Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 677.64 PTS
+0.46 %
6 672.0
+0.34 %
SBF 120 PTS
5 122.49
+0.48 %
DAX PTS
14 370.72
+0.74 %
Dow Jones PTS
33 689.26
-0.27 %
11 648.08
+0.09 %
1.055
-0.08 %

Clôture à Paris : fin de série pour le marché parisien !

| Boursier | 634 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 cède 0,52% à 6.607 points...

Clôture à Paris : fin de série pour le marché parisien !
Credits ChaunuPictures

Fin de série pour le marché parisien ! Ce 16 novembre, le CAC 40 met en effet un terme à une série de 4 séances consécutives de hausse. L'indice phare de la place parisienne redonne -0,52%, revenant en clôture, à 6.607 points. Toute la séance, le CAC40 a poursuivi la glissade entamée dès les premières heures de la matinée, suite à un tir de missiles qui a fait deux morts dans village polonais de Przewodow, proche de la frontière ukrainienne. Le débordement du conflit russo-ukrainien sur l'espace des alliés européens avive les tensions géopolitiques dans la région et du même coup, freine les ardeurs des investisseurs à un moment où le marché semble avoir besoin de souffler après un rebond en ligne droite de 1.000 points en moins de deux mois sur le CAC40 !

Dans ce contexte morose, la séance à Paris est marquée par un énorme décrochage de Technicolor Créative Studios qui perd plus des deux-tiers de sa capitalisation boursière.

En zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a également soufflé le froid en indiquant que les risques entourant la stabilité financière de l'Union européenne augmentent à mesure que l'économie se rapproche de la récession. Ces risques affectent particulièrement les ménages, les entreprises et les Etats endettés. Selon l'institution, l'augmentation des prix de l'énergie a porté la probabilité d'une récession à 80% alors que la remontée des taux d'intérêt, censée freiner la hausse des prix, alimente la volatilité des marchés et le coût des dettes. "Les risques pour la stabilité financière dans la zone euro ont augmenté sur fond d'envolée des prix de l'énergie, d'inflation élevée et de croissance économique faible", dit la BCE dans sa Revue de stabilité financière semestrielle, et d'ajouter. "L'ensemble de ces vulnérabilités pourrait se concrétiser simultanément et donc se renforcer les unes les autres".
Le secteur bancaire de la zone euro est jugé globalement solide et va bénéficier d'une amélioration de sa rentabilité liée à la hausse des taux d'intérêt. En revanche, l'institution "observe des signes de détérioration de la qualité du crédit, ce qui pourrait nécessiter une augmentation des provisions" alors que "les difficultés économiques pourraient limiter la capacité des emprunteurs à rembourser leurs dettes".

Aux Etats-Unis, le S&P500 et le Nasdaq retombent après l'annonce de ventes américaines de détail, peut-être un peu trop solides au goût du marché, qui fait le lien avec le durcissement de la politique monétaire. Le S&P 500 rend -0,58% à 3.968 pts. Le Dow Jones se stabilise à 33.598 pts. Le Nasdaq chute de -1,3% à 11.210 pts.
Les ventes de détail aux Etats-Unis pour le mois d'octobre ont dépassé les attentes de marché, en croissance de 1,3% en comparaison du mois antérieur contre 1% de consensus. Hors automobile, l'augmentation des ventes de détail ressort à 1,3% également (0,5% de consensus). Hors automobile et essence, la hausse s'établit à 0,9% (0,2% de consensus).
Les prix américains à l'import et à l'export du mois d'octobre ont été aussi annoncés. Les prix à l'import ont décliné de 0,2% en comparaison du mois antérieur (-0,4% de consensus). Les prix à l'export ont baissé de -0,3% par rapport à septembre (-0,2% de consensus).
Selon la Fed, la production industrielle américaine a régressé de -0,1% en octobre (+0,2% de consensus de place et +0,1% pour la lecture révisée de septembre). La production manufacturière progresse de +0,1% en octobre (+0,2% de consensus). Le taux d'utilisation des capacités atteint 79,9%, alors qu'il était attendu à 80,4%.
La déprime du marché immobilier américain se confirme. L'indice du marché immobilier US de la NAHB pour le mois de novembre s'est établi à 33 (36 de consensus et 38 un mois plus tôt).
Les stocks des entreprises américaines pour le mois de septembre se sont établis en hausse de +0,4% en comparaison du mois antérieur (+0,5% de consensus).

Le baril de brut WTI perd -2,62% à 84,57$. Le Brent cède -1,92% à 91,97$.
L'once d'or gagne 0,24% à 1.775$ (1.707 euros). Le Bitcoin cède -2,14% à 16.506$.

La parité euro/dollar remonte de 0,49%, sur les 1,0399$.

Valeurs en hausse

* Somfy (+21,92% à 144,60 Euros). Le groupe savoyard vient se caler sur les hauteurs de prix proposé au projet d'OPAS de la famille Despature (143 euros par action), voire un peu plus haut. En effet, le marché table sur un relèvement de prix, pour une offre qui serait davantage en cohérence avec les 180 euros où évoluait le titre en début d'année. En l'état, l'offre familiale présente tout de même une prime de 20,6% par rapport au cours de clôture précédant l'annonce.

* Alstom (+7,16% à 25,59 euros). L'action Alstom prend la tête du CAC40 après la publication de ses résultats semestriels. Sur la période, courant du 1er avril au 30 septembre 2022, le groupe a enregistré 10,1 milliards d'euros de commandes. Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 8 MdsE, en ligne avec la trajectoire visée, le ratio "commandes sur chiffre d'affaires" s'établissant à un niveau solide de 1,25. Le carnet de commandes a atteint 85,9 MdsE, offrant une forte visibilité sur les ventes futures. Le résultat d'exploitation ajusté d'Alstom ressort à 397 ME, équivalent à une marge d'exploitation ajustée de 4,9%. Le résultat net ajusté a atteint 179 ME et le cash-flow libre s'est élevé à -45 ME au cours de ce 1er semestre. Les perspectives pour l'exercice fiscal 2022/23 passent par une marge d'exploitation ajustée de 5,1% à 5,3% et un cash-flow libre situé entre 100 et 300 ME. Les objectifs à moyen terme 2024/25 sont aussi confirmés.

* Thales (+2,62% à 119,25 euros). Le spécialise français d'électronique de défense prend la seconde place du CAC40, après la montée des tensions diplomatiques en Europe orientale, suite au tir de missiles de fabrication russe qui vient de faire deux morts en Pologne. Moscou a démenti ce tir, évoquant "une provocation délibérée".
Les dossiers Eutelsat (4% à 9,49 euros), Dassault Aviation (+1,39% à 146,1 euros), Safran (+0,5%) sont également bien orientés.

* GTT (+1,84% à 110,6 euros). Le spécialiste des systèmes de confinement pour le transport du GNL enregistre une nouvelle commande. Il a été retenu par Hudong-Zhonghua Shipbuilding Co pour la conception des cuves de 8 nouveaux méthaniers, pour le compte de plusieurs armateurs asiatiques. La livraison des navires est prévue entre le 3e trimestre 2025 et le 4e trimestre 2027.

* HDF (+1,62% à 25,05 euros). Le ministre de l'Energie de l'Ouganda, Nankabirwa Ssentamu, a signé un protocole d'accord avec Nicolas Lecomte, directeur de HDFpour l'Afrique australe et orientale. Ce protocole d'accord contribue à ouvrir la voie au développement d'une première centrale électrique Renewstable en Ouganda, combinant une installation photovoltaïque et un stockage massif d'énergie par le biais d'une chaîne hydrogène. Il s'agit d'une alternative verte à une centrale thermique au fioul classique. Cette première centrale d'énergie renouvelable non-intermittente à hydrogène vert en Ouganda "préfigure l'avenir des énergies renouvelables en éliminant le problème de leur intermittence grâce au stockage à long terme de l'énergie, ce que permet l'hydrogène".

* GeNeuro (+1,25% à 1,62 euro). La société biopharmaceutique a recruté les premiers patients dans son essai de phase 2 évaluant temelimab contre le COVID long.

Valeurs en baisse

* Technicolor Creative Studios (-68,59% à 0,49 euro). L'action perd plus des deux-tiers de sa capitalisation boursière, après avoir été dans l'impossibilité de coter en début de séance compte tenu de l'envergure du flux vendeur. Le titre est durement sanctionné après le gros avertissement sur résultats du spécialiste des effets visuels. Si le groupe continue de bénéficier d'une forte demande de contenus originaux de la part de ses clients, notamment chez MPC et chez The Mill, cette demande se heurte à une capacité de production VFX qui est toujours impactée par un niveau d'attrition sans précédent en matière d'employés. Le management a identifié et mis en oeuvre de nombreuses actions, mais les améliorations attendues en matière de recrutement, d'attrition et d'efficacité ne se concrétisent pas au rythme prévu, ne permettant pas à Technicolor Creative Studios de délivrer dans les délais ou aux coûts initialement anticipés.
"L'activité continuera d'être impactée au 4e trimestre 2022 et probablement tout au long de 2023", a prévenu l'entreprise qui divise par deux ses anticipations 2022 d'Ebitda ajusté après loyers. Ses estimations sont réduites de 120-130 ME précédemment à 45-65 ME aux taux budget (50-70 ME aux taux réels). Pour 2023, l'estimation préliminaire du groupe est un EBITDAaL "stable ou en légère hausse par rapport à l'atterrissage prévu en 2022", comparé à 140-160 ME précédemment.

* Air France-KLM (-10,51% à 1,25 euro). Le vol de la compagnie aérienne ne s'est pas déroulé sans remous, suite à l'annonce d'une offre d'obligations subordonnées de dernier rang à durée indéterminée, convertibles en actions nouvelles et/ou échangeables en actions existantes, pour un montant nominal d'environ 300 ME dans la limite d'un nombre maximum de 200 millions d'actions sous-jacentes. Le produit net de l'offre sera intégralement affecté au remboursement des titres super-subordonnés détenus par l'Etat français, et émis en avril 2021. Cette opération s'effectue par placement auprès d'investisseurs qualifiés uniquement. CMA CGM a exprimé l'intention de participer au placement au prorata de sa participation actuelle de 9%. Par ailleurs, un préavis de grève a été lancé au sein du groupe, en vue des fêtes de fin d'année.

* Orpea (-6,54% à 7,49 euros). L'action est à nouveau chahutée. Malgré l'annonce de son nouveau plan stratégique, le gestionnaire de maisons de retraites pâtit des interrogations liées aux perquisitions engagées au sein du groupe. En outre, le nouveau directeur général d'Orpea, Laurent Guillot, a indiqué sur 'BFM Business' que la vente des activités qui génèrent des liquidités "ne résoudra pas le problème de la dette". En fait, le groupe est "tellement endetté qu'une vente aggraverait même le problème".
Dans un contexte de contagion sectorielle, Korian cède -4,07% à 10,6 euros.

* Navya (-5,73% à 0,142 euro). Le spécialiste des navettes autonomes a annoncé l'émission de la 3e tranche d'obligations convertibles en actions (OCA) assorties de bons de souscription d'actions (OCABSA) pour un montant de 2 ME. Au 31 octobre 2022, l'exercice intégral de l'ensemble des instruments donnant accès au capital attribués et en circulation permettrait la souscription de 62.609.565.217 actions nouvelles, générant alors une dilution égale à 99,9% sur la base du capital pleinement dilué. La participation d'un actionnaire détenant 1% du capital social serait ramenée à 0,0009% (sur la base d'un cours de l'action de la société égal à 0,001 euro après réduction du nominal).

* Voltalia (-5,51% à 17,82 euros). Le titre décroche à l'annonce d'une augmentation de capital d'un montant brut d'environ 490 ME. Cette opération est soutenue par des engagements de souscription à hauteur de 72,95% de son montant total de la part de Voltalia Investissement, son actionnaire de référence pour un montant total d'environ 345 ME, soit 70,45% du montant total de l'opération. Proparco s'est engagé pour un montant total d'environ 12 ME, soit 2,5% du montant total de l'augmentation de capital.

* Nanobiotix (-4,77% à 3,79 euros). Le titre décroche alors que le groupe a annoncé la finalisation de la partie escalade de dose de l'étude de Phase 1 d'escalade et d'expansion de dose évaluant un radioenhancer, potentiel first-in-class, NBTXR3 chez des patients atteints d'adénocarcinome du pancréas (ADCP) localement avancé (LA) ou à la limite de la résécabilité (borderline resectable, BR). L'étude de Phase 1 est menée au MD Anderson Cancer Center de l'Université du Texas (MD Anderson). Seulement, le marché en veut plus... Portzamparc évoque ainsi une "nouvelle attendue".

* Renault (-3,7% à 32,04 euros). Le constructeur automobile lance son vaste programme d'actionnariat salarié : Renaulution Shareplan. Dans ce cadre, il propose à ses 110.000 collaborateurs, dans 29 pays, de souscrire à une émission d'actions à un prix de référence de 22,02 euros après décote. La période de souscription se déroulera du 24 novembre au 12 décembre 2022 (inclus). "Ce plan d'actionnariat salarié est partie intégrante de 'Renaulution' et des évolutions stratégiques présentées lors du Capital Market Day le 8 novembre dernier. Nous tenons à associer l'ensemble des collaborateurs à la performance de l'entreprise, à la croissance de ses fonds propres et à l'avenir de Renault Group, avec l'ambition de voir leur participation atteindre 10% de notre capital d'ici à 2030", indique Luca de Meo, CEO de Renault Group.

* Carrefour (-1,73% à 16,21 euros). Le groupe de distribution recule après une dégradation de Bryan Garnier qui revient à 'neutre' sur le dossier, avec une cible ajustée de 22 à 20 euros. Si le plan stratégique 2023-2026 met l'accent sur le retour aux actionnaires, le courtier estime que le rendement attendu n'est pas assez élevé pour changer la donne. En outre, le risque résiduel de M&A subsiste en cas de faillite de Casino. Enfin, il est peu probable que le plan stratégique des prochaines années permette à l'action Carrefour de sortir de son corridor de prix historique plafonné à environ 18 euros. Le courtier voit davantage de potentiel ailleurs, pour le moment....

* Crédit Agricole (-1,16% à 9,53 euros). La banque verte pâtit d'une dégradation de Citi à 'neutre' pour un cours cible ramené de 13,8 à 10,2 euros. Le broker américain évoque un mix d'activités moins attrayant, une pression sur la rentabilité de ses activités de détail en France et un niveau de capital inférieur à ses pairs. Il anticipe une pression accrue sur les activités de détail dans l'Hexagone, qui sont déjà plus efficaces et ont un coût du risque inférieur à celui de leurs pairs, offrant moins d'opportunités de protéger les bénéfices en cas de baisse des revenus... En outre, Citi note que le niveau de capital se situe à l'extrémité inférieure de son groupe de concurrents et, bien qu'il n'anticipe pas d'insuffisance de capital, il pourrait y avoir des contraintes sur la distribution de dividendes.

* Airbus (-0,1% à 114,26 euros). Le titre se tasse légèrement malgré la commande d'Azul, qui a signé une offre ferme pour 3 appareils A330-900. La compagnie brésilienne va ainsi étendre son réseau international, avec désormais une flotte de 8 A330neo.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/12/2022

La tendance reste hésitante en bourse de Paris ce vendredi comme c'était déjà le cas hier...

Publié le 09/12/2022

Les marchés actions européens ont fini la semaine en légère hausse, en dépit de données américaines contrastées. Si l'indice des prix à la production en novembre a ravivé les craintes des…

Publié le 09/12/2022

Le CAC 40 va de nouveau prendre de la hauteur ce matin et amorcer un rebond après cinq séances consécutives de baisse...

Publié le 09/12/2022

Le CAC 40 va de nouveau prendre de la hauteur ce matin et amorcer un rebond après cinq séances consécutives de baisse...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2022

L’ensemble des résolutions soumises au vote des actionnaires de Vilmorin & Cie a été approuvé, à l’exception de la vingtième résolution, qui proposait une délégation de compétence au…

Publié le 09/12/2022

L'Assemblée Générale Mixte annuelle des Actionnaires de Vilmorin & Cie s'est réunie le vendredi 9 décembre 2022 à Cournon-d'Auvergne (63), sous la...

Publié le 09/12/2022

Enertime, société française des "CleanTech" au service de l'efficacité énergétique industrielle et de la production d'énergie renouvelable...

Publié le 09/12/2022

L'Assemblée générale extraordinaire de Targetspot qui s'est tenue ce 9 décembre a adopté l'ensemble des propositions de résolution soumises au vote...

Publié le 09/12/2022

Enertime, société française des « CleanTech » au service de l'efficacité énergétique industrielle et de la production d'énergie renouvelable décentralisée (géothermie et biomasse), annonce…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne