5 427.19 PTS
+0.00 %
5 419.5
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.00 %
DAX PTS
13 183.53
-
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
+0.00 %
Nikkei PTS
22 758.07
-0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Un politique et un maréchal, principaux protagonistes de la crise en Libye

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
Le maréchal Khalifa Haftar (g) et le chef du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, le 31 janvier 2016 à Al-Marj
Le maréchal Khalifa Haftar (g) et le chef du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, le 31 janvier 2016 à Al-Marj ( STRINGER / LIBYAN ARMED FORCES MEDIA OFFICE/AFP/Archives )

Le chef du gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, qui se rencontrent mardi près de Paris, sont les deux principaux protagonistes de la crise en Libye, pays plongé dans le chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Fayez al-Sarraj, ex-homme d'affaires qui peine à fédérer

Issu d'une grande famille conservatrice et aisée de Tripoli, cet architecte de formation s'est lancé tard dans la politique après avoir réussi dans le secteur public puis dans les affaires.

Agé de 57 ans, élégant et moustachu, il était plutôt méconnu hors de la capitale libyenne quand il a été nommé chef du gouvernement d'union (GNA) en décembre 2015.

Le chef du gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj, le 21 juin 2017 à Bruxelles
Le chef du gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj, le 21 juin 2017 à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Si son père Mostafa a été l’un des pères fondateurs de la Libye indépendante en 1951, Fayez al-Sarraj n'a rejoint la politique qu'en juin 2014, en étant élu au Parlement.

Ses vrais débuts politiques ont toutefois lieu en mars 2016, quand il arrive à Tripoli comme chef du GNA, avec une certaine audace et malgré l'opposition des autorités alors en place.

Ce père de trois filles, marié à une architecte, endosse un costume de leader politique et rallie alors des autorités économiques et politiques de la capitale.

Si un ami de jeunesse le décrit comme un homme dont "la bonté ne l'empêche pas d'être ferme et de dire ce qu'il pense", Fayez al-Sarraj a jusqu'à présent échoué à convaincre nombre d'acteurs de la crise libyenne de sa légitimité.

Il peine à asseoir son autorité sur l'ensemble du pays et se heurte toujours à l'opposition des autorités basées dans l'Est, dont l'homme fort est le maréchal Khalifa Haftar.

Depuis un an et demi, le principal succès de cet homme qu'un autre ancien camarade de jeunesse décrit comme "très calme", a été la reprise de Sirte aux jihadistes du groupe Etat islamique grâce à des forces ralliées au GNA.

Un succès militaire qui cache mal plusieurs échecs, dont la perte de terminaux pétroliers au profit de forces pro-Haftar ou l'incapacité à alléger les difficultés quotidiennes des Tripolitains.

En perte de vitesse, il a vu son rival Khalifa Haftar revenir dans le jeu libyen sans parvenir à rendre coup pour coup.

Khalifa Haftar, le militaire qui se veut incontournable

Le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, le 3 décembre 2016 à l'aéroport de la ville d'Al-Marj, au nord-est de la Libye
Le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, le 3 décembre 2016 à l'aéroport de la ville d'Al-Marj, au nord-est de la Libye ( Abdullah DOMA / AFP/Archives )

L'homme fort de l'est libyen suscite admiration, notamment pour ses succès contre les islamistes, mais aussi rejet, ses rivaux l'accusant notamment de vouloir établir une nouvelle dictature militaire.

Cheveux blancs contrastant avec ses sourcils noirs et sa fine moustache, M. Haftar, né en 1943, aime se présenter comme un "sauveur" de la Libye en rempart contre le terrorisme.

Et la récente reprise annoncée de Benghazi (est) aux jihadistes, après plus de trois ans de combats meurtriers, n'a fait que renforcer l'aura du chef de l'autoproclamée armée nationale libyenne (ANL), spécialement dans sa Cyrénaïque natale.

Appuyé dans l'est libyen par un Parlement élu et un gouvernement parallèle qui refusent l'autorité du GNA, il est sorti de l'ombre au début de la révolte contre le régime de Kadhafi en 2011 à laquelle il a pris part.

Quatre décennies plus tôt, ce soldat formé dans l'ancienne Union soviétique, avait adhéré au coup d'Etat militaire de 1969 qui avait renversé la monarchie et mené Kadhafi au pouvoir.

Fait prisonnier pendant la guerre libyo-tchadienne (1978-1987), il est alors lâché par Kadhafi, qui affirme qu'il ne fait pas partie de son armée.

Les Américains parviennent à le libérer, lors d'une opération qui reste aujourd'hui encore une énigme, et lui accordent l'asile politique. Il rejoint alors le mouvement de l'opposition libyenne à l'étranger.

Après plus de vingt ans d'exil, M. Haftar retourne en 2011 à Benghazi, la grande ville de l'est libyen. Cette même année, peu après la chute de Kadhafi, environ 150 officiers et sous-officiers le proclament chef d'état-major.

Promu maréchal en 2016 par le chef du Parlement qui soutient les autorités de l'est libyen, Haftar s'est rapproché de la Russie quand les Occidentaux soutenaient son rival Fayez al-Sarraj.

"Il semble que les étoiles commencent à s’aligner en faveur de Haftar" remarquait en début d'année Mattia Toaldo, expert au Conseil européen des relations extérieures.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

ESI Group, un éditeur de logiciels et services de prototypage virtuel, a annoncé l'ouverture de son nouveau bureau à Colomiers dans la région de Toulouse. Après l’annonce récente du…

Publié le 13/12/2017

Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals ont annoncé les premiers résultats positifs d'une étude clinique pivot de phase 2 consacrée au cemiplimab chez 82 patients atteints d'un carcinome épidermoïde…

Publié le 13/12/2017

Inditex a vu son bénéfice net à neuf mois (février-octobre) croitre de 6% pour atteindre 2,34 milliards d'euros tandis que son Ebitda a progressé de 6% également à 3,82 milliards. La marge…

Publié le 13/12/2017

L'EUR/USD se maintient à la hausse

Publié le 13/12/2017

Suez organise une réunion avec les investisseurs et analystes financiers pour présenter sa nouvelle Business Unit "Water Technologies & Solutions"...

CONTENUS SPONSORISÉS