Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 783.41 PTS
-2.28 %
5 785.5
-2.14 %
SBF 120 PTS
4 450.34
-2.31 %
DAX PTS
12 284.19
-1.97 %
Dow Jones PTS
29 590.41
-1.62 %
11 311.24
-1.66 %
0.970
+0.1 %

Clôture : Paris en rouge vif

| Boursier | 925 | Aucun vote sur cette news

Les investisseurs cherchent de nouveaux supports d'investissement face à un risque accru de récession...

Clôture : Paris en rouge vif
Credits Reuters

La morosité prévaut pour engager cette semaine de retour de vacances de la première vague d'investisseurs. Au fil de la séance, la Bourse de Paris a creusé ses pertes pour finir ce lundi, en repli appuyé de -1,8% à 6.378 points, mais pas au plus bas du jour (6.352 pts). Après la bonne performance des indices boursiers ces dernières semaines, les investisseurs montrent à nouveau leur inquiétude face au risque de récession.
Les données et estimations macro-économiques n'étant pas bonnes, ce risque de récession pèse sur l'euro. En outre, les risques de pénuries de gaz se précisent, notamment en Allemagne, alors que la Russie va couper le gazoduc Nord Stream 1, du 31 août au 2 septembre.

En Allemagne, la probabilité d'une récession se fait de plus en plus forte alors que l'inflation pourrait culminer à plus de 10% cet automne. La Bundesbank explique en effet dans son rapport mensuel que la première économie d'Europe est l'un des pays les plus exposés aux conséquences de la crise du gaz russe en raison du poids de l'industrie dans son économie. D'ailleurs, l'envolée des prix de l'énergie en Allemagne a déjà des conséquences néfastes plus importantes qu'anticipé. "La baisse de l'activité économique au cours des mois d'hiver est devenue de plus en plus probable", explique la Bundesbank pour qui : "Le degré élevé d'incertitude sur l'approvisionnement en gaz cet hiver et les fortes hausses de prix devraient peser lourdement sur les ménages et les entreprises". La diminution des livraisons de gaz russe en réponse aux sanctions occidentales depuis l'invasion de l'Ukraine incite de nombreux économistes indépendants à conclure qu'une récession outre-Rhin est désormais quasi-inévitable. Selon le rapport de la Bundesbank, l'inflation en Allemagne accroît le risque de fortes hausses de salaires, particulièrement dans un contexte de chômage faible, ce qui fait courir un risque de spirale haussière prix/ salaires.

Pour la Grande-Bretagne, un économiste de la banque américaine Citi estime que la hausse des prix à la consommation pourrait culminer, début 2023, à 18%, soit 9 fois l'objectif fixé par la Banque d'Angleterre (BoE).

Outre-Atlantique, la semaine sera dominée par l'intervention de Jerome Powell, au symposium de Jackson Hole, vendredi. Le président de la Réserve fédérale américaine devrait alors préciser ses positions sur le calendrier et le rythme de remontée des taux d'intérêt, à moins d'un mois de la prochaine réunion de politique monétaire. Dans l'esprit des intervenants de marché, il ne fait aucun doute que la FED va poursuivre son mouvement de hausse des taux. L'hypothèse d'une hausse de 50 points de base en septembre est privilégiée, mais la possibilité d'une remontée des taux de 75 points est loin d'être écartée. D'ailleurs, la FED a dernièrement déjà surpris sur ce plan !
Dans l'attente, le S&P500 cède -1,66% à 4.158 points. Le Dow Jones abandonne -1,32% à 33.262 pts. Le Nasdaq Composite est en recul appuyé de -2,1% à 12.438 pts.

Contrairement à la logique des économies occidentales qui relèvent leurs taux d'intérêts pour contrecarrer l'inflation, la Chine a décidé, ce lundi, d'abaisser ses taux préférentiels de prêts à 1 an et 5 ans, pour contrer le ralentissement économique. Le gouvernement de Pékin maintient donc une logique d'assouplissement monétaire pour soutenir son économie et escompter atteindre 4% de croissance annuelle du PIB. Cette nouvelle intervention sur les taux d'emprunt en Chine vise à soutenir les financements à long-terme et l'investissement immobilier dans le pays, dans un contexte de crise immobilière et de résurgence d'épidémie de Covid-19. La Banque populaire de Chine (BPC) a fixé le taux préférentiel de prêt (TPP) sur 1 an à 3,65% (3,7% auparavant). Il s'agit de la première baisse du TPP sur 1 an depuis janvier. Le banquier central chinois a aussi abaissé de 15 points de base le TPP à 5 ans, désormais fixé à 4,3%.

Avec les perspectives de ralentissement des économies mondiales, le baril de pétrole reste sous pression avec un WTI au-dessous les 90 dollars. Le baril de brut léger est stable à 89,63$. Le Brent de mer du Nord cède encore 0,47% à 95,64$.

Avec le ralentissement économique de l'Allemagne et les craintes de récession en Europe, l'euro est à nouveau passé au-dessous de la parité avec le dollar. La monnaie européenne pointe à 0,9934$ en repli de -1,05%. Dans cet environnement mondial incertain, le billet vert continue à bénéficier de son statut de valeur refuge et profite, aux dépens de l'euro, d'un différentiel de taux en faveur des Etats-Unis.

L'once d'or est sur les 1.736$. Le Bitcoin s'apprécie de +1,26% à 21.330$.

Valeurs en hausse

* Sanofi (+1,62% à 82,98 euros). A contrario du marché parisien, Sanofi est l'un des rares titres du CAC40 à évoluer en territoire positif. Après les revers sur son portefeuille de médicaments, le groupe pharmaceutique français a décroché en Bourse la semaine passée, mais semble vouloir tenter le rebond cette semaine. Le marché semble réceptif aux déclarations de Jean-Baptiste de Chatillon auprès de l'agence Reuters. Le directeur financier de Sanofi croit en un futur rebond de l'action en raison de "l'incroyable déconnexion entre les fondamentaux de l'entreprise et sa valorisation". Il cite les candidats-médicaments toujours en cours de développement ainsi que les solides performances financières du Dupixent, traitement phare de Sanofi de l'eczéma et de l'asthme. "La croissance sera à nouveau alimentée par des actifs très solides à venir", indique-t-il, avant d'évoquer un projet de médicament contre l'hémophilie et un nouveau traitement potentiel pour les infections respiratoires infantiles.

* Rémy Cointreau (+0,94% à 193,2 euros) Fort du succès de son premier plan d'actionnariat salarié, lancé en France l'an dernier, Rémy Cointreau lance sa première augmentation de capital réservée à ses salariés à l'international. L'enveloppe dédiée à l'opération ne pourra pas dépasser 40.000 actions, soit 0,07% du capital actuel. Les collaborateurs éligibles pourront souscrire entre le 12 et le 30 septembre. L'augmentation de capital sera constatée le 27 octobre. L'offre faite aux collaborateurs leur permettra de souscrire à un prix de référence décoté de 20%, qui sera fixé le 9 septembre par le directeur général, et leur permettra de bénéficier d'un abondement équivalent à leur apport personnel dans la limite de 400 euros brut. Le règlement-livraison des actions est prévu au plus tard le 27 octobre.

* Technip Energies (+1,85% à 12,09 euros). Leader d'un consortium avec Clough, Technip Energies a été sélectionné pour réaliser l'étude d'ingénierie d'avant-projet détaillée (FEED) des infrastructures de production en amont du projet Papua LNG de TotalEnergies en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ces infrastructures couvrent le développement des gisements de gaz des champs terrestres Elk et Antelope, y compris les puits et l'usine de traitement de gaz. Le développement intègre également un système de capture et de séquestration du carbone afin d'éliminer le CO2 issu des champs et de le réinjecter dans les réservoirs. L'association entre Technip Energies et Clough constitue "une alliance robuste pour identifier et relever les défis spécifiques à ce projet, construire des bases solides pour son exécution et favoriser un écosystème durable autour du projet", commente Technip Energies.

* TotalEnergies (+0,66% à 53,04 euros). Avec Eni, TotalEnergies a annoncé une découverte significative de gaz sur le puits Cronos-1, situé dans le Bloc 6, au large des côtes chypriotes. Cette découverte fait suite à celle de Calypso-1 réalisée sur ce même bloc en 2018. Le forage d'un puits d'exploration additionnel sur le Bloc 6 est prévu afin d'investiguer des ressources supplémentaires significatives et d'évaluer les meilleures options de développement. TotalEnergies détient une participation de 50% dans le Bloc 6, dont Eni est l'opérateur (50%).

* Bluelinea (+0,44% à 1,14 euro). Le processus d'OPA se poursuit. Le cabinet Finexsi vient d'être mandaté en qualité d'expert indépendant pour se prononcer sur les conditions financières du projet d'offre publique d'achat simplifiée qui serait déposée par le concert composé des sociétés Apicil Mutuelle et Apicil Prévoyance. Le prix proposé est de 1,15 euro par action et correspond au prix le plus élevé payé par l'initiateur de l'offre sur une période de 12 mois précédant le franchissement de seuil du 15 juillet. Ce prix extériorise une prime de 2,2% par rapport au cours précédant l'annonce des résultats de l'augmentation de capital et du principe d'une offre, le 15 juillet. A l'issue de l'offre, il ne devrait pas y avoir de sortie du titre du marché.

* bioMérieux (+0,65% à 100,75 euros). La Food and Drug Administration américaine a accordé la désignation 'Breakthrough Device' (dispositif innovant) au système rapide d'antibiogramme 'Specific Reveal'. Cette désignation est réservée aux dispositifs médicaux offrant des avantages significatifs par rapport aux solutions autorisées existantes. Le système rapide d'antibiogramme Specific Reveal a été développé par Specific Diagnostics, société américaine acquise par bioMérieux en mai 2022.

Valeurs en baisse

* Dans un marché à nouveau inquiet du risque de récession en Europe sur fond d'envolée des prix de l'énergie, les valeurs cycliques sont à la peine. Saint-Gobain (-3,44% à 41,74 euros), ArcelorMittal (-0,17%), mais aussi de plus petits dossiers comme Haulotte Group (-1,94% à 3,53 euros), Manitou (-3,03% à 17,26 euros).

* Sur le compartiment automobile, Stellantis (-4,02% à 13,85 euros) et Renault (-4,42% à 28,01 euros) décrochent. Les équipementiers automobiles subissent également les assauts vendeurs. Faurecia (-9,01% à 14,64 euros), Valéo (-6,26% à 18,72 euros), Michelin (-3,24% à 24,96 euros) plongent.

* Les valeurs bancaires et financières sont à nouveau attaquées... Société Générale (-3,02%), BNP Paribas (-2,48%), Crédit Agricole (-2,67%) reculent avec l'assureur Axa (-1,98%).

* TF1 (-1,86% à 6,34 euros) / M6 (-3,26% à 12,15 euros). Les deux groupes de médias, concernés par le projet de rapprochement de Bouygues et RTL Group, sont sous pression. Dans le cadre de l'opération, un bras de fer s'est engagé avec l'Autorité de la Concurrence concernant notamment les recettes publicitaires, les deux groupes trustant en cas de fusion 75% du marché. La probabilité d'un échec de l'opération se faisant de plus en plus forte à l'approche des auditions devant le Collège de l'Autorité de la Concurrence, les 5 et 6 septembre, les marchés s'allègent sur ces deux valeurs.

* Eutelsat Communications (-1,26% à 8,64 euros). L'opérateur de satellites annonce la nomination de Richard Mortellaro au poste de Président et CEO d'Eutelsat America Corp. (EAC). Il succède à David Bair, qui prend sa retraite.

* Carrefour (-0,89% à 17,25 euros). L'enseigne de distribution va bloquer les prix de 100 produits "du quotidien" sous marque propre pendant 100 jours. Il s'agit selon Carrefour de "soutenir le pouvoir d'achat des Français". Cette opération, court jusqu'au 30 novembre, et concerne à la fois des produits alimentaires et non-alimentaires. Elle s'inscrit en parallèle d'un blocage des prix "de produits clés de la rentrée". En outre, un analyste se veut prudent sur le dossier, avec un avis 'Neutre' et un objectif de cours porté de 18,5 à 18,7 euros.

* Engie (-0,19% à 12,91 euros). Dans le cadre du processus de compensation en lien avec les appels d'offres ScotWind de début d'année, Crown Estate Scotland a attribué à Ocean Winds, la coentreprise 50-50 d'Engie et d'EDPR dédiée à l'éolien en mer, deux baux de fonds marins supplémentaires pour des projets d'éoliennes en mer flottantes : un site d'une capacité de 1,8 GW en partenariat avec Mainstream Renewable Power, et un autre d'une capacité de 500 MW. Avec ces 2,3 GW, Ocean Winds dispose désormais d'un portefeuille total de 6,1 GW en Ecosse, et d'un portefeuille de projets de 14,5 GW dans le monde.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 septembre

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/09/2022

Les principales Bourses européennes ont à nouveau clôturé dans le rouge, inquiétées par la politique monétaire agressive de la Fed. A Paris, l'évolution du CAC 40 a reflété ces craintes,…

Publié le 23/09/2022

Le CAC40 accuse de nouveau le coup ce vendredi, en baisse de 2,28% en clôture...

Publié le 23/09/2022

Faux espoir! Les 'futures' annonçaient ce matin un modeste rebond pour le CAC 40, tout du moins un niveau d'ouverture au-dessus des 5...

Publié le 23/09/2022

Le CAC 40 est-il tombé trop bas aux yeux des investisseurs? Suffisamment hier pour susciter des envies de rachats à bon compte ce matin :...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/09/2022

Le chiffre d'affaires d'Augros s'élève à 10...

Publié le 23/09/2022

Suite à la téléconférence organisée le 15 septembre 2022 pour présenter ses résultats semestriels Vetoquinol souhaite apporter quelques compléments...

Publié le 23/09/2022

Le constructeur ferroviaire Alstom a été choisi par APS Holding et l’agglomération de Padoue pour fournir les nouvelles rames de tramways Translohr qui circuleront sur « SMART », le futur…

Publié le 23/09/2022

Aures Technologies Le spécialiste des solutions matérielles pour le point de vente et les bornes interactives dévoilera ses résultats du premier semestre. Cabasse GroupLe spécialiste de l'univers…

Publié le 23/09/2022

Auplata Mining Group annonce que la conversion partielle de 5,5 ME de la créance en compte-courant détenue par TRIBECA NATURAL RESOURCES FUND (TNRF)...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Pour vous former en bourse

Nos webinaires d'octobre sont en ligne :
100% gratuits, 100% bonne humeur 😉


JE PARTICIPE