En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 518.45 PTS
+0.16 %
5 522.0
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 352.83
+0.17 %
DAX PTS
12 308.53
-0.19 %
Dowjones PTS
26 504.00
+0.15 %
7 667.74
+0.42 %
1.123
+0.04 %

Clôture Paris : le CAC 40 sauve l'honneur, malgré le commerce

| Boursier | 1387 | Aucun vote sur cette news

La bourse de Paris est parvenue finalement ce lundi soir à clôturer sur un gain assez significatif

Clôture Paris : le CAC 40 sauve l'honneur, malgré le commerce
Credits Reuters

La bourse de Paris est parvenue finalement ce lundi soir à clôturer sur un gain assez significatif de 0,65% à 5.241 pts, après avoir inscrit un plus bas intraday proche des 5.150 pts. Le CAC 40 a donc connu une journée assez mouvementée. La première moitié de séance était déprimée, sur des craintes relatives une fois encore aux tensions commerciales. Les marchés se sont ensuite ressaisis au fil de la journée sur quelques achats à bon compte, les faibles statistiques manufacturières révélées en Europe ce matin, puis aux USA dans l'après-midi, militant toujours pour une très grande souplesse monétaire des banquiers centraux...

Sur le marché des changes, l'euro se traite ce soir à 1,1204$ (+0,3%), alors que l'indice dollar fléchit de 0,2% à 97,5. Le baril de brut WTI remonte de 0,3% à 53,6$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord se replie de 0,1% à 61,9$.

Les inquiétudes persistent au sujet des conflits commerciaux mondiaux impliquant les États-Unis. La décision de Donald Trump d'imposer des prélèvements à l'ensemble des importations provenant du Mexique n'est bien évidemment pas faite pour rassurer. Mexico et Washington vont toutefois discuter... Rappelons que Trump a annoncé en fin de semaine dernière l'application dès le 10 juin de tarifs douaniers de 5% sur tous les produits importés du Mexique, alors même que les deux partenaires étaient pourtant sur le point de boucler le nouvel accord USMCA. Les taxes douanières seraient progressivement rehaussées, et resteraient en vigueur tant que les flux de clandestins passant par le Mexique ne seraient pas arrêtés...

Pékin a de son côté estimé que les Etats-Unis étaient responsables de l'impasse actuelle des négociations commerciales entre les deux superpuissances. La Chine accuse les USA d'intimidation et de coercition, et pointe du doigt les demandes jugées 'exorbitantes' de l'administration Trump. Le ministre adjoint chinois au Commerce n'a pas clairement indiqué pour sa part sa certitude d'une rencontre entre Trump et son homologue chinois Xi Jinping lors du G20 d'Osaka, au Japon, en fin de mois. Certains doutent encore de cette réunion au sommet...

Sur Twitter ce lundi, Trump reste offensif : "La Chine subventionne son produit de manière à ce qu'il puisse continuer à être vendu aux États-Unis. De nombreuses entreprises quittent la Chine pour d'autres pays, y compris les États-Unis, afin d'éviter de payer les Tarifs (ndlr : taxes douanières). Aucune augmentation visible des coûts ou de l'inflation, mais les États-Unis gagnent des Milliards!"

Suite à l'offensive américaine contre Huawei, Pékin entend répliquer avec une liste noire d'entreprises étrangères. La Chine va également enquêter sur FedEx et ses pratiques locales, afin de déterminer si l'Américain a porté atteinte aux intérêts des clients chinois.

Une escalade de l'affrontement commercial et une éventuelle décision des Etats-Unis de taxer à 25% les 300 milliards de dollars restants d'importations provenant de Chine pourrait provoquer une récession mondiale dans trois trimestres, précisent les économistes de Morgan Stanley.

Trump vient par ailleurs d'arriver à Londres pour une visite de trois jours. Dans une interview accordée au Sunday Times, le leader de la Maison blanche affirme que les Britanniques devraient refuser de payer la facture de la sortie de l'UE chiffrée à 40-45 milliards d'euros, et abandonner les négociations si Bruxelles ne répond pas positivement à leurs attentes...

Les statistiques du jour déçoivent aux Etats-Unis. L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de mai 2019 s'est établi à 50,5, contre un consensus de place de 50,6 et une lecture flash de 50,6. La lecture finale d'avril était de 52,6. L'indicateur est donc faible et se rapproche dangereusement des 50, limite entre expansion et contraction de l'activité... L'indice ISM manufacturier du mois de mai, qui vient également d'être révélé, est ressorti pour sa part à 52,1, contre un consensus de 53 et un niveau de 52,8 en avril. Ce second indice confirme donc un ralentissement de l'expansion de l'industrie manufacturière américaine en mai.

Enfin, les dépenses de construction du mois d'avril 2019 aux Etats-Unis sont ressorties stables, alors que le consensus était de +0,4% en comparaison du mois antérieur. L'évolution de ces dépenses de construction pour le mois de mars a toutefois été révisée à +0,1%, contre -0,9% précédemment évalué. En glissement annuel, les dépenses de construction du mois d'avril 2019 ont décliné de 1,2%.

En Europe, la situation demeure contrastée, avec tout de même un retour de la croissance dans le secteur manufacturier français en mai. L'Indice PMI IHS Markit manufacturier, conçu pour mesurer la performance globale de l'industrie, s'est redressé de 50 en avril à 50,6, signalant une très légère expansion du secteur la première depuis février... En revanche, la contraction du secteur manufacturier s'est poursuivie en mai dans la Zone euro. Confirmant son estimation flash, l'Indice PMI final pour l'industrie manufacturière est ressorti à 47,7 le mois dernier (47,9 en avril). C'est de nouveau l'Allemagne qui a affiché, de loin, les plus faibles performances, les dernières données PMI signalant en effet une forte dégradation de la conjoncture dans le secteur manufacturier allemand.

Valeurs en hausse

Renault (+0,6%) progresse dans une actualité très dense pour le constructeur. Selon une indiscrétion de Reuters, des discussions sont menées actuellement avec Fiat Chrysler dans l'optique que la firme italienne apporte quelques retouches au projet de fusion entre égaux. Les négociations portent sur des conditions financières améliorées, sous la forme d'un dividende exceptionnel versé aux actionnaires de Renault, ainsi que sur des garanties supplémentaires sur l'emploi. But de la manoeuvre : convaincre le gouvernement français, principal actionnaire de la firme au losange, d'apporter son soutien au mariage.

L'autre actualité sur Renault concerne les derniers chiffres des immatriculations en France. Le marché automobile français s'est redressé de 1,7% en mai, selon les données du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). PSA Groupe a profité des bons chiffres de Citroën pour progresser de 9,2%, tandis que Renault baisse légèrement de 0,4%. Ford et Fiat Chrysler reculent en revanche nettement.

JC Decaux (+1,9%) fait de la résistance ce lundi. L'actualité autour du numéro 1 mondial de la communication extérieure est marquée par plusieurs notes d'analystes. La plus influente est sans aucun doute celle de Goldman Sachs qui a repris la couverture du dossier avec un conseil d'achat et un objectif de 34 euros. Oddo BHF a, pour sa part, réitéré son opinion 'achat' et sa cible de 37 euros. Liberum a également maintenu son avis 'achat' et son objectif de 36 euros.

Veolia Environnement (+1,1%) a conclu un contrat auprès de l'industriel AngloGold Ashanti Ghana Limited, filiale de la société minière sud-africaine AngloGold Ashanti, 3ème producteur mondial d'or. Veolia Ghana Limited aura en charge l'exploitation et la maintenance de l'ensemble des stations de traitement d'eau de sa mine d'Obuasi au Ghana. Un contrat d'une durée de 3 ans qui permettra à Veolia d'apporter tout son savoir-faire opérationnel au service de l'industrie minière.

Sanofi (+2,1%) est soutenu par les résultats favorables de l'essai de phase III de l'isatuximab combiné au pomalidomide et à la dexaméthasone. Une association qui a permis d'obtenir une réduction de 40% du risque de progression ou de décès chez des patients atteint d'un myélome multiple réfractaire ou en rechute. L'Agence européenne des médicaments a accepté d'examiner la demande d'autorisation de mise sur le marché relative à l'isatuximab. Sanofi a par ailleurs déposé une demande de licence de produit biologique pour l'isatuximab auprès de la FDA aux Etats-Unis.

