En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 971.79 PTS
-0.65 %
6 002.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 706.86
-0.64 %
DAX PTS
13 388.42
-0.94 %
Dow Jones PTS
29 160.09
-0.09 %
9 216.98
+0.31 %
1.105
-0.34 %

Entretien avec Eric Dessertenne, DG délégué de Biocorp

| Boursier | 2776 | 3 par 1 internautes

Biocorp entre dans un nouveau cycle rentable et autofinancé

Entretien avec Eric Dessertenne, DG délégué de Biocorp

Boursier.com : Biocorp a reçu un nouveau paiement de 2 ME de la part de Sanofi. Rappelez-nous les éléments financiers vous liant et portant sur la technologie Mallya, dispositif connecté pour stylos injecteurs d'insuline...

Trois étapes jalonnent cet accord : nous avions déjà touché un paiement initial de 4 ME en juin. 2 ME sont touchés maintenant à la signature et 1,5 ME de plus seront encaissés par Biocorp au moment de la commercialisation du produit, lors de la deuxième partie de l'année 2020.
E.D.

Boursier.com : Cette exclusivité avec Sanofi vous bloque t-elle auprès d'autres clients ?

Nous avons adapté notre plateforme existante aux besoins spécifiques de Sanofi. Le design et quelques fonctions spécifiques sont ainsi contractualisés avec Sanofi. Mais nous n'avons aucune limitation nous empêchant de réaliser un autre produit adapté aux attentes d'un autre client.
E.D.

Boursier.com : Concernant la version initiale non exclusive, rappelez-nous le Marché potentiel.

Sanofi dispose déjà de droits non exclusifs sur la première version marquée CE, non exclusive, qui peut se fixer à plusieurs types de stylos, comme ceux de Novo Nordisk ou Lilly. Nous avons déjà accordé des droits à AgaMatrix et aujourd'hui nous sommes en contact avec d'autres entités pour accorder des licences non-exclusives dans le domaine du diabète. Trois grandes cibles peuvent être intéressées : les utilisateurs d'insuline, les acteurs mesurant le glucose dans le sang du patient et les développeurs d'applications mobiles à destination des assureurs américains, qui ont besoin des données sur l'insuline et le glucose. Biocorp est le seul producteur de système permettant de récupérer l'insuline à partir d'un stylo.
E.D.

Boursier.com : Où en sont vos discussions pour d'autres partenariats ?

Biocorp est en avance sur la concurrence : nous avons été les premiers à obtenir la certification CE et serons vraisemblablement les premiers à obtenir la certification de la FDA. Nous sommes donc très confiants dans notre capacité à annoncer d'autres partenariats dès l'année prochaine.
E.D.

Boursier.com : Allez-vous boucler l'exercice dans le vert comme cela a été le cas au premier semestre grâce à l'accord avec Sanofi ?

Oui. Ce contrat auprès de Sanofi permet de financer le développement de la société sans faire appel au Marché. Et 2019 accouchera d'un EBITDA et résultat net positifs. Nous pensons pouvoir répéter cela lors des prochaines années. Du fait d'autres upfronts et milestones espérés avec de nouveaux acteurs, mais aussi parce que nous allons commencer à vendre notre produit, ce qui doit apporter des revenus supplémentaires aux 7,5 ME encaissés auprès de Sanofi.
E.D.

Boursier.com : Donc Biocorp, eu égard à ces rentrées d'argent, n'aura pas besoin de solliciter les investisseurs...

Si des opportunités de rachats de technologies se présentent nous solliciterons peut-être le Marché, mais ce n'est pas la priorité à ce jour. Surtout, les rentrées d'argents prévues nous permettent de nous autofinancer sur les prochaines années. Nous entrons dans un nouveau cycle où Biocorp est rentable et autofinancé.
E.D.
 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2020

Goldman Sachs vise désormais les 169 euros pour l'action Safran.

Publié le 23/01/2020

Le Groupe Samse maintient sa stratégie de développement de son maillage existant des agences de négoces et des magasins de bricolage...

Publié le 23/01/2020

Les actions Hoffmann Green seront définitivement acquises par les bénéficiaires le 13 janvier 2022 sur condition de présence à cette date...

Publié le 23/01/2020

Au 31 décembre 2019, la trésorerie brute ressortait à 8 ME...

Publié le 23/01/2020

Le titre Renault a chuté de plus de 5% jeudi à 36,98 euros sur le marché parisien, de retour au plus bas depuis la fin 2012.