En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 511.05
-0.18 %
7 713.49
+0.31 %
1.126
+0.01 %

Clôture Paris : le CAC40 grimpe, sur ses meilleurs niveaux de l'année avec les espoirs commerciaux

| Boursier | 1071 | Aucun vote sur cette news

Le marché parisien stimulé par les négociations commerciales sino-américaines

Clôture Paris : le CAC40 grimpe, sur ses meilleurs niveaux de l'année avec les espoirs commerciaux
Credits Reuters

Le marché parisien profitait ce jour de l'optimisme ambiant, concernant en particulier l'issue des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Le CAC 40 grimpait ainsi de 0,84% en clôture, au plus haut de l'année, à 5.469 pts. L'indice phare parisien alignait là une quatrième séance de progression, cumulant des gains de plus de 15% depuis le début de l'année.

La cote américaine affiche également une bonne orientation ce mercredi, non loin des sommets historiques. Le S&P500 s'affiche en progression de 0,6% et le Nasdaq en hausse de 1% à mi-parcours. Le Dow Jones grimpe de 0,3%.

Sur le marché des changes, l'euro progresse de 0,3% à 1,124$, alors que l'indice dollar plie en revanche de 0,3% à 97. Sur le segment des matières premières, le baril de brut WTI se retourne dans le rouge à -0,4% et 62,3$, consolidant sur ses meilleurs niveaux annuels sur le Nymex, après l'annonce d'une forte progression inattendue des stocks domestiques américains de brut. D'après le Département US à l'énergie, les stocks pétroliers de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 7,2 millions de barils sur la semaine close au 29 mars à 449,5 millions de barils, contre un consensus de -0,8 million de barils.

L'espoir (commercial) fait vivre

Les marchés sont essentiellement soutenus, une fois de plus, par les espoirs relatifs aux négociations commerciales sino-américaines. Ces discussions reprennent aujourd'hui à Washington en présence du vice-Premier ministre chinois Liu He, et avec du côté américain le représentant au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Par ailleurs, un article du 'Financial Times' suscite un espoir tout particulier, le FT affirmant que les Etats-Unis et la Chine se rapprocheraient bel et bien de la conclusion d'un accord commercial.

La reprise de l'activité dans les services en Chine constitue également un élément favorable ce jour sur les marchés financiers, avec un indicateur chinois des services ressortant au plus haut de quatorze mois en mars.

Theresa May tente de sortir de l'impasse

Concernant le Brexit, la Première ministre britannique Theresa May rencontre aujourd'hui le chef de file de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn. Il s'agit d'étudier les options pour sortir de l'impasse dans laquelle est actuellement plongé le Royaume-Uni. "Nous devons voir s'il est possible de s'entendre sur une solution que l'un et l'autre puissent approuver dans le cadre des engagements de leurs programmes", a précisé le secrétaire d'Etat au Brexit Robin Walker sur 'Sky News'. Après de longs échanges avec ses ministres, May a indiqué hier soir son intention de demander un nouveau et 'bref' report de la date du Brexit, afin de parvenir enfin à trouver une solution viable face à l'impasse parlementaire.

La première ministre britannique cherche à éviter à tout prix une sortie sans accord, le 12 avril, qui aurait des conséquences dramatiques pour l'économie britannique et des répercussions très négatives pour ses partenaires européens, à commencer par l'Allemagne, son premier fournisseur dans l'Union européenne.

Angela Merkel a indiqué qu'elle allait se battre "jusqu'à la dernière minute" pour empêcher une sortie sans accord. "C'est dans l'intérêt de la Grande-Bretagne mais c'est par dessus tout dans notre intérêt", a jugé la chancelière allemande.

Programme économique américain étoffé

Sur le front économique aux Etats-Unis ce mercredi, les créations d'emplois dans le privé pour le mois de mars 2019 sont ressorties au nombre de 129.000 selon ADP, contre 165.000 de consensus et 197.000 pour le mois antérieur.

L'indice PMI final des services américains pour le mois de mars 2019 est ressorti à 55,3, contre 54,8 de consensus de place et 56 pour le mois antérieur. L'indice ISM des services (dit 'non-manufacturier') est pour sa part ressorti inférieur aux attentes de marché à 56,1, contre 58 de consensus et 59,7 un mois plus tôt.

Quelques éléments positifs en Zone euro

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont augmenté de 0,4% en février dans la Zone euro après avoir grimpé de 0,9% le mois précédent. Le consensus tablait toutefois sur une hausse moins importante de 0,3%. En glissement annuel, les ventes affichent une progression de 2,8% contre un consensus positionné à +2,3%.

L'activité a continué de croître à un rythme modéré dans le secteur privé de la zone euro en mars, comme le signale l'indice PMI composite IHS Markit de l'activité globale dans la Zone euro qui, à 51,6 contre 51,9 en février, se replie légèrement mais affiche un niveau supérieur à son estimation flash (51,3). L'indice global masque toutefois des tendances divergentes entre les deux secteurs étudiés: si, dans le secteur des services, l'activité a affiché sa plus forte croissance depuis novembre dernier, la production manufacturière a quant à elle enregistré son plus important repli mensuel depuis avril 2013. L'indice final de l'activité de services ressort en effet à 53,3, contre 52,8 en février et une estimation flash à 52,7.

Valeurs en hausse

STMicroelectronics (+5,7%) flambe encore ce mercredi, portant ses gains sur quatre séances à environ 16%. A l'image des derniers jours, la valeur reste portée par la publication d'indicateurs chinois rassurants ainsi que par les résultats de bonne facture du Taïwanais Foxconn. ST bénéficie également de l'envolée d'AMD à Wall Street, alors que Nomura a débuté le suivi de la valeur avec un conseil 'achat'.

Saint-Gobain (+2,8%). Le spécialiste des matériaux de constructions est soutenu par deux notes d'analystes. Oddo BHF et Kepler Cheuvreux ont confirmé leur opinion 'acheter' sur la valeur avec des cibles respectives de 45 et 50 euros.

Par ailleurs, selon un représentant syndical cité par 'Les Echos', Saint-Gobain aurait évoqué dans une note à Bercy la cession de 60% du capital de la filiale Pont-à-Mousson à une entreprise publique chinoise, XinXing Ductile Iron Pipes.

Elis (+3,9%) a levé avec succès 500 millions d'euros via une émission obligataire de maturité 5 ans et offrant un coupon de 1,75%. "L'accueil très positif réservé à cette émission, avec un carnet d'ordres de 3 milliards d'euros, démontre la confiance des investisseurs dans la stratégie et le business model du Groupe", estime le management.

Synergie (+6,6%) grimpe finalement après les comptes. L'Ebitda consolidé s'établit à 137,2 ME contre 135,1 ME en 2017. Le résultat net s'est élevé à 82,5 ME contre 81,5 ME en 2017. La société dit poursuivre aujourd'hui sa croissance avec un chiffre d'affaires en hausse par rapport à 2018 et se veut confiante pour l'exercice en cours.

Arkema (+2,2%). Berenberg initie le suivi avec un conseil 'conserver' et un objectif fixé à 97 euros. Arkema est le deuxième titre le moins cher parmi les fabricants européens de produits chimiques industriels, mais cela est juste car cela reflète les préoccupations concernant les performances passées et futures de l'entreprise, affirme le courtier.

Renault (+1,3%). Le Conseil d'administration a pris acte ce jour de la décision de Carlos Ghosn de démissionner de son mandat d'administrateur à la date de l'Assemblée générale qui statuera sur les comptes de l'exercice 2018, prévue le 12 juin 2019. Ghosn a également démissionné de son mandat de membre du Directoire de Renault-Nissan BV le 28 février 2019. Le Conseil d'administration de Renault a par ailleurs décidé de proposer à l'AG la nomination d'Annette Winkler en qualité d'administratrice indépendante.

Groupe Gorgé (+1,4%) enchaîne ce mercredi une cinquième séance de hausse consécutive en portant à 70% environ sa revalorisation depuis le 1er janvier. Les investisseurs accueillent avec bienveillance l'amélioration des résultats de la maison-mère de Prodways et ECA. Le résultat opérationnel courant remonte à 4,3 millions d'euros, contre -5,5 millions d'euros en 2017. In fine, le résultat net part du Groupe sur l'exercice qui s'élève à -1,9 million d'euros, comparé à -16 millions d'euros en 2017.

SoLocal (+8,9%) s'enflamme ce jour sur des rachats spéculatifs, sans explication évidente.

Total (+0,04%) et Guanghui ont signé un contrat de vente et d'achat prévoyant la fourniture de 0,7 million de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an sur 10 ans. L'approvisionnement du terminal de regazéification de Guanghui, à Qidong, province du Jiangsu, proviendra du portefeuille GNL mondial de Total... En outre, le groupe et Tellurian ont signé une série d'accords renforçant le partenariat entre les deux sociétés pour le développement du projet Driftwood LNG situé en Louisiane, aux États-Unis.

Valeurs en baisse

Casino (-3%) corrige, au lendemain de la dégradation de deux crans de la note crédit du groupe par Moody's. L'agence, qui pourrait encore abaisser sa notation sur le distributeur compte tenu de la perspective 'négative' associée à la nouvelle note 'Ba3' de Casino, estime que la faible génération de cash-flow libre en France limite la capacité de l'entreprise à réduire sa dette brute malgré d'importantes cessions d'actifs... Rallye (-3,2%) trébuche ce soir dans son sillage.

Kering (-0,4%) a finalisé la cession de la marque américaine de sport et lifestyle Volcom. L'entreprise américaine Authentic Brands Group (ABG) a acquis les droits de propriété intellectuelle de Volcom à compter du 1er avril. L'équipe managériale actuelle de Volcom reprend la licence d'exploitation de la marque et poursuivra le développement des activités de la marque aux Etats-Unis, en France, en Australie et au Japon. Kering avait acquis Volcom en 2011.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2019

Communiqué de Presse Amundi - Déclaration de transactions sur actions propres Période du 15 au 18 avril 2019       Paris, le 19 avril 2019       Conformément à la…

Publié le 19/04/2019

Crédit Agricole Assurances annonce aujourd'hui la publication de son rapport sur la solvabilité et la situation financière. Depuis l'entrée en vigueur de Solvabilité 2 au…

Publié le 19/04/2019

Les six plus grandes banques américaines ont affiché des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes pour le premier trimestre. En revanche les revenus sont ressortis inférieurs au consensus…

Publié le 18/04/2019

Le dividende sera détaché de l'action le 14 mai...

Publié le 18/04/2019

Groupe ADP vient d'inaugurer, le bâtiment de jonction de l'aéroport Paris-Orly, ORLY 3, en présence du Premier ministre Edouard Philippe, de la...