Airbus (+2%). Les bruits de couloir autour de l'A321XLR (extra long range) se multiplient à l'approche du Salon du Bourget du (17 au 23 juin). Alors qu'Airbus pourrait profiter de l'occasion pour officialiser le développement de cet appareil à ultra-longue portée, AirAsia et JetBlue Airways seraient notamment en pourparlers avec Airbus en vue d'éventuelles commandes.

Vivendi (+1,2%). Goldman Sachs a repris le suivi avec une recommandation 'acheter' et un objectif de 32,2 euros. Plus généralement, et à l'exception de TF1, le secteur des médias débute plutôt bien la semaine à Paris. Goldman Sachs estime que la consolidation sera un thème majeur dans le secteur au cours des 12 prochains mois...

Total (+0,2%) a signé un accord avec Toshiba pour la reprise de son portefeuille de gaz naturel liquéfié (GNL). Ce portefeuille inclut un accord de 'tolling' d'une durée de 20 ans pour 2,2 millions de tonnes par an (Mtpa) de GNL provenant du troisième train de liquéfaction du terminal Freeport LNG au Texas. Total fera l'acquisition de toutes les actions de Toshiba America LNG Corporation pour 15 millions de dollars payables à Toshiba, et reprendra tous les contrats de GNL de Toshiba Energy Systems and Solutions Corp. contre un paiement de 815 millions de dollars de Toshiba à Total.

Par ailleurs, Total a mis en service une centrale solaire d'une capacité de 25 mégawatts-crête à Miyako, dans la préfecture d'Iwate sur l'île d'Honshu.

TechnipFMC (+0,4%) a annoncé les nominations au sein de son Conseil d'administration d'Olivier Piou, précédemment Directeur général de Gemalto N.V, et de John Yearwood, ancien Directeur général de Smith International, Inc., prenant effet à compter du 1er juin 2019.

Valeurs en baisse

Société Générale (-0,3%) a confirmé vendredi la finalisation de la cession de sa filiale de banque de détail polonaise, Euro Bank, à Bank Millennium, dans le cadre de son programme de recentrage sur les actifs stratégiques du groupe. SocGen avait annoncé en novembre dernier un accord pour vendre Eurobank pour 1,83 milliard de zlotys (soit 425 ME).

Bonduelle (-1,4%) a acquis les actifs industriels de la société de production de légumes surgelés LLC SHOCK située dans la région de Belgorod (Russie). Le montant de l'opération n'est pas communiqué.

Casino (-0,6%) reperd du terrain. Après Standard & Poor's, Moody's Investors Service a abaissé à son tour vendredi la note crédit du distributeur, la restructuration de la dette de son principal actionnaire Rallye suscitant des incertitudes supplémentaires en ces temps difficiles pour le secteur.

Solutions 30 (-1,1%). Deux nouvelles positions vendeuses viennent d'être signalées sur le dossier Solutions 30 : 0,88% du capital pour le hedge fund britannique Lansdowne Partners et 0,61% du capital pour Ako Capital, un autre hedge fund britannique. Ces deux positions "short" étaient détenues à la date du 31 mai. Pas de nouvelle déclaration en revanche de la part du fonds Muddy Waters Capital, à l'initiative de la première position vendeuse sur Solution 30 (0,5% en date du 17 mai).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2019

Le sous-groupe allemand a demandé un report au 31 juillet de la date d'échéance du financement-relais accordé par Glencore International AG jusqu'au 30 juin...

Publié le 19/06/2019

Safran Electronics & Defense, Hensoldt Optronics et Mades ont signé des accords de coopération pour développer ensemble l'Euroflir 610...

Publié le 19/06/2019

A nouveau, le Conseil d'administration de la société soumettra prochainement au vote des actionnaires réunis en assemblée générale ordinaire et extraordinaire, deux résolutions...

Publié le 19/06/2019

Pour accompagner la transformation digitale du secteur aérien

Publié le 19/06/2019

Capgemini signe avec Airbus le « Skywise Partners » Programme Agreement. Objectif : développer et proposer les services data de la plateforme Skywise aux compagnies aériennes. Aujourd'hui, plus de…