En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Clôture Paris : le CAC 40 déprime, mais la FDJ remporte le gros lot

| Boursier | 3652 | Aucun vote sur cette news

Franc succès de l'introduction en bourse de la Française des Jeux

Clôture Paris : le CAC 40 déprime, mais la FDJ remporte le gros lot
Credits Reuters

Déprimé par les craintes commerciales et la baisse de Wall Street, le CAC 40 a aligné ce jeudi sa quatrième séance consécutive de baisse, rendant encore 0,22% en clôture à 5.881 pts. L'indice phare parisien a tout de même limité la casse, après avoir décroché dans la matinée jusqu'à 5.834 pts... Les investisseurs craignant en effet que l'accord commercial sino-américain n'intervienne qu'en 2020, faute de compromis sur la levée des droits de douane. Dans ce climat prudent, la FDJ s'est tout de même distinguée, parvenant à enregistrer un gain généreux de +16,4% à 22,70 euros pour sa première séance sur la place parisienne, dans un volume particulièrement conséquent...

Sur le marché des changes, l'euro s'échange ce soir à 1,107$ environ, pratiquement stable, l'indice dollar évoluant peu pour sa part à 97,9 face à un panier de devises. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI regagne 1,7% à 58$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord prend 1,6% à 63,4$.

Le moral du consommateur de la zone euro a progressé en novembre, selon l'estimation flash de la Commission européenne. Il se redresset à -7,2 contre -7,6 en octobre. Le consensus était de -7,3. L'indicateur reste largement supérieur à sa moyenne de long terme.

Le climat des affaires dans l'industrie est resté quasi stable en novembre. L'indicateur qui le synthétise, calculé par l'Insee, s'est en effet maintenu à 100, au niveau de sa moyenne de longue période.

Ce jeudi était une "grande première" pour la FDJ, qui a clôturé en hausse de 16,4% à 22,7 euros, à l'issue d'une opération qui a rencontré un large succès, avec un prix de lancement situé en haut de fourchette, à 19,50 euros pour les particuliers qui ont été plus de 500.000 à participer au placement...

Wall Street corrige encore ce jeudi, au lendemain d'une séance déjà délicate. La prudence prévaut, alors que les craintes relatives aux négociations commerciales pèsent sur les indices. Le DJIA régresse de 0,3% à mi-parcours ce jour, contre une baisse de 0,4% du Nasdaq et un repli de 0,3% du S&P500.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de novembre 2019 est ressorti à +10,4, alors que le consensus des économistes de la place était de 7. L'indicateur était logé à 5,6 un mois plus tôt. L'indice de novembre signale donc une accélération de l'expansion de l'industrie manufacturière dans la région.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 16 novembre sont ressorties au nombre de 227.000 selon le Département américain au travail, contre 217.000 de consensus et 227.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure.

Selon la National Association of Realtors américaine ce jeudi, les reventes de logements existants pour le mois d'octobre 2019 sont ressorties au nombre de 5,46 millions, contre 5,48 millions de consensus de place et 5,36 millions pour la lecture révisée du mois antérieur. La progression ressort à +1,9% en comparaison du mois précédent.

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board, qui vient lui aussi d'être publié, est ressorti en retrait de -0,1% en octobre 2019, par rapport au mois de septembre, alors que le consensus se situait à -0,2%. L'évolution de cet indice des indicateurs avancés a été révisée à -0,2% pour le mois de septembre 2019, contre -0,1% précédemment évalué.

Les places boursières étaient donc incertaines, minées par les tensions commerciales. Il faut dire que Donald Trump s'est permis, en marge de la visite d'une usine d'assemblage à Austin, Texas, avec le patron d'Apple Tim Cook, de tacler encore Pékin en affirmant que la Chine ne serait "pas à la hauteur" des négociations. Trump a adouci le ton vis-à-vis d'Apple et de Cook et envisage même d'exempter le colosse californien de Cupertino de tarifs douaniers sur les importations provenant de Chine. "Nous étudions la question", a ainsi glissé le président américain.

En revanche, Trump ne lâche rien en ce qui concerne les négociations sino-américaines. Il estime que s'il n'a pas encore conclu d'accord avec la Chine, c'est tout simplement qu'elle n'est pas à la hauteur. "Je ne pense pas qu'ils atteignent le niveau que je veux", a asséné Trump devant la presse à Austin. Le dirigeant américain a aussi insisté sur le fait que la Chine avait bien plus besoin d'un accord que les USA...

Le vice-Premier ministre chinois Liu He s'est pour sa part montré nettement plus diplomate hier mercredi. Il se dit ainsi "prudemment optimiste" à propos de la conclusion de l'accord commercial partiel de 'phase 1'. C'est du moins ce qu'il a indiqué à l'occasion d'un forum organisé par Bloomberg. Selon l'agence, Liu, se confiant à un participant au dîner organisé à Pékin, se serait dit toutefois "confus", devant les exigences américaines.

"La Chine désire un accord mais se prépare au scénario du pire, celui d'une guerre commerciale prolongée", a tweeté pour sa part le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin. "Peu de Chinois pensent que la Chine et les USA puissent parvenir bientôt à un accord", a ajouté Hu.

Des spécialistes du dossier et des sources proches de la Maison blanche ont par ailleurs indiqué à Reuters que Washington et Pékin pourraient bien ne pas conclure cette fameuse 'phase 1' tant attendue de leur accord commercial avant l'année prochaine, du fait de la surenchère dans les négociations en cours. La conclusion des pourparlers est donc toujours aussi incertaine et paraît lointaine. Les tractations pourraient d'ailleurs se compliquer encore, selon Reuters, qui cite des sources contactées.

Trump et le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer jugent que la suppression des tarifs douaniers infligés à la Chine sans résolution des questions de propriété intellectuelle et de transfert de technologie ne constituerait pas un 'bon accord', précise encore Reuters.

L'échéance cruciale désormais est celle du 15 décembre. A cette date, plus de 150 milliards de dollars de marchandises importées de Chine doivent être surtaxées par les États-Unis. Les mesures seraient assez radicales juste avant les fêtes de fin d'année.

La situation à Hong Kong constitue par ailleurs un facteur particulièrement adverse au beau milieu de ces négociations commerciales. Le Congrès américain a adopté hier deux textes soutenant les manifestants actuelles à Hong Kong. Ce message sur la question des droits humains a été évidemment mal reçu par Pékin, compliquant un peu plus les relations entre les deux superpuissances. La loi doit être soumise à Trump pour promulgation...

Valeurs en hausse

FDJ (+16,4% !). Comme le laissaient penser les derniers échos, la demande des institutionnels comme des particuliers pour les actions de la Française des Jeux a été très forte. La demande totale a atteint 11 milliards d'euros, dont 1,6 milliard d'euros pour le grand public. Plus de 500.000 personnes ont ainsi souscrit à l'opération. Rappelons que les ménages français bénéficiaient de conditions préférentielles par rapport aux investisseurs institutionnels, à savoir une décote de 2% pour toute action achetée, et 1 action gratuite pour 10 actions achetées dès lors qu'ils s'engagent à garder leurs titres pendant au moins 18 mois. Sans surprise également, le haut de la fourchette a été retenu pour le prix d'introduction. Il a ainsi été fixé à 19,90 euros pour les institutionnels et 19,50 euros pour les particuliers.

En se séparant d'un peu plus de la moitié du capital de la FDJ, Bercy va récupérer plus de 2 milliards d'euros. Un montant qui permettra d'abonder un fonds public destiné à financer l'innovation. "Cette opération de privatisation de la Française des Jeux est un succès considérable", s'est félicité hier Bruno Le Maire, évoquant un résultat au-delà des "espérances" du gouvernement.

SES rebondit de 5,8%, au lendemain d'une chute brutale dans le sillage des dernières déclarations du président du régulateur américain des télécommunications concernant la 'Bande-C' aux Etats-Unis. Le Credit Suisse réitère ce jeudi son opinion 'surperformer' sur la valeur ainsi que son objectif de 19 euros. La valorisation à court terme semble maintenant attrayante compte tenu des perspectives de croissance, souligne le broker.

Sanofi (+2,4%). Le géant pharmaceutique évaluerait diverses options pour ses activités de santé grand public qui pourraient valoir 30 milliards de dollars. Selon les sources de l'agence 'Bloomberg', le management s'est entretenu avec ses conseillers financiers pour évaluer l'intérêt de ses actionnaires pour une telle opération. Aucune décision finale n'a été prise mais il est clair que le groupe devrait revenir sur cette information lors de la présentation du nouveau plan stratégique de la société prévue le 10 décembre aux Etats-Unis.

Abivax (+1,1%) a annoncé que les autorités règlementaires françaises (ANSM) avaient donné leur autorisation au lancement en France de l'étude clinique de Phase 2b avec son candidat médicament phare ABX464, en une prise orale par jour visant le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH) modérée à sévère.

Figeac Aéro (+1,4%) a réalisé au titre du 2ème trimestre de l'exercice 2019/20 un chiffre d'affaires de 108,7 ME, en progression de +10,4% par rapport à la même période de l'exercice précédent. À périmètre et taux de change constants, la croissance trimestrielle s'élève à +8,2% grâce aux gains de nouveaux contrats dans un marché des Aérostructures toujours difficile. Sur l'ensemble du 1er semestre, la société enregistre un chiffre d'affaires de 220,9 ME en progression de 9,4%. À périmètre et taux de change constants, la croissance d'activité au 30 septembre 2019, s'élève à 7%.

Eiffage (+0,9%) se renforce dans APRR et ADELAC et accompagne l'évolution de la gouvernance de son co-actionnaire MAF2 Eiffage a conclu ce jour un accord en vue d'acquérir 4% du capital de MAF2, actionnaire indirect d'APRR (50% moins 1 action) et d'ADELAC (25,1%). Une fois réalisée, cette transaction effectuée de gré à gré avec les actionnaires actuels de MAF2, pour un investissement net proche de 150 millions d'euros, permettra le renforcement indirect d'Eiffage de 2% au capital d'APRR et d'ADELAC (A41 Nord) au travers de MAF2 et l'accompagnement de l'évolution de la gouvernance de cette dernière. Par ailleurs, afin d'accompagner APRR dans ses missions, une convention de prestations de services sera conclue avec Eiffage.

Weborama (+92,4% !) a été informé par Startup Avenue, son actionnaire de contrôle détenant 69,25% du capital et 77,75% de ses droits de vote, de la conclusion d'un contrat de cession d'actions avec la Financière Arbevel portant sur l'intégralité de sa participation, 230.442 actions représentant 5,49% du capital, transaction réalisée à un prix par action de 5,40 euros. A l'issue de cette acquisition, Startup Avenue détient 74,74% du capital et 81,39% des droits de vote. Suite à cette acquisition, Startup Avenue a informé Weborama de son intention de déposer auprès de l'AMF une offre publique d'achat simplifiée visant les actions qu'elle ne détient pas à un prix identique à celui de la transaction avec la Financière Arbevel.

Casino (+1,6%) a finalisé hier son plan de refinancement annoncé le 22 octobre visant à renforcer sa liquidité et sa structure financière. La finalisation de ces opérations permet au groupe de se concentrer pleinement sur l'atteinte de ses objectifs opérationnels, financiers et stratégiques ainsi que sur la bonne exécution de son plan de cessions d'actifs.

Valeurs en baisse

Interparfums (-5,8%). L'année 2019 aura été marquée par un plan de lancements conséquent principalement axé sur les lignes Lanvin A girl in Capri, Jimmy Choo Urban Hero et surtout Montblanc Explorer. Les parfums Montblanc continuent à prendre des parts de marché importantes avec un chiffre d'affaires qui dépassera 135 millions d'euros sur l'année, en hausse de 25% par rapport à 2018. Combiné aux bonnes performances des parfums Jimmy Choo et Coach, l'exercice va ainsi se terminer sur une croissance conforme aux anticipations, avec un chiffre d'affaires de 480 ME. L'année 2020 sera marquée par un plan de lancements riche en nouvelles initiatives, principalement féminines. Sur la base du niveau actuel de la parité euro/dollar, le chiffre d'affaires de l'exercice 2020 devrait atteindre 500 ME. Insuffisant pour convaincre totalement BWS Financial, qui a dégradé la valeur à 'conserver'.

Suez (-0,7%) Moody's a dégradé hier soir la note senior non garantie long terme de Suez d''A3' à 'Baa1'. La perspective associée à la notation est 'stable'. L'agence explique son choix par le fait qu'il soit peu probable que le groupe affiche à moyen terme une performance financière conforme à celle de sa précédente notation 'A3'. En particulier, Moody's estime que certains ratios financiers clés seront faiblement positionnés par rapport aux niveaux requis pour une note 'A3'. Dans le même temps, Moody's considère que le risque pesant sur l'activité augmente avec la hausse des fuites de cash-flow vers les intérêts minoritaires, notamment dans les activités réglementées, et une part croissante des revenus provenant des clients industriels.

ArcelorMittal (-2,7%) corrigeait ce jour dans le sillage du groupe allemand de sidérurgie ThyssenKrupp. Ce dernier a abandonné son dividende, une première en six ans. Il a dévoilé par ailleurs une perte nette creusée pour l'exercice 2019, et table encore sur un déficit accru l'année prochaine avec les frais de restructuration. Le conglomérat allemand basé à Essen a perdu 304 millions d'euros sur l'exercice clos fin septembre 2019, contre un déficit de 62 millions un an auparavant. Les revenus de l'exercice clos ont légèrement progressé à 42 milliards d'euros, contre 41,5 milliards un an avant. Les prises de commandes ont totalisé 42 MdsE.

Euronext (-2,7%), qui réfléchit toujours à l'opportunité de lancer une offre sur la Bourse espagnole (Bolsas y Mercados Espanoles), discuterait avec plusieurs banques sur le financement de la potentielle opération. Selon les sources de 'Lainformacion.com', BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Natixis sont en train de finaliser les détails du financement syndiqué qu'elles accorderaient à Euronext si l'opérateur venait à surenchérir sur la proposition de SIX Group. L'opérateur de la place de Zurich a offert 34 euros par action, soit environ 2,843 milliards d'euros, pour racheter la Bourse de Madrid.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...