En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 690.78 PTS
+0.56 %
5 654.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 485.48
+0.47 %
DAX PTS
12 468.01
+0.08 %
Dowjones PTS
26 935.07
-0.59 %
7 823.55
-0.99 %
1.102
-0.00 %

Clôture Paris : le CAC 40 s'affirme sur les 5.600 pts avant la BCE

| Boursier | 855 | Aucun vote sur cette news

Bonne tenue de la cote parisienne

Clôture Paris : le CAC 40 s'affirme sur les 5.600 pts avant la BCE
Credits Reuters

Le CAC 40 a franchi ce soir les 5.600 points, clôturant sur un gain de +0,44% à 5.618 pts, sur un marché relativement optimiste à la veille des annonces de la BCE. Les rumeurs d'opérations financières ont par ailleurs soutenu quelques dossiers, dans la distribution (Carrefour - Casino) ou les médias (Vivendi - Mediaset)... Notons également que la bourse de Hong Kong propose de racheter le 'London Stock Exchange' dans le cadre d'une offre valorisant l'une des plus grandes bourses européennes 29,6 milliards de livres (36,6 Mds$). La proposition, en numéraire et en actions, matérialise une prime de 23% sur le cours de clôture du LSE hier soir.

La bourse américaine progresse également ce mercredi à mi-parcours, le S&P500 gagne 0,3% environ, le DJIA 0,2% et le Nasdaq 0,7%. Sur le marché des changes, l'euro se traite à quasiment 1,1$ (-0,4%), alors que l'indice dollar gagne 0,4% à 98,7 face à un panier de devises de référence.

Le baril de brut WTI fléchit de 0,2% à 57,3$ sur le Nymex après une tentative en hausse plus tôt dans la journée. Le Brent de la mer du Nord demeure stable à 62,4$.

Les opérateurs restent confiants à la veille des annonces monétaires de la BCE, qui devrait donc livrer des mesures de soutien face à une économie affaiblie. En attendant le verdict de la Fed, Donald Trump a pour sa part livré ce jour des tweets dont lui seul a le secret, réclamant désormais des taux nuls ou négatifs !

Sur Twitter ce mercredi, Trump s'est ainsi défoulé de bon coeur sur la Fed. "La Réserve Fédérale devrait ramener nos taux d'intérêt à ZÉRO ou moins, et nous devrions ensuite commencer à refinancer notre dette. LES DÉPENSES D'INTÉRÊT POURRAIENT ÊTRE LARGEMENT RÉDUITES, tout en en allongeant dans le même temps l'échéance de manière substantielle. Nous avons la meilleure devise, la puissance et le bilan financier. Les USA devraient toujours payer le taux le plus bas. Pas d'inflation! C'est simplement la naïveté de Jay Powell et de la Réserve Fédérale qui ne nous permet pas de faire ce que d'autres pays font déjà. L'opportunité d'une vie que nous ratons à cause de 'crétins'", a tempêté Trump, qui ne réclamait jusqu'à présent qu'une baisse des taux... d'un point entier et une reprise du QE.

En Europe, Boris Johnson a confirmé qu'il ne demanderait pas de nouveau report du Brexit, après la promulgation d'une loi le contraignant à demander trois mois de plus auprès de l'Union européenne si aucun accord n'était trouvé au 31 octobre. Le gouvernement italien de Giuseppe Conte, dirigé avec l'appui du Parti démocrate et du Mouvement 5 étoiles, soutenu par le Sénat, peut quant à lui prendre ses fonctions.

Les marchés s'interrogent sur l'ampleur des annonces à attendre demain jeudi de la part de la BCE, avant la réunion de la Fed la semaine suivante, les 17 et 18 septembre.

Les investisseurs anticipent une série de mesures de la part de la banque centrale, à commencer par une nouvelle baisse du taux de dépôt, qui pourrait passer de -0,4% à -0,5% ou -0,6%. L'introduction d'un système de paliers pour cette taxation des réserves excédentaires des banques devrait être annoncé en même temps, afin de ne pas trop pénaliser les établissements financiers. A son niveau actuel de -0,4%, cette politique de la BCE a coûté près de 8 milliards d'euros en 2018, dont environ 60% ont été payés par les banques allemandes et françaises. Selon l'agence Scope, une baisse de 10 points de base de ce taux, coûterait aux établissements environ 1,7 MdE supplémentaire.

Certains espèrent même l'annonce d'une reprise du programme de rachat d'actifs, mais cette question ne fait pas l'unanimité a sein des membres du conseil de la BCE, l'Allemagne y étant notamment opposée. En cas d'absence d'annonce sur cette question du QE, les marchés pourraient réagir négativement, selon les experts.

Aux Etats-Unis, les marchés ont d'ores et déjà intégré une nouvelle baisse des taux directeurs de la Fed à l'issue de sa prochaine réunion des 17 et 18 septembre, après celle d'un quart de point du mois de juillet, qui était la première depuis plus de 10 ans. L'outil Fedwatch du CME Group indique une probabilité de 88,8% pour une baisse d'un quart de point, ce qui ferait revenir le taux des "fed funds" entre 1,75% et 2%. La probabilité actuelle d'un statu quo de la Fed le 18 septembre se situe à 11,2%... Vendredi, le président de la Fed, Jerome Powell, avait indiqué que la Fed ne prévoyait pas de récession aux Etats-Unis, mais que l'économie américaine faisait face à des risques baissiers "significatifs".

Le pétrole demeure sous pression depuis hier, après 4 séances de hausse, qui lui avaient permis de retrouver ses plus hauts niveaux depuis 6 semaines. Le brut a pâti hier du limogeage par Trump de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton. Le départ de ce "faucon", notamment sur le dossier iranien, plaide plutôt en faveur d'une désescalade des tensions au Moyen-Orient et en Asie, qui avaient soutenu l'or noir ces dernières semaines.

D'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont chuté de 6,9 millions de barils sur la semaine close le 6 septembre, à 416,1 millions de barils. Le consensus tablait sur un repli de 2,9 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux diminué de 0,7 million de barils, alors que les stocks de produits distillés ont augmenté de 2,7 millions de barils.

L'indice des prix à la production aux États-Unis pour le mois d'août 2019 est ressorti en croissance de 0,1% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un gain de +0,2% un mois avant. Hors alimentaire et énergie, le 'PPI' a augmenté de 0,3%, contre +0,2% de consensus de marché. En glissement annuel cette fois, l'indice des prix à la production a progressé de 1,8% (+2,3% hors alimentaire et énergie).

Les stocks de grossistes aux États-Unis pour le mois de juillet 2019, qui viennent également d'être publiés aujourd'hui, sont ressortis en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre une lecture révisée à -0,1% pour le mois de juin.

Valeurs en hausse

Riber (+23%). Après avoir inscrit des planchers de plus de deux ans cet été, sur fond de craintes sur les perspectives de l'industrie des semi-conducteurs, Riber reprend du poil de la bête ! Les investisseurs saluent le succès commercial en Asie annoncé hier après bourse, qui vient améliorer la visibilité sur son activité pour l'an prochain.

Dans le détail, Riber a obtenu la commande d'une troisième machine de production MBE 6000 de la part d'une société industrielle asiatique. Cette machine est destinée à la production de dispositifs électroniques et optoélectroniques. Elle sera livrée par Riber en 2020.
Rappelons que l'équipementier prévoit une croissance de son chiffre d'affaires 2019 par rapport à celui de l'exercice précédent. Les ventes consolidées ont atteint 13,9 ME au 1er semestre, en retrait de 17% par rapport au premier semestre 2018, du fait du "fort retrait conjoncturel" des ventes d'évaporateurs. La publication des résultats intermédiaires est prévue le 30 septembre après séance.

EDF (+4,3%). Après les nouveaux problèmes de soudure sur une vingtaine de réacteurs, le titre avait beaucoup (trop ?) souffert hier, affichant sa plus forte chute depuis le mois de février. Il tente de se reprendre un peu ce mercredi...

Casino a pris tout de même 3,2% sur les rumeurs, démenties dans la matinée, de rachat par Carrefour. "Il n'y a pas d'offre ni de projet d'offre sur la table", a déclaré une porte-parole de Carrefour (-0,3% ce soir), en réponse à un article de BFM Business rapportant que le distributeur réfléchissait à une offre depuis plusieurs semaines sur la totalité des actifs de Casino - mis sous pression par sa dette et la mise en sauvegarde de sa maison-mère Rallye. Les informations du jour annonçaient une réflexion autour d'une offre publique d'échange entre 4 et 4,2 milliards d'euros.

Somfy (+1,5%) a vu son chiffre d'affaires ressortir à 615,1 ME sur les six premiers mois de l'exercice, en croissance de 4,9% en termes réels et 4,7% à données comparables. Il s'inscrit dans la tendance des précédents semestres et traduit des évolutions toujours contrastées entre les différentes zones géographiques. Le résultat opérationnel courant s'est établi à 114,9 ME sur le semestre, en hausse de 10,5% en termes réels, et a représenté ainsi 18,7% du chiffre d'affaires, contre 17,7% l'année dernière sur la même période. Le résultat net de l'ensemble consolidé s'est inscrit, pour sa part, en progression de 9,6%, à 91,2 ME.

JCDecaux (+4%) était soutenu par une note positive d'Oddo BHF. Malgré une tendance publicitaire "assez molle", mais non négative, les fondamentaux restent "très solides" et l'augmentation de la marge opérationnelle apporte un certain soutien, note le broker. Parmi les autres points positifs, Oddo indique que les récentes acquisitions d'actions de la famille Decaux sont un signe de confiance dans les perspectives à moyen et long terme. La société souhaite par ailleurs conserver sa position opportuniste, la priorité à long terme demeurant un accord transformant en Amérique du Nord. Oddo BHF est à 'acheter' sur la valeur avec un objectif de 34 euros.

Ailleurs sur les marchés, Spie (+6,2%), Klépierre (+5,6% avec un conseil acheteur d'Oddo BHF), Mercialys (+5,2%) et Eurofins Scientific (+4,9%) se sont également distingués. Kering a pris 3,8% avec le soutien de la Société Générale, acheteuse avec un objectif de 630 euros...

Valeurs en baisse

Carrefour (-0,3%). L'hypothèse d'un rapprochement avec Casino est en train de devenir un serpent de mer... Le scénario surgit en effet à nouveau aujourd'hui, suite à une information de BFM Business qui révèle que le premier cité étudierait depuis plusieurs semaines l'opportunité de lancer une offre sur son concurrent. Le PDG de Carrefour Alexandre Bompard réfléchirait depuis l'été à une offre de reprise sur la totalité des actifs de Casino, mis sous pression par sa dette et le placement en sauvegarde de sa maison-mère Rallye. L'hypothèse revient régulièrement sur le devant de la scène, comme palliatif aux difficultés respectives des deux acteurs de la distribution. Elle a toutefois été démentie...

Hermès (-0,6%) a vu son résultat opérationnel courant grimper de 15% à 1,14 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires consolidé de 3,284 MdsE, en hausse de 15% à taux de change courants et de 12% à taux de change constants. La rentabilité opérationnelle atteint ainsi 34,8%, proche du record de 34,9% atteint un an auparavant malgré un impact défavorable des couvertures de change. Le consensus tablait sur un résultat opérationnel de 1,12 MdE et sur une marge opérationnelle de 34%. Le résultat net consolidé part du groupe a progressé quant à lui de 7% à 754 ME - hors plus-value de cession d'un ancien magasin à Hong Kong en 2018, il a augmenté de 15% - et la trésorerie nette a atteint 3,7 MdsE au 30 juin.

Akka Technologies (-0,2%). Le chiffre d'affaires progresse de 25,2% au premier semestre 2019 grâce aux fortes croissances des Business Unit France et AKKA North America. Les quatre Business Units - France, Allemagne, North America et International - améliorent leurs marges. Le résultat opérationnel d'activité du Groupe progresse de 23% à 60,0 ME au premier semestre 2019 (dont +0,8 ME lié à l'impact IFRS 16). Le résultat net consolid s'élève à 26,3 ME au S1 2019 en forte progression de 28%. Il représente 2,9% du chiffre d'affaires sur l'ensemble du semestre.

ArcelorMittal (-1%) réfléchirait à la vente de son activité de produits sidérurgiques à destination du secteur de la construction, selon l'agence Bloomberg qui cite des "sources proches du dossier"... Le premier groupe sidérurgique mondial travaillerait ainsi avec des conseillers pour préparer la vente aux enchères de cette activité qui fabrique des poutres métalliques et qui pourrait être vendue entre 700 et 800 millions d'euros.

Vallourec a corrigé de 3,2% avec les cours du brut, Faurecia a rendu 2,2%, Veolia 1,9% et Elis 1,6%. Bolloré a abandonné 1,2%...

Vivendi termine stable. Le groupe a aussi démenti des informations de presse provenant d'Italie selon lesquelles le groupe français aurait pour projet de racheter à la famille Berlusconi sa participation de contrôle dans Mediaset, à un prix supérieur à 3,5 euros par action. Fininvest a affirmé de son côté n'avoir jamais songé à vendre sa participation dans Mediaset, premier groupe de médias en Italie et a réitéré son soutien au projet de création d'une holding aux Pays-Bas, baptisée MediaforEurope (MFE), avec laquelle Mediaset espère pouvoir nouer des alliances avec d'autres diffuseurs européens face à la concurrence de Netflix ou d'Amazon Prime Video...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

L'impact financier représente une charge annuelle d'environ 65 ME...

Publié le 20/09/2019

Les travaux de finalisation des comptes semestriels d'Amoeba sont en cours...

Publié le 20/09/2019

Le groupe se positionnera sur la reprise de nouveaux casinos dans les prochaines années...

Publié le 20/09/2019

Le chiffre d'affaires de Soditech s'établit à 2,32 ME...

Publié le 20/09/2019

Ipsen présentera de nouvelles données dans le cadre de la 13e conférence annuelle de l'International Liver Cancer Association (ILCA 2019)...