Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 165.11 PTS
-2.09 %
6 113.50
-1.87 %
SBF 120 PTS
4 856.71
-1.98 %
DAX PTS
15 129.51
-1.55 %
Dow Jones PTS
33 820.51
-0.75 %
13 809.28
-0.71 %
1.203
-0.04 %

Entretien avec Xavier Barbaro, PDG de Neoen

| Boursier | 1786 | 3.75 par 4 internautes

Les principaux actionnaires de Neoen vont très largement souscrire à l'augmentation de capital

Entretien avec Xavier Barbaro, PDG de Neoen

Boursier.com : Les 600 ME que vous voulez lever ne sont que la moitié du 1,2 ME annoncé pour vos besoins. Pourquoi ne pas réaliser une seule opération? Serait-elle de taille trop importante ?

Nous avons effectivement indiqué notre intention de lever au total jusqu'à 1,2 MdE lors des prochaines années, mais en étant flexibles sur la manière de procéder. Avec cette première opération, nous avons donc décidé de lever au moins la moitié de ces besoins pour couvrir un premier cycle d'investissements allant jusqu'à fin 2022 / début 2023. Il s'agit de réaliser une levée de fonds nous donnant une capacité d'investissements à court terme, tout en respectant l'intérêt des actionnaires existants en faisant une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription.
X.B.

Boursier.com : Par rapport au projet présenté lors de l'IPO y a-t-il une volonté d'accélérer, dans la mesure où vous indiquiez alors que 5 GW correspondrait à la taille critique à partir de laquelle la société serait autofinancée? Or, vous levez des fonds...

Oui nous avons clairement l'ambition d'accélérer. Nous avions dit lors de l'IPO qu'avec nos 5 GW fin 2021, nous serions capables de financer chaque année 500 MW, soit 10% de croissance organique autofinancée. Mais à l'époque, nous visions au total 700 MW de nouveaux projets par an et nous avions dit que le surplus serait financé par une levée de fonds ou bien serait vendu. Nous sommes fidèles à ce discours deux ans et demi après, puisque les centrales conservées génèrent du cash-flow, mais les gains de nouveaux projets sont déjà passés à 1.000 MW par an et notre volonté est de porter progressivement ce chiffre à 2.000 MW par an à l'horizon 2025. Le choix que nous faisons, en accord avec nos principaux actionnaires, consiste donc à conserver une très grande partie de ces nouveaux MW pour atteindre notre nouvel objectif de plus de 10 GW en opération ou en construction fin 2025, ce qui suppose du capital et une levée de fonds.
X.B.

Boursier.com : Vous expliquez avoir besoin de 5,3 milliards d'euros à investir d'ici 2025. Quid du différentiel avec le 1,2 MdE?

Les principales sources contribuant à ces 5,3 MdsE et couvrant ce montant seront issus de dettes portées par les projets, des cash-flows que génèrent nos centrales, de dette obligataire émise par la société mais aussi de la vente de certains actifs. Une grande partie de ces 5,3 MdsE à investir ne relève donc pas d'augmentations de capital.
X.B.

Boursier.com : Avez-vous des marges de manoeuvre côté endettement ?

Nous avons une structure et un niveau d'endettement très sains. La nouvelle dette sera très largement adossée à nos nouvelles centrales. Chaque projet porte sa propre dette, libellée dans les mêmes monnaies que nos contrats : Euro, Dollar américain, Dollar australien, soit des monnaies fortes. Concernant le montant total de la dette, 2,3 MdsE, il est à mettre en perspective avec nos actifs récents et nos revenus garantis, à savoir les 6,2 MdsE de revenus contractualisés dans le portefeuille de Neoen, pour une durée résiduelle de plus de 13 ans. J'ajoute que la dette étant segmentée sur chaque projet, si une centrale devait faire défaut, il n'y aurait aucun effet domino sur le groupe.
X.B.

Boursier.com : Vous confirmez un dividende pour 2022. N'êtes-vous pas contraint par cet engagement pris lors de l'introduction en Bourse, au vu des investissements à réaliser?

Nous avions expliqué en 2018 et nous confirmons cela aujourd'hui : il s'agira avant tout du versement en 2022 d'un premier dividende symbolique. Mais qui aura pour vocation à progresser ensuite chaque année. Neoen demeure une société de croissance avec pour ambition de réinvestir en priorité ses cash-flows dans ses projets.
X.B.

Boursier.com : Que font vos principaux actionnaires à l'occasion de cette levée de fonds?

Nos principaux actionnaires vont très largement souscrire à l'opération. Impala, la société de Jacques Veyrat et sa famille, souscrira à hauteur de 2/3 de ses droits, ce qui veut dire qu'il apportera 200 ME dans la levée de fonds. Pour ce qui est des deux autres principaux actionnaires, le Fonds Stratégique de Participation va souscrire 85% de ses droits soit 34 ME et la BPI les 2/3 de ses droits, soit 20 ME. A titre personnel, étant le premier à croire au modèle de développement de la société et à vouloir la soutenir financièrement, le véhicule d'investissement familial que j'ai créé pour accompagner Neoen va exercer l'intégralité des droits attachés aux actions qu'il détient.
X.B.

Boursier.com : Impala sera de facto dilué à l'issue de l'opération...

L'opération est l'occasion de renforcer et de diversifier le flottant qui devrait dépasser les 40% au final, contre 36% aujourd'hui. Concernant Impala, sa dilution sera faible puisqu'il apportera tout de même 200 ME à l'opération ce qui est un signal positif sur sa confiance dans le potentiel de croissance et de création de valeur de Neoen !
X.B.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 3.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2021

Un chiffre d'affaires de 106 ME réalisé au premier trimestre 2021, en retrait de -18% par rapport à 2020Activité du 1er trimestre 2021 :Dans un...

Publié le 20/04/2021

Le Groupe LDLC, acteur incontournable du commerce informatique et high-tech, devient l'un des plus importants actionnaires de Time for the Planet, en...

Publié le 20/04/2021

Le chiffre d'affaires consolidé d'APRR hors Construction s'est établi à 531,6 millions d'euros au 31 mars 2021, contre 567,3 millions d'euros au 31...

Publié le 20/04/2021

Au titre de l'exercice 2020, Kumulus Vape a enregistré un chiffre d'affaires de 22,5 ME, en progression de 113,2% par rapport à la même période de...

Publié le 20/04/2021

600 KE de financements non dilutifs qui viennent renforcer la solide situation financière du Groupe Vogo annonce avoir été sélectionné par l'Etat...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne