paris : le CAC40 prend 0,19%

| Boursier | 880 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 qui a touché un nouveau sommet de plus de 12 ans ce jeudi matin, au-dessus de 6...

Clôture Paris : le CAC40 prend 0,19%
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 qui a touché un nouveau sommet de plus de 12 ans ce jeudi matin, au-dessus de 6.070 points, termine en hausse plus timide de 0,19% à 6.042 pts sur fond de situation au Moyen-Orient qui reste sous surveillance et de repli des cours du pétrole, alors que les marchés refuse d'envisager un scénario faisant la part belle à une surenchère armée entre les Etats-Unis et l'Iran.
Wall Street grimpe de son côté sur de nouveaux sommets ce jeudi. L'indice dollar prend 0,2% à 97,5. De quoi réjouir Donald Trump sur Twitter...

Du côté des matières premières, le baril de brut WTI retombe de 1% à 59$ sur le Nymex, alors que le Brent cède 0,8% à 65,30$.

ECO ET DEVISES

Liu He, principal négociateur commercial chinois, va se rendre la semaine prochaine à Washington pour signer l'accord commercial de phase 1 avec les Etats-Unis... En début de semaine prochaine, une délégation chinoise menée par le vice-Premier ministre Liu He sera donc en visite aux USA. Selon Gao Feng, porte-parole du ministère chinois au Commerce, la visite aura lieu du lundi au mercredi. La cérémonie de signature est comme attendu programmée pour le mercredi 15 janvier à la Maison blanche. Il s'agirait donc d'une étape partielle tant attendue, marquant un apaisement dans l'affrontement commercial auquel se livrent depuis des mois Washington et Pékin. Le ministère chinois au Commerce ajoute que cette visite intervient suite à une invitation américaine. Fort logiquement, cette signature de la phase 1 devrait marquer par ailleurs le lancement des pourparlers de phase 2...

L'apaisement apparent des tensions au Moyen-Orient contribue également aux nouveaux records de Wall Street ce jour, au lendemain de l'intervention de Donald Trump consécutive aux attaques iraniennes contre deux bases américaines en Irak. Le président américain a confirmé qu'il n'y avait pas eu de victimes américaines ou de blessés, "une très bonne chose pour le monde entier". Les missiles n'auraient d'ailleurs causés selon lui que "des dégâts mineurs". Il a justifié par ailleurs une fois encore l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, qui préparait selon lui une importante attaque juste avant sa mort.

En revanche, différentes sources semblent indiquer ce soir que le crash du Boeing ukrainien qui a fait hier à Téhéran serait dû à une erreur de tir de missile iranien...

Richard Clarida, le vice-président de la Fed, a estimé ce jeudi que la politique monétaire actuelle demeurait appropriée, du moins tant que l'économie restait sur sa lancée. Le numéro deux de la Fed a précisé ce jour que le scénario du Comité de politique monétaire était celui d'une remontée de l'inflation ajustée vers l'objectif de 2% de la Banque centrale - objectif pour l'heure manqué. Les banquiers centraux américains, dans leurs dernières prévisions économiques, évoquaient un retour de l'inflation hors alimentaire et énergie à 2% en 2021, alors que cette mesure était plus proche de 1,6% fin 2019.
Clarida a plus généralement affirmé que la politique monétaire était "en bonne position" et devrait continuer à soutenir une croissance ferme, un marché du travail solide et une inflation proche des 2%. "Si des développements émergeaient qui, dans le futur, déclenchaient une réévaluation importante de nos perspectives, nous réagirions en conséquence", a lancé le responsable de la Fed. De manière globale, Clarida a suggéré que le Comité allait laisser le temps aux baisses des taux pour produire leurs effets... Il a insisté sur les pressions 'désinflationnistes', "des forces très puissantes" dont la politique monétaire doit tenir compte pour ramener l'inflation vers son objectif. "Nous pensons que la politique est appropriée, et, dans le cadre de nos perspectives de base, demeurera appropriée", a résumé Clarida.

En Europe, les statistiques du jour sont ressorties rassurantes. Le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, s'est établi à 7,5% en novembre dans la zone euro, stable par rapport au mois précédent et en baisse par rapport au taux de 7,9% de novembre 2018. Il s'agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis juillet 2008. Eurostat estime qu'en novembre, 15,582 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE28, dont 12,315 millions dans la zone euro.
Parmi les États membres, les taux de chômage les plus faibles en novembre 2019 ont été enregistrés en Tchéquie (2,2%), en Allemagne (3,1%) et en Pologne (3,2%). Les taux de chômage les plus élevés ont quant à eux été relevés en Grèce (16,8% en septembre 2019) et en Espagne (14,1%).

La production industrielle allemande, corrigée des prix, des variations saisonnières et des effets calendaires, a rebondi de 1,1% en novembre après avoir reculé de 1% le mois précédent (contre -1,7% annoncé initialement). Le consensus tablait sur une hausse de 0,8%. Selon les données provisoires de l'Office fédéral de la statistique, la production affiche encore un repli de 2,6% en glissement annuel après -4,6% en octobre.
L'excédent commercial allemand s'est établi à 18,3 milliards d'euros en novembre après 20,4 MdsE au mois précédent. Le consensus était positionné à 21,3 MdsE. Selon les données préliminaires de l'Office fédéral de la statistique, les exportations ont reculé de 2,9% sur un an alors que les importations ont diminué de 1,6%.
L'euro termine ce soir sur les 1,11/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

AB Science s'envole de 21% à 6,35 euros dans un marché animé. La FDA a autorisé en effet le recrutement de patients aux USA dans l'étude de phase 3 du masitinib dans le traitement du cancer de la prostate hormono-resistant éligible à la chimiothérapie. Les résultats d'étude seront disponibles d'ici la fin de l'année.
La Food and Drug Administration (FDA) américaine a autorisé la demande d'autorisation (Investigational New Drug, IND) de conduire son étude de phase 3 du masitinib (AB12003) dans le traitement du cancer de la prostate métastatique hormono-résistant (mCRPC) éligible à la chimiothérapie.
L'étude AB12003 est une étude internationale, multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, en 2 groupes parallèles, dans le traitement du cancer de la prostate métastatique hormono-résistant (mCRPC) éligible à la chiomiothérapie. L'étude compare l'efficacité et la tolérance du masitinib (6,0 mg/kg/jour) en association avec docetaxel par rapport au placebo en association avec docetaxel. Le docétaxel est associé à la prednisone.
Le critère d'évaluation principal de l'étude est la survie sans progression (PFS). Au total, 468 patients doivent être recrutés. La population ciblée est constituée d'hommes adultes ayant progressé et ayant développé un cancer de la prostate hormono-résistant métastatique (mCRPC) après castration (réduction d'androgène/testostérone/ dihydrotestosterone, par action chimique ou chirurgicale) et sont donc éligibles à la chimiothérapie.
Une analyse intérimaire a été effectuée par le Comité indépendant de Revue des Données (IDMC) en juin 2018. Sur la base des règles définies pour l'analyse intérimaire, la recommandation de l'IDMC a été de poursuivre l'étude dans un sous-groupe de patients identifié à l'aide d'un biomarqueur. Selon la règle statistique du protocole pour l'analyse intérimaire, cela signifie que la probabilité de succès de l'étude AB12003 est supérieure à 80% dans ce sous-groupe de patients, si les patients restant à recruter génèrent les mêmes données que ceux analysés pour l'analyse intérimaire. Ce sous-groupe de patients représente environ deux tiers de la population.

DBV Technologies grimpe de 14%. DBV a publié des résultats positifs de l'étude de Phase 3 PEOPLE, étude d'extension de long terme en ouvert, menée sur Viaskin Peanut chez les enfants souffrant d'allergie à l'arachide. Un bénéfice clinique durable à long terme a été démontré chez les patients après deux années supplémentaires de traitement...

Prodways : +6% après l'annonce de nouvelles ventes de machines de frittage de poudre aux grands noms de la chimie industrielle pour des applications de 'R&D' et de production. Avec ces différentes ventes, Prodways Group renforce ses liens avec ses fournisseurs de matière historiques... En complément des ventes multiples d'imprimantes à BASF et DSM annoncées ce jour, Prodways annonce la vente d'une imprimante ProMaker P1000 à un chimiste français de premier plan. L'imprimante frittage de poudre permettra de mettre au point et tester des produits innovants...

Mauna Kea : +5% avec Abivax, Air France KLM (+4%) et Rallye (+3%)

STMicroelectronics s'adjuge 2,5%. Le titre n'a finalement pas souffert de la dégradation de Goldman Sachs a d''acheter' à 'neutre' hier.

Geci : +2% avec Gl Events, Virbac, Tarkett, Seb

Trigano : +1,5% avec BigBen, Edenred, Essilor, Genfit, Suez

Veolia (+0,7%) a profité d'une fenêtre de marché favorable pour placer 500 millions d'euros d'obligation à échéance janvier 2031. Cette obligation, émise au pair, porte un coupon de 0,664%. Le taux de sursouscription proche de 5 a permis d'améliorer substantiellement le niveau d'émission et d'obtenir un 'pricing final' meilleur que le marché secondaire.

EDF (stable) L'Etat ne prendra pas avant le prochain quinquennat de décision sur la construction ou non de nouveaux réacteurs nucléaires EPR, a affirmé mercredi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne.

VALEURS EN BAISSE

Innate Pharma retombe de 8,5%, alors que le groupe a annoncé aujourd'hui une mise à jour réglementaire concernant son essai de Phase II TELLOMAK évaluant l'efficacité et la tolérance de lacutamab (IPH4102) chez les patients présentant un lymphome de type T avancé.
La société a dialogué avec les autorités réglementaires au sujet de défaillances vis-à-vis des Bonnes Pratiques de Fabrication sur le site de répartition aseptique ("fill and finish") du sous-traitant choisi par la Société pour la production des lots cliniques de lacutamab.
La société s'est appuyée sur ces discussions pour annoncer, le 13 décembre 2019, la suspension du recrutement de nouveaux patients dans l'essai TELLOMAK, à l'exception de l'Italie où l'essai clinique a été suspendu.
La société a depuis reçu les nouveaux commentaires suivants :
L'agence américaine du médicament (FDA - Food and Drug Administration) a décidé la suspension partielle de l'essai TELLOMAK. Étant donné le besoin médical élevé, les patients déjà recrutés peuvent continuer leur traitement dans le cadre de l'essai après avoir renouvelé leur consentement. Cependant, dans l'attente de la disponibilité d'un nouveau lot certifié BPF, aucun nouveau patient ne peut être recruté.
L'agence britannique du médicament (MHRA - Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency) a estimé que l'essai peut être poursuivi avec le lot de médicament actuellement disponible.
Pour la France, la société est dans l'attente d'un retour final de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).
La FDA n'a pas fait référence à des problèmes de sécurité liés au médicament utilisé dans cet essai, à l'instar de l'analyse menée par le comité indépendant de surveillance des données (IDMC - Independent Data Monitoring Committee) qui a conclu qu'il n'y avait pas de problèmes de sécurité nouveaux, ni inattendus, liés à lacutamab et que le produit semblait bien toléré par les patients actuellement traités dans l'essai. De plus, l'IDMC a estimé qu'il serait acceptable, si les autorités réglementaires l'autorisent, de continuer à recruter de nouveaux patients dans l'essai TELLOMAK.
La société travaille actuellement au transfert de la fabrication du produit stérile lacutamab chez un autre sous-traitant. À ce stade, elle estime qu'un nouveau lot de produit clinique certifié BPF pourrait être disponible durant le second semestre 2020. À ce stade, la société maintient, à l'échelle mondiale, sa position de suspendre partiellement l'essai clinique dans l'attente des informations en provenance des autorités compétentes des autres pays concernés. Une mise à jour sera fournie en temps voulu...
Portzamparc confirme : "Afin de sécuriser son essai TELLOMAK, le groupe maintient à l'échelle mondiale la suspension partielle de l'étude dans l'attente des informations des autorités des autres pays concernés (France, Allemagne, Espagne)... Nous prenons en compte ce décalage de recrutement dans notre valorisation qui entraîne un potentiel retard de plus ou moins 6 mois quant au déroulement de l'étude aux Etats-Unis principalement"... Verdict : "Nous modifions notre objectif de cours de 11,30 à 11,10 euros, mais nous confirmons notre recommandation à l'achat sur le dossier".

Sodexo abandonne 6%, sanctionné après son point trimestriel. Le groupe de restauration collective et des services prépayés a pourtant fait état d'une une croissance organique de 3,8%, avec un chiffre d'affaires de 6,076 milliards d'euros. Mais les analystes notent que la Coupe du monde de rugby est un peu l'arbre qui cache la forêt et mettent en avant les difficultés persistantes en Amérique du Nord. Bernstein ('sous-performance') explique ainsi que, hors événements sportifs ponctuels, la croissance organique ralentit. Selon le broker, Sodexo doit investir toutes les économies de coûts identifiables dans cette croissance qui, inférieure à 3%, reste en-deçà de son objectif à long terme. Lors de la conférence téléphonique suivant la présentation de ces résultats, Denis Machuel, directeur général de Sodexo, a indiqué que le groupe est très concentré sur la croissance interne, mais qu'il a aussi quelques objectifs de croissance externe. Pour l'ensemble de son exercice, Sodexo prévoit une croissance organique d'environ 4% et une marge d'exploitation stable.

Atari : -6% avec EOS (-5%)

Ipsen : -4% avec Balyo et CGG

Archos : -3% suivi de M6 et de Plastic Omnium (-2%)

Renault recule de 2%. Exane BNP Paribas a ajusté ses recommandations et objectifs sur un certain nombre de dossiers du compartiment automobile. L'intermédiaire passe ainsi de 'neutre' à 'surperformance' sur les dossiers Peugeot (objectif 27 euros) et BMW (cible 87 euros). Il abaisse en revanche son conseil de 'neutre' à 'sous-performance' sur Renault (objectif de 36 euros).

Valeo recule de 1,5%. Exane BNP Paribas a dégradé l'équipementier automobile à 'sous-performer' et ajuste son objectif de 30 à 29 euros.

Schneider : -1,5% avec Faurecia, IPSOS, Vinci, Vicat

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Cette cession s'effectue auprès du groupe Coréen K2...

Publié le 24/01/2020

Arrivé au Havre à l'été 2018 en provenance du club de Djurgarden, avec lequel il a remporté la coupe de Suède, l'attaquant international zimbabwéen (8 sélections) a disputé 46 matchs de Ligue…

Publié le 24/01/2020

L'action Walt Disney a fini en recul de 1,5% vendredi à Wall Street.

Publié le 24/01/2020

La Cour d'Appel de Douai rend une décision favorable à METabolic EXplorer quant au projet de Malaisie abandonné en 2014...

Publié le 24/01/2020

Cette hausse représente 21 euros/an en moyenne sur la facture d'un consommateur résidentiel d'EDF...