En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.131
-0.43 %

Clôture Paris : du rouge pour le CAC 40, plombé par l'Italie

| Boursier | 692 | Aucun vote sur cette news

L'indice parisien termine le troisième trimestre sous les 5.500 points...

Clôture Paris : du rouge pour le CAC 40, plombé par l'Italie
Credits Reuters

LA TENDANCE

Le CAC 40 a rechuté de 0,85% ce vendredi, repassant sous les 5.500 points, à 5.493 pts en clôture, plombé cette fois-ci par l'Italie...

Le gouvernement italien a en effet présenté un objectif de déficit public pour 2019 plus élevé que prévu, à 2,4% du PIB (idem pour 2020 et 2012). Un niveau supérieur au seuil de 2% que le ministre de l'Economie, Giovanni Tria, avait fixé comme une limite à ne pas dépasser... Une annonce très peu appréciée par les investisseurs (comme en témoigne la chute du FTSE MIB de 3,7% ce vendredi) qui redoutent de nouvelles tensions du côté des dettes souveraines en zone euro (+8% sur le taux 10 ans italien aujourd'hui, qui passe au-dessus des 3%). Le secteur bancaire affiche sans surprise les plus fortes baisses en cette fin de semaine en bourse.

Relativement indifférent aux difficultés européennes, Wall Street évolue en légère progression actuellement, malgré le plongeon de plus de 10% de Tesla, alors qu'Elon Musk est poursuivi par la SEC à propos de sa série de "tweets" du 7 août relative à la supposée sortie de cote du groupe.

Sur l'ensemble du mois de septembre, le CAC40 gagne tout de même 1,6%. Sur le troisième trimestre 2018, le gain ressort à 3,2%.

ECO ET DEVISES

Le projet budgétaire adopté par le gouvernement italien de coalition ne reçoit pas un bon accueil par les marchés. C'est un euphémisme! Mais il est également durement critiqué par certains Italiens. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, pense par exemple que le budget que préparent le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue ne permettra pas d'augmenter le nombre d'emplois et pèsera sur l'épargne des Italiens. "C'est un budget contre le peuple, qui appauvrit le Nord sans aider le Sud. Il freine la croissance et aggrave la dette, augmente le coût des hypothèques et des prêts pour les familles et les entreprises. Cela nous rend moins souverains, plus dépendants des marchés. Donc, il abolit le bon sens, pas la pauvreté", affirme le membre fondateur de Forza Italia, la formation de droite de Silvio Berlusconi.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 2,1% en septembre, en légère hausse par rapport au niveau de 2,0% du mois d'août, annonce Eurostat dans son estimation préliminaire. Une évolution conforme aux attentes du marché. L'inflation annuelle 'core' recule en revanche de 1% en août, à 0,9% en septembre, alors que le consensus tablait sur une petite hausse à 1,1%.

Le taux de chômage a reculé de 0,1 point en Allemagne en septembre, tombant à 5,1%, au plus bas depuis la réunification de 1990. Selon les données de l'Office fédéral du Travail, le nombre de chômeurs a diminué de 23.000 sur la période, contre un repli de 8.000 attendu par le marché.

Contrairement à la situation en Allemagne, où l'inflation a accéléré en septembre, les prix à la consommation se sont modérés en France. Selon l'estimation provisoire de l'Insee, l'inflation annuelle ralentirait ainsi à 2,2% après +2,3% en août. Cette légère baisse résulterait, d'une part, d'un ralentissement des prix des services et de l'énergie et, d'autre part, d'un recul un peu plus marqué de ceux des produits manufacturés. En revanche, la baisse de l'inflation serait atténuée par une nette accélération des prix des produits alimentaires liée à celle des prix des produits frais. En séquentiel, les prix à la consommation se replieraient de 0,2% après +0,5% en août. Harmonisés aux normes européennes, l'inflation annuelle ressortirait à +2,5% en septembre après 2,6% le mois précédent, et contre 2,6% de consensus.Les dépenses de consommation des ménages ont par ailleurs augmenté de 0,8% en volume en août après leur stabilité du mois en juillet. Le marché tablait sur une progression limitée à 0,3%. Cette hausse est portée par le bond de la consommation en biens fabriqués (+2,5% après +0,0%), malgré le repli de la consommation alimentaire (-0,6%) et des dépenses d'énergie (-0,5%), précise l'Insee.

D'après le rapport gouvernemental dévoilé ce vendredi aux États-Unis, les revenus personnels des ménages pour le mois d'août 2018 sont ressortis en progression de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre 0,4% de consensus de place. Les dépenses personnelles de consommation sont également ressorties en augmentation de 0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus. L'indice de prix 'core PCE' du mois d'août, très suivi par la Fed, n'a affiché strictement aucune évolution en comparaison du mois antérieur, contre +0,1% de consensus. Il progresse de 2% en glissement annuel, par rapport au mois d'août 2017. Il s'agit donc d'un indicateur assez rassurant concernant l'inflation américaine, qui reste surveillée en cette période de durcissement monétaire 'progressif'.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de septembre 2018 est ressorti à 100,1, contre un consensus de 100,5 et un niveau de 100,8 pour sa lecture antérieure (lecture préliminaire du mois de septembre).

L'indice manufacturier PMI de Chicago du mois de septembre 2018 est ressorti à 60,4, contre un consensus de 62,3 et un niveau de 63,6 un mois avant. L'indicateur traduit donc un ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région, mais il reste logé à un niveau relativement élevé d'un point de vue historique.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1619$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 73,1$ et le Brent s'affiche à 82,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* Air FranceKLM (+3,3%). Le Conseil d'administration d'Air France, réuni le 27 septembre 2018, a pris acte de la démission de Franck Terner de ses fonctions de Directeur Général d'Air France. Il a nommé Benjamin Smith, après avis favorable du Conseil d'administration d'Air France-KLM, Directeur Général d'Air France pour une période de transition qui s'achèvera au plus tard le 31 décembre 2018. Anne-Marie Couderc, présidente des Conseils d'administration d'Air France-KLM et d'Air France, a déclaré : "Je salue le travail réalisé par Franck Terner, un grand professionnel reconnu du transport aérien, pendant 36 années au service du groupe. Benjamin Smith aura comme missions prioritaires de définir la vision stratégique à court et moyen terme d'Air France, d'apporter une solution aux enjeux salariaux, et de proposer l'organisation de la future direction générale de la compagnie".

* Carmat (+1,3%). Compte tenu du résultat financier (-455,4 KE), du résultat exceptionnel (-2,7 KE) et du Crédit d'Impôt Recherche (1 ME), le résultat net au 30 juin 2018 est une perte de -18,9 ME, contre une perte de 14,1 ME au 30 juin 2017. La trésorerie et les instruments de trésorerie mobilisables au 30 juin 2018 s'élèvent à 44 ME, contre 60,7 ME au 31 décembre 2017.

* Sur le CAC40, Hermes International monte de 0,8% avec Pernod Ricard (+0,3%) ou encore Saint-Gobain (+0,1%).

* Roche Bobois (stable). Le résultat opérationnel courant ressort à 3,9 ME contre 5,3 ME au 30 juin 2017, impacté ponctuellement par le plan d'actions gratuites qui s'élève à 3,3 ME sur ce semestre. Hors plan d'AGA, le résultat opérationnel courant serait en croissance à 7,2 ME contre 7 ME au 30 juin 2017. Le résultat opérationnel ressort à 3,5 ME contre 5,1 ME et prend en compte les frais de l'introduction en Bourse de Roche Bobois. Au final, le résultat net s'élève à 2 ME contre 3,1 ME au 1er semestre 2017.

VALEURS EN BAISSE

* Akwel (-10,5%). Le résultat opérationnel courant s'inscrit à 57,5 ME. La marge opérationnelle courante demeure à un niveau élevé et atteint 10,3% du chiffre d'affaires. Le résultat net part du Groupe ressort à 45,7 ME en diminution de -5,8%. La rentabilité nette demeure élevée à 8,2% du chiffre d'affaires du 1er semestre (9,1% pour le semestre clos le 30 juin 2017).

* Plombé par l'Italie, le secteur bancaire décroche avec Crédit Agricole (-4,3%), Société Générale (-2,8%) ou encore BNP Paribas (-3,2%).

* Bureau Veritas (-1,9%). Le groupe a concrétisé une émission obligataire non notée d'un montant de 500 millions d'euros à échéance janvier 2025, assortie d'un coupon de 1,875%. L'opération a été 2 fois sursouscrite. Avec ce placement, Bureau Veritas profite de conditions de marchés attractives dans le but d'anticiper le refinancement de ses échéances 2019 et de permettre d'allonger la maturité moyenne de sa dette tout en optimisant son coût.

* Scor (-1%). Le conflit ne s'apaise pas avec le premier actionnaire Covea dont l'offre a été refusé fin août. Thierry Derez a décidé de se mettre en "retrait temporaire" du Conseil d'administration de Scor jusqu'à la réunion de l'assemblée générale annuelle de Scor appelée à se réunir en 2019. Un retrait qui ne convient pas à Scor qui réclame sa démission.

* Mediawan perd 0,3%. L'Ebitda s'élève à 30 ME, soit une marge de près de 24%. Cette marge est élevée et s'explique principalement par la contribution forte de l'activité Mediawan Rights sur le semestre. Le résultat opérationnel publié ressort à 12,8 ME. Le résultat net part du groupe fait ressortir un bénéfice de +11,3 ME sur le 1er semestre 2018. Le résultat net part du groupe corrigé de l'amortissement des actifs liés aux regroupements d'entreprises net d'impôt s'élève à +18,2 ME.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...