5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Entretien avec Samy Chaar, Chef économiste chez Lombard Odier

| Boursier | 356 | Aucun vote sur cette news

Une préférence pour les actions européennes...

Entretien avec Samy Chaar, Chef économiste chez Lombard Odier

Boursier.com : L'économie mondiale est-elle en fin de cycle ?

On peut en effet se demander si 2018 sera une année de rupture ou de poursuite des tendances précédentes. A ce stade, nous ne voyons pas d'éléments exogènes type conflit avec la Corée du Nord ou troubles au Moyen-Orient, susceptibles de provoquer une rupture. Si rupture il devait y avoir, elle sera endogène. Or il existe aujourd'hui peu de risques de cette nature... L'économie mondiale n'est pas en situation de surchauffe alors que la croissance est stable et qu'il n'y a pas de surinvestissements. L'inflation est faible mais elle n'est pas anormalement basse...
S.C.

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer l'inflation ?

Aux Etats-Unis, l'inflation devrait être plus élevée en 2018 qu'en 2017. Nous l'attendons autour de +1,8% pour l'année prochaine. Avec 2 hausses de taux en 2018, et une poursuite de la réduction du bilan de la réserve fédérale. Dans cette hypothèse, la politique monétaire des Etats-Unis sera alors neutre mais pas encore restrictive. Le cycle actuel de l'économie américaine est normal même s'il est plus long que ceux observés précédemment.
S.C.

Boursier.com : Quelle est la situation de l'économie européenne ?

L'activité économique en Europe est bien orientée avec une amélioration continue du marché de l'emploi. Aux Etats-Unis, la croissance repose sur l'évolution des salaires alors qu'elle est alimentée en Europe par la baisse du chômage. En 2018, la croissance économique en Europe devrait augmenter alors qu'elle devrait se réduire aux Etats-Unis. La crise du crédit est terminée sur le vieux-continent et l'impact des soucis politique rencontrés actuellement par Madame Merkel est quasi-nul sur l'activité économique.
S.C.

Boursier.com : Que préconisez-vous en matière d'allocation d'actifs ?

Nous avons une préférence pour les actions européennes par rapport aux actions américaines. Aux Etats-Unis, les bénéfices par action devraient continuer de croître en 2018 mais moins qu'en Europe où leur progression devrait se situer au-delà de 10%. Nous privilégions aussi les économies émergentes dans la mesure où elles bénéficient aujourd'hui de conditions favorables avec notamment la stabilisation des cours du pétrole.
S.C.

Boursier.com : L'attitude des banques centrales constitue-t-elle un risque ?

On constate effectivement que la FED, mais aussi la BCE, prennent des mesures de normalisation monétaire. Mais nous ne pensons pas que cela constitue un risque à ce stade tant que le crédit bancaire à l'économie réelle reste disponible. En outre, des politiques budgétaires plus expansionnistes pourraient contrebalancer le changement de cap des grandes banques centrales.
S.C.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

           Semiconductor de WISeKey atteint 1 milliard de puces sécurisées (Secure Chips) et introduit VaultIC407, un nouveau microprocesseur sécurisé pour l'IoT,…

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS