En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 200.27 PTS
+0.08 %
5 199.00
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 125.76
+0.13 %
DAX PTS
11 449.93
+0.42 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.134
-0.04 %

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit son rebond !

| Boursier | 983 | Aucun vote sur cette news

Deuxième séance consécutive de progression...

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit son rebond !
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait déjà repris un peu plus de 1% hier, a poursuivi son rebond ce mardi, en hausse de 0,84% à 5.056 points en clôture. L'heure est à l'apaisement sur les marchés alors que plusieurs dossiers épineux semblent avancer dans le bon sens... Aux Etats-Unis, les parlementaires ont signé hier un accord de principe sur le financement de la sécurité aux frontières afin d'éviter un nouveau "shutdown". Du côté du commerce, les dernières déclarations se veulent optimistes concernant les négociations sino-américaines. En ce qui concerne le Brexit, Theresa May tente en revanche de gagner du temps alors que les discussions avec le dirigeants européens se heurtent toujours à la question du "backstop" (clause permettant d'éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande). Sur le front des valeurs, Michelin est la vedette du jour à Paris, très nettement en tête des progressions du CAC 40, après la publication des résultats annuels du groupe !

ECO ET DEVISES

Le Congrès américain s'active, afin d'éviter un retour au blocage administratif du 'shutdown'. Les parlementaires républicains et démocrates ont conclu hier soir un accord de principe concernant le financement de la sécurité aux frontières. D'après le sénateur républicain Richard Shelby, cité notamment par Reuters, un accord de principe aurait donc été trouvé pour financer la sécurité frontalière jusqu'à fin septembre. Rien ne dit néanmoins que cet accord comprenne les fonds désirés par Donald Trump pour la construction de son fameux mur à la frontière avec le Mexique. Shelby assure néanmoins que les parlementaires vont faire le maximum pour peaufiner les derniers détails de l'accord. Les pierres d'achoppement concerneraient surtout les mesures de détention des migrants à la frontière avec le Mexique (financement du nombre de lits dans les centres) et la forme de la 'barrière' physique à la frontière. Quoi qu'il en soit, il semblerait que des avancées tangibles apparaissent dans ces négociations entre parlementaires, afin d'éviter un nouveau 'shutdown', après un blocage historique de 35 jours. Rappelons que Trump a accepté le mois dernier une réouverture provisoire de l'administration et donc la levée du shutdown, mais seulement jusqu'au 15 février. Le président américain réclame 5,7 milliards de dollars pour le financement de son mur à la frontière mexicaine, mur jugé immoral et trop coûteux par le clan démocrate.

Sur le front du commerce, Bloomberg, citant des sources proches du dossier, croit savoir qu'une extension de la trêve commerciale entre les USA et la Chine, le temps de parvenir à un accord commercial global et complet, serait envisageable. Cette extension reporterait donc encore la mise en oeuvre de nouveaux tarifs douaniers infligés à la Chine, et portant sur des dizaines de milliards de dollars de produits importés aux Etats-Unis. Un accord majeur entre les États-Unis et la Chine pourrait ensuite être dévoilé, lors d'une très attendue rencontre au sommet entre Trump et Xi. Bloomberg évoque un possible report d'un mois. Pour mémoire, les négociations ont repris hier à Pékin. Elles impliqueront jeudi et vendredi le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin et le représentant au Commerce Robert Lighthizer. Le vice-Premier ministre chinois Liu He sera leur interlocuteur majeur.

D'après le Département américain au travail ce mardi, les ouvertures de postes aux États-Unis pour le mois de décembre 2018 sont ressorties au nombre de 7,335 millions d'unités, contre un consensus de place de 6,9 millions et une lecture révisée (en hausse) à 7,116 millions pour le mois antérieur. Les ouvertures de postes du mois de novembre avaient précédemment été évaluées à 6,888 millions d'unités.

L'Opep a revu de son côté à la baisse sa prévision de la demande pétrolière mondiale cette année en raison d'un ralentissement économique généralisé.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1314$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 53,2$ et le Brent s'affiche à 62,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Amoéba s'envole de 47,4%. Les investisseurs applaudissent l'avancée technologique réalisée par la firme dans le traitement contre le mildiou, champignon pathogène de la vigne. La société a démontré en laboratoire que l'efficacité de son amibe Willaertia magna C2c Maky sous une formulation sèche (forme de poudre composée d'amibes mortes) était comparable au produit chimique de référence et à l'amibe vivante.

* Largement en tête du CAC40, Michelin bondit de 13% au-dessus de 102 euros au lendemain de la publication de résultats annuels légèrement supérieurs aux attentes des analystes malgré un lourd effet de changes, la baisse du marché chinois et l'impact de la fermeture annoncée d'une usine en Ecosse. Michelin a enregistré en 2018 un résultat opérationnel "des secteurs" en hausse de 1,2% à 2,78 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 22,03 MdsE, (+0,3% en données publiées et +4,1% hors effets de change). Michelin vise en 2019 une croissance des volumes en ligne avec l'évolution mondiale des marchés, et un résultat opérationnel des secteurs supérieur à celui de 2018 (hors effet de change), au-delà de la contribution additionnelle de Camso et Fenner estimée à 150 ME. La génération d'un cash-flow libre structurel est attendue supérieure à 1,45 MdE. Cette génération de cash-flow doit permettre au groupe de réduire un ratio d'endettement qui a bondi l'an dernier à 31%, son plus haut niveau depuis au moins sept ans, dans le sillage des nombreuses acquisitions qu'il a réalisées en 2018 dans le cadre de sa stratégie d'équilibre entre les segments de marché et les géographies.

* Après deux séances consécutives de forte baisse, Geci International rebondit de 8%

* Sur le CAC40, STMicroelectronics gagne aussi 5,3% avec BNP Paribas (+1,2%) ou encore Crédit Agricole (+1,7%).

* Coface (+5,3%) affiche un chiffre d'affaires 2018 de 1.385 ME, en hausse de 4,6% à périmètre et taux de change constants. Sur le T4-2018, la hausse est de 6,3% par rapport au T4-2017 et 4% hors ajustements exceptionnels. Le ratio de sinistralité net est de 45,1%, en amélioration de 6,2 points. Le ratio de coûts net annuel s'établit en baisse de 0,7 point à 34,5% contre 35,2% en 2017, traduisant à la fois un strict contrôle des coûts et des investissements soutenus. Le Résultat net part du groupe ressort à 122,3 ME contre 83,2 ME, soit +50%. Le bénéfice par action atteint un niveau record à 0,79 euro.

* La plupart des autres valeurs automobiles surperforment la tendance : Faurecia monte de 4,7% avec Valeo (+1,8%), PSA Groupe (+2,8%) ou encore Plastic Omnium (+1,9%).

* Kering gagne 3,3%. Après les belles publications de LVMH (+2,2%) et Hermes International (+1,3%), Kering rassure à son tour en dévoilant des résultats annuels records. En, 2018, la maison-mère de Gucci et d'Yves Saint Laurent a enregistré un bénéfice net part de groupe multiplié par plus de deux à 3,71 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires en hausse de 26,3% à 13,67 milliards d'euros. Le résultat opérationnel courant bondit de 46,6% à 3,94 MdsE, matérialisant une marge de 28,9%.

VALEURS EN BAISSE

* Elis (-2,8%) poursuit sa stratégie de consolidation de ses marchés clés avec la signature d'un accord portant sur l'acquisition de 100% de Carpeting Entrémattor en Suède. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires classiques et devrait avoir lieu avant la fin du 1er trimestre 2019.

* Dassault Systèmes (-1,5%) a signé un accord définitif portant sur l'acquisition d'elecworks, gamme de logiciels de CAO de conception de projets d'automatisme et d'installations électriques développés par Trace Software International, éditeur de logiciels et de services dédiés à l'ingénierie industrielle.

* Sur le CAC40, Pernod Ricard perd aussi 1,3% avec Publicis (-1,3%) ou encore Capgemini (-0,9%).

* MBWS (-0,6%). Sur l'ensemble de l'année 2018, le chiffre d'affaires se monte à 389 ME (414,7 ME en 2017) soit en repli de -6,2% en données publiées (-6,3% en organique).

* Renault (-0,2%) est pénalisé par l'avertissement de Nissan. Le partenaire nippon du constructeur au losange a revu à la baisse ses objectifs annuels ainsi que ses projections de ventes de véhicules, évoquant notamment un affaiblissement anticipé du yen par rapport au dollar. Le groupe japonais anticipe désormais un bénéfice opérationnel de 450 milliards de yens, contre 540 MdsY auparavant et 521 MdsY de consensus, pour des ventes de 11.600 MdsY (12.000 MdsY précédemment). Le résultat net est attendu à 410 MdsY contre 500 MdsY précédemment. Le constructeur table désormais sur la vente de 5,6 millions de véhicules sur l'exercice, contre 5,925 millions visés jusqu'ici, après avoir réduit ses prévisions pour tous ses principaux marchés, y compris la Chine, les États-Unis, l'Europe et le Japon.

* EssilorLuxottica (-0,1%) pousse ses pions à l'international en annonçant quatre nouvelles opérations de croissance externe à travers le monde, représentant un chiffre d'affaires cumulé d'environ 48 millions d'euros en base annuelle.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

CNP Assurances a enregistré en 2017 un résultat net part du groupe de 1,37 milliard d’euros en hausse de 6,4 % (+ 8,6 % à périmètre et change constants) principalement tiré par…

Publié le 21/02/2019

Axway a enregistré en 2018 un résultat net part du groupe de 11 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2017. Le résultat opérationnel d’activité a chuté de 21,2% à 31,9 millions…

Publié le 21/02/2019

En Europe, Barclays (+1,19% à 162,80 pence) enregistre l'une des plus fortes progressions de l'indice FTSE 100 grâce à des performances dans le courtage supérieures à celles de ses concurrents au…

Publié le 21/02/2019

Compte-tenu des moyens financiers de la société

Publié le 21/02/2019

Airbus a inauguré son centre d'innovation en Chine lors d'une cérémonie organisée à Shenzhen...