En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Clôture Paris : le CAC 40 fait du surplace, aimanté par les 5.300 pts

| Boursier | 737 | Aucun vote sur cette news

La séance s'est révélée hésitante ce jeudi sur les places mondiales, malgré quelques espoirs commerciaux outre-Atlantique

Clôture Paris : le CAC 40 fait du surplace, aimanté par les 5.300 pts
Credits Reuters

La séance s'est révélée hésitante ce jeudi sur les places mondiales, malgré quelques espoirs commerciaux outre-Atlantique. Proche de l'équilibre tout au long de la journée, le CAC 40, indice phare parisien, a finalement clôturé en retrait de 0,09% à 5.296 pts, toujours affecté par les incertitudes économiques. Les banques centrales, quant à elles, demeurent en embuscade, comme en témoignent les derniers commentaires de la Fed ou ceux, hier, du patron de la BCE Mario Draghi.

Sur le marché des changes, l'euro se traite actuellement à 1,122$ (-0,2%). L'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, grimpe pour sa part de 0,5% à 97,2.

Impasse sur le Brexit

L'inquiétude persiste sur le dossier du Brexit, alors que Theresa May a informé hier les parlementaires conservateurs qu'elle démissionnerait si l'accord de retrait qu'elle a négocié avec l'UE était enfin ratifié par la Chambre des communes. Un troisième vote pourrait intervenir demain, après deux tentatives infructueuses le 15 janvier et le 12 mars. La Première ministre britannique met donc désormais sa démission en jeu, mais le vote de son accord de sortie semble toujours délicat. "De toute façon, c'est mort", a lancé à ce sujet Boris Johnson, figure des Brexiters qui avait quitté le gouvernement l'été dernier.

May voudrait que les Communes ne se prononcent demain que sur son accord de retrait, plaçant de côté la déclaration sur les relations futures. C'est du moins ce qu'affirme le responsable du service politique du 'Sun', cité par Reuters. Ce projet doit toutefois recevoir l'aval de John Bercow, le speaker des Communes, ajoute l'agence.

Wall Street se cherche

Wall Street s'affiche incertain ce jeudi, proche de l'équilibre à mi-séance, alors que la publication du PIB du quatrième trimestre n'a guère surpris aux USA. Un léger frémissement semble par ailleurs perceptible sur le front des négociations commerciales sino-américaines...

La croissance de l'économie américaine pour le quatrième trimestre 2018 a été révisée ce jeudi à +2,2% en rythme annualisé, pour sa lecture finale (troisième estimation), en ligne avec le consensus de place, après une précédente évaluation de 2,6%. En revanche, la croissance des dépenses réelles de consommation pour le quatrième trimestre a été revue en baisse à +2,5%, contre +2,6% de consensus et +2,8% pour la précédente estimation. L'indice des prix rattaché au PIB a lui augmenté de 1,7%, contre +1,8% de consensus et +1,8%, également, pour la lecture antérieure.

Les inscriptions hebdomadaires américaines au chômage pour la semaine close au 23 mars sont ressorties au nombre de 211.000, contre 225.000 de consensus et 216.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure. Enfin, la National Association of Realtors américaine a fait état ce jeudi d'un indice des promesses de ventes de logements pour le mois de février 2019 en déclin de 1% en comparaison du mois antérieur, à 101,9, contre 102,9 un mois auparavant.

Trump fait retomber le brut

Les cours du brut retombent depuis quelques instants, après un tweet du président américain Donald Trump. Ainsi, le baril de brut WTI pour mai abandonne 0,7% à 59$ sur le Nymex, alors que le baril de Brent de la mer du Nord fléchit de 0,8% à 66,7$. "Il est très important que l'OPEP augmente l'offre de PETROLE. Les Marchés Mondiaux sont fragiles, les prix du Pétrole deviennent trop élevés Merci à vous!", a lancé le leader de la Maison Blanche sur le réseau social Twitter.

Fragiles espoirs commerciaux

Concernant les négociations commerciales sino-américaines cette fois, le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin sont arrivés à Pékin en vue d'un nouveau volet de discussions avec des responsables chinois. Il s'agit une fois de plus de peaufiner un accord global que pourraient ensuite valider Donald Trump et Xi Jinping, et qui mettrait un terme au conflit de plusieurs mois opposant les deux superpuissances. Un autre volet de négociations est programmé à Washington la semaine prochaine. La Chine aurait effectué 'des propositions sans précédent' sur un certain nombre de sujets, y compris les transferts forcés de technologies. C'est du moins ce qu'affirme l'agence Reuters, citant des responsables américains...

Rappelons que le président Donald Trump a imposé - depuis juillet 2018 - des tarifs douaniers supplémentaires sur 250 Mds$ d'importations chinoises afin de contraindre la Chine à faire des concessions. La Chine a répliqué avec des tarifs douaniers portant sur environ 110 milliards de dollars d'importations américaines... La Chine aurait donc mis sur la table des propositions inédites concernant en particulier les droits de propriété intellectuelle et les transferts de technologies. Ces propositions iraient plus loin que par le passé. Une source américaine de Reuters évoque des progrès "sur tous les fronts". Reuters avait précédemment affirmé que les deux pays travaillaient sur des accords écrits dans six domaines, les transferts de technologies et la cybercriminalité, les droits de propriété intellectuelle, les services, les devises, l'agriculture et les barrières douanières non-tarifaires.

Une source de Reuters affirme que les discussions auraient évolué vers des questions plus structurelles plus épineuses, alors qu'elles portaient précédemment sur des achats de marchandises.

Valeurs en hausse

* En tête du CAC40, Capgemini s'adjuge 3,8% à 106,6 euros en clôture. Le titre de la SSII figure dans la 'conviction list' européenne de Goldman Sachs. Au même titre qu'ASML, Orange, SAP, Telenet, Telia et Wirecard dans le secteur technologique et des médias, la banque américaine estime que ces actions devraient surperformer leurs pairs dans les 12 prochains mois... Capgemini bénéficie également, par effet sectoriel, de l'impact des très bons chiffres publiés par le géant du consulting Accenture - qui a dépassé les attentes au second trimestre et dopé ses prévisions annuelles.

* Dans les autres secteurs, Goldman Sachs favorise également quelques valeurs françaises comme Kering dans le luxe (+0,3%), Airbus dans l'industrie (+0,7%), AXA dans la finance et Eurofins ou Elis dans les services aux entreprises.

* Roche Bobois bondit de 5,6% à 19 euros. Le groupe, qui avait déjà annoncé un chiffre d'affaires de 257 ME, a publié un EBITDA courant de 22,4 ME, en progression de +6,6% à change constant (+5% à changes courants). A noter que la France affiche une nette progression de son taux de marge d'EBITDA de +2,3 points (de 4% en 2017 à 6,3% en 2018), conformément aux objectifs indiqués lors de l'introduction en bourse, grâce aux actions de rationalisation sur certains magasins et à l'effet de décalages de livraisons sur le 1er semestre 2018. Le taux de marge d'EBITDA de la zone Etats-Unis/Canada progresse également à 16% (contre 15,8% sur l'exercice 2017). Le taux de marge d'EBITDA courant du Groupe s'élève donc à 8,7% contre 8,6% au 31 décembre 2017.

* Xilam Animation (+12,6% à 35,8 euros). Le studio a enregistré un bénéfice net 2018 record de 5,2 ME, contre 5 ME en 2017, tandis que le résultat opérationnel courant a bondit de près de 35% à 9,7 ME. La marge opérationnelle s'est hissée à 34,6% du chiffre d'affaires, en augmentation de 470 points de base.

* Virbac (+9% à 145,2 euros). La valeur est dopée par une note d'Exane BNP Paribas, qui est passé de 'neutre' à 'surperformer' sur le dossier avec un objectif de cours rehaussé de 140 à 160 euros.

* Genfit se redresse de 4,5% à 20,84 euros, après avoir plongé hier soir de 9% suite à son introduction en bourse américaine sur le Nasdaq Select Global Market dans le cadre d'une augmentation de capital de 6.650.000 actions nouvelles dont la souscription était réservée à une catégorie de personnes.

* Soitec (+1% à 71,7 euros) a annoncé des décisions prises par son Conseil d'administration, qui s'est réuni à Singapour. Au cours de cette réunion, Eric Meurice a été élu Président du Conseil d'administration. Il succède ainsi à Thierry Sommelet, qui a assuré cette fonction durant une période de transition de 16 mois. Eric Meurice est un vétéran du secteur, administrateur dee NXP Semiconductors ou d'IPG Photonics. Il a été le PDG d'ASML Holding N.V., fabricant d'équipements pour l'industrie des semi-conducteurs, d'octobre 2004 à juin 2013.

Valeurs en baisse

* STMicroelectronics perd encore 3,5% à 12,73 euros dans la tendance sectorielle, après avoir décroché hier suite à l'avertissement sur les ventes de l'Allemand Infineon... Bryan Garnier réduit ses estimations de résultats sur ST mais note que le consensus avait déjà révisé ses estimations de bénéfice par action d'environ 10% ces dernières semaines. Il estime ainsi que ST ne devrait pas décevoir les analystes.

* EssilorLuxottica cède 2,6% à 96 euros. Delfin, le fonds de Leonardo Del Vecchio, PDG et premier actionnaire du nouvel ensemble, a déposé une demande d'arbitrage auprès de la Chambre de Commerce Internationale. Delfin précise avoir demandé à la CCI "de faire constater les violations de l'Accord de Rapprochement de 2017, qu'elle considère avoir été commises par Monsieur Hubert Sagnières et la société EssilorLuxottica sous son impulsion". Delfin espère aussi obtenir de cet arbitrage "une injonction de se conformer au pacte jusqu'à son terme".

Mercredi dernier, Delfin avait accusé dans un communiqué la partie française de "violation claire des accords" et "des règles de gouvernance de la société". Le fonds avait pris acte du fait que le conseil d'administration de la société, réuni le 18 mars, n'avait débouché sur aucune décision pour régler le différend qui oppose Essilor à Leonardo Del Vecchio, fondateur de Luxottica et détenteur de 31% du nouvel ensemble.

* Groupe Open perd 8,2% à 15,66 euros après une publication annuelle marquée par les tensions sur les ressources humaines et un manque de visibilité sur les perspectives. Le groupe informatique a essuyé l'an dernier un recul de 50 points de base de sa marge opérationnelle courante (MOC) à 7,5%. Le Résultat net des activités poursuivies s'est établit quant à lui à 11,1 ME sur 2018 contre 10,2 ME en 2017, soit une hausse de 9%. En revanche, les perspectives 2019 s'annoncent mitigées. Le premier semestre 2019 sera impacté par l'effet embarqué défavorable de 2018, alors que les effets du plan d'actions sur les ressources humaines se traduiront par un retour à une croissance organique dès le second semestre 2019.

* Peugeot (-1,4% à 21,32 euros). PSA Groupe se renforce sur le marché des pièces détachées en rachetant une participation majoritaire dans le Chinois Longstar. Ce dernier est un grossiste en pièces automobiles basé dans la province du Fujian. Avec deux grands centres logistiques et 40 plaques de distribution, il met actuellement à la disposition de 4.000 réparateurs indépendants 10.000 références de pièces provenant de 18 fournisseurs internationaux. Les modalités financières de l'opération n'ont pas été dévoilées... Notons également que Moody's a relevé sa note d'émetteur long terme de PSA de 'Ba1' à 'Baa3', assortie d'une perspective 'stable'.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…