En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
-
4 813.5
-
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
-
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.32 %
1.132
+0.06 %

Clôture Paris : le CAC 40 débute décembre dans le vert

| Boursier | 432 | Aucun vote sur cette news

Un accord Etats-Unis/Chine salué en bourse...

Clôture Paris : le CAC 40 débute décembre dans le vert
Credits Reuters

LA TENDANCE

En très grande forme en matinée, à plus de 5.100 points, le CAC 40 a réduit ses gains dans l'après-midi, pour finir sa course en hausse de 1% ce lundi soir, à 5.053 points en clôture. Les marchés sont, sans surprise, portés en ce début de semaine par l'accord (temporaire) sur le commerce conclu entre les Etats-Unis et la Chine en marge du G20 de Buenos Aires. Les deux pays se sont en effet engagés à ne pas imposer de nouveaux droits de douane et à trouver un accord sur le commerce d'ici à 90 jours. Donald Trump a par ailleurs annoncé que la Chine, premier marché automobile mondial, allait "abaisser" puis "supprimer" ses droits de douane sur les importations de voitures acheminées à partir des Etats-Unis. De quoi soutenir le compartiment automobile en bourse. Certaines valeurs liées à la distribution, au transport et au tourisme font néanmoins grise mine à Paris, pénalisées par le mouvement social des "gilets jaunes" à travers la France. Outre-Atlantique, Wall Street grimpe également actuellement alors qu'Apple se livre un combat avec Microsoft pour préserver sa place de première capitalisation boursière mondiale. A noter que les marchés américains seront fermés mercredi en hommage à George Herbert Walker Bush...

ECO ET DEVISES

Trêve commerciale entre Washington et Pékin. Les Etats-Unis et la Chine ont accepté ce "cessez-le-feu" de 90 jours, durant lesquels les deux pays s'abstiendront de nouvelles sanctions commerciales. La rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20 argentin n'aura donc pas été vaine, même si tout reste à faire entre les deux superpuissances. En guise de bonne volonté, Trump a accepté temporairement de ne pas rehausser les prélèvements douaniers sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Le Président américain a par ailleurs indiqué que la Chine s'était engagée à réduire puis supprimer les droits de douane sur les importations automobiles de voitures fabriquées aux Etats-Unis. Ces droits avaient été portés à 40% en juillet par les autorités chinoises, qui avaient dans le même temps abaissé de 25 à 15% les droits sur les importations de véhicules venus des autres pays... Chine et USA ont donc désormais trois mois pour conclure un accord commercial. En attendant, les deux pays ne s'imposeront pas de nouvelles taxes, ce qui devrait détendre quelque peu les investisseurs, qui commençaient à sérieusement s'inquiéter de cette escalade des menaces et des sanctions...

L'Indice des Acheteurs PMI IHS Markit, un indice composite établi sur la base de cinq indices individuels (nouvelles commandes, production, emploi, délais de livraison des fournisseurs et stocks des achats) et conçu pour mesurer la performance globale de l'industrie manufacturière française, se replie de 51,2 en octobre à 50,8 en novembre. L'indice enregistre ainsi son plus faible niveau depuis la dernière fois qu'il s'est établi en zone de contraction, en septembre 2016. Eliot Kerr, Economiste à IHS Markit, commente ainsi les derniers résultats de l'enquête : " Les données PMI de novembre mettent en évidence une conjoncture difficile dans le secteur manufacturier français, les entreprises interrogées signalant une baisse du volume des nouvelles commandes, des suppressions d'emplois ainsi qu'une forte inflation de leurs coûts. La stabilisation de la production observée au cours du mois représente toutefois une amélioration par rapport au repli de celle-ci enregistrée en octobre. Les répondants à l'enquête signalent également des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement qu'ils attribuent en partie aux manifestations des "gilets jaunes", celles-ci ayant contribué à un nouvel allongement des délais de livraison en novembre".

L'Indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro se replie de 52 en octobre à 51,8 en novembre, un niveau supérieur à son estimation Flash (51,5), mais qui n'empêche pas l'indice de tomber sur un niveau plus observé depuis août 2016. Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, commente ainsi les derniers chiffres de l'enquête: "Les données PMI de novembre mettent en évidence une conjoncture de plus en plus défavorable dans le secteur manufacturier de la zone euro, faisant craindre un ralentissement de la croissance économique de la région au quatrième trimestre. La demande recule désormais en Allemagne, en France et en Italie tandis que les fabricants espagnols ne signalent qu'une modeste hausse des nouvelles commandes en novembre".

L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de novembre 2018 est ressorti en ligne avec le consensus de place, à 55,3, contre un niveau de 55,7 pour le mois antérieur et une lecture flash de 55,4 en novembre.

L'indice ISM manufacturier américain du mois de novembre, également dévoilé aujourd'hui, s'est établi pour sa part à 59,3, contre un consensus de place de 57,2 et une lecture antérieure de 57,7 pour le mois d'octobre 2018. Ainsi, cet indicateur traduit une vive accélération de l'expansion de l'activité manufacturière nationale américaine.

Pour finir, les dépenses américaines de construction du mois d'octobre 2018, également publiées à l'instant, sont ressorties en repli de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place situé à +0,3% et un retrait de 0,1% un mois plus tôt. En glissement annuel, ces dépenses de construction s'établissent tout de même en augmentation de 4,9%.

Annonce surprise au sein de l'Opep. Le cartel va perdre un de ses membres historiques puisque le Qatar a fait part de sa décision de sortir de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à laquelle il appartenait depuis 1961. De quoi renforcer les craintes d'éclatement du principal régulateur du marché pétrolier mondial même si Doha n'est que le 11ème plus important producteur de l'Opep avec moins de 2% de sa production globale.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1353$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 52,6$ et le Brent s'affiche à 61,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Valeo (+8%) et Faurecia (+5,6%) bondissent, dopés par la trêve dans la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

* Le Luxe est également bien orienté, avec Kering (+7,7%), LVMH (+5%) ou encore Hermes International (+3,3%).

* STMicroelectronics (+6%) et Soitec (+5,9%) sont également soutenus par l'accalmie sur le front des échanges entre les deux premières puissances mondiales.

* Vallourec (+2,9%), dans le sillage des cours du brut. Le regain d'optimisme des investisseurs contraste cependant avec le sentiment mitigé de Morgan Stanley. Dans une note d'analyse envoyée à ses clients, la banque d'affaires américaine a sabré son objectif de 11 à 3,30 euros pour tenir compte de la trajectoire sur les résultats et la consommation de trésorerie. Conséquence logique de cet ajustement, Morgan Stanley a dégradé sa recommandation sur Vallourec de "surpondérer" à "pondération en ligne".

* LafargeHolcim (+2,3%). L'enthousiasme sur le titre s'explique en bonne partie par le relèvement de recommandation de la Deutsche Bank. Dans le cadre d'une étude sectorielle sur les matériaux de construction, le bureau de recherche est passé de "conserver" à "acheter" sur le groupe franco-suisse, dont il relève l'objectif de 48 à 54 francs suisses. La Deutsche Bank justifie sa décision par l'amélioration des conditions de marché dans les pays émergents, marchés qui représentent 55% des ventes du cimentier, et par les gains de productivité accomplis par LafargeHolcim.

* Altice (+1,3%). La vente de la moitié des infrastructures dédiées à la fibre en France continue à soutenir le groupe de Patrick Drahi en Bourse. Suite à cette annonce, Oddo BHF a rehaussé, de 'neutre' à 'acheter' sa recommandation sur le dossier tout en portant sa cible de 2,5 à 3 euros.

* L'Oréal s'adjuge 2%. Si le numéro un mondial des cosmétiques bénéficie logiquement de l'accalmie sur le front commercial entre Washington et Pékin, le titre est également soutenu par les déclarations du président de Nestlé. Dans un entretien accordé au 'Financial Times', Paul Bulcke a indiqué que la participation de 23% du groupe helvétique ans L'Oréal "figure de manière active à l'agenda du conseil d'administration".

* Iliad (+1,6%) devrait présenter sa nouvelle box demain 4 décembre. La maison-mère de Free a envoyé une invitation aux médias pour un "événement" dont elle ne dévoile pas l'objet mardi prochain. Mais il ne fait guère de doute que l'opérateur présentera sa nouvelle box (la FreeboxV7). Son lancement, d'abord annoncé fin 2017-début 2018, a été retardé à plusieurs reprises.

VALEURS EN BAISSE

* Showroomprivé chute de 18,9%, plombé par l'annonce d'une augmentation de capital de 40 ME avec maintien du droit préférentiel de souscription. L'opération, qui vise à accroître la flexibilité financière de la société, est soutenue par ses fondateurs et le groupe Carrefour. Le prix d'émission des actions nouvelles a été fixé à 2,50 euros, faisant apparaître une décote de 26,5% par rapport au cours de clôture de 3,40 euros du titre jeudi soir. La cotation du DPS débutera le 5 décembre et se terminera le 13 décembre et la souscription des actions nouvelles ira du 7 au 17 décembre.

* Tarkett (-7%). Bryan Garnier a réduit son objectif de 23 à 21 euros tout en restant 'neutre' sur la valeur. Malgré le repli des cours du brut, l'environnement général au niveau de l'inflation reste défavorable, selon le broker, qui met également en avant le manque de dynamisme des revenus du spécialiste des revêtements de sol.

* Vinci (-2,2%), Carrefour (-5,8%) ou encore AccorHotels (-0,7%). Trois valeurs victimes des craintes liées au mouvement national de protestation des "gilets jaunes". Hors CAC40, les baisses les plus notables sont celles d'Air France KLM (-2,5%), de Fnac Darty (-4%) ou encore de Maisons du Monde (-5,9%). "C'est clairement un effet du mouvement des 'Gilets jaunes'", explique à Reuters un trader en poste à Paris. "Pour Accor, il semble évident que les réservations ont chuté pour la fin d'année. Concernant Carrefour et les autres distributeurs, le manque à gagner pourrait être monstrueux". Les détaillants souffrent en effet depuis plusieurs semaines des blocages organisés par les manifestants, les clients se voyant refuser l'accès à certains hypermarchés et supermarchés. Selon des données communiquées lundi par le ministre de l'Economie et des Finances, la baisse de chiffre d'affaires atteint 15% à 25% dans la grande distribution. Vinci est de son côté pénalisé par les nombreuses perturbations affectant son réseau autoroutier. Plusieurs barrières de péage ont été saccagées ces derniers jours et les opérations 'péage gratuit' se multiplient à travers le pays. Le géant du BTP et des concessions est le premier opérateur en France et bien que les concessions autoroutières ne représentent qu'environ 13% de l'ensemble de son chiffre d'affaires, elles ont généré plus de 59% de son Ebitda l'an passé. Eiffage (-2,7%), autre grand acteur du secteur dans l'Hexagone, souffre également ce lundi.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…