Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 490.00 PTS
-0.53 %
6 489.5
-0.6 %
SBF 120 PTS
5 020.58
-0.54 %
DAX PTS
13 534.97
-1.12 %
Dow Jones PTS
32 774.41
-0.18 %
13 008.17
-1.15 %
1.021
+0.01 %

Clôture à Paris : une journée sous le sceau de l'inflation

| Boursier | 656 | Aucun vote sur cette news

Nouveau recul du CAC40, à 6.000 points...

Clôture à Paris : une journée sous le sceau de l'inflation
Credits iStock

Nouvelle journée difficile pour le CAC40... Ce 13 juillet, l'indice parisien a poursuivi son jeu de yo-yo autour des 6.000 points, pour finalement se caler sur ce niveau en clôture de marché dans un recul de -0,73%.

Plusieurs indicateurs relatifs à l'inflation ont été publiés dont l'indice des prix à la consommation en France et le très attendu indice des prix à la consommation aux Etats-Unis.

En France, les données définitives de l'inflation du mois de juin ont confirmé une augmentation des prix à la consommation de +5,8% sur un an et de +6% hors tabac, ce qui confirme une nouvelle accélération de l'inflation par rapport aux mois précédents. Sur un mois, les prix à la consommation progressent de +0,7% en juin. L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), utilisé pour les comparaisons avec les autres pays de l'Union européenne, est en hausse de +6,5% sur un an en juin (+5,8% en mai).

Selon un point de conjoncture de la Banque de France diffusé mardi en soirée, les entreprises françaises sont moins nombreuses à envisager d'augmenter leurs prix ce mois-ci, signe que le rythme d'inflation pourrait ralentir. Dans l'industrie, 36% des chefs d'entreprises ont indiqué avoir augmenté leurs prix en juin mais seulement 29% d'entre eux envisagent de les augmenter en juillet. Dans les services, 25% des entreprises ont augmenté leurs prix en juin et seulement 23% envisagent de le faire en juillet. En revanche, la France est confrontée à des pénuries en matière d'emploi, puisque la part des entreprises faisant état de difficultés de recrutement s'est élevée à 58%, soit le niveau le plus haut jamais enregistré par la Banque de France. Au final, la Banque de France indique tabler sur une croissance de +0,25% de l'économie française au 2e trimestre en rythme trimestriel, soit une prévision inchangée par rapport à sa précédente estimation.

Sur le Vieux continent, la production industrielle de la zone euro a augmenté davantage que prévu en mai selon Eurostat. Cette évolution est principalement liée à une hausse de la production de biens d'équipement et de biens de consommation non durables. La production industrielle des 19 pays de la zone euro a augmenté de +0,8% en glissement mensuel en mai et de +1,6% sur un an. Sur le mois, la production de biens de consommation non durables, tels que les denrées alimentaires ou les vêtements, augmente de +2,7%. Celle des biens d'équipement, qui reflètent généralement les investissements des entreprises, est en hausse de +2,5%. Ces derniers ont augmenté de +0,9% sur un an, après avoir enregistré 4 mois de baisse consécutive. En outre, selon l'office statistique de l'Union européenne, la production de biens de consommation durables a augmenté de +1,4% en mai. La production de biens intermédiaires est inchangée, tandis que celle de l'énergie a baissé de 3,3%.

Alors que le Fonds monétaire international a revu une nouvelle fois à la baisse ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, mardi, tablant désormais sur une progression du PIB limitée à 2,3% cette année et à 1% l'an prochain, la prudence des marchés a aujourd'hui été alimentée les données de l'inflation aux Etats-Unis. La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis a accéléré en juin à un sommet de 40 ans et demi, au-delà des attentes du consensus qui anticipaient une hausse de +1,1% en juin par rapport à mai et de +8,8% sur un an. En définitive, l'indice des prix à la consommation (CPI) est en augmentation de +1,3% en juin après une hausse de +1% en mai. Sur un an, les prix à la consommation aux Etats-Unis bondissent de +9,1%. Il s'agit de l'augmentation la plus importante depuis novembre 1981, après +8,6% en mai.

Ces chiffres, trop dynamiques, viennent conforter un peu plus le scénario d'une poursuite de resserrement rapide de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, ce qui déplait aux marchés actions. Dans l'attente de la publication du Livre Beige de la FED à 20h, Wall Street se tasse. Le S&P 500 recule de -0,55% à 3.797 points. Le Dow Jones cède -0,73% à 30.754 pts alors que le Nasdaq redonne maintenant 0,40% à 11.218 points, en repli de -28% depuis le 1er janvier et de quelque 17% sur 3 mois.

Egalement outre-Atlantique, la Banque du Canada a surpris en relevant son taux directeur de 100 points de base, la plus forte augmentation depuis août 1998, en raison d'une inflation "plus élevée et plus persistante" et d'un risque accru d'ancrage de la hausse des prix. La banque centrale canadienne a remonté son taux directeur de 1,5% à 2,5%.

Alors que Joe Biden vient d'entamer une tournée au Moyen-Orient, au cours de laquelle il devrait rencontrer les dirigeants des Emirats Arabes Unis pour plaider en faveur d'une augmentation de la production de pétrole, l'or noir s'accroche à la zone des 100 dollars. Le WTI se reprend de +0,43% à 96,02$. Le Brent de Mer du Nord est stable à 99,18$.

L'Euro fait toujours preuve de faiblesse, passant brièvement au-dessous du niveau de parité avec le dollar, après l'annonce d'une inflation plus forte qu'attendu en juin aux Etats-Unis. Après un plus bas à 0,9999, la monnaie européenne se reprend de 0,49% pour recoller 1,0081 dollar.
Le Bitcoin est toujours au-dessous 20.000$, reprenant 0,27% à 19.448$.

Valeurs en hausse

* EDF (suspendu) a annoncé, ce matin, avoir demandé la suspension de la cotation de ses titres jusqu'à nouvel ordre à la suite des annonces de la Première ministre et après des échanges avec l'Autorité des marchés financiers. Le groupe ne fera aucune autre communication à ce sujet jusqu'à la publication par l'Etat d'un communiqué, ajoute-t-il. Elisabeth Borne a évoqué il y a une semaine un projet de renationalisation à 100% d'EDF. L'Etat détient pour l'instant 83,9% d'EDF, dont le titre a gagné 30% depuis cette annonce, à 10,22 euros. Pour les analystes de JP Morgan, le coût de l'opération à 8 milliards d'euros suggère que l'Etat français, pourrait lancer une offre à un prix compris entre 10,2 et 12,7 euros par action EDF.

* GL Events (+4,28% à 15,58 euros). Le conseil métropolitain orléanais a approuvé, mardi, le choix du groupe GL events comme délégataire des 6 sites événementiels de la ville d'Orléans. Le chiffre d'affaires attendu pour GL events "en phase de croissance" est d'environ 9 ME par an.

* STMicroelectronics (+0,1% à 31,12 euros). Le spécialiste des semiconducteurs a accueilli Emmanuel Macron accompagné de Bruno Le Maire et d'une délégation politique sur le site de Crolles, près de Grenoble en Isère. Des partenaires de ST représentant l'industrie des semiconducteurs et de l'électronique, dont GlobalFoundries, le CEA-Leti et Soitec (+2,44% à 138,35 euros), étaient également présents. Emmanuel Macron a annoncé la décision de la France d'apporter son soutien à ST, ainsi qu'à 14 autres chefs de file français participant au PIIEC ME/CT, de 2022 à 2026. Cette décision soutient directement la participation de ST aux 4 domaines thématiques par l'intermédiaire de ses sites de R&D et de fabrication, notamment Crolles, Grenoble, Rennes, Rousset et Tours. Ceci inclura la R&D pour les microcontrôleurs haute performance et basse consommation, ainsi que des technologies incluant : une nouvelle filière FD-SOI avec mémoire à changement de phase (PCM) embarquée ; l'intelligence artificielle en périphérie de réseau (Edge AI) utilisant des architectures innovantes en technologie CMOS à mémoire non volatile embarquée ; la technologie d'électronique de puissance à la pointe de l'innovation utilisant le Nitrure de Gallium sur Silicium ; les capteurs optiques intelligents avec intégration 3D avancée et intelligence artificielle embarquée ; les technologies et composants radiofréquences (RF) destinés aux communications 5G et 6G, parmi d'autres.

* Verallia (+0,75% à 21,36 euros). Jefferies a entamé le suivi avec une recommandation à l'achat et un objectif fixé à 37 euros.

Valeurs en baisse

* Kaufman and Broad (-2,33% à 25,15 euros). Le résultat net de l'ensemble consolidé s'élève à 31,4 ME sur le 1er semestre 2022 (30,6 ME en 2021). Le résultat net - part du groupe ressort à 22,7 ME, tout comme au 1er semestre 2021. Sur l'ensemble de l'exercice 2022 et hors impact du programme de réhabilitation de la gare d'Austerlitz, le chiffre d'affaires devrait progresser d'environ 5%. Le taux de résultat opérationnel courant (MOP) ou d'EBIT devrait être supérieur à 7%.

* Theranexus (-2,34% à 2,09 euros). La société biopharmaceutique a publié une trésorerie au 30 juin de 11,6 ME (12,5 ME au 31 décembre 2021). Le niveau de trésorerie a évolué en conformité avec les prévisions de la société sur les premiers 6 mois de l'exercice 2022 et assure à la société une visibilité financière supérieure à 18 mois. "Cette situation financière saine valide ainsi le choix de l'arrêt définitif au mois d'avril 2022 de la ligne de financement en fonds propres qui avait été mise en place avec Iris Capital en janvier de la même année", commente Theranexus.

* Alstom (-2,70 à 23,45 euros). Le dividende proposé au titre de l'exercice 2021-2022, d'un montant de 0,25 euro brut par action, pourra être perçu en numéraire ou en actions nouvelles. Ce dividende sera détaché le 20 juillet et la période d'option pour le paiement du dividende en actions s'étalera du 22 juillet au 22 août 2022. Les actionnaires n'ayant pas exercé leur option au plus tard le 22 août inclus, percevront leur dividende intégralement en espèces. Le prix d'émission des actions nouvelles qui seront remises en paiement du dividende s'élève à 21,13 euros.

* Renault (-2,13% à 23,22 euros). Le constructeur automobile français et Vitesco Technologies, fabricant international leader dans le domaine des technologies de transmission modernes et des solutions d'électrification, ont signé un partenariat stratégique pour le co-développement et la production d'électronique de puissance dans un boitier "One Box" pour les groupes motopropulseurs électriques et hybrides. Dans le cadre de cet accord, les deux partenaires vont unir leurs forces pour développer un concept d'électronique de puissance unique sur le marché.

* Air Liquide (-1,52% à 125,8 euros). JP Morgan a ramené son objectif de cours de 185 à 160 euros.

* Nouveau repli des valeurs bancaires avec environ 2% de baisse pour BNP Paribas (-2,48%), Société Générale (-2,22%), Crédit Agricole (-1,87%), avec Axa (-1,9%) dans l'attente de la publication des résultats trimestriels de plusieurs grandes banques américaines.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/08/2022

Les marchés européens ont clôturé dans le rouge après le rebond de la veille. Les investisseurs, moins nombreux sur les places boursières en ces jours creux du mois d’août, ont joué la carte…

Publié le 09/08/2022

L'inflation américaine de juillet sera déterminante demain

Publié le 09/08/2022

Le CAC 40 qui a refranchi hier le cap des 6...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/08/2022

EDF effectue une demande indemnitaire de 8,34 MdsE auprès de l'Etat français...

Publié le 09/08/2022

Colas Rail a signé un contrat pour l’acquisition de 100% des parts du Groupe Hasselmann, basé en Thuringe et spécialisé dans la construction de voies ferrées et d’infrastructures…

Publié le 09/08/2022

Le titre Sanofi a terminé la séance de mardi en repli (-1,41% à 95,48 euros). Le laboratoire pharmaceutique est pénalisé par la suspension du recrutement pour les essais cliniques du…

Publié le 09/08/2022

Projet d'acquisition du groupe familial Hasselmann

Publié le 09/08/2022

La compagnie de transport maritime CMA CGM a déclaré avoir franchi le seuil de 5% du capital et des droits de vote de Eutelsat, détenant 5,03% de l'opérateur français de satellites, a annoncé …

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne