Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 631.15 PTS
-
6 634.50
-
SBF 120 PTS
5 184.73
-
DAX PTS
15 589.23
+0.86 %
Dow Jones PTS
34 196.82
+0.95 %
14 365.96
+0.64 %
1.193
0. %

Clôture Paris : BCE et inflation ne font pas de vagues

| Boursier | 592 | Aucun vote sur cette news

Les deux grands rendez-vous économiques de la semaine n'ont finalement guère influencé les marchés ce jeudi

Clôture Paris : BCE et inflation ne font pas de vagues
Credits Reuters

LA TENDANCE

Les deux grands rendez-vous économiques de la semaine n'ont finalement guère influencé les marchés ce jeudi. La bourse de Paris est restée sur une légère consolidation de 0,26% à 6.546 sur le CAC40 à la clôture pendant que Wall Street tient le choc, en petite hausse après des chiffres pourtant inquiétants de l'inflation. L'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de mai a progressé de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre 0,4% de consensus. Il grimpe même de 5% en comparaison de l'an dernier (consensus 4,6%) ! Hors alimentaire et énergie, éléments volatils, les chiffres sont également préoccupants. Le CPI progresse ainsi de 0,7% par rapport au mois d'avril, contre 0,4% de consensus. Il grimpe de 3,8% en glissement annuel contre 3,4% de consensus de marché. La croissance de 5% du CPI américain en comparaison de l'an dernier est la plus élevée en près de 13 ans.

Quant à la BCE, le communiqué monétaire publié cet après-midi n'a pas fourni de surprise, avec une confirmation du soutien monétaire et un statu quo de la banque. Le taux de dépôt est maintenu à -0,5% comme attendu. Les taux resteront à leurs niveaux actuels ou plus bas jusqu'à ce qu'une convergence durable soit observée sur les perspectives d'inflation, vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2%. L'enveloppe prévue pour le programme d'achats PEPP reste fixée à 1.850 milliards d'euros. Le conseil des gouverneurs reste prêt à ajuster l'ensemble de ses instruments. Les achats dans le cadre du PEPP continueront d'être réalisés à un rythme nettement supérieur à celui des premiers mois de l'année. Christine Lagarde confirme donc qu'il est encore trop tôt pour envisager de lever le soutien monétaire.

VALEURS EN HAUSSE

* Soitec (+2,9% à 180 euros) a revu hier soir ses objectifs 2021-2022 et organisait aujourd'hui un 'Capital Markets Day' au cours duquel le groupe a présenté sa vision stratégique 2026 et son ambition de tripler son chiffre d'affaires. Après avoir multiplié son chiffre d'affaires par 2,5 au cours des cinq dernières années, Soitec aborde les cinq prochaines années en bénéficiant d'un positionnement de leader reconnu dans le domaine des matériaux semi-conducteurs innovants et en ayant jeté les bases de sa future croissance, étant étroitement associé au déploiement massif de la plateforme 5G ainsi qu'à l'adoption accélérée de tendances majeures telles que l'électrification des véhicules et l'intelligence artificielle. Soitec ambitionne ainsi de multiplier par trois son chiffre d'affaires, qui représenterait environ 2 milliards de dollars pour l'année fiscale 2025-2026. Le groupe envisage de porter sa marge d'EBITDA de 30,7% fin 2021 à environ 35% en 2026 grâce à l'effet de levier opérationnel mais également grâce à des produits à toujours plus forte valeur ajoutée.

* SII (+7% à 29,3 euros) anticipe une croissance organique de 10% et une amélioration de sa marge opérationnelle sur l'exercice 2021-2022. Ainsi, à fin mars 2022, le chiffre d'affaires attendu se situerait en nette hausse organique par rapport au chiffre d'affaires pré-crise sanitaire.

* En tête du CAC40, Crédit Agricole gagne 2,4% à 12,39 euros. Le groupe a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions pour un montant maximum de 558,6 millions d'euros. Le programme débutera le 10 juin et se terminera au plus tard le 30 septembre. Les actions acquises dans le cadre du programme seront annulées.

VALEURS EN BAISSE

* Believe aurait pu rêver meilleurs débuts pour ses premiers pas sur le marché parisien. Le titre de la société spécialisée dans l'accompagnement numérique d'artistes et de labels musicaux indépendants trébuche de plus de 17% à 16,05 euros par rapport à un prix d'introduction de 19,5 euros, soit en bas de la fourchette qui avait été fixée entre 19,50 euros et 22,50 euros. La firme a finalement levé 300 ME dans le cadre de cette IPO qui la valorisait près de 2 MdsE (avant exercice de l'option de surallocation).

* Orange abandonne 1,3% à 10,45 euros. Barclays a dégradé le titre à 'sous-pondérer' avec une cible ramenée de 11,5 à 9,5 euros. Après deux années de 'réparation' du marché, le broker britannique pense désormais que l'environnement concurrentiel pourrait se détériorer à nouveau en France. Bouygues et maintenant Iliad ont signalé leur volonté de se développer plus rapidement dans le mobile et le B2B. Avec Orange qui a l'intention de protéger sa part de marché et SFR qui vise la croissance, le courtier craint que les prix finissent par souffrir et que la croissance en volume ne s'accélère pas. Selon l'analyste, Orange est le plus exposé à ce phénomène et, combiné à des vents contraires dans les revenus de gros, il voit désormais les revenus/EBITDA d'Orange France décliner pour les trois à cinq prochaines années.

* Stellantis corrige de 1,3% à 17 euros alors que le groupe automobile a déclaré qu'un tribunal français avait inculpé Peugeot pour "fraude à la consommation dans le cadre d'une vaste enquête sur les émissions de diesel", ordonnant à l'entreprise de fournir 30 millions d'euros de garantie bancaire pour les indemnisations éventuelles. Le tribunal de Paris a également ordonné à Citroën et à FCA Italie, deux autres unités de Stellantis, de comparaître devant le tribunal dans les semaines à venir dans le cadre de la même enquête... L'enquête sur Peugeot se concentre sur les véhicules diesel vendus en France entre 2009 et 2015 et découle d'une enquête plus large lancée par les autorités françaises en 2017 sur les émissions polluantes des moteurs de certains de ses véhicules diesel d'anciennes générations. Stellantis a annoncé dans un communiqué que Peugeot "évaluait ses options de défense dans cette affaire"..."Nos filiales sont fermement convaincues que leurs systèmes de contrôle des émissions répondaient à toutes les exigences applicables à l'époque et continuent aujourd'hui de les respecter, et elles attendent avec impatience l'occasion de le démontrer", a expliqué Stellantis.

* AB Science abandonne encore 14% sur les 7 euros, après avoir trébuché hier soir de 26,9% pour sa reprise de cotation. Le groupe a livré avant-hier un résumé de la conférence virtuelle qui s'est tenue le 3 juin suite à l'interruption volontaire des études cliniques du masitinib. Les études se poursuivent pour les patients déjà sous traitement sous réserve de la documentation par l'investigateur du rapport bénéfice/risque individuel. Ces patients continuent à recevoir le traitement. AB Science a pris la décision de suspendre temporairement les inclusions de nouveaux patients en raison d'un signal potentiel de cardiopathie ischémique.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2021

Le CAC 40 évolue dans le vert avant l’ouverture des marchés américains. Marchés américains attendus eux aussi en hausse, à en croire les contrats futurs sur les indices. Comme pour les Bourses…

Publié le 24/06/2021

La Bourse de Paris évolue toujours dans le vert à la mi-journée.La dernière déclaration du Président de la Réserve Fédérale Jérôme Powell, mardi au Congrès, a su apaisé en partie les…

Publié le 23/06/2021

Vers 16h15, Europcar Mobility Group progresse de 6,29 % à 0,4175 euro sur la place de Paris, alors que le spécialiste de la location de véhicules aurait rejeté une offre de rachat d'un consortium…

Publié le 23/06/2021

Bon moment pour se placer...

Publié le 23/06/2021

Avec cette nomination, le conseil d'administration d'ABC arbitrage est désormais composé de 5 membres, dont 3 administrateurs indépendants...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne