En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.85 %
5 091.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 078.82
+0.75 %
DAX PTS
11 472.22
+1.30 %
Dowjones PTS
25 382.48
-0.02 %
6 864.88
+0.52 %
1.127
+0.47 %

Clôture Paris : le CAC40 cale

| Boursier | 475 | Aucun vote sur cette news

Légère baisse pour l'indice parisien, après quatre séances de rebond...

Clôture Paris : le CAC40 cale
Credits Reuters

LA TENDANCE

Après quatre séances consécutives de progression, pour un gain cumulé de près de 2%, le CAC 40, dans le vert une bonne partie de la journée, a finalement cédé 0,08% ce jeudi, à 5.328 points en clôture. La séance a été marquée par la réunion monétaire, sans grande surprise, de la BCE, qui a, comme prévu, laissé ses taux inchangés et revu légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019. Outre-Atlantique, Wall Street tente un rebond actuellement, porté notamment par de nouveaux espoirs autour d'un éventuel futur accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine... Du côté des sociétés, Apple, qui a présenté hier soir ses nouveaux produits, s'offre une nette hausse de plus de 2%, en tête du Dow Jones pour le moment. Enfin, l'heure est à la correction du côté du pétrole avec Brent et un WTI en recul d'environ 2%.

ECO ET DEVISES

L'espoir renaît sur le front commercial, entre les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping. Ainsi, la Chine a salué une invitation adressée par les USA, qui proposent d'ouvrir un nouveau volet de négociations commerciales. Geng Shuang, porte-parole du Ministère chinois aux affaires étrangères, s'est félicité de cette proposition. Les deux pays discutent des détails de la réouverture des échanges.

La Banque centrale européenne vient, comme attendu, de laisser ses taux directeurs inchangés au terme de sa réunion de politique monétaire du 13 septembre. Le principal taux directeur, le taux de refinancement reste à 0,00%. Le Conseil des gouverneurs s'attend toujours à ce que les taux directeurs de la BCE restent à leurs niveaux actuels au moins jusqu'à l'été 2019 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la convergence durable de l'inflation vers des niveaux inférieurs, mais proches de 2% à moyen terme. Le rythme mensuel des rachats d'actifs est également confirmé à 30 milliards d'euros jusqu'à la fin du mois. Après septembre, le Conseil des gouverneurs réduira, jusque fin décembre 2018, le rythme mensuel des achats nets d'actifs à 15 milliards d'euros et prévoit que, si les données lui parvenant confirment ses perspectives d'inflation à moyen terme, les achats nets arriveront alors à leur terme.

Selon Mario Draghi : "le PIB réel de la zone euro a augmenté de 0,4% en glissement trimestriel au cours des deux premiers trimestre de 2018. Malgré un certain ralentissement après la forte croissance enregistrée en 2017, les derniers indicateurs économiques et les résultats d'enquêtes confirment globalement la croissance généralisée de l'économie de la zone euro. Les mesures de politique monétaire continuent de soutenir la demande intérieure. La consommation privée est dopée par les gains d'emploi qui, à leur tour, reflètent en partie les réformes passées du marché du travail et l'augmentation des salaires". "Les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro peuvent encore être jugés globalement équilibrés", même s'il note que "l'incertitude liée à la montée du protectionnisme et à la volatilité sur les marchés émergents a gagné en importance".

Comme attendu, la BCE revoit en légère baisse ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019, à respectivement 2% et 1,8%, contre 2,1% et 1,9% précédemment. La croissance est toujours attendue à 1,7% en 2020. Le taux annuel d'inflation est par ailleurs toujours anticipé à 1,7% en 2018, 2019 et 2020.

Selon le Département américain au travail ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 8 septembre sont ressorties au nombre de 204.000, contre un consensus logé à 210.000 et un niveau révisé à 205.000 pour la semaine antérieure. La moyenne à quatre semaine ressort ainsi à 208.000 inscriptions, contre 210.000 une semaine auparavant.

L'indice des prix à la consommation US du mois d'août 2018 est ressorti pour sa part en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus. Il grimpe de 2,7% en glissement annuel (+2,8% de consensus). Le CPI hors alimentation et énergie augmente de 0,1% par rapport au mois précédent, contre +0,2% de consensus. Il progresse de 2,2% en glissement annuel (consensus +2,3%).

La Banque d'Angleterre vient de maintenir son taux directeur à 0,75%. Une décision, attendue par le marché, et prise à l'unanimité par les neuf membres du comité de politique monétaire. Le programme de rachat d'actifs est également confirmé à 435 milliards de livres et celui de rachats d'obligations d'entreprises non financières notées en catégorie 'investissement', à 10 Mds£.

A noter enfin que la Banque centrale turque semble vouloir défier le président Erdogan. Alors que le leader turc avait appelé dans la matinée à une baisse des taux d'intérêt, la Banque centrale vient d'augmenter son taux repo à une semaine de 625 points de base, à 24%. Le consensus Bloomberg tablait sur une hausse limitée à 350 pb. Une annonce qui a provoqué une envolée de plus de 5% de la lire face au dollar.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1678$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 68,8$ et le Brent s'affiche à 78,6$.

VALEURS EN HAUSSE

* Sur le SRD, Avenir Telecom s'envole de 26,5%. Claranova poursuit de son côté son rebond, sur un gain de 8,6%.

* Korian (+9,5%) prévoit désormais une croissance de son chiffre d'affaires proche de 6% (contre plus de 5,5% précédemment) et un taux de marge opérationnelle stable (contre un taux en "retrait limité") compte tenu de la bonne discipline en matière de coûts au S1 et des bénéfices attendus de la politique immobilière "asset smart".

* Prodways progresse de 5,9%. Le groupe a annoncé une collaboration entre sa filiale INITIAL et L'Oréal pour accélérer le développement de pièces thermoplastiques grâce à l'impression 3D.

* Michelin (+3,6%) profite d'une conférence destinée aux investisseurs pour réitérer ses objectifs annuels. Après revue des principaux éléments exogènes que sont les marchés, le cours des matières premières et les parités de change, le groupe clermontois confirme viser en 2018 une croissance des volumes en ligne avec l'évolution mondiale des marchés, un résultat opérationnel sur activités courantes supérieur à celui de 2017, hors effet de change, et une génération d'un cash-flow libre structurel supérieur à 1,1 milliard d'euros.

* Natixis gagne 3,1%. Le groupe mutualiste BPCE envisage le rachat d'un certain nombre d'activités de sa filiale pour un total de 2,7 milliards d'euros, une transaction qui lui permettrait de renforcer son modèle de banque universelle tout en donnant à sa filiale le loisir de se concentrer sur la gestion d'actifs.

* STMicroelectronics rebondit de 2,2%. Morningstar est passé ce matin de "conserver" à "acheter" sur le fabricant franco-italien de composants de semi-conducteurs, tout en laissant sa cible inchangée à 19 euros.

* Sur le CAC40, Renault monte aussi de 1,6% avec Sanofi (+1,4%) ou encore Crédit Agricole (+1,6%).

VALEURS EN BAISSE

* Rubis plonge de 10,6%, lourdement sanctionné après une publication semestrielle décevante. Le groupe a vu son bénéfice net reculer de 7% sur la période, à 129 ME, pour un chiffre d'affaires en hausse de 32% à 2,403 MdsE. La société a notamment été pénalisée par les sanctions américaines à l'égard de l'Iran, annoncées en mai, qui ont contraint le groupe à se désengager du pays et à dénouer des partenariats régionaux liés (Inde). A l'exception de la Turquie, l'activité opérationnelle devrait poursuivre sa progression sur le second semestre, a néanmoins indiqué le management, qui continue à étudier des projets de développements, tant organiques que par acquisitions.

* Synergie (-4,8%). Les investisseurs se montrent déçus par la publication semestrielle du groupe d'intérim. Les résultats dévoilés sont inférieurs aux prévisions du consensus : le ROC baisse de 2,5% à 57,7 ME, soit une marge de seulement 4,7% en retrait de 70 points, là où les analystes attendaient une progression du ROC. Pour expliquer ce tassement de la rentabilité, le groupe évoque l'effet l'impact de diverses mesures législatives ou réglementaires, en particulier en France, avec la baisse du taux de CICE 7% à 6%, qui efface l'effet favorable des volumes.

* TechnipFMC reperd 3,2% alors que le baril de pétrole recule un peu, de retour sous les 70 euros pour le WTI.

* Publicis perd 2,6% après un abaissement de l'objectif de cours de Credit Suisse.

* Au lendemain d'un rebond du secteur, le Luxe subit déjà des prises de bénéfices, avec Hermes International qui perd 2,1% ou encore Kering que cède 1,9%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2018

Iliad a fait état d'un chiffre d'affaires au troisième trimestre en croissance de 1,7% à 1,24 milliard, tiré par la contribution de l'Italie, avec plus de 2,23 millions d'abonnés recrutés en…

Publié le 13/11/2018

ADLPartner : gouvernance       Le Groupe ADLPartner annonce la mise en place d'une organisation transitoire de sa gouvernance.   Le conseil de surveillance…

Publié le 13/11/2018

Jacquet Metal Service a enregistré sur les 9 premiers mois de 2018 un résultat net en progression de 41% à 52,4 millions d'euros. L'Ebitda du spécialiste de la distribution d'aciers spéciaux a…

Publié le 13/11/2018

EDF a confirmé ses objectifs 2018 dans le sillage d'un chiffre d'affaires neuf mois en progression. L’électricien public a dégagé sur la période un chiffre d'affaires de 49,592 milliards…

Publié le 13/11/2018

Sur le T3, Iliad réalise un chiffre d'affaires de 1...