En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
-
5 368.0
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 309.93
+0.00 %
DAX PTS
12 157.67
-
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.00 %
1.168
+0.07 %

Trapero, chef de la police catalane, héros, martyr ou traître à la nation ?

| AFP | 384 | 4 par 1 internautes
Le chef de la police catalane, Josep-Luis Trapero, arrive à l'Audience nationale de Madrid, le 16 octobre 2017
Le chef de la police catalane, Josep-Luis Trapero, arrive à l'Audience nationale de Madrid, le 16 octobre 2017 ( GABRIEL BOUYS / AFP )

"Héros" et "martyr" de l'indépendance de la Catalogne ou "traître" à la nation ? Le chef de la police catalane, qui doit être entendu lundi par la justice espagnole, est devenu le symbole d'une Espagne qui se déchire.

Pour la deuxième fois en dix jours, Josep-Luis Trapero doit comparaître lundi devant un juge d'instruction de l'Audience nationale de Madrid, un tribunal notamment en charge des affaires de sécurité nationale, où il est poursuivi pour "sédition", un crime passible de quinze ans de prison.

Ce jeune quinquagénaire aux 27 années d'états de service sans faille n'était qu'un parfait inconnu pour la plupart des Catalans il y a encore quelques mois.

Ce n'est que l'été dernier que Trapero, promu en avril major des Mossos d'Esquadra, la police catalane, a connu la notoriété lorsqu'il a dirigé l'enquête sur les attentats jihadistes qui ont fait 16 morts en Catalogne les 17 et 18 août.

Jusque-là, son fait d'armes le plus spectaculaire -dans la catégorie people- était une vidéo apparue en 2016 sur les réseaux sociaux dans laquelle on le voyait chanter et jouer de la guitare, en chemise à fleurs et chapeau de paille, en compagnie du président séparatiste catalan Carles Puigdemont.

Après les attentats en Catalogne, son visage a fait la Une de la presse internationale qui découvrait cet homme informant avec calme et précision, en espagnol et en catalan. En cinq jours, le principal suspect était localisé et abattu.

Soudain, ce fils de chauffeur de taxi, qui a grandi dans la périphérie de Barcelone, est devenu un héros pour la population qui a couvert de fleurs les voitures de police. On a même vendu des t-shirts à son effigie avec cette réponse culte lancée à un journaliste néerlandais qui se plaignait de ne pas comprendre ses déclarations en catalan: "Bon, très bien, adieu."

- 'Ceci est notre police' -

Mais aujourd'hui, le policier ne fait plus l'unanimité, même en Catalogne où la population est profondément divisée sur la question de l'indépendance.

On lui reproche son refus à se conformer aux injonctions de la justice pour empêcher la tenue du référendum d'autodétermination du 1er octobre, organisé par le gouvernement régional dont dépendent les Mossos d'Esquadra.

Le major Trapero, un diplômé de droit, a refusé de travailler sous la coordination d'un haut fonctionnaire du gouvernement espagnol, évitant de participer personnellement aux réunions, et a ordonné à ses agents de ne pas utiliser la force pour fermer les bureaux de vote utilisés pendant le référendum.

En fin de compte, ce sont la police nationale et les gardes civils, placés sous l'autorité du gouvernement central, qui sont intervenus ce jour-là, parfois avec violence, et les images ont fait le tour du monde.

La Garde civile, dans un document daté du 5 octobre préparé pour le juge, affirme que la police catalane a eu une attitude "totalement contraire aux ordres reçus". De plus, elle accuse le major Trapero d'avoir travaillé en "étroite coordination avec les membres du comité stratégique" qui supervisait le référendum, dont M. Puigdemont.

Les Mossos se défendent en affirmant qu'ils ont empêché le vote dans 446 bureaux et qu'une intervention plus musclée aurait causé plus de mal que de bien.

"Je suis convaincu que cela a été fait comme il faut", dit un policier catalan qui souhaite garder l'anonymat. "Mais tout le monde ne pense pas la même chose, il y a des divisions, des gens en faveur et des gens contre l'indépendance", ajoute-t-il.

Cette division est également visible pendant les manifestations de rue. "Ceci est notre police", chantent les partisans de l'indépendance en honneur aux Mossos d'Esquadra, alors qu'en face, chez les défenseurs de l'union espagnole, fusent des slogans comme: "Où étais-tu le 1er octobre?" ou "Trapero traître ".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Teleperformance, leader mondial de la gestion omnicanal de l'expérience client externalisée, annonce aujourd'hui avoir été reconnu par le cabinet...

Publié le 19/09/2018

Les deux pôles de compétitivité franciliens Medicen Paris Region et Cap Digital annoncent aujourd'hui la mobilisation de leur écosystème autour du...

Publié le 19/09/2018

Fermentalg, acteur majeur français des micro algues pour la nutrition et la santé, annonce aujourd'hui la signature d'un contrat avec DSM Nutritional...

Publié le 19/09/2018

Calyxt Inc et Cellectis SA ont annoncé la nomination de James A...

Publié le 18/09/2018

Au premier semestre, DRONE VOLT FACTORY a fabriqué, livré et facturé 26 drones HERCULES et ALTURA ZENITH et 6 caméras PENSAR dotées d'intelligence...