En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 558.97 PTS
+0.02 %
5 514.50
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 403.22
+0.12 %
DAX PTS
12 286.36
+0.03 %
Dowjones PTS
26 462.08
-0.51 %
7 816.92
+0.00 %
1.114
+0.06 %

Entretien avec Jean-Louis Thomasset, Directeur finance d'Akwel (ex MGI Coutier)

| Boursier | 375 | Aucun vote sur cette news

En droit d'attendre une amélioration nette de la rentabilité d'Akwel en 2019

Entretien avec Jean-Louis Thomasset, Directeur finance d'Akwel (ex MGI Coutier)

Boursier.com : 2018 s'est soldé par un recul important de la profitabilité d'Akwel... Vous mettez en avant les efforts d'investissements pour l'expliquer...

J.L.T. : Il y a de vrais motifs de satisfaction malgré tout : la hausse de l'activité évidemment et le fait que le contenu par véhicule soit de plus en plus important. La croissance organique a atteint 9,4% à périmètre et change constants, alors même que le marché automobile mondial a été à la peine. Par ailleurs, nous nous félicitons du démarrage de trois nouveaux sites entre fin 2017 et 2018. En l'espace de douze mois, nous sommes arrivés à les mener à des niveaux de performance remarquable, reconnus par nos clients. Dernier élément de satisfaction : l'introduction de nouvelles technologies sur certaines zones géographiques, qui seront sources de nouveaux marchés et de croissance pour Akwel : la transformation des tubes métalliques en Amérique du Nord et en Chine et le soufflage 3D en Turquie et en Chine. Elles complètent parfaitement notre offre produits dans ces zones.

Boursier.com : Le taux de marge opérationnelle, de 7,3% en 2018, est-il un niveau plancher et amené à repartir à la hausse?

J.L.T. : Le chiffre d'affaires est attendu en progression en 2019, avec l'objectif d'atteindre 1,2 MdE en 2020, sans croissance externe. Nous allons diminuer les investissements en 2019 par rapport à 2018. La variation de BFR doit revenir en ligne avec l'augmentation du chiffre d'affaires alors que cela fait 2 ans qu'elle lui est supérieure. Et cela doit nous permettre d'atteindre une génération de cash positive, ce qui n'était pas le cas depuis deux ans. En outre, les nouveaux sites ont coûté 5 ME de perte d'exploitation en 2018 et cela devrait être moindre en 2019. Nous avons aussi été perturbés par les variations des prix des matières premières en 2018, ainsi que par des pénuries de composants au niveau mondial. Ces éléments devraient peser moins fortement en 2019. On est donc logiquement en droit d'attendre une amélioration nette de la rentabilité en 2019.

Boursier.com : Faut-il redouter de nouvelles provisions pour retours garantie?

J.L.T. : Ils constituent toujours une incertitude. En 2018, les coûts des retours garantie ont représenté 15,9 ME, soit 5 ME de plus qu'en 2017. Et les dotations pour provisions ont été de 28 ME. Bien entendu, ils constituent la priorité des priorités pour nous et nous travaillons pour résoudre ce problème.

Boursier.com : Faut-il attendre Akwel sur la croissance externe?

J.L.T. : Non! Nous mettons les acquisitions entre parenthèses parce qu'elles concernaient surtout l'Asie et la période n'est plus bonne sur place. De plus nous constatons que nous parvenons à croître sur un rythme tout à fait suffisant en organique. Nous disposons des technologies, des équipes et des produits pour croître.

Boursier.com : Quels sont les atouts d'Akwel dans le véhicule de demain?

J.L.T. : Nous considérons que la diversité des métiers qui sont les nôtres : la transformation métal, plastique, caoutchouc, ainsi que l'assemblage et l'électronique, nous permet d'adresser les besoin actuels et futurs de nos clients. Nous être concentrer sur 12 clients stratégiques, nous permet de mieux connaitre les besoins de nos clients. Enfin, nous pensons qu'un véhicule, autonome, électrique ou autre, aura toujours besoin de fonctions telles que nous les faisons : les poignées de porte, intérieure/extérieure. Le systèmes de refroidissements existeront toujours, que cela concerne les moteurs ou la batterie. Enfin, le lavage demeurera, et même de façon plus importante : il faut laver les capteurs, les caméras et non seulement les pare-brises...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/04/2019

Eurofins recule de 0,73% à 379,20 euros après avoir a affiché une activité en hausse au premier trimestre, mais pénalisée par des difficultés chez Boston Heart Diagnostics. Ainsi, le groupe de…

Publié le 26/04/2019

Résultats annuels en forte hausse

Publié le 26/04/2019

Uber devrait dévoiler aujourd’hui les modalités de son introduction en Bourse et lancer sa tournée auprès des investisseurs avec l'objectif d'une valorisation comprise entre 80 et 90 milliards…

Publié le 26/04/2019

Sopra Steria (+7,68% à 118,2 euros) figure parmi les principales progressions de l’indice SBF 120, galvanisé par une croissance interne plus dynamique que prévu au premier trimestre. Le chiffre…

Publié le 26/04/2019

Tronics annonce son chiffre d'affaires pour l'année fiscale 2019, allant du 1er avril 2018 au 31 mars 2019...