En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 045.99 PTS
-0.54 %
6 034.00
-0.66 %
SBF 120 PTS
4 761.21
-0.53 %
DAX PTS
13 555.87
+0.05 %
Dow Jones PTS
29 199.36
-0.51 %
9 178.75
+0.05 %
1.109
-0.07 %

Entretien avec Olivier Poncin, PDG de Catana

| Boursier | 2745 | 5 par 2 internautes

Notre défi consiste à faire face à l'hypercroissance !

Entretien avec Olivier Poncin, PDG de Catana

Boursier.com : Vous avez annoncé le rachat de Magic Yachts en Tunisie. Pourquoi ?

Nous avions des difficultés pour ouvrir une deuxième usine à Canet. Il est apparu compliqué de trouver les surfaces requises sur le pôle nautique et les délais se sont avérés peu compatibles avec nos impératifs industriels. De plus, la fiscalité sur les activités industrielles et les difficultés de recrutement de personnel qualifié nous ont fait renoncer. Le choix du site tunisien est alors apparu comme une évidence : il nous permet de conserver une vraie flexibilité et beaucoup d'agilité. Et le personnel sur place est historiquement très qualifié : le chantier naval a été fondé en 1999 par le constructeur de bateaux de luxe monégasque, Wally.
O.P.

Boursier.com : Craignez-vous que la forte croissance du marché des catamarans qui vous porte depuis des années ne finisse par se tarir?

Notre défi consiste à faire face à l'hypercroissance et à répondre à la demande du marché. Je suis persuadé que le marché qui est le nôtre a encore plusieurs années de croissance devant lui. Le marché du catamaran a triplé en 10 ans. Et il s'agit là d'une tendance lourde, portée notamment par les loueurs et le marché du tourisme. Les loueurs doivent renouveler un bateau tous les 5 ans environ. De plus, nous lançons régulièrement des nouvelles tailles ce qui constitue un fort relais de croissance. Le marché a progressé de 21% et Catana de 67% lors de notre dernier exercice.
O.P.

Boursier.com : Mais êtes-vous prêts à subir un éventuel renversement de tendance ?

Il faut comprendre que le cercle vertueux que nous connaissons aujourd'hui, nous l'avons abordé après la crise de 2007-2008, avec une taille de survie et un mode d'attaque. Cela reste dans notre esprit et nous sommes toujours très prudents dans nos choix. Lancer la gamme Bali était un pari ! Qui s'est avérée payante, mais réalisé avec la prudence qui est toujours la nôtre aujourd'hui! Nous conservons ainsi un fort volant de flexibilité. L'an prochain nous produirons 200 bateaux contre 142 cette année, mais sans aucun frais de structure supplémentaires. Nous disposons désormais de 4 sites de production capables de produire 1 bateau tous les deux jours.
O.P.

Boursier.com : Vous avez dégagé une rentabilité nette de plus de 11,6% lors du dernier exercice. Pouvez-vous l'améliorer encore ?

La très large partie des investissements sont derrière nous et nous sommes encore en mesure de prendre quelques points de rentabilité et de tendre vers celles des acteurs de référence du secteur...
O.P.

Boursier.com : Qu'annoncez-vous pour le prochain exercice en termes de chiffre d'affaires ?

Nous visons, pour l'exercice 2019-2020, un chiffre d'affaires supérieur à 100 ME. Notre carnet de commandes "bateaux neufs" dépasse désormais les 120 ME. J'ajoute que tous les feux sont au vert sur le plan financier : Catana a généré 11,9 ME de Trésorerie l'an passé et a vu sa capacité d'autofinancement augmenter fortement en s'établissant à 10,7 ME contre 6,1 ME en 2017/2018. Nous nous autofinançons désormais et notre indépendance financière est acquise!
O.P.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2020

La nouvelle station de placement de Versalis Offline a été dotée d'une puissance de calcul exceptionnelle, répondant à un besoin croissant des fabricants en la matière...

Publié le 21/01/2020

Amundi conclut un partenariat stratégique de 10 ans avec Banco Sabadell. En outre, Amundi acquiert l'intégralité du capital de Sabadell Asset Management pour 430 ME...

Publié le 21/01/2020

Le cours de l'action Boeing a été suspendu mardi soir à Wall Street alors que le titre plongeait de 5,5%.

Publié le 21/01/2020

La Banque Française Mutualiste annonce un accord en vue de la cession de sa filiale ITL au groupe Société Générale...

Publié le 21/01/2020

Engie salue "l'accent mis sur le développement d'une filière de production d'hydrogène vert dans le cadre du futur pacte productif", mais...