En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 318.58 PTS
-3.22 %
5 340.50
-2.78 %
SBF 120 PTS
4 239.57
-2.83 %
DAX PTS
11 939.84
-3.46 %
Dow Jones PTS
25 766.64
-4.42 %
8 436.67
+0. %

Entretien avec Julien Moulin, Président de la Française de l'Énergie

| Boursier | 1650 | 5 par 1 internautes

Les ventes de La Française de l'Energie devraient se situer autour de 40 ME en 2020

Entretien avec Julien Moulin, Président de la Française de l'Énergie

Boursier.com : Quelle est l'histoire de votre société ?

Historiquement australienne, la société est aujourd'hui française. Son siège se situe à Forbach en Lorraine avec une seconde implantation à Avion dans le Pas-de-Calais. La Française de l'Energie exerce deux métiers assez proches. Le premier consiste à récupérer le gaz présent dans les charbons qui n'ont pas été exploités situés à des profondeurs de 700 à 1.200 mètres. Nous avons investi environ 40 Millions d'Euros dans ce domaine. En réalité, ce savoir-faire existe depuis longtemps mais il est en train de se développer rapidement.
J.M.

Boursier.com : Cette activité est-elle beaucoup pratiquée aujourd'hui dans le monde ?

Cette technologie est largement utilisée aux Etats-Unis, au Canada ainsi qu'en Australie. Le gaz ainsi produit est souvent envoyé vers le Japon ou la Chine sous forme de Gaz Naturel Liquéfié. Notre volonté consiste davantage à avoir des consommateurs locaux, c'est une des grandes forces du projet. Nous remplaçons du gaz importé par du gaz local... Nous intervenons sur des zones déjà défrichées ce qui permet d'avoir une bonne compréhension du sous-sol. Notre production devrait démarrer fin 2017.
J.M.

Boursier.com : Quelle est l'autre activité de la société ?

Nous avons développé le projet Gazonor qui intervient dans le bassin houiller du Nord Pas de Calais. Notre projet consiste à extraire le gaz de mine à partir d'installations de surface sur des zones où l'exploitation charbonnière a cessé. La mise en oeuvre de ces exploitations permet de valoriser une source d'énergie locale et de supprimer le risque de remontée inopinée de gaz à la surface... L'électricité ainsi produite via la cogénération est vendue avec un tarif de rachat figée sur la durée. Nous produisons aussi de la chaleur qui est destinée à des collectivités locales ou à des industriels de la région.
J.M.

Boursier.com : Quelles sont vos ambitions financières ?

A horizon 2020, nous estimons que chacune des deux activités devrait dégager un chiffre d'affaires de l'ordre de 20 Millions d'Euros. L'activité sera alors bien équilibrée entre la Lorraine et le Nord Pas de Calais. Les ventes consolidées de La Française de l'Energie devraient ainsi se situer autour de 40 Millions d'Euros en 2020.
J.M.

Boursier.com : Avez-vous des concurrents en France ?

La Française de l'Energie détient des concessions exclusives. Nous sommes la seule société dans cette configuration en France. En termes financiers, nous avons levé 35 Millions d'Euros en 2016. La société a désormais accès à un financement bancaire ce qui permet d'avoir un coût du capital relativement faible. Le risque d'exécution du projet est relativement faible ce qui nous apporte une crédibilité supplémentaire.
J.M.

Boursier.com : Votre approche permet-elle de lutter contre la pollution ?

Dans le Nord Pas de Calais, la technologie que nous utilisons évite l'émission de gaz à effet de serre car il n'y a pas de remontée de gaz à la surface. Cela permet de réduire l'empreinte carbone. En Lorraine, la récupération du gaz s'effectue avec une empreinte carbone 10 fois plus faible que le gaz importé.
J.M.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/02/2020

La sévère correction des marchés se poursuit. La crainte d’un impact significatif de l’épidémie de Covid-19 sur l’économie mondiale s’amplifie. La multiplication des foyers de…

Publié le 28/02/2020

CREDIT AGRICOLE constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put P036S émis par…

Publié le 28/02/2020

IAG, maison mère de British Airways et Iberia, a prévenu vendredi que ses résultats 2020 seraient impactés par l’épidémie de coronavirus. Le groupe de compagnies aériennes n’est toutefois…

Publié le 28/02/2020

Le Conseil d’administration d’Europlasma a décidé de convoquer une Assemblée générale extraordinaire le 6 avril prochain. À cette occasion, le groupe français expert dans la dépollution…

Publié le 28/02/2020

EOS imaging, dont le titre est suspendu depuis hier soir, a annoncé son rachat par l'américain Alphatec, une société de dispositifs médicaux spécialisée dans les solutions innovantes pour la…