5 339.69 PTS
-0.33 %
5 329.5
-0.37 %
SBF 120 PTS
4 256.56
-0.41 %
DAX PTS
13 067.31
-0.01 %
Dowjones PTS
24 619.06
+0.45 %
6 426.52
+0.57 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture Paris : le CAC40 cède un peu plus de 1%

| Boursier | 508 | Aucun vote sur cette news

Renault, plus forte baisse de l'indice parisien aujourd'hui...

Clôture Paris : le CAC40 cède un peu plus de 1%
Credits Reuters

LA TENDANCE

Fin de semaine dans le rouge à Paris... Le CAC40, qui avait fini sa course proche de l'équilibre hier après trois séances de rebond, a repiqué du nez ce vendredi, en baisse de 1,07% à 5.131 pts en clôture. Sur le front économique, la croissance française s'est maintenue à 0,5% au deuxième trimestre 2017. La première estimation du PIB américain traduit quant à elle une vive accélération de la croissance aux Etats-Unis sur la même période (+2,6%). Du côté des sociétés à Paris, l'avalanche de publications se poursuit avec quelques déceptions... Renault s'affiche ainsi comme la plus forte baisse du CAC40 aujourd'hui, suivi par Essilor, Kering, L'Oréal ou encore Vinci...

ECO ET DEVISES

La croissance française s'est maintenue à 0,5% au deuxième trimestre 2017. Pour le troisième trimestre consécutif, le produit intérieur brut progresse de 0,5%, soutenu notamment par les dépenses de consommation des ménages qui accélèrent légèrement (+0,3% après +0,1%) et le rebond des exportations. La formation brute de capital fixe (FBCF) ralentit en revanche nettement (+0,5% après +1,4%). Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue à la croissance du PIB pour +0,4 point, comme au trimestre précédent. Les exportations rebondissent donc (+3,1% après -0,7%) tandis que les importations ralentissent nettement (+0,2% après +1,2%), précise l'Insee. Au total, le solde extérieur contribue positivement à la croissance du PIB : +0,8 point après -0,6 point au trimestre précédent. À l'inverse, les variations de stocks y contribuent négativement (-0,6 point après +0,7 point). Cette croissance de 0,5% ressort en ligne avec les attentes du marché.

Le PIB américain du second trimestre s'affiche en croissance de +2,6% en première estimation, en ligne avec le consensus. L'indice des prix rattaché au PIB a quant à lui progressé de +1%, contre +1,2% de consensus. La croissance US du premier trimestre a été revue à la baisse, à +1,2% contre +1,4% précédemment...

L'indice de confiance des consommateurs américains (Université du Michigan) pour le mois de juillet 2017 est ressorti à 93,4, contre 93,1 de consensus de place et 93,1 en première lecture.

L'indice américain du coût de l'emploi pour le second trimestre 2017 est ressorti en augmentation de +0,5% en comparaison du trimestre antérieur, contre +0,6% de consensus de place et +0,8% pour la lecture antérieure. L'évolution en glissement annuel ressort à +2,4%.

En France, les dépenses de consommation des ménages affichent une baisse prononcée de 0,8% en juin après deux mois consécutifs de hausse. Le consensus tablait sur un recul de 0,2%. Cependant, elles rebondissent sur l'ensemble du deuxième trimestre (+0,4% après -0,4%), précise l'Insee.

Les prix à la consommation augmenteraient de 0,7% en juillet, comme le mois précédent, selon l'estimation provisoire de l'Insee. Cette stabilité de l'inflation sur un an serait due à une légère accélération des prix des services et de l'énergie, compensée par un ralentissement des prix de l'alimentation. Les prix des produits manufacturés baisseraient au même rythme qu'en juin. Sur un mois, les prix à la consommation reculeraient de manière saisonnière après une stabilité en juin, précise l'Institut. Aux normes européennes, l'IPC augmenterait de 0,8%, comme en juin.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1759$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 49,7$ et le Brent s'affiche à 52,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Orchestra-Prémaman (+7,7%). Le marché pousse un ouf de soulagement après l'abandon du projet de rapprochement avec l'américain Destination Maternity, dont la complexité aura eu raison des fiançailles des deux entreprises.

* TechnipFMC (+3,8%) reprend des couleurs après le trou d'air lié à l'ajustement comptable réalisé sur les résultats du premier trimestre 2017, consécutif à une erreur liée aux taux de change.

* Euronext (+2,5%). La société a publié son meilleur trimestre depuis son retour en bourse. Le bénéfice net a augmenté de 9,3% à 53,9 ME.

* Teleperformance (+2,4%). Les résultats semestriels ont été bien accueillis par le marché. La Société Générale a relevé de 130 à 140 euros son objectif de cours en conseillant toujours à ses clients l'achat de la valeur.

* Saint-Gobain (+1,4%). Le bénéfice net a progressé de 26% au 1er semestre, malgré la cyberattaque dont a été victime la société. Le groupe confirme "avec confiance" son objectif pour l'année 2017 d'une progression du résultat d'exploitation à structure et taux de change comparable.

* BNP Paribas (+0,1%) campe sur les 66 euros ce vendredi, sans grand changement, après avoir dévoilé ce matin des résultats plutôt bien positionnés par rapport aux attentes de la place en matière de bénéfice net

VALEURS EN BAISSE

* Solocal (-6%). La recapitalisation réussie du goupe ne signifie pas pour autant que la société est en meilleure posture opérationnelle, comme le prouve le nouvel avertissement lancé sur les objectifs 2017.

* Renault (-5,1%). Le constructeur amélioré ses résultats intermédiaires, mais l'embellie repose sur sa division de services financiers. Les analystes auraient préféré une performance plus robuste de la division automobile, d'autant que le rival Peugeot avait brillé de ce point de vue en début de semaine.

* Essilor (-4,1%) peine toujours à faire décoller sa croissance organique. Le groupe, en marge de la publication de ses résultats semestriels, a annoncé que sa croissance en base homogène sera voisine de 3% cette année, alors qu'il espérait jusque-là parvenir dans la fourchette 3 à 5%.

* Amundi (-3,8%). La décollecte enregistrée au second trimestre est un signal plutôt négatif, même si ses facteurs sont temporaires. Elle donne en tout cas un bon prétexte aux actionnaires pour prendre leurs bénéfices, alors que le titre avait clôturé hier sur de nouveaux sommets, à 66,59 euros.

* Kering (-3,8%). Le marché est sévère avec le groupe de la famille Pinault, qui a publié des résultats en vive amélioration. La baisse globale des marchés aujourd'hui a sans doute inspiré quelques prises de profits, après les records historiques signés la semaine dernière.

* Spie (-3,6%). Les investisseurs n'avaient pas vu venir l'avertissement lancé par le management en marge de la publication des résultats semestriels.

* L'Oréal (-2,7%) perd du terrain après sa publication. "Les résultats du groupe sont en nette progression dans tous les domaines", estime Jean-Paul Agon, Président-Directeur Général de L'Oréal qui poursuit : "Les bons résultats de ce 1er semestre, confortent notre confiance dans notre capacité à surperformer à nouveau le marché cosmétique en 2017 et à faire progresser notre chiffre d'affaires et nos résultats".

* Vinci (-2,5%). Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 18,51 MdsE au cours du premier semestre 2017, en progression de 5,1% en glissement annuel. L'Ebitda de la période progresse plus rapidement, de 7,7%, pour atteindre 2,8 MdsE, soit une marge de 15,2%, en hausse de 0,4 point. Le résultat opérationnel courant progresse de 8,9% à 1,85 MdE. Au final, le spécialiste du BTP et de la concession dégage un bénéfice net légèrement supérieur à 1 MdE, en progression de 11,9%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

EDF progresse de 0,3% à 10,505 euros. L’électricien a confirmé son objectif d'Ebitda 2017 malgré une production nucléaire plus faible que prévu. Le groupe entend toujours dégager un Ebitda…

Publié le 15/12/2017

Barrière en vue

Publié le 15/12/2017

Information réglementée - Informations privilégiées - 15 décembre 2017 - 16h45 CET   LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ,…

Publié le 15/12/2017

Après la forte hausse du titre

Publié le 15/12/2017

bioMérieux a un nouveau patron...

CONTENUS SPONSORISÉS