En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 059.09 PTS
-0.93 %
5 057.00
-0.97 %
SBF 120 PTS
4 048.34
-0.98 %
DAX PTS
11 325.44
-1.77 %
Dowjones PTS
25 387.18
-2.32 %
6 829.10
-2.98 %
1.122
+0.01 %

Entretien avec Stéphanie de Torquat, Stratégiste chez Lombard Odier

| Boursier | 196 | 4 par 2 internautes

L'accord Etats-Unis / Mexique : une bonne nouvelle!

Entretien avec Stéphanie de Torquat, Stratégiste chez Lombard Odier

Boursier.com : L'accord Etats-Unis / Mexique peut-il préfigurer des sorties de crise sur les autres dossiers commerciaux ?

S.dT. : C'est une bonne nouvelle qui démontre que Donald Trump est capable de trouver des accords et renforce l'idée que les intérêts économiques américains prennent, in fine, le dessus. Ce n'est pas dans l'intérêt des Etats-Unis d'aller trop loin dans la guerre économique avec la Chine. Cet accord semble montrer que l'objectif final de Trump est de maintenir une économie américaine dans sa meilleure forme possible, de façon à maximiser ses chances de victoire aux élections de mi-mandat et de réélection présidentielle. Les tensions avec la Chine ne vont pas disparaître, mais on peut espérer in fine un accord qui satisfasse tout le monde.

Boursier.com : A quel moment voyez-vous intervenir un accord ?

S.dT. : Il est difficile de faire un pari en la matière. On peut imaginer que Trump intensifie la tension et mette un surcroît de pression sur la Chine comme il le fait actuellement avec le Canada. L'objectif de Trump pourrait être d'aboutir à des prémices d'accord avant l'échéance des midterms. Mais rien n'est sûr concernant l'agenda politique de Trump...

Boursier.com : Le risque est-il désormais fort dans les émergents ?

S.dT. : L'environnement global est devenu plus compliqué pour les émergents parce que les conditions de financement sont devenues plus difficiles pour eux du fait de la politique monétaire plus contraignante de la Fed. En revanche, en termes de fondamentaux macroéconomiques, les économies émergentes sont bien plus solides que par le passé. Les déficits courants ont été fortement réduits les réserves de change ont augmenté et leur cycle économique de croissance est encore jeune : 2-3 ans. Les banques centrales locales ont aussi des marges de manoeuvre pour soutenir leurs devises, comme on l'a vu en Indonésie. Concernant le risque politique, il n'est pas plus présent que par le passé...

Boursier.com : Le risque de contagion chez les émergents est-il toutefois une menace ?

S.dT. : La Turquie et l'Argentine ont souffert de façon tout à fait légitime et pour des raisons logiques, la banque centrale turque prenant par exemple des décisions inverses de celles attendues. Les devises de ces pays sont tombées pour des raisons internes et sans contagion véritable aux autres émergents. Si les conditions de financement devenaient toujours plus restrictives au point d'endommager les fondamentaux économiques, alors le risque de contagion serait important.

Boursier.com : L'aplatissement de la courbe des taux signifie-t-il que la récession guette aux Etats-Unis... ?

S.dT. : Le cycle économique avance et il faut être d'autant plus vigilant sur la vigueur de la croissance. La pente de la courbe des taux témoigne de la capacité des banques à gagner de l'argent qui prêtent à long terme et empruntent à court terme. En cas d'aplatissement, elles sont moins incité à prêter et l'économie risque de ralentir. Actuellement, les conditions de financement se resserrent, la volatilité est plus forte sur les marchés, mais les conditions monétaires n'ont pas encore atteint un seuil restrictif et nous avons probablement encore au moins 12 mois devant nous avant de nous poser la question d'une récession... Les taux réels sont toujours négatifs. Si la pente de la courbe des taux s'est aplatie, on est encore à 20 points de base de différentiel. Historiquement, avec une telle pente de la courbe des taux, la récession n'est pas attendue avant 2 ou 3 ans. Sur les taux réels courts, toujours négatifs, on estime qu'un taux réel entre 1 et 2% serait synonyme de conditions financières restrictives, car égaux ou supérieurs à la croissance potentielle.

Boursier.com : Demeurez-vous confiants sur l'évolution des marchés ?

S.dT. : Nous demeurons surpondérés sur les marchés d'actions car l'environnement économique permet toujours aux entreprises de générer des bénéfices, mais nous sommes dans une logique de réduction graduelle des risques dans les portefeuilles, ce qui est logique étant donné l'avancée du cycle économique.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2018

LafargeHolcim accélère son désendettement. La transaction s'effectue sur une valeur d'entreprise de 1,75 milliard de dollars, sur une base 100%...

Publié le 12/11/2018

Sur les 9 premiers mois de l'année 2018, les tonnages vendus restent stables...

Publié le 12/11/2018

Cette étape cruciale franchie par ASIT Biotech a permis de lancer les derniers développements précliniques requis par les autorités avant d'initier un essai clinique...

Publié le 12/11/2018

Au 1er trimestre de son exercice 2018-2019 (période du 1er juillet au 30 septembre 2018), OL Groupe dégage un total des produits d'activités de...

Publié le 12/11/2018

Delta Drone a participé de manière innovante à la sécurité du premier Forum de la Paix à Paris...