Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 472.35 PTS
-0.63 %
6 472.0
-0.25 %
SBF 120 PTS
5 006.87
-0.65 %
DAX PTS
13 573.93
-0.65 %
Dow Jones PTS
32 803.47
+0.23 %
13 207.69
-0.78 %
1.018
+0.05 %

Clôture : Paris en rouge vif !

| Boursier | 845 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 décroche de 2,68%, enfonçant les 5.800 points...

Clôture : Paris en rouge vif !

Au fil de la séance, la situation s'est dégradée à Paris. Le CAC40 n'a en effet progressé que de quelques points en matinée avant de s'enfoncer rapidement dans le rouge. En clôture, l'indice phare de la place parisienne décroche de 2,68% au-dessous des 5.800 points, à 5.794 points après la publication d'indicateurs macro-économiques dégradés, et des commentaires peu rassurants de certaines banques centrales.

Au lendemain d'une journée de fermeture pour cause d'Independence Day', la cote américaine s'affiche également franchement dans le rouge. Alors que pour une fois, les technologiques du Nasdaq surnagent, le Dow Jones et le S&P plongent. Le S&P 500 abandonne -2% à 3.749 pts, alors que le Dow Jones décroche de -2,24% à 30.401 pts. Le Nasdaq Composite cède -1,02% à 11.014 pts.

La croissance mondiale et la dynamique de l'inflation, toujours étroitement liées, restent au coeur des incertitudes des investisseurs alors que les banques centrales s'emploient à juguler l'envolée des prix en relevant leurs taux d'intérêts, ce qui risque de peser sur la croissance et les bénéfices des entreprises. Sur fonds de perspectives mondiales détériorées, les marchés ne perdent pas non plus de vue la reprise des contaminations au Covid-19, à l'aube de la saison estivale.

ECO et devises

La banque centrale d'Australie (RBA) a relevé son principal taux directeur de 50 points de base pour le porter à 1,35%, et a indiqué que d'autres mesures de resserrement de politique monétaire sont envisagées afin de maîtriser l'inflation. Il s'agit de la 3e hausse de taux de la RBA depuis le mois de mai alors que l'inflation dans le pays a atteint 5,1% au 1er trimestre, son plus haut niveau depuis 20 ans. Les données sur les prix à la consommation pour le 2e trimestre devraient montrer une hausse de 6%, voire davantage.

En Europe, la publication des indices PMI finaux pour l'ensemble de la zone euro ont montré que le taux de croissance de l'activité avait atteint en juin son plus bas niveau depuis 16 mois et suggèrent que la région pourrait entrer en récession ce trimestre. "Le fort ralentissement de la croissance de l'activité observé en juin dans la zone euro augmente le risque d'une contraction de l'économie de la région au troisième trimestre", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez S&P Global.

En France, la production industrielle est restée stable sur un mois, en mai, selon les données publiées par l'Insee. L'institut français de la statistique a cependant révisé en baisse l'évolution de la production industrielle pour le mois d'avril à -0,3% contre -0,1% annoncée initialement.

Dans le même esprit, la Banque d'Angleterre (BoE) a averti que les perspectives économiques tant au Royaume-Uni qu'au niveau mondial se sont dégradées depuis le début de l'année. La BoE demande aux banques d'augmenter leurs réserves de capitaux pour s'assurer de résister à un choc économique. Bien évidemment, l'évolution de la guerre en Ukraine sera cruciale quant à la dynamique économique, a souligné l'institution qui a également exprimé son inquiétude quant à la santé des principaux marchés financiers.

L'euro abandonne 1,62% face au billet vert à 1,0254 dollar, au plus bas depuis décembre 2002. Il cède près de 10% depuis le début janvier. Dans ces conditions, les marchés monétaires anticipent désormais un resserrement de la BCE de moins de 140 points de base cette année contre plus de 190 pb, il y a près de trois semaines. De quoi accroître le différentiel de taux d'intérêt avec la Réserve fédérale et, in fine, rendre la devise unique moins attrayante.

Le baril de brut WTI coule de 10,4% revenant au-dessous des 100$, à 99,14$ alors que le Brent cède -9,9% à 102,6$. Les cours pétroliers sont principalement affectés par les craintes d'une récession qui pourrait peser sur la demande, dans un contexte d'absence de toute intervention des membres de l'Opep+ et de baisse des investissements pétroliers.
L'once d'or perd -2,29% à 1.769$.

VALEURS EN HAUSSE

* Remy Cointreau (+4,6% à 174,4 euros). Pour la première fois en plus d'une décennie de couverture du titre, Jefferies est passé à l''achat' sur la valeur tout en ajustant sa cible de 195 à 200 euros. L'analyste explique que le groupe est "l'une des histoires de croissance à long terme les plus attrayantes" dans les 'boissons européennes', bénéficiant de barrières élevées à l'entrée et des tendances de 'premiumisation'. Il juge également la société bien placée pour faire face aux pressions inflationnistes auxquelles sont confrontés les produits de base, avec 90% des bénéfices provenant des 'alcools bruns'. Enfin, la réouverture de la Chine devrait apporter un vent favorable alors que la valorisation semble représenter un point d'entrée attrayant avec des actions inférieures à leur moyenne sur 10 ans en matière de PE.

Sur le CAC40, seuls Pernod Ricard (+0,86%), Schneider Electric (+0,16%), Dassault Systemes (+0,11%) et Legrand (+0,06%) parviennent à se maintenir dans le vert.

VALEURS EN BAISSE

* Deezer (-29,4% à 6 euros). Douche froide pour la première séance de cotation de Deezer en Bourse de Paris, après son rachat par le véhicule d'investissement I2PO.

* Publicis -5,05% à 41,5 euros, alors que Goldman Sachs a dégradé le titre à 'neutre' tout en coupant sa cible de 74,9 à 53,1 euros. A noter toutefois, qu'AlphaValue a rehaussé à l''achat' sa recommandation sur la valeur en visant 59,4 euros.

* Renault (-5,8% à 22,73 euros) a présenté aux membres du Comité social et économique de Fonderie de Bretagne le projet industriel d'acquisition et de modernisation du site de Caudan. Dans le cadre du processus de recherche initié par le constructeur au losange, et destiné à assurer la pérennité des activités sur le site de Caudan et y préserver les emplois, la société Callista a déposé un projet d'offre ferme que Renault a décidé de présenter aux instances représentatives de Fonderie de Bretagne. Le projet industriel porté par Callista, dont le siège social est basé à Munich, correspond aux engagements pris par Renault Group de parvenir à une exploitation rentable du site notamment grâce à un investissement massif, une restauration de la compétitivité et une capacité à se diversifier et identifier de nouveaux marchés. Le projet prévoit le maintien du niveau d'emplois et Renault Group s'engage à accompagner de manière conséquente la transformation du site au cours des prochaines années.

* JCDecaux décroche de -8,66% à 14,88 euros, sa plus forte baisse en plus de deux mois. La pression vendeuse sur le titre est à relier à une note de Goldman Sachs qui a réduit ses prévisions de bénéfices pour les acteurs des médias et de l'internet présents au sein de sa couverture pour tenir compte de perspectives macroéconomiques plus prudentes. A 'vendre' sur le dossier, GS a réduit son objectif de 21 à 16 euros.

* Atos (-8,57% à 10,35 euros), sur un nouveau plancher. Trois semaines après la présentation d'un nouveau plan stratégique qui n'a séduit personne, et notamment son directeur général (Rodolphe Belmer) qui va quitter le navire 6 mois après avoir pris les rênes de l'entreprise, plusieurs actionnaires ont écrit au conseil d'administration pour demander le départ de son président, Bertrand Meunier. "On n'a jamais vu un plan présenté par un directeur général sur le départ justement parce qu'il n'est pas d'accord avec ce plan", expliquait hier au 'Monde' Frédéric Genevrier, cofondateur d'OFG Recherche, une société d'analyse qui conseille de grands investisseurs sur les questions de gouvernance des entreprises, pour qui " la responsabilité du conseil, et en particulier celle de Bertrand Meunier, qui le préside, est immense. Tout vient de là". "Les discussions avec les actionnaires sont confidentielles", a répondu le dirigeant tout en évoquant un "dialogue permanent avec les actionnaires, qu'ils soient petits ou grands".
Du côté des analystes, les ajustements se poursuivent après les récentes annonces. Le dernier en date provient de la Deutsche Bank qui a coupé sa cible de 26 à 15 euros, en maintenant son avis 'conserver'.

* Les valeurs bancaires et financières souffrent avec Crédit Agricole (-3,7%), Société Générale (-4,4%). Axa signe la plus mauvaise performance du CAC40, avec un recul de -6,45% à 20,38 euros. Les rendements obligataires continuent de se contracter avec un retour à 1,87% pour le 10 ans français.
BNP Paribas recule également de -3% à 43,9 euros bien que la Deutsche Bank soit passée à l''achat' en visant toujours 66 euros. La banque allemande dégrade en revanche Crédit Agricole à 'conserver' avec une cible ajustée de 13 à 12 euros.

* Saint-Gobain (-2,76% à 39,53 euros). HSBC a abaissé son objectif de 100 à 76 euros ('achat').

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 05/08/2022

Les marchés actions européens ont clôturé en baisse. La journée aura été marquée par la publication d’un rapport américain sur l'emploi bien meilleur que prévu pour juillet. S’il…

Publié le 05/08/2022

Le CAC 40 termine la semaine sur une note stable après être remonté au-dessus des 6...

Publié le 05/08/2022

6.512,62 points

Publié le 05/08/2022

Le CAC 40 devrait terminer la semaine sur une note plus stable après être remonté au-dessus des 6...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/08/2022

Fin de semaine difficile pour le compartiment du luxe à Paris, victime des craintes d'escalade entre les Etats-Unis et la Chine après la visite...

Publié le 05/08/2022

10h30 en zone euroIndice Sentix du sentiment des investisseurs en aoûtsource : AOF

Publié le 05/08/2022

Au deuxième trimestre 2022, le pneumaticien Goodyear a publié un bénéfice net de 166 millions de dollars, contre 67 millions de dollars un an auparavant. En excluant les éléments non…

Publié le 05/08/2022

Cap tenu !

Publié le 05/08/2022

Au deuxième trimestre 2022, le fabricant de pneumatiques italien Pirelli (+4,25% à 4,44 euros, soit la seconde plus forte hausse de la Bourse de Milan) a publié un bénéfice net en hausse de 37,8%…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne