Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 650.91 PTS
-
6 654.00
-
SBF 120 PTS
5 212.26
-
DAX PTS
15 573.88
-
Dow Jones PTS
34 869.37
+0.21 %
15 204.82
-0.81 %
1.169
-0.05 %

Clôture à Paris : l'indécision prévaut

| Boursier | 747 | Aucun vote sur cette news

Malgré de bonnes publications sur certains dossiers du CAC40, Paris termine la séance en petite baisse de 0,16% à 6.666 points...

Clôture à Paris : l'indécision prévaut
Credits Reuters

LA TENDANCE

L'indice phare de la place parisienne termine ce jeudi en petite baisse. Le CAC40 redonne en effet -0,16% à 6.666 points. Les publications de Vivendi et Bouygues soutiennent le marché. A l'inverse, les prises de bénéfices se poursuivent sur le secteur du luxe, qui reste l'un des plus chers de la cote. L'automobile avec Stellantis (-1,3%) et Renault (-1,21%) sont sous pression, de même qu'Engie (-1,41%) et Veolia (-1,41%). En cette fin août, le CAC40 affiche tout de même plus de 20% de gains depuis le début d'année.

François Villeroy de Galhau a indiqué que la Banque de France pourrait relever sa prévision de croissance économique pour 2021, actuellement fixée à 5,75%, lors de la révision de ses estimations le mois prochain. Selon gouverneur de l'institution, l'impact de la diffusion du variant Delta du coronavirus sera limité en Europe et se fera ressentir indirectement via le ralentissement de l'activité économique en Asie et aux Etats-Unis. Lors d'une intervention à la Rencontre des entrepreneurs de France organisée par le Medef, François Villeroy de Galhau a également évoqué les difficultés dans les chaînes d'approvisionnement. Celles-ci devraient porter l'inflation à un niveau plus élevé que prévu à court terme bien que la banque centrale estime toujours que la hausse des prix sera temporaire.

Au niveau européen, les membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont débattu de leurs nouvelles indications sur la trajectoire future des taux d'intérêt ("forward guidance") et ont modifié à plusieurs reprises leur projet afin d'apaiser les inquiétudes et objections de plusieurs responsables de l'institution. Au final, seuls les gouverneurs des banques centrales allemande et belge se sont opposés à la formulation retenue, qui indique que les taux ne seront pas relevés tant que la BCE ne verra pas l'inflation atteindre 2%.

La prochaine réunion de politique monétaire de la BCE aura lieu le 9 septembre. Les gouverneurs auront à décider du maintien d'un montant élevé d'achats d'actifs ou d'une réduction éventuelle après la baisse des rendements obligataires et de l'euro depuis leur dernière réunion.

Selon la BCE, la croissance des prêts aux entreprises de la zone euro a continué de ralentir en juillet, confirmant une tendance qui pourrait devenir préoccupante pour les responsables politiques et monétaires. La croissance des prêts aux entreprise est passée de 1,8% en juin à 1,7% en juillet. Le flux mensuel des prêts ajustés a baissé à 8 MdsE, contre 11 MdsE le mois précédent. La croissance des prêts aux entreprises a ainsi été pratiquement divisée par 2 depuis le début de la pandémie de COVID-19. A contrario, celle des prêts aux ménages a continué d'accélérer, passant de 4% à 4,2%, son niveau le plus élevé depuis 13 ans. Le taux de croissance annuel de la masse monétaire M3, qui reflète principalement les achats d'obligations de la BCE, a ralenti à 7,6%.

Wall Street fléchit légèrement ce jeudi, suite aux publications des chiffres du PIB et de l'emploi, et après plusieurs interventions de responsables de la Fed réclamant impatiemment le 'tapering'. Le DJIA régresse de -0,19% à 35.338 pts, alors que le S&P 500 rend -0,37% à 4.4790 pts. Après son record de clôture, le Nasdaq Composite redonne -0,35% à 14.989 pts.

Le baril de brut WTI consolide de -0,52% à 67,59$. L'once d'or cède -0,5% à 1.793$.

L'indice dollar gagne 0,13% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin trébuche recule de 4,16% sous les 47.000$.

VALEURS EN HAUSSE

* Vivendi termine tête du CAC40, avec un gain de 2,64% à 32,23 euros, au plus haut depuis 19 ans. Les investisseurs saluent les objectifs annuels et de moyen terme dévoilés hier soir par UMG. Lors d'une conférence en ligne consacrée à l'introduction en bourse à venir de la pépite musicale du groupe contrôlé par Vincent Bolloré, UMG a indiqué viser cette année une progression de son Ebitda de plus de 20% ainsi qu'une croissance de ses revenus de plus de 10% à changes constants. Le premier label musical mondial a également dit vouloir verser un dividende représentant 50% de son bénéfice net à moyen terme et vise une marge d'Ebitda d'environ 25%. UMG anticipe également un taux de croissance annuel moyen de ses ventes 'élevé à un chiffre'.
Barclays passe à 'surpondérer' sur Vivendi, et remonte sa cible de 31 à 35,5 euros. En revanche, Citi maintient son conseil 'neutre' sur le groupe de divertissements avec un objectif de cours de 30,50 euros.

* La holding Bolloré n'est pas en reste puisqu'elle est en hausse de 2% à 5,11 euros.

* Bouygues gagne 1,14% à 36,28 euros après un relèvement de ses objectifs 2021. Le conglomérat a fortement amélioré ses comptes semestriels (tous les métiers sont en croissance) et estime désormais que le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel courant 2021 devraient être "très proches du niveau de 2019". La marge opérationnelle courante devrait revenir à son niveau d'avant-crise. Auparavant le Groupe attendait un chiffre d'affaires et des résultats bien supérieurs à ceux de 2020, sans atteindre toutefois le niveau de 2019.

* Eiffage (+2% à 87,46 euros). Le groupe de BTP a publié des résultats semestriels proches des niveaux de 2019. Le résultat opérationnel courant du Groupe s'établit à 679 millions d'euros, pour une marge opérationnelle de 7,8% contre 9,8% en juin 2019 (3,8% en juin 2020). Le résultat net part du Groupe s'établit à 260 millions d'euros contre 290 millions d'euros en juin 2019 (perte de 8 millions d'euros au 30 juin 2020). Eiffage est le favori de Citi dans le secteur.

* Spie (+0,41% à 19,83 euros). Le groupe a signé un accord pour l'acquisition de la société allemande DÜRR, spécialiste de l'ingénierie des tunnels routiers et de la gestion du trafic en Autriche et en Allemagne. Le groupe DÜRR est présenté comme le leader du marché en Autriche et un acteur majeur en Allemagne dans le domaine de l'installation, de l'automatisme et de l'entretien des systèmes de tunnels routiers. L'entreprise a généré une production totale d'environ 60 ME en 2020. DÜRR comprend également Dürr Austria (ingénierie des tunnels), evon (logiciel d'automatisme industrielle) ainsi qu'une participation dans DMS (composants pour l'ingénierie du trafic).

* Ramsay Générale de Santé (+10,53% à 21 euros). Le groupe de santé a publié ses comptes annuels. L'exercice a été fortement impacté par la poursuite de la crise sanitaire liée à la pandémie mondiale de COVID-19 dans tous les pays où le groupe opère. Il a cependant réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 4,022 MdsE (3,746 MdsE pour la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020), soit une hausse de +7,4%. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires du Groupe a augmenté de +8,3% avec 1 jour ouvré supplémentaire. L'excédent brut d'exploitation s'élève à 643,8 ME, en hausse de +17,7% en données publiées. La marge d'excédent brut d'exploitation en pourcentage du chiffre d'affaires s'est élevée à 16% (14,6% pour la même période de l'année précédente en données publiées). A périmètre et taux de change constants, la marge d'excédent brut d'exploitation s'est améliorée, passant de 15% à 16%. Le résultat d'exploitation courant s'est élevé à 272 ME entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021 (soit 6,8% du chiffre d'affaires), en hausse de +47,3% par rapport à l'exercice précédent, démontrant la capacité du Groupe à générer une croissance profitable. Le résultat net part du Groupe atteint 65 ME au 30 juin 2021 (13,4 ME pour la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020).

* Valneva (+4,06% à 14,88 euros). Le titre est une nouvelle fois bien ferme, enchaînant une 4e séance de hausse. Le titre est sur un plus haut de 3 mois. La société, basée à Saint-Herblain près de Nantes, a annoncé en début de semaine avoir engagé la soumission progressive du dossier de demande d'autorisation initiale de son candidat vaccin contre la Covid-19, VLA2001, auprès de l'agence de santé britannique MHRA. VLA2001 est actuellement le seul candidat vaccin à virus entier, inactivé et adjuvanté contre la Covid-19 en essais cliniques en Europe.

* HighCo (+1,67% à 6,08 euros) : Avec la forte progression des résultats semestriels, le Groupe revoit ses guidances 2021. Il prévoit désormais une légère croissance de la marge brute au second semestre (MB S2 2020 : 38,19 ME ; MB FY 2020 :74,16 ME). HighCo révise aussi à la hausse sa marge opérationnelle ajustée (RAO ajusté/ MB). Elle passe de supérieur à 17% à supérieur à 19% (marge opérationnelle ajustée 2020 : 16,4%). Après un 1er trimestre 2021 solide (+2,2% PCC), HighCo confirme donc son retour à la croissance au 2e trimestre (+8,1% PCC). La croissance d'activité alliée à la bonne maîtrise des coûts permet d'afficher un RAO ajusté en forte progression de +24,1%, à 9,5 ME au 1er semestre 2021. La marge opérationnelle ajustée (RAO ajusté/ MB) progresse de 380 points de base par rapport au 1er semestre 2020 retraité (21,3%) et de 770 points de base par rapport au S1 2020 publié (17,4%), pour s'afficher à 25,1%. Le ROC ajusté est en forte progression de +24,2% à 9,28 ME (S1 2020 retraité : 7,48 ME). Le RNPG ajusté est en forte hausse de +38,5% à 5,87 ME (S1 2020 retraité : 4,24 ME), pour un RNPG publié qui s'affiche à 5,89 ME, également en forte hausse de +42,6% (4,13 ME un an plus tôt). Le Groupe enregistre ainsi un BNPA ajusté semestriel de 0,28 euro, en forte hausse de +38% par rapport au S1 2020 retraité.

* ID Logistics (+1,64% à 309,5 euros) 4e séance dans le vert, et un gain de plus de 30% depuis le 1er janvier. Le spécialiste de la logistique contractuelle a vu son résultat opérationnel courant s'améliorer de 38% au premier semestre, à 27,7 ME, matérialisant une marge en progression de 50 points de base à 3,1%. Le bénéfice net consolidé ressort à 14,8 ME (6,5 ME un an plus tôt). Plusieurs analystes ont relevé leur objectif de cours.

* Eurazeo (0,64% à 87 euros). Eurazeo est entré en discussions exclusives en vue de la cession de sa participation dans Seqens à SK Capital et aux actionnaires français existants du Groupe : Ardian, Mérieux Equity Partners et Eximium. Le fonds Nov Santé Actions Non Cotées, lancé à l'initiative de la Fédération Française de l'Assurance et de la Caisse des Dépôts, investirait également. Bpifrance examine actuellement l'opportunité d'un co-investissement aux côtés de SK Capital. Rappelons que sous l'impulsion d'Eurazeo et de ses partenaires, depuis l'acquisition du Groupe en juin 2016, Seqens s'est affirmé comme un acteur mondial intégré de solutions pharmaceutiques et ingrédients de spécialité avec 1 MdE de chiffres d'affaires, 19 sites industriels, 7 centres de R&D et près de 3.000 employés sur trois continents. Pendant cette période, Seqens a étendu son empreinte technologique et industrielle avec plus de 400 ME investis sur l'ensemble de ses sites industriels et la réalisation de trois opérations de croissance externe majeures, avec les achats de PCAS en France, en Finlande et au Canada, de Chemoxy au Royaume-Uni et de PCI Synthesis aux Etats-Unis. La réalisation de l'opération interviendrait d'ici la fin de l'année 2021.

* La Française de l'Energie (stable à 22,3 euros). LFDE et Lendosphere ont annoncé le succès et la clôture de la campagne du projet de Tritteling-Redlach pour la construction d'une centrale photovoltaïque. La campagne de financement participatif a permis de lever 2,5 millions d'euros, grâce à 889 investisseurs et à la participation de La Nef. Cette coopérative bancaire éthique, qui offre des solutions de crédit orientées vers des projets à utilité sociale, écologique et/ou culturelle, a contribué à hauteur de 850 kE. La centrale sera implantée sur un ancien centre d'enfouissement technique à Tritteling-Redlach, commune du District Urbain de Faulquemont (DUF) en Moselle. Le site produira plus de 16 GWh par an sur une durée de 30 ans et permettra de couvrir l'équivalent de la consommation électrique de plus de 7.000 personnes, soit près de 30% de la population du District Urbain de Faulquemont.

* Delta Drone (Stable). Après plusieurs mois de perturbations liées à la crise sanitaire, les démonstrations commerciales, plusieurs fois reportées ou annulées, ont pu commencer à être programmées depuis le début de l'été 2021. Delta Drone a ainsi signé un premier contrat de 1 ME signé avec Geodis, marquant ainsi le lancement opérationnel de la solution d'inventaire Countbot. Delta Drone a aussi annoncé l'ouverture du le centre de formation permanent Countbot à Civrieux d'Azergues dans le Rhône. Ce centre de formation des premiers opérateurs issus du pôle ATM intègre un entrepôt de 3.000 m2.

* Colas (Stable) : Le groupe de BTP abaisse nettement sa perte du 1er semestre après un chiffre d'affaires consolidé de 5,6 MdsE au 1er semestre 2021, en hausse de 15% du par rapport au 1er semestre 2020 (+16 % à périmètre et change constants), grâce à la très bonne activité au 2ème trimestre qui retrouve son niveau du 2ème trimestre 2019. Le résultat opérationnel courant du 1er semestre 2021 ressort à -100 ME, en forte augmentation de 204 ME par rapport au 1er semestre 2020. Le résultat opérationnel courant dépasse également son niveau du 1er semestre 2019 (-136 ME), grâce au redémarrage précoce de l'activité au Canada, aux premiers effets des plans d'optimisation des activités industrielles ainsi qu'à la nouvelle organisation de Colas France. Le résultat net part du Groupe ressort à -112 ME (-295 ME à fin juin 2020). Colas indique que sa marge opérationnelle courante de l'année 2021 devrait s'établir en hausse par rapport à celle réalisée en 2019 (3,2% du chiffre d'affaires consolidé), avec l'objectif d'atteindre 4% en 2023.
Par ailleurs, Colas fait part de la signature à Helsinki d'un protocole d'accord visant à acquérir 100% des titres de la société Destia Oy, actuellement détenue par le fonds familial finlandais Ahlström Capital. Le groupe Destia est un acteur majeur dans le domaine des infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques en Finlande. Employant plus de 1.600 collaborateurs, Destia a généré un chiffre d'affaires de 564 ME en 2020.

VALEURS EN BAISSE

* Elis abandonne -1,55% à 15,2 euros. Goldman Sachs a dégradé la valeur à 'neutre' avec une cible ajustée de 17,5 à 17,3 euros. Le broker cite le potentiel de "hausse relativement limité" par rapport à l'univers plus large des loisirs, de l'hébergement et des jeux. Le potentiel de redressement de la division hôtellerie de la société est désormais largement pris en compte, avec une croissance attendue des bénéfices moins soutenue que dans l'ensemble de l'industrie des loisirs.

* AB Science recule de -29% à 13,86 euros. L'entreprise a pourtant reçu l'autorisation de la part de l'ANSM de reprise des inclusions dans l'étude de phase 3 confirmatoire du masitinib (AB15003) dans la mastocytose. Cette autorisation fait suite à la validation en juillet dernier par l'ANSM des mesures proposées par AB Science afin de renforcer la sécurité des patients dans ses études en cours sur le plan du risque cardiaque. Il s'agit de la seconde étude clinique dont les inclusions sont autorisées à reprendre, après l'autorisation reçue dans la sclérose latérale amyotrophique. AB Science anticipe pouvoir reprendre progressivement les inclusions dans l'étude mastocytose au niveau global dans le courant du mois de septembre. La fin du recrutement de cette étude confirmatoire est prévue en 2022, conformément aux prévisions initiales.

* Ose Immunotherapeutics (-2,12% à 10,16 euros). Le groupe pharmaceutique Servier et OSE Immunotherapeutics SA annoncent l'inclusion du premier patient dans l'essai clinique de phase 2 évaluant OSE-127/S95011 dans le syndrome de Sjögren, mené sous la promotion de Servier. Cette étude internationale de phase 2 randomisée, en double aveugle versus placebo, vise à évaluer l'efficacité et la tolérance d'OSE-127/S95011 chez des patients souffrant du syndrome de Sjögren. OSE-127/S95011 est développé en partenariat avec OSE Immunotherapeutics dans le cadre d'un accord de collaboration avec option de licence jusqu'à la finalisation de deux études cliniques de phase 2, avec possible exercice de l'option par Servier. Dans le cadre de l'accord, deux paiements sont prévus au profit d'OSE Immunotherapeutics : un premier paiement de 5 ME notamment au moment de l'inclusion du premier patient dans l'étude clinique de phase 2a et un second paiement de 15 ME si Servier lève l'option à la fin des deux études de phase 2.

* Akka Technologies (-0,13% à 47,02 euros). Le groupe a signé une lettre d'intention avec PFW Aerospace GmbH et Rosenbauer International AG, concluant un partenariat stratégique afin de commercialiser des kits de lutte contre les incendies compatibles avec divers avions cargo et pouvant être changés rapidement.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/09/2021

A compter du 1er janvier 2022, Pascal Bantegnie est nommé Directeur Financier Groupe et membre du Comex de Safran, également en charge des fusions &...

Publié le 27/09/2021

La stratégie "Ancrage 2023" poursuit son développement et les comptes 2021 du Groupe Bernard Loiseau permettront d'en mesurer les premiers effets...

Publié le 27/09/2021

L'ANR d'ADC SIIC ressort à 0,3634 euro...

Publié le 27/09/2021

Colas a réduit les moyens affectés au contrat de liquidité de 650 kE...

Publié le 27/09/2021

Cette obligation verte financera le portefeuille énergétique existant du groupe, actuellement composé de projets de gaz de mine et de projets solaires dans le Nord de la France et en Wallonie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne