5 399.45 PTS
-
5 385.5
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 304.48
-0.47 %
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 761.95
+0.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Remise en liberté du tueur de Marseille: les griefs de l'enquête administrative

| AFP | 146 | Aucun vote sur cette news
La rue où les deux jeunes femmes ont été poignardées, à Marseille, le 3 octobre 2017
La rue où les deux jeunes femmes ont été poignardées, à Marseille, le 3 octobre 2017 ( boris HORVAT / AFP )

C'est tout le dispositif d'éloignement de la préfecture du Rhône pour les étrangers en situation irrégulière qui est mis en cause dans l'enquête administrative ouverte pour faire la lumière sur la remise en liberté du tueur de Marseille la veille de l'attaque.

Interpellé pour un vol classé sans suite dans un centre commercial lyonnais le vendredi 29 septembre, Ahmed Hanachi, un Tunisien en situation irrégulière, avait été remis en liberté le lendemain, avant d'assassiner deux cousines le 1er octobre à Marseille.

- "Dysfonctionnements graves" -

Le rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA) pointe "des dysfonctionnements graves du dispositif d'éloignement" des étrangers en situation irrégulière à la préfecture, au-delà même de "la seule journée du 30 septembre 2017".

L'IGA relève notamment "la mauvaise organisation de la permanence de l'éloignement, qui ne dispose pas, du reste, des moyens matériels et humains nécessaires pour être efficace".

L'enquête administrative déplore aussi "le choix fait, dans le Rhône, de ne pas rechercher de place dans les autres centres de rétention que celui de Lyon-Saint-Exupéry pour des individus documentés, représentant une menace pour l'ordre public et dont les possibilités d'éloignement sont sérieuses".

Elle regrette aussi "le faible nombre de places effectivement disponibles dans ce centre", qui "se trouve dans un état de sévère dégradation".

- "Erreurs de jugement" -

Le rapport ne met pas en exergue de fautes individuelles dans la gestion du cas Hanachi mais relève des "erreurs de jugement".

Il décrit les conditions de la remise en liberté de Hanachi le samedi et confirme la saturation, ce matin-là, du Centre de rétention administrative (CRA) de Lyon-Saint-Exupéry.

Une place s'est cependant libérée à 13H30, et trois autres vers 16H00, soit 20 minutes après la libération de Hanachi.

Ayant pris connaissance du dossier vers 14H00, l'agent de permanence, "considérant qu'aucune mesure ne pourrait être prise avant 16H00, heure à laquelle se terminait la permanence, en raison de la participation du sous-préfet à une cérémonie officielle (...), a pris la décision de mettre fin à la procédure sans avertir préalablement le sous-préfet, parce qu'il ne se sentait pas autorisé à le déranger", selon le rapport.

Pour l'IGA, il peut être reproché à l'agent "de ne pas avoir pris l'initiative d'appeler le sous-préfet de permanence, au moins pour lui faire signer une obligation de quitter le territoire français" pour Hanachi. Mais elle souligne aussi la mauvaise organisation des sous-préfets de permanence ce week-