En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 429.20 PTS
+0.43 %
5 435.50
+0.56 %
SBF 120 PTS
4 346.62
+0.32 %
DAX PTS
12 540.73
+0.38 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.13 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Venezuela: les personnages-clé de la crise

| AFP | 564 | Aucun vote sur cette news
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 27 juillet 2017 à Caracas
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 27 juillet 2017 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP )

La grave crise politique et économique qui frappe le Venezuela depuis des mois atteint un pic ce week-end avec l'élection de l'Assemblée constituante voulue par le président Nicolas Maduro, au milieu des manifestations de l'opposition.

Voici les sept personnages-clé:

- Nicolas Maduro, l'héritier -

Le président Nicolas Maduro, 54 ans, qui a convoqué le scrutin de dimanche pour désigner les 545 membres de la Constituante, affronte depuis plus de quatre mois des protestations quasi quotidiennes, souvent émaillées de violences, pour réclamer son départ.

On compte déjà plus d'une centaine de morts depuis début avril.

"Le jeu est bloqué et je vais jouer ma plus grosse carte", s'est justifié le dirigeant socialiste, désigné par Hugo Chavez comme son héritier avant sa mort en 2013.

Cet ancien chauffeur de bus espère continuer à conduire le pays, en dépit de la pression croissante, intérieure et extérieure, promettant que l'Assemblée constituante apportera "paix" et prospérité.

- Vladimir Padrino, le maître du jeu -

Les principaux protagonistes de la crise au Venezuela
Les principaux protagonistes de la crise au Venezuela ( Anella RETA, Gustavo IZUS / AFP )

Le général Padrino, 54 ans, est le ministre de la Défense, acteur central du jeu politique au Venezuela. Il a exprimé à plusieurs reprises sa "loyauté inconditionnelle" au président Maduro et assuré que les militaires allaient garantir l'élection de l'Assemblée constituante.

L'opposition demande aux forces armées de retirer leur soutien à ce projet rejeté par 70% des Vénézuéliens.

- Maikel Moreno, le détonateur -

La vague de manifestations depuis le 1er avril a débuté après la décision polémique de la Cour suprême (TSJ), présidé par Maikel Moreno, d'assumer temporairement les fonctions du Parlement.

Ex-agent des renseignements de 50 ans, condamné pour homicide en 1989, Moreno a été au centre du choc de pouvoirs entre le gouvernement et le Parlement, depuis la large victoire de l'opposition aux législatives de fin 2015.

La procureure générale du Venezuela Luisa Ortega, le 25 juillet 2017 à Caracas
La procureure générale du Venezuela Luisa Ortega, le 25 juillet 2017 à Caracas ( RONALDO SCHEMIDT / AFP/Archives )

Dernier épisode en date, la désignation par les députés de 33 magistrats composant une Cour suprême parallèle, dont trois ont été arrêtés, accusés de "haute trahison".

Le TSJ a écarté plusieurs recours contre la Constituante.

- Tibisay Lucena, gardienne du vote –

Celle qui figure dans la liste des 13 hauts responsables récemment sanctionnés par les États-Unis, considère qu'il s'agit d'un "honneur". A 58 ans, elle est à la tête du Conseil national électoral (CNE) depuis 2006.

Accusé par l'opposition d'être aux ordres du pouvoir, le CNE a bloqué fin 2016 un référendum révocatoire contre le chef de l’État, après de longs mois d'un processus fastidieux.

L'élection de l'Assemblée constituante, en revanche, a été organisée en quelques semaines, devant l'"urgence" face à l'escalade des protestations.

- Julio Borges, le fer de lance -

L'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez fait une déclaration depuis sa résidence, le 26 juillet 2017 à Caracas
L'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez fait une déclaration depuis sa résidence, le 26 juillet 2017 à Caracas ( Leopoldo LOPEZ / AFP )

A 47 ans, Julio Borges a pris la présidence du Parlement en janvier et se rend fréquemment à l'étranger pour chercher du soutien.

Sous sa houlette, l'Assemblée nationale a testé plusieurs initiatives pour chasser le président. Toutes ont été rejetées par la Cour suprême, qui a déclaré le Parlement "en rébellion".

Maduro l'accuse d'ourdir une conspiration avec le soutien de Washington et a déjà menacé de l'envoyer en prison.

- Luisa Ortega, la rebelle -

Cette chaviste de longue date a mis au grand jour les divisions au sein du camp gouvernemental.

Avocate de 59 ans, nommée en 2007 Procureure générale du Venezuela par le défunt Hugo Chavez, elle a dénoncé une rupture de l'"ordre constitutionnel" lorsque le TSJ s'est arrogé les fonctions de l'Exécutif.

Qualifiée de "traîtresse" par Maduro, elle fait face à une procédure judiciaire visant à sa destitution.

- Leopoldo Lopez, le retour -

La décision de faire sortir de prison cette figure de l'opposition, après trois ans et demi derrière les barreaux, a permis à Leopoldo Lopez de revenir au premier plan.

Assigné à résidence, Lopez, 46 ans, a demandé aux militaires de ne pas être "complices de l'anéantissement de la République".

Il avait été condamné à 14 ans de prison pour son rôle dans une vague de manifestations en 2014, qui avait fait 43 morts.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/07/2018

GAUMONT       Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions du capital social prévues par l'article L. 233-8-II du code de…

Publié le 13/07/2018

L'ANR de liquidation dilué grimpe à 2,2 euros (1,49 euro au 31 mars 2017)...

Publié le 13/07/2018

  Aujourd'hui, la Cour d'appel d'Amsterdam a déclaré contraignant l'accord de transaction Fortis conclu entre Ageas, Stichting FORsettlement et les…

Publié le 13/07/2018

Officiis Properties rappelle avoir cédé l'immeuble Salengro le 19 décembre 2017...

Publié le 13/07/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement       SICAF au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…