5 399.45 PTS
-0.51 %
5 385.5
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 304.48
-0.47 %
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 758.07
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Entretien avec Michel Artières, co-fondateur et PDG d'Ateme

| Boursier | 334 | Aucun vote sur cette news

Nous comprenons la déception du marché suite à la publication du chiffre d'affaires du 3ème trimestre....

Entretien avec Michel Artières, co-fondateur et PDG d'Ateme

Boursier.com : Le Marché s'est montré particulièrement déçu par la teneur du troisième trimestre... (NDLR : croissance de +4,5% après +40% au premier semestre et révision à la baisse de l'objectif de croissance pour l'exercice 2017)

Nous comprenons la déception du marché suite à la publication du chiffre d'affaires du 3ème trimestre et à l'ajustement de nos perspectives de fin d'année. Ce ralentissement de notre croissance est lié à deux facteurs : à court terme au décalage de quelques commandes importantes que nous pensions, encore fin septembre, pouvoir signer avant la fin de l'année, dont la conclusion est désormais attendue en 2018. L'écart entre +20% et +30% représente 3 ME, soit la taille d'une seule grosse commande actuellement dans le pipeline commercial. Par prudence nous avons donc révisé notre objectif de chiffre d'affaires pour l'exercice 2017, mais cela ne remet pas en cause notre dynamique commerciale. ATEME adresse désormais des projets de plus en plus significatifs, notamment aux Etats-Unis, résultat de la notoriété grandissante de notre société. A moyen terme à la tendance actuelle que nous constatons chez nos clients, qui, sur de grands projets, préfèrent désormais acheter directement leurs serveurs auprès des fournisseurs spécialisés, et non plus auprès d'ATEME. Cette tendance aura mécaniquement un impact sur notre chiffre d'affaires global, mais un impact positif sur nos marges. L'activité de revente de serveurs est en effet beaucoup moins margée que notre activité de vente de logiciels. Ainsi, la concentration de notre chiffre d'affaires sur les ventes pures de logiciels - à plus forte marge - aura un impact positif les marges du Groupe.
M.A.

Boursier.com : Quelles conséquences sur la rentabilité ?

Les objectifs de profitabilité d'ATEME restent intacts. Le moindre poids de l'activité de reventes de serveurs dans notre chiffre d'affaires, au profit de la vente de logiciels, ne remet pas en cause nos perspectives en termes de marge brute et de rentabilité opérationnelle. Nous confirmons viser un taux de rentabilité opérationnelle d'au moins 10% dès 2018.
M.A.

Boursier.com : Comment faut-il appréhender la transition que vous mentionnez vers un marché plus tourné vers le logiciel ?

Une tendance de fond est à l'oeuvre notamment pour les commandes de taille significatives auprès d'opérateurs tier 1, que nous adressons de plus en plus : le marché se déplace vers des solutions logicielles pures, sans reventes de serveurs, ce qui est favorable aux marge d'ATEME. Si cela peut peser sur la topline, en revanche, la rentabilité doit se trouver améliorée de facto par ce phénomène. Fondamentalement, ce n'est donc pas une mauvaise nouvelle pour ATEME alors que la revente de serveurs est consommatrice de cash et peu créatrice de valeur. ATEME figure parmi les premiers à avoir adopté une stratégie fondée sur le logiciel.
M.A.

Boursier.com : Vous souhaitez désormais adresser un nouveau marché, à la périphérie des réseaux. Expliquez-nous ?

Aujourd'hui, avec la multiplication des formats vidéo et l'explosion de la vidéo à la demande, les réseaux sont saturés. Pour faire face à ces hausses de trafic, les opérateurs sont contraints à d'importants investissements dans les réseaux. ATEME propose un schéma alternatif : placer nos solutions de transcodage vidéo à la périphérie des réseaux et non plus uniquement en tête de réseau, permet de ne diffuser systématiquement dans tout le réseau que les contenus dans les formats très demandés, et de ne générer qu'à la demande les formats plus rarement vus ; le client réalise alors des économies sur la structure globale de son réseau. Nous estimons le marché adressable des infrastructures de réseaux à 25 M$.
M.A.

Boursier.com : Faut-il attendre ATEME sur la croissance externe ? Des acteurs de taille plus modeste évoluant sur le marché peuvent-ils constituer des cibles ?

Nous restons concentrés sur la croissance organique, mais une acquisition pourrait être envisagée afin de renforcer nos compétences en matière de réseau. Nous privilégions une acquisition dans ce domaine, visant à accélérer le développement de ces solutions à la périphérie des réseaux, plutôt qu'une opération de croissance externe visant à renforcer une zone géographique ou un portefeuille clients. Notre solidité financière - nous disposions d'une trésorerie confortable de 5,3 ME et d'un endettement financier limité au 30 juin 2017 - ainsi que la progression du titre en Bourse, nous laisse un large champ de possibilités de financement.
M.A.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS