Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 553.86 PTS
+0.14 %
6 554.0
+0.93 %
SBF 120 PTS
5 070.82
+0.09 %
DAX PTS
13 795.85
+0.74 %
Dow Jones PTS
33 761.05
+1.27 %
13 565.87
+2.06 %
1.026
+0. %

Clôture à Paris : coup de chaud sur le CAC40 !

| Boursier | 1347 | Aucun vote sur cette news

La bourse de Paris se reprend de 2%...

Clôture à Paris : coup de chaud sur le CAC40 !
Credits Reuters

S'il ne refait pas tout le chemin concédé hier (-2,68%), le CAC40 se reprend tout de même fermement ce mercredi, progressant de +2,03% pour s'inscrire au-dessus des 5.900 points, à 5.912 points en clôture alors que Mme Le Premier ministre Elisabeth Borne a effectué, dans l'après-midi, son discours de politique générale devant les députés.

Malgré la fermeté du rebond du marché actions parisien, les investisseurs ne s'y trompent pas... il s'agit très probablement d'une accalmie au coeur de la tempête boursière, aucun problème macroéconomique n'étant réglé. La problématique inflationniste et le risque de récession restent omniprésents, dans un contexte de guerre en Ukraine et de remontée des contaminations au Covid-19.

Les données publiées par Eurostat ont d'ailleurs montré que les consommateurs de la zone euro font preuve de prudence. Ils ont réduit leurs dépenses en nourriture, boissons et tabac en mai pour le 2e mois d'affilée dans un contexte de flambée des prix. En France, les données de consommation dans le cadre des soldes ne sont pas non plus un bon cru.

Dans l'attente des Minutes de la Fed, Wall Street se montre prudent en dépit d'une avalanche de solides statistiques. Le S&P 500 redonne 0,43% à 3.814 pts. Le Dow Jones cède 0,41% à 30.841 pts. Le Nasdaq est dans un même mouvement, cédant 0,47% à 11.269 pts. Le compte rendu de la réunion de juin de la Fed (à 18h GMT) devrait donc s'avérer décisif pour les marchés américains, car il pourrait permettre de mieux cerner les intentions de la banque centrale en matière de taux d'intérêt et son diagnostic sur la santé de l'économie américaine.
La grande préoccupation du moment est que la Fed durcisse sa politique monétaire trop rapidement dans un contexte de ralentissement, pour contenir l'inflation, au risque d'une "erreur politique". De plus, une certaine appréhension domine avant la saison des résultats du 2etrimestre, alors que les estimations du consensus pourraient être encore trop élevées compte tenu de la combinaison du ralentissement de la croissance, du resserrement des conditions financières et des pressions persistantes sur les prix. La politique chinoise de zéro Covid et l'invasion russe en Ukraine demeurent aussi des facteurs de préoccupation aux Etats-Unis.

La prise en compte de la probabilité d'une récession a entraîné la chute de l'euro et du pétrole... L'or noir reste sur cette tendance. Le baril de brut léger américain (WTI) s'enfonce au-dessous de 100$, dans un repli de 4,98% à 96,07$. Le baril de Brent de la mer du Nord n'est pas en reste. Après son plongeon de -9,5% hier, il évolue maintenant à 99,4$ le baril, en repli de -5,14%.
Les craintes relatives à une éventuelle récession mondiale et son impact sur la consommation de pétrole sont à l'origine de ventes massives de brut, alors qu'une série d'indicateurs en Europe ont confirmé le net ralentissement d'activité sur le Vieux continent.

L'euro recule encore de 0,95% à 1,0169 dollar. Les opérateurs sont de plus en plus nombreux à parier sur une prochaine récession en zone euro alors que l'idée que la Russie coupe l'approvisionnement de gaz de l'Europe fait son chemin. Les investisseur 'shortent' l'euro alors que les capitaux ont afflué aux Etats-Unis dans le contexte de relèvement des taux.

L'once d'or souffle de 4,2%, revenant à 1.732$. Le Bitcoin recule encore de 1,2%, autour des 20.000$.

VALEURS EN HAUSSE

* EDF (+14,53% à 8,98 euros) : Le titre EDF a pris un vif coup de jus en milieu d'après-midi, lors du discours de politique générale d'Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale. La Première ministre a confirmé l'intention de l'Etat de nationaliser EDF, en montant à 100% du capital de l'énergéticien, afin de soutenir la transition énergétique et l'indépendance énergétique de la France. "L'urgence climatique nécessite des décisions fortes et radicales. Nous devons avoir le plein contrôle de la production et de notre avenir énergétique. Nous devons assurer notre souveraineté face aux conséquences de la guerre et aux défis colossaux à venir ", a déclaré Elisabeth Borne. "C'est pourquoi je confirme aujourd'hui l'intention de l'Etat de détenir 100% du capital d'EDF". La ministre n'a évoqué aucun prix de valorisation d'EDF, qui est déjà détenu à 83,88% par l'Etat français.

* Atos (+9,37% à 11,32 euros). Après avoir concédé 14,6% sur les 5 dernières séances, Atos rebondit. Bank of America s'est renforcée au capital de la société de services informatiques avant les deux derniers jours de très forte baisse de la valeur. Dans un avis AMF, la banque américaine, indirectement par l'intermédiaire des sociétés qu'elle contrôle, a en effet déclaré avoir franchi en hausse les seuils de 5% du capital et des droits de vote d'Atos et détenir au 1er juillet 8.603.621 actions représentant autant de droits de vote, soit 7,77% du capital et des droits de vote. Ce franchissement de seuils résulte d'une acquisition de titres sur le marché et d'une augmentation du nombre d'actions Atos détenues par assimilation (conclusion de prêt d'actions, d'options et de contrats de " swaps " à règlement en espèces).

* Metavisio (+6,9% à 6,2 euros). La société va proposer trois de ses produits à tous les points de vente LIDL. Les discussions en cours entre Metavisio et LIDL laissent augurer des commandes pouvant aller jusqu'à 75.000 unités, livrables à partir du 4e trimestre 2022.

* Alstom (+4,8% à 22,5 euros). Le groupe a décroché un beau contrat en Inde. Le groupe français va livrer à la MPMRCL (Madhya Pradesh Metro Rail Corporation Limited) 156 voitures Movia, avec 15 années de maintenance intégrale, destinées aux métros de Bhopal et Indore. Ce projet bénéficiera à plus de 5,7 millions de personnes dans ces deux villes. Estimée à 387 millions d'euros (plus de 3.200 INR), cette commande inclut l'installation de la dernière génération de système de signalisation CBTC (contrôle des trains basé sur la communication), ainsi que des systèmes de commande de train et de télécommunications, incluant chacun sept ans de maintenance intégrale.

* Airbus (+3,62% à 92,66 euros) et Safran (+3,85% à 95,33 euros) progressent. Air France KLM (+1,56% à 1,1 euro) va équiper sa future flotte d'Airbus A320neo et A321neo de moteurs LEAP 1-A . La compagnie aérienne a signé un accord avec CFM International (coentreprise entre General Electric et Safran) portant sur l'acquisition de 200 moteurs de ce type. Cette décision fait suite à la commande, annoncée en décembre dernier, de 100 appareils de la famille Airbus A320neo - avec des droits d'acquisition pour 60 appareils supplémentaires, afin de renouveler les flottes de KLM et Transavia Pays-Bas, et de renouveler et de faire croître celle de Transavia France.

* Schneider Electric (+3,6% à 116,26 euros) et Legrand (+0,87% à 71,56 euros) se maintiennent en territoire positif, malgré la notification de griefs émanant de l'Autorité de la concurrence, Celle-ci a en effet constaté que "l'autonomie tarifaire de certains distributeurs aurait été limitée, ce qui est contraire aux règles de concurrence". Schneider Electric "conteste fermement" ces allégations et soumettra sa réponse à l'Autorité de la concurrence "en temps utile". Pour sa part, Legrand se défend en confirmant son "attachement au strict respect de la législation en vigueur, et entend exercer pleinement ses droits dans le cadre de la procédure contradictoire qui s'ouvre".

* Rexel (+2,75% à 14,19 euros). A l'image de Legrand et Schneider Electric, le groupe a également reçu une notification de griefs de l'Autorité de la Concurrence, dans le prolongement d'investigations intervenues en 2018. La notification de griefs de Rexel vise spécifiquement le mécanisme des dérogations, qui est une réduction de prix visant à offrir aux clients l'offre la plus compétitive. "Le mécanisme des dérogations, transparent et connu de tous les acteurs du marché, est une pratique habituelle dans le monde de la distribution professionnelle de matériel électrique", se défend Rexel qui assure veiller "en permanence à se conformer rigoureusement aux lois et règlements en vigueur et le Groupe fera valoir sa position et ses droits dans le cadre de cette procédure".

* Nexans (+2,34% à 76,65 euros). Nexans a signé un partenariat de 3 ans avec Eiffage (+1,27% à 84,4 euros). Le groupe est désormais référencé pour la fourniture de bornes de recharge pour véhicules électriques sur les 1.000 sites français d'Eiffage, soit plus de 4.000 points de charge.

* Manitou (+1,38% à 17,60 euros). La High Court de Londres a rendu, le 5 juillet, sa décision en première instance concernant le litige en contrefaçon opposant JC Bamford Excavators Ltd (JCB) aux sociétés Manitou BF et Manitou UK Ltd, et portant sur 4 brevets JCB. Trois brevets JCB examinés lors du procès ont été intégralement invalidés. Par conséquent, toutes les actions en contrefaçon intentées par JCB contre Manitou sur la base de ces 3 brevets ont échoué. En revanche, la Cour londonienne a considéré que sur le brevet européen EP 2 616 382 B3 (EP 382), seuls les éléments de certains chariots télescopiques vendus dans le passé contenaient une contrefaçon. Manitou se réserve la possibilité de solliciter l'appel de ce jugement. "Cette décision n'a pas d'incidence significative sur l'activité commerciale de Manitou en Grande Bretagne, ni sur l'activité de ses clients", commente l'intéressé qui demandera en tout état de cause le paiement par JCB de tous les frais et intérêts afférents aux procédures initiées par JCB et invalidées par la Cour.

* Accor (+0,47% à 25,6 euros). Très attaqué avec la remontée de cas de contaminations au Covid-19, le groupe hôtelier se reprend légèrement en Bourse après l'annonce d'une simplification de son organisation avec une capitalisation sur les segments les plus porteurs. D'une part, 'Economy, Midscale & Premium Division' devient le pôle qui regroupera les marques ibis, Novotel, Mercure, Swissôtel, Mövenpick et Pullman, soit 4.816 hôtels dans le monde et 948 nouveaux établissements en développement. Ce pôle détiendra des positions de leadership en Europe, en Amérique Latine, en Asie Pacifique et au Moyen-Orient et sera organisé autour de quatre sièges régionaux, basés à Paris, Sao Paulo, Singapour et Shangaï. Il concentrera sa stratégie sur l'accélération de son développement en particulier au travers de la franchise, le rajeunissement de ses marques et l'industrialisation de son modèle opérationnel. D'autre part, 'Luxury & Lifestyle Division' est le pôle rassemblant la collection des marques de luxe du Groupe ainsi que Ennismore, l'entité lifestyle du Groupe soit 488 hôtels dans le monde et 266 nouveaux établissements en développement. Ce pôle dédié au Luxe et Lifestyle sera organisé par marque, autour de 4 piliers : Raffles & Orient Express, Fairmont, Sofitel & MGallery et Ennismore.
Afin d'accompagner la mise en place et d'assurer le déploiement de cette nouvelle organisation, le Conseil d'Administration d'Accor a confirmé sa confiance dans la gouvernance du Groupe et a unanimement décidé de proposer le renouvellement du mandat de Sébastien Bazin, actuel Président directeur général du Groupe à la prochaine Assemblée générale annuelle du Groupe.

VALEURS EN BAISSE

* Valneva (-6,8% à 10,36 euros). Après un bond de plus de 10% hier, Valneva pâtit d'une dégradation du broker allemand First Berlin qui revient à 'accumuler' sur le dossier tout en coupant sa cible de 22,1 à 12,1 euros. L'analyste s'attend à ce que les Etats membres de l'UE reconsidèrent leur dernière décision et commandent au moins 4 millions de doses, ce qui, selon lui, justifierait la poursuite du programme VLA2001. Seulement puisque ce niveau est bien inférieur à celui espéré initialement, First Berlin abaisse ses attentes. Dans le même temps, l'analyste revoit ses anticipations de taux d'actualisation sur les autres programmes de vaccins du groupe afin de refléter ce qu'il pense être une forte probabilité que Pfizer, qui a acquis une participation de 8,1% dans Valneva le mois dernier, fasse une offre complète sur la société, en temps voulu.

* Faurecia (-6,01% à 15,55 euros). Sixième séance de baisse pour l'équipementier automobile. Dans un marché pourtant bien orienté, Faurecia pâtit d'une dégradation de Barclays à 'sous-pondérer', sur des conditions macroéconomiques dégradées qui devraient peser sur le désendettement "rapide" prévu après l'acquisition d'Hella. L'objectif est nettement coupé de 36,25 euros à 15 euros. Le marché reste néanmoins largement positif sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 18 analystes sont à l''achat', 1 est à 'conserver' et seuls 2 sont 'vendeurs'. L'objectif moyen à 12 mois est fixé à 32,48 euros.

* TotalEnergies (-2,9% à 47,64 euros) et Engie (-1,61% à 10,38 euros) sont délaissées. Les deux groupes énergétiques sous-performent le marché et leurs homologues européens du secteur du pétrole et des utilities alors que le président Emmanuel Macron subit une pression croissante de l'opposition pour introduire une taxe sur les bénéfices exceptionnels des géants de l'énergie et des transports afin de financer le projet de loi visant à protéger le pouvoir d'achat des Français. L'alliance de gauche (Nupes), deuxième groupe à l'Assemblée nationale, a proposé une taxe temporaire de 25% sur les "superprofits" d'entreprises telles que TotalEnergies, Engie et la compagnie maritime CMA-CGM. Le gouvernement, qui s'est jusqu'ici montré hostile à une telle mesure, doit présenter demain son projet de loi sur le pouvoir d'achat.
En outre, TotalEnergies a l'intention de se retirer du projet pétrolier Kharyaga en Russie en cédant sa participation de 20% à l'entreprise publique russe Zarubezhneft. "Cette transaction est soumise à l'approbation des autorités russes". TotalEnergies conserve toutefois ses parts dans les importants projets russes Terneftegaz, Artic LNG, Yamal LNG et Novatek.

* Les valeurs bancaires restent poussives. Après un décrochage de -6% en 5 séances, Crédit Agricole redonne 0,26% à 8,4 euros. Société Générale cède 0,64% à 19,57 euros. BNP Paribas, dont Moody's a confirmé la notation de dette senior à 'Aa3', perspective 'Stable', cède 1,07% (43,43 euros). Les taux obligataires poursuivent leur repli (1,78% pour l'OAT 10 ans).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 12/08/2022

Les marchés actions européens ont clôturé en hausse. Les indicateurs jugés rassurants des derniers jours sur l'inflation apaisent en partie les craintes d'une forte hausse de taux en septembre.…

Publié le 12/08/2022

Les marchés actions européens ont clôturé en hausse. Les indicateurs jugés rassurants des derniers jours sur l'inflation apaisent en partie les craintes d'une forte hausse de taux en septembre.…

Publié le 12/08/2022

Environ +13% depuis le début juillet

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/08/2022

Epizyme opère désormais comme " une société du Groupe Ipsen " suite à la clôture de l'acquisition.

Publié le 12/08/2022

14h30Indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York.16H00Indice du marché immobilier américain de la NAHB.source : AOF

Publié le 12/08/2022

L'action Johnson & Johnson est en repli de 0,81 % à 165,78 dollars à la bourse new-yorkaise. Le groupe a annoncé qu'il allait cesser de commercialiser de la poudre pour bébé à base de talc dès…

Publié le 12/08/2022

L'action TF1 perd 3,17 % à 6,88 euros. Le groupe de médias est pénalisé par Barclays, qui a dégradé sa recommandation de Sur-pondérer à Sous-pondérer en raison de la récession qui se profile…

Publié le 12/08/2022

Vente du Turbo Illimité Best CALL VIVENDI C021T à 0,19 EUR (+0 %) Analyse :Nous visions 10,2 euros sur Vivendi après le déclenchement d'un double bottom en juillet. La…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne