En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 157.17 PTS
+0.24 %
5 161.00
+0.33 %
SBF 120 PTS
4 139.98
+0.40 %
DAX PTS
11 715.77
+0.01 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.13 %

Entretien avec Jesús Martin-Garcia, Co-fondateur GeNeuro

| Boursier | 621 | Aucun vote sur cette news

La communication du mois de mars sera décisive...

Entretien avec Jesús Martin-Garcia, Co-fondateur GeNeuro

Boursier.com : GeNeuro a bénéficié d'un paiement d'étape de 12 ME de la part de Servier. C'était prévu...

C'était effectivement prévu, suite à l'aboutissement de l'étude clinique avec plusieurs mois d'avance. Il s'agit d'une exécution dans les temps ! Nous avons achevé la partie de l'étude clinique Change MS à 1 an. Et nous aurons les résultats en mars. Avec notre Trésorerie et ce versement, nous avons une visibilité qui court jusqu'à mi 2019, autrement dit nous pouvons financer toutes les études cliniques en cours aujourd'hui. En outre, Servier financerait la poursuite de l'étude CHANGE-MS en phase III.
J-M.G.

Boursier.com : Comment doit-on interpréter la différence entre la publication décevante de fin août et celle encourageante de fin octobre, les deux concernant la même étude de Phase 2b CHANGE-MS ?

La phase 2b a abouti à une réduction du nombre de lésions, mais sans puissance statistique observée. Nous avons donné les toutes premières données de manière transparente dès qu'elles ont été en notre possession fin août, mais en précisant que notre mode d'action nouveau était à suivre dans le temps. A savoir deux éléments à préciser : combien de temps faut-il au médicament pour agir et quel est l'impact sur la remyélisation... Ces données n'étaient pas disponible fin août.
J-M.G.

Boursier.com : Et donc... ?

Ces deux éléments ont été présentés en octobre. On constate que l'effet de GNbAC1 arrive à la fin de période de 6 mois. Et que sur la population la plus concernée on aboutit à une diminution très nette, avec la plus forte dose. Le deuxième élément est un peu le graal dans la sclérose en plaques et la neurodégénérescence : nous avons divulgué des données spectaculaires à 24 semaines en termes de remyélisation. Nous avons constaté une augmentation de la remyélisation pour les patients traités à forte dose, contrairement au placébo.
J-M.G.

Boursier.com : Quels sont les scénarios selon la teneur de la publication de mars ?

La communication du mois de mars sera décisive : nous attendons la confirmation à 48 semaines de ce que nous avons constaté à 24 semaines. Y a-t-il bien cette conservation du fort effet, à 48 semaines ? Autrement dit que la protéine que nous neutralisons possède un facteur causal dans la sclérose en plaques. Concernant la remyélisation, il faudra aussi constater à 48 semaines si le phénomène persiste. C'est fondamental, car aucun médicament n'arrive à le faire dans la sclérose en plaques. En cas de données positive, il faudra poursuivre le développement jusqu'à l'enregistrement, en partenariat avec Servier.
J-M.G.

Boursier.com : Quels seraient les objectifs d'une éventuelle phase III ?

Il faudrait élargir le nombre de patients et étudier comment apporter le plus de bénéfices possibles aux patients avec ce potentiel de ralentir ou arrêter la progression de la maladie à travers la remyélisation.
J-M.G.

Boursier.com : Quelles seraient vos options en cas de mauvais résultats de l'étude en mars ?

Les résultats favorables de la remyélisation à 24 semaines nous imposeraient alors de réfléchir à la façon d'en faire bénéficier les patients dans le domaine de la neuro-dégénérescence. Ce que nous avons démontré à 24 semaines est très important. J'ajoute que nous travaillons aussi sur d'autres maladies : le diabète de type 1 et plus amont sur la sclérose latérale amyotrophique, plus connue sous le nom de maladie de Charcot.
J-M.G.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Suite à la signature en juin 2018 de l’accord de licence exclusif avec le studio Wargaming, Innelec Multimedia annonce le lancement de sa gamme de périphériques gaming World of Tanks sous la…

Publié le 18/10/2018

L'IMMOBILIERE HOTELIERE Société Anonyme au capital 13.007.451 EUR Siège social : 66, rue de Miromesnil -75008 Paris R.C.S. Paris 784 335 333   La société L'IMMOBILIERE…

Publié le 18/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/10/2018

Publicis bondit en Bourse de 5,86 % à 55,3 euros. Le groupe a publié des résultats en hausse pour le troisième trimestre, grâce à des gains de budget qui compensent la faiblesse de l’activité…