Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 638.46 PTS
-0.95 %
6 629.00
-0.95 %
SBF 120 PTS
5 202.01
-0.87 %
DAX PTS
15 531.75
-0.72 %
Dow Jones PTS
34 798.00
+0.1 %
15 329.68
+0.09 %
1.172
+0.01 %

Clôture Paris : le CAC40 perd 0,85%

| Boursier | 629 | Aucun vote sur cette news

La bourse de Paris a perdu 0,85% ce mercredi, de retour à 6...

Clôture Paris : le CAC40 perd 0,85%
Credits Reuters

LA TENDANCE

La bourse de Paris a perdu 0,85% ce mercredi, de retour à 6.668 points sur le CAC40 qui est même descendu jusqu'à 6.629 points dans la matinée. Les prises de bénéfices ont concerné tous les secteurs ou presque, alors que les investisseurs adoptent une attitude prudente en attendant les décisions de la Banque centrale européenne qui constitueront jeudi le principal rendez-vous de la semaine. Le risque est de voir la BCE resserrer sa politique monétaire plus rapidement qu'anticipé...

ECO ET DEVISES

Les médias et acteurs financiers examineront donc de près cette semaine la décision politique de la BCE... Le consensus du marché est que la Banque centrale européenne réduise le niveau de ses achats mensuels d'obligations de 80 milliards d'euros à environ 50-60 milliards d'euros, indique Bloomberg. La flambée de l'inflation à 3% en août a accru la pression sur la BCE pour qu'elle réduise les paramètres de relance d'urgence, mais l'augmentation des infections au covid avant les mois d'hiver pourrait encore inciter la BCE à attendre décembre. Si la BCE réduisait le rythme de ses achats d'actifs, elle devrait néanmoins souligner qu'elle dispose encore de la flexibilité nécessaire pour augmenter ultérieurement à nouveau ses achats et que tout ralentissement ne constituerait pas un 'tapering' au sens propre. Le plan de QE d'urgence (PEPP) de la BCE doit se poursuivre jusqu'en mars.
Selon les résultats d'une enquête Reuters, la BCE devrait annoncer une réduction de ses rachats d'actifs au titre du Programme d'urgence face à la pandémie (PEPP) à partir du quatrième trimestre, mais maintenir ses autres programmes au moins jusqu'en 2024. Avec la reprise économique dans la zone euro et une inflation au plus haut de dix ans, la BCE devancerait donc la Fed à l'issue de sa réunion du 9 septembre en dévoilant une diminution de ses achats de titres. Près de 60% des économistes interrogés par Reuters sont de cet avis. Les autres estiment que la BCE maintiendrait plutôt ses achats au rythme actuel. Selon la médiane des estimations des experts consultés par Reuters, les rachats seraient ramenés à 70 milliards d'euros mensuels dans le cadre du PEPP. Concernant l'échéance de mars, plus de 70% des spécialistes sondés par Reuters jugent qu'il faudrait plutôt plus de 2 ans à la BCE pour arrêter totalement ses achats. La moitié des spécialistes ont même évalué que le processus prendrait cinq ans. Certains estiment même que le processus ne s'arrêtera pas... Les achats dans le cadre du programme d'achats d'actifs APP vieux de six ans sont quant à eux de 20 milliards d'euros par mois.

La BCE devrait par ailleurs maintenir le statu quo sur ses taux directeurs jusqu'à la fin de l'année 2023 au moins, celui des opérations principales de refinancement restant à zéro et celui de la facilité de dépôt à -0,5%, malgré des prévisions de croissance robustes pour 2021 et 2022...
La BCE publiera également ses dernières projections macroéconomiques cette semaine, la plupart des économistes anticipant une révision à la hausse de ses perspectives de croissance et d'inflation. L'inflation devrait, selon l'enquête Reuters, s'établir à 2,1% en moyenne cette année et ralentir à 1,6% en 2022. Elle pourrait culminer à 3% au quatrième trimestre...

Outre-Atlantique, le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard (membre non-votant de la Fed), a déclaré au Financial Times que la banque centrale américaine devrait se hâter de mener son plan de réduction du programme de rachat d'actifs obligataires, ce malgré un ralentissement brutal de la croissance de l'emploi aux États-Unis le mois dernier. Selon lui, le tapering "démarrera cette année et se terminera au cours du premier semestre de l'année prochaine".
Commentant les données sur l'emploi plus faibles que prévu, Bullard a rejeté les inquiétudes selon lesquelles la reprise du marché du travail vacillait. Il note plutôt que la croissance de l'emploi est toujours en moyenne d'environ 500.000 par mois cette année. Il admet que les préoccupations liées au variant Delta ont un impact, mais souligne que d'autres problèmes du côté de l'offre - y compris des allocations de chômage améliorées (qui ont expiré cette semaine) - empêchaient également les gens de retourner sur le marché du travail. Une augmentation de l'épargne personnelle et des chèques de relance signifie que les gens peuvent se permettre de faire attention aux emplois qu'ils acceptent, résume Bullard, qui voit le taux de chômage tomber en dessous de 5% d'ici la fin de l'année.

Suite à la faiblesse du rapport sur l'emploi d'août, les experts ont jugé peu probable que ce manquement modifie le calendrier de réduction des achats d'actifs de la Fed... Après le rapport, Goldman Sachs et Bank of America ont tous deux laissé leurs attentes de réduction des achats obligataires inchangées, prévoyant une annonce officielle en novembre. Le consensus semble toujours pencher en faveur d'allusions explicites à une diminution des achats d'actifs lors de la réunion du FOMC de septembre, suivies d'une annonce formelle en novembre. La Fed pourrait alors commencer à réduire les achats d'actifs en décembre à un rythme de 15 milliards de dollars par mois. Cependant, des doutes demeurent concernant l'engagement de la Fed à un cadre cible d'inflation moyenne flexible, avec un scepticisme croissant quant à la capacité des banques centrales à dénouer de manière significative les mesures de relance déclenchées en réponse à la pandémie.
L'euro reste ferme au-dessus des 1,18/$. Le pétrole cote 72,50$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Abivax : +4% avec Wavestone et Jacquet

Solutions 30 grimpe de près de 3,5%. Open Dutch Fiber, plate-forme indépendante financée par KKR et Deutsche Telekom Capital Partners (DTCP), a sélectionné le groupe comme l'un de ses principaux partenaires pour déployer son réseau très haut débit FTTH aux Pays-Bas, sur des zones urbaines et/ou à forte densité de population, afin d'offrir des connexions par fibre optique de grande qualité aux ménages néerlandais.

M6 : +2,5% suivi de Mersen, TF1 et Lectra (+2%)

Aramis (+1,8%). Le groupe a révisé à la hausse ses objectifs annuels de volumes et de chiffre d'affaires pour l'exercice 2021, présentés à l'occasion de son introduction en bourse, tirés par la croissance des ventes de véhicules reconditionnés. La société évoque un troisième trimestre "particulièrement solide". Aramis Group révise donc à la hausse ses perspectives de volumes de ventes et de chiffre d'affaires pour l'exercice clos au 30 septembre 2021 et prévoit désormais : un volume de ventes pro forma de voitures d'occasion reconditionnées B2C d'environ 50 000 unités, soit une croissance organique de +38 % par rapport à 2020 (contre environ 45 000 unités et +23 % de croissance initialement prévus), Un chiffre d'affaires organique d'environ 1,350 milliard d'euros (contre plus de 1,250 milliard d'euros initialement prévus).

Akwel : +1,7% avec ADP, Eiffage, Innate

Ekinops : +1,5% avec Fermentalg, Cie des Alpes, JC Decaux, Séché

Ubisoft : +1% avec Robertet, Scor, Eurofins, FDJ, Elis, Air France KLM, Getlink, Bouygues

Somfy : +0,8% avec Essilor, Carrefour et Edenred

VALEURS EN BAISSE

Interparfums recule de près de 5%. Le groupe a pourtant dévoilé des résultats quasi records au premier semestre mais le second semestre sera plus compliqué et les objectifs annuels n'ont pas été relevés. Le management table sur une marge opérationnelle "autour de 15%" sur l'ensemble de cette année contre 24,7% au premier semestre, une baisse qu'il explique par l'augmentation des dépenses de marketing et de publicité et de nouveaux investissements notamment liés au lancement des parfums Moncler. Les revenus sont toujours attendus entre 460 et 480 ME contre un consensus proche de 490 ME.

Nexans : -4% suivi de TechnipFMC, Ose, Atari

Nanobiotix : -3,5% suivi de Plastic Omnium, Navya

Rexel : -3% avec Burelle et Chargeurs

Sanofi perd 2,5%. Le géant pharmaceutique a pourtant réalisé une belle acquisition en s'offrant la biotech américaine Kadmon en échange de 1,9 milliard de dollars. Le groupe dirigé par Paul Hudson va ainsi mettre la main sur un portefeuille qui comprend des candidats-médicaments pour le traitement de maladies immunes ou dans le domaine de l'oncologie. Un premier produit qui permet d'éviter les rejets de greffe dans le cadre d'une transplantation (Rezurock) est déjà commercialisé aux Etats-Unis. Pour séduire les actionnaires de la firme américaine, Sanofi a offert 9,50 dollars par action, soit une prime de 79% par rapport au cours de clôture de Kadmon du 7 septembre. Pour les analystes de Jefferies, cette prime est "typique des transactions dans le domaine des biotechnologies". Ils trouvent cette transaction "quelque peu inattendue", car il s'agit d'un renforcement du portefeuille de médicaments généraux pour la transplantation plutôt que de soins spécialisés. Sanofi est néanmoins en train de transformer son portefeuille de produits, mais des "lacunes" subsistent, selon le courtier. Sanofi prévoit de finaliser l'achat au quatrième trimestre avec les ressources de trésorerie existantes, et a déclaré que la transaction sera "modestement dilutive" pour le bénéfice par action l'année prochaine.

Stellantis : -2,5%. Dongfeng Motor a réduit sa participation dans Stellantis. Le constructeur chinois a cédé 36,1 millions d'actions Stellantis à un prix unitaire de 16,65 euros, matérialisant une décote de 2,63% par rapport au cours de clôture de mardi soir. L'opération, qui porte sur 1,2% du capital du groupe automobile, rapporte environ 600 millions d'euros à Dongfeng Motor. Ce dernier ne détient plus que 4,5% de Stellantis. Il s'est engagé à ne plus vendre de titres pendant une période d'au moins 90 jours.

Beneteau : -2,5% avec LafargeHolcim, Aubay, Eramet, SG

Believe : -2% avec McPhy, IPSOS, CGG, Virbac, Savencia

Alstom (-0,8%) et S-Bahn Hamburg GmbH ont signé un contrat pour la livraison de 64 trains S-Bahn supplémentaires de classe 490. La commande s'inscrit dans le cadre d'une option figurant au contrat-cadre signé en 2013. Elle est évaluée à près de 500 millions d'euros. À ce jour, 82 trains de classe 490 sont déjà en service sur le réseau S-Bahn d'Hambourg.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2021

Voluntis annonce ses résultats du 1er semestre 2021 marqués par un recul des facturations commerciales à 1,5 million d'euros et du chiffre d'affaires...

Publié le 24/09/2021

Selon Plastic Omnium, l'accélération de la crise des semi-conducteurs se traduit désormais par une forte révision de la production automobile mondiale...

Publié le 24/09/2021

AgroGeneration et European High Growth Opportunities Securitization Fund annoncent aujourd'hui être parvenus à un accord concernant le contrat...

Publié le 24/09/2021

Le Groupe Pharmagest a enregistré une progression de son Chiffre d'Affaires au 30 juin 2021 de 20,49% à 93,90 ME par rapport au 1er semestre 2020,...

Publié le 24/09/2021

Tronics, une société du Groupe TDK qui fabrique des produits MEMS sur-mesure et des capteurs inertiels standards pour applications industrielles,...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne