Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 622.59 PTS
+0.59 %
6 659.00
+1.14 %
SBF 120 PTS
5 187.38
+0.53 %
DAX PTS
15 651.75
+0.23 %
Dow Jones PTS
34 809.88
-0.01 %
15 518.92
+0.1 %
1.176
-0.44 %

Clôture Paris : le CAC40 engage la semaine avec morosité

| Boursier | 855 | Aucun vote sur cette news

A Paris, le CAC40 ouvre la semaine en recul de 0,8%...

Clôture Paris : le CAC40 engage la semaine avec morosité
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC40 débute la semaine sous pression, semblant renoncer à son record historique de 6.944,77 points du 4 septembre 2000, après un parcours estival de 4 semaines consécutives de progression. Ce lundi, l'indice phare de la place parisienne redonne -0,83% à 6.838 points.

Dès ce matin, la déception concernant la croissance de la production industrielle et des ventes au détail en Chine a pesé sur les marchés. La Chine a ralenti à un rythme plus important qu'attendu en juillet, soulignant les pressions accrues sur son économie alors que la solidité des exportations s'effrite dans un temps où la résurgence du coronavirus vient perturber l'activité. Si l'économie chinoise s'est relevée de l'impact initial de l'épidémie de coronavirus pour revenir à des niveaux pré-crise sanitaire, son rebond semble s'être essoufflé alors que les entreprises font face à des coûts plus importants et à des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement.

Il n'en fallait pas plus pour émousser un éventuel enthousiasme de la place parisienne, puisque la France accuse également un puissant retour des craintes et risques sanitaires.

Du côté des Etats-Unis, les nouvelles ne sont pas, non plus, particulièrement optimistes. Après les sommets de vendredi et les bons résultats des entreprises, la cote américaine marque une pause, concrétisant à la fois la dégradation du moral des ménages américain (annoncée vendredi) à un plus bas de 10 ans, les incertitudes économiques chinoises et les questionnements géopolitiques du week-end. Le DJIA redonne ainsi -0,2% à 35.445 points. Le S&P 500 est stable. Le recul du Nasdaq est un peu plus marqué. Il fléchit de -0,96% à 14.680 points
Ce lundi, l'indice Empire State d'activité manufacturière régionale de la Fed de New York pour le mois d'août 2021 est ressorti très inférieur aux attentes, à 18,3 contre un consensus voisin de 30. L'indicateur était de 43 un mois auparavant. L'indice d'août traduit donc un très fort ralentissement de l'expansion.

Le baril de brut WTI souffle de -0,6% à 67,62$, alors que le Brent de la mer du Nord cède -0,65% à 69,8$. Les cours pétroliers se sont creusés en début de séance avant de se reprendre, accusant le coup des craintes d'un essoufflement économique asiatique et une montée d'instabilité géopolitique, avec le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan.

Avec les tensions géopolitiques, l'or joue pleinement son rôle de valeur refuge. L'once d'or gagne 1,87% à 1.785,68$. Le dollar gagne 0,18% face à l'euro. Le bitcoin perd 2,65% à 46.318$.

VALEURS EN HAUSSE

* Faurecia (+12,05% à 43,06 euros). Outre-Rhin, fin du feuilletonHella (-3,4% à 61,04 euros). L'équipementier automobile français a conclu un accord avec le 'Pool familial' allemand Hella pour lancer une offre publique d'achat en numéraire sur toutes les actions Hella au prix de 60 euros par action, soit une contrepartie totale s'élevant à 60,96 euros (incluant un dividende de 0,96 euro dont il est prévu qu'il soit soumis à l'assemblé générale annuelle d'Hella en date du 30 septembre 2021 et payé par Hella à tous ses actionnaires préalablement à la date de réalisation de la transaction), correspondant à une prime de 33% par rapport au dernier cours non affecté de 45,8 euros et de 24% par rapport au VWAP (cours moyen pondéré en fonction du volume) non affecté sur 3 mois de 49,1 euros. Faurecia va acquérir auprès du pool familial sa participation de 60% au prix de 60 euros par action, payé par une combinaison de 3,4 milliards d'euros en numéraire et jusqu'à 13.571.428 actions Faurecia nouvellement émises (sur la base d'un prix de référence de 42,06 euros par action Faurecia). La transaction représente une valeur d'entreprise totale estimée à 6,7 milliards d'euros pour 100% de Hella. Elle a été approuvée à l'unanimité par le Conseil d'administration de Faurecia et a reçu le soutien du management de Hella.

* Plastic Omnium, qui faisait partie des repreneurs potentiels d'Hella, termine relativement stable (+0,07% à 26,94 euros).

* Sur le CAC40, Alstom (+1,21% ; 35,93 euros), Carrefour (+1,06% ; 17,17 euros) et Danone (+0,81% ; 65 euros) sont les valeurs les mieux orientées.

Biophytis (+0,75% à 0,747 euro). L'entreprise a reçu une recommandation favorable du Data Monitoring Committee (DMC) pour poursuivre -sans changements du protocole- le recrutement des patients dans l'étude COVA dans la Covid-19 basée sur l'analyse de l'innocuité de Sarconeos (BIO101). Le comité indépendant recommande de poursuivre le recrutement des patients pour la Partie 2 de l'étude de phase 2-3 à la suite de la randomisation des 155 premiers patients. Les données d'efficacité de la 2e analyse intermédiaire doivent être revues par le DMC au 3e trimestre 2021. A ce jour, 191 patients ont été randomisés dans 36 centres cliniques ouverts aux USA, au Brésil, en France et en Belgique. Les premiers résultats de l'étude complète sur 310 patients sont attendus au 4e trimestre 2021, suivant l'évolution de la pandémie. Le nombre final de participants dépendra des recommandations du DMC à la suite de la deuxième analyse intermédiaire.
Par ailleurs, Biophytis a exécuté les obligations mises à sa charge par le jugement du Tribunal de commerce de Paris du 16 mars 2021 et le au jugement du 16 juillet 2021 du Juge de l'exécution du Tribunal Judiciaire de Paris dans l'affaire opposant Biophytis à Negma Group Ltd au sujet du contrat d'ORNANEBSA conclu le 21 août 2019. Dans le cadre de cette exécution, Biophytis a notamment émis 4.950.000 actions nouvelles au profit de Negma, au titre d'une augmentation de capital réservée. En conséquence de l'émission, le capital de Biophytis se trouve porté à 122.145.455 actions.

* Bassac (+0,3% à 67 euros) : L'Autorité de la concurrence a autorisé la prise de contrôle de la société Marignan. Bassac a acquis, le 13 août, la totalité des actions détenues par la société Ceres Grafton dans la société Bayard Holding. Marignan est un promoteur d'immobilier résidentiel et de bureaux, présent sur l'ensemble du territoire français via 13 implantations régionales. Disposant d'un portefeuille d'activité de 12.000 lots au 31 décembre 2020, Marignan a vendu 1.900 logements au cours de l'année 2020.

VALEURS EN BAISSE

* Sur le CAC40, les valeurs du luxe sont sous pression. Plus forte baisse du CAC40, Kering plonge de -4,68% à 752 euros, avec LVMH (-2,1% ; 694,9 euros). Hermes (-1,67% ; 1.325 euros) et L'Oréal (-1,12%) reculent aussi. Le compartiment souffre logiquement des nouvelles restrictions mises en place en Asie pour contrer une propagation du variant Delta.

* ArcelorMittal recule de -2,07% à 30,24 euros avec la perspective d'un ralentissement de la demande d'acier et de métaux en Asie.

* AXA (-0,47% à 24,33 euros) a annoncé un accord avec HSBC pour céder AXA Insurance Pte Ltd (AXA Singapour), pour un montant total en numéraire de 575 millions de dollars américains. La transaction marque, selon Gordon Watson, directeur général d'AXA en Asie et en Afrique, "une nouvelle étape dans la stratégie de simplification du Groupe AXA", qui met ainsi l'accent sur ses marchés principaux disposant d'une taille critique et d'un fort potentiel de croissance, ainsi que d'un mix d'activité centré sur segments cibles. La transaction devrait générer un impact négatif sur le résultat net du Groupe AXA d'environ 160 millions d'euros dans les états financiers 2021.

* Atos (-0,25% à 43,36 euros) a terminé la revue comptable détaillée des deux entités juridiques aux Etats-Unis qui avaient fait l'objet d'une réserve de leurs comptes. Atos indique que ces travaux n'ont pas révélé d'anomalie matérielle au regard des comptes consolidés du groupe.

* CNIM (-0,36% à 13,9 euros) : CNIM enregistre une perte nette de 77,5 ME au 1er semestre 2021 (-32,3 ME un an plus tôt). Le chiffre d'affaires réalisé sur la période est de 278,6 ME (267,6 ME en 2020). Les commandes du 1er semestre 2021 s'élèvent à 183,1 ME (271,8 ME au 1er semestre 2020). Le carnet de commandes au 30 juin 2021 est inférieur de -7,9 % à celui du 1er janvier 2021.
En revanche, le nouveau protocole de conciliation signé le 30 juillet a été homologué par le Tribunal de Commerce le 13 août. Le financement long terme de l'état, qui doit faire l'objet d'une autorisation par la Commission Européenne prochainement, est porté à 125 ME (40 ME initialement). La dette historique de 163 ME est abandonnée avec une clause de remboursement en cas de retour à meilleure fortune (plutôt que convertie en ORA). Dans le cadre du rééchelonnement des dettes contractées en 2020, l'utilisation des produits de la cession des activités O&M est affectée dans la limite de 20% au remboursement des financements bancaires moyen terme. CNIM s'engage à mettre en oeuvre un programme d'adossement, notamment sur ses activités EPC.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/09/2021

Affluent Medical, medtech française spécialisée dans le développement international et l'industrialisation de prothèses médicales innovantes, à un...

Publié le 16/09/2021

Le Conseil d'Administration de Delta Plus Group a décidé le 3 septembre 2021 de soumettre à l'Assemblée Générale mixte des actionnaires du 15 octobre...

Publié le 16/09/2021

Le chiffre d'affaires du Groupe au 1er semestre 2021 s'établit à 15,9 ME, une hausse de 34% par rapport au S1 2020 sous le double effet de...

Publié le 16/09/2021

Après un premier semestre (juin à décembre 2020) négativement impacté par la crise sanitaire, Agripower a observé, comme anticipé, un net redressement...

Publié le 16/09/2021

OSE Immunotherapeutics SA annonce la présentation(1) de nouvelles données prometteuses de l'inhibiteur de SIRPα BI 765063, issues de l'escalade de...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne