En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
+0.00 %

Clôture Paris : le CAC40 poursuit sa correction

| Boursier | 535 | Aucun vote sur cette news

Troisième séance consécutive de recul pour l'indice parisien...

Clôture Paris : le CAC40 poursuit sa correction
Credits Reuters

LA TENDANCE

Au lendemain d'une chute de 1,8%, dans le sillage de la résurgence des craintes concernant la santé de l'économie mondiale, le CAC 40 a encore perdu 0,48% ce vendredi, à 4.961 points en clôture, enregistrant par la même occasion une troisième séance consécutive dans le rouge. Les marchés restent également plombés par les interminables négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, et les risques grandissants de voir se mettre en place un "hard Brexit" à la fin du mois de mars... Du côté des valeurs en cette fin de semaine, c'est Hermes International qui se distingue (plus forte hausse du CAC 40) après avoir dévoilé ses ventes trimestrielles. Sur l'ensemble de la semaine, l'indice parisien enregistre une baisse de 1,1%...

ECO ET DEVISES

Les craintes d'enlisement sur le front commercial entre Washington et Pékin pèse toujours sur les marchés, alors qu'il pourrait ne pas y avoir de rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping avant la fin de la trêve commerciale de 90 jours. Les commentaires de Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison Blanche, également très prudent au sujet des progrès des négociations, n'ont pas réconforté les opérateurs. Les opérateurs craignent que les Etats-Unis et la Chine ne soient pas en mesure de conclure un accord commercial global avant la date-butoir du 1er mars. Donald Trump aurait indiqué à des journalistes qu'il ne prévoyait pas de rencontrer son homologue chinois avant le 1er mars, croit savoir l'agence Reuters. Il s'agit de la date limite fixée par les Etats-Unis et la Chine pour conclure leur accord commercial tant espéré, avant l'application de nouveaux prélèvements et donc le retour à une confrontation commerciale brutale. Alors qu'un nouveau volet de négociations est programmé la semaine prochaine en Chine, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, estime pour sa part qu'il reste encore énormément à faire avant de parvenir à un compromis, Etats-Unis et Chine restant à "une distance considérable" dans leurs pourparlers.

Les Etats-Unis sont donc confrontés à deux courses contre la montre. La première concerne ces échanges commerciaux. La seconde porte sur le 'shutdown', provisoirement levé après 35 jours d'un blocage historique de l'administration américaine.

L'emploi salarié du secteur privé en France a progressé légèrement au quatrième trimestre, malgré le mouvement des 'Gilets jaunes'. C'est ce qu'indique aujourd'hui la première estimation publiée par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). L'emploi salarié du secteur privé a donc grimpé de 0,1%, comme sur le précédent trimestre, ce qui représente 16.200 créations nettes d'emplois, après 23.000 sur la période trimestrielle antérieure. En glissement annuel, la croissance de l'emploi salarié dans le secteur privé se tasse à +0,5%, soit 106.100 créations nettes de postes, après +1% au troisième trimestre 2018. Hors intérim, cet emploi salarié privé progresse de 0,2% sur le trimestre, soit 28.200 emplois créés, et de 0,7% en glissement annuel (+135.100 emplois).

L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) annonce qu'en décembre 2018, la production s'est redressée dans l'industrie manufacturière en France (+1% après -1,5%), comme d'ailleurs dans l'ensemble de l'industrie (+0,8% après -1,5%). Au cours de l'ensemble du dernier trimestre, toutefois, la production diminue encore dans l'industrie manufacturière française (-0,4%) comme dans l'ensemble de l'industrie (-0,5%). Par rapport au trimestre précédent, la production française baisse dans les industries extractives, énergie, eau (-0,8%), les 'autres industries' (-0,2%), les biens d'équipement (-0,9%), les matériels de transport (-0,5%) et plus fortement dans la cokéfaction et raffinage (-6,6%). En revanche, elle est quasi-stable dans les industries agroalimentaires (+0,1%).

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1325$. Du côté du pétrole, le baril TI ressort à 52,7$ et el Brent s'affiche à 61,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* Néovacs poursuit son rebond et grimpe encore de 21% ce vendredi. La performance sur l'ensemble de la semaine est assez remarquable, en vive hausse de plus de 40% ! Le groupe organise lundi un évènement dédié à son produit phare, l'IFNalpha Kinoïde pour le traitement du lupus, avec des leaders d'opinion, spécialisés dans les maladies auto-immunes et la rhumatologie.

* Fnac Darty progresse de 7%. Le dossier grimpe dans le sillage de Ceconomy, son principal actionnaire, qui s'envole de plus de 21%. Le numéro un européen de la distribution d'électronique grand public a confirmé ses objectifs 2018-2019 après avoir dévoilé des ventes trimestrielles supérieures aux attentes du marché.

* Après plusieurs séances consécutives de correction, Recylex rebondit de 4,1%.

* Hermès International (+1,5%) a dévoilé des ventes en ligne avec les attentes des analystes au quatrième trimestre, enregistrant une croissance de 9,6% à taux de change constants. Les revenus dans la région Asie (hors Japon) ont progressé de 13%, confirmant la bonne résistance du groupe de luxe au ralentissement de l'économie chinoise. Grâce à une croissance des ventes "saine" et à la maîtrise des coûts, la rentabilité opérationnelle courante en 2018 devrait être proche de 34%, après le niveau exceptionnel atteint en 2017, a précisé la société en guise de perspectives.

* Rubis (+1,4%) a terminé l'exercice sur une note positive, malgré une altération due à des facteurs externes et temporaires. Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre s'est inscrit en hausse de 11% à 1.230 millions d'euros, avec une stabilité des volumes compensée par la hausse des marges. En cumul sur 2018, les revenus du groupe se hissent à 4.754 ME, en croissance de 21%, légèrement au-dessus des attentes (4,7 MdsE estimés par les analystes).

* L'Oréal (+1,2%) a rassuré le marché avec une croissance supérieure aux attentes en fin d'année, tirée par la forte demande pour ses marques de parfums et de soins haut de gamme. Sur les trois derniers mois de 2018, le numéro un mondial des cosmétiques a vu son activité croître de 7,7% (à périmètre comparable), là où le consensus était positionné à 6,5%. Les divisions 'Luxe' et 'Cosmétique Active' ont été particulièrement dynamiques, enregistrant une hausse à deux chiffres. De quoi dissiper les craintes concernant l'état de santé de l'économie chinoise. Sur l'ensemble de l'exercice, les ventes ont progressé de 7,1% en données comparables, après une hausse de 4,8% en 2017, à 26,9 milliards d'euros. Le groupe signe ainsi sa meilleure performance depuis 2007. Outre les produits de luxe et les cosmétiques, la firme tire également profit de ses efforts dans le commerce en ligne avec une croissance de 41% en 2018.ressort à 3,895 MdsE (3,581 MdsE en 2017), en augmentation de +8,8%. Le Bénéfice Net Par Action progresse à 7,08 euros (6,65 euros/action en 2017). Il est en croissance de +6,5%.

* Publicis rebondit timidement de 0,9% après sa chute de près de 15% hier.

* PernodRicard gagne 0,7%. Le groupe de spiritueux fait l'objet d'ajustements de brokers dans le sillage des résultats intermédiaires publiés jeudi, tandis que le fonds activiste Elliott accentue sa pression sur le management en affirmant que le nouveau plan stratégique présenté par le groupe français n'est pas suffisamment ambitieux. "L'objectif de 100 millions d'euros d'économies et l'amélioration de 50 à 60 points de base par an de la marge sur la période 2019-2021 constituent une guidance modeste pour un groupe avec un Ebit de quelque 2,5 milliards d'euros et dont la marge présente une décote de cinq points de pourcentage par rapport à ses concurrents directs", a indiqué Elliott en appelant de ses voeux davantage d'économies de coûts.

* Thales est en hausse de 0,5%. Citi a rehaussé de 'conserver' à 'acheter' sa recommandation sur le groupe de Défense, jugeant excessive la récente faiblesse de l'action. Le courtier évoque également la hausse des dépenses de défense mondiales (à l'exclusion des États-Unis), une conversion durable et élevée des liquidités ainsi qu'une croissance prévisible des bénéfices d'environ 5%.

VALEURS EN BAISSE

* Geci International (-12,5%). Le titre retombe dans le sillage d'une publication du troisième trimestre 2018-19 qui laisse quelques doutes aux opérateurs...

* Tarkett chute de 6,9%. Pénalisé par l'inflation des matières premières et des effets de change adverses, le spécialiste des revêtements de sol et des surface sportives a vu son EBITDA ajusté reculer sur un an de 315 ME à 249 ME, là où le consensus Bloomberg espérait un chiffre de 260,4 ME. La marge d'EBITDA ajusté s'effrite ainsi de 2,3 points à 8,8%. Si le groupe maintient son dividende à 0,60 euro par titre, il se montre prudent sur l'année en cours, pointant des signes de ralentissement sur le marché résidentiel en Amérique du nord et sur la construction neuve en Europe. Tarkett estime par ailleurs l'impact négatif des coûts des matières premières, de l'énergie et du transport à 15 ME cette année.

* Valeo perd encore 5,3%, après avoir déjà cédé 7,2% hier. Barclays avait repris mercredi le suivi de l'équipementier avec un conseil 'sous-pondérer' et une cible fixée à 25 euros.

* ArcelorMittal, qui avait déjà chuté de 4,8% hier, perd encore 5% ce vendredi. Même scénario pour STMicroelectronics qui recule encore de 2,2% après une baisse de 4,4% jeudi.

* Les bancaires restent déprimées, avec Crédit Agricole qui perd 3,1% et Société Générale qui cède 2,8%.

* Renault perd 2,2%. Un "démenti catégorique" ! Le ministère de l'Economie a exclu jeudi toute intention de réduire la participation de 43,4% dans le constructeur japonais, après des informations en ce sens publiées par le quotidien japonais 'Nikkei'. Selon le 'Nikkei', qui citait des sources gouvernementales japonaises, le gouvernement français se serait dit prêt à envisager de réduire la participation de 43,4% du groupe au losange dans son partenaire nippon...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...