En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.102
+0. %

Entretien avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG

| Boursier | 272 | Aucun vote sur cette news

De la valeur qui n'est pas extériorisée en Bourse au sein du groupe Vivendi

Entretien avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG

Boursier.com : Vivendi a trouvé un accord avec Tencent pour lui céder 10% d'Universal Music Group (UMG) avec la possibilité de céder 10% supplémentaires d'ici l'an prochain. Que faut-il comprendre à ce 'deal'?

Vivendi souhaite vendre jusqu'à 50% d'UMG ce qui ferait entrer 15 MdsE dans les caisses puisque la valorisation issue du 'deal' ressort à 30 MdsE. On peut imaginer que Vivendi se lancerait alors dans des rachats d'actions, mais aussi dans l'investissement dans d'autres sociétés comme Gameloft. UMG est aujourd'hui le moteur de croissance de Vivendi et devrait demeurer la vache à lait du groupe à l'avenir. Le streaming et les plateformes de musique sont en plein essor et Vivendi souhaite maximiser sa valeur.
V.B.

Boursier.com : Vivendi espérait initialement introduire UMG en Bourse, l'accord avec Tencent fait finalement ressortir une valeur de 30 MdsE identique à celle de la maison-mère...

Il y a effectivement de la valeur au sein du groupe Vivendi qui n'est pas extériorisée en Bourse. La cession d'une partie du capital d'UMG va permettre à Vivendi d'investir et on peut imaginer aussi des développements en compagnie de Tencent, leader des jeux vidéos en Chine.
V.B.

Boursier.com : Après son échec dans la prise de contrôle d'Ubisoft quelle est désormais la stratégie de Vivendi dans les jeux vidéo?

Les jeux vidéo se dirigent vers un modèle similaire à celui de la musique en ligne, autrement dit des plateformes de mise à disposition des opus. Gameloft, dans le giron de Vivendi, va bénéficier des prochains lancements de nouvelles consoles en fin d'année 2020 à court terme puis du développement de ces plateformes via des royalties sur l'utilisation des jeux vidéos qu'il édite. On peut extrapoler le modèle d'UMG sur Gameloft à l'avenir. Il faudra toutefois investir dans Gameloft ce qui devrait donc être le cas avec la manne issue de la cession de parts d'UMG.
V.B.

Boursier.com : Quid de Canal +, qui représente toujours 1/3 du chiffre d'affaires de Vivendi...?

Canal + est désormais dans une logique de distribution de contenus comme en témoigne le récent partenariat avec Netflix. L'idée est de centraliser les offres ce qui parait plus pertinent que de se lancer dans une stratégie frontale et coûteuse, contenu contre contenu, face à Netflix et autres... Canal + semble avoir stabilisé le nombre de ses abonnés et devrait voir le chiffre repartir à la hausse grâce à cette nouvelle stratégie.
V.B.

Boursier.com : Quelle est au final, aujourd'hui, la stratégie de Vivendi?

UMG, Gameloft et Canal+ constituent des entités très complémentaires et permettent à Vivendi de se développer autour de la distribution mais aussi des revenus issus de royalties au travers d'un portefeuille de produits. Le fort développement d'UMG témoigne de la réussite du modèle jusqu'à présent.
V.B.

Boursier.com : Le titre est au plus haut depuis plus de 10 ans. Quel est son potentiel?

Le titre peut aller plus haut! Bien que sur des sommets de plus de 10 ans, son évolution a été plutôt raisonnable, sans a-coup et il se comporte finalement comme une valeur défensive. Plusieurs éléments pourraient soutenir le titre dès 2020, à l'image du partenariat exclusif de Canal + avec Disney pour la distribution de Disney +.
V.B.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...

Publié le 24/01/2020

METabolic EXplorer a fait le point vendredi soir sur le litige lié à l'abandon de son projet en Malaisie en 2014. Ainsi, la Cour d'Appel de Douai a rendu le 23 janvier 2020 un arrêt aux termes…

Publié le 24/01/2020

Le titre Alstom gagnait finalement 1,4% en clôture ce vendredi à 47,12 euros, Bloomberg ayant indiqué que Bombardier aurait eu des discussions...

Publié le 24/01/2020

L’Olympique Lyonnais a annoncé le transfert de l’attaquant international zimbabwéen Tino Kadewere, en provenance du Havre AC, pour un montant de 12 millions d’euros, auquel pourra s’ajouter…

Publié le 24/01/2020

À l'issue de l'offre publique d'achat simplifiée initiée par Coyote System visant les actions de la société Traqueur non détenues par lui, au prix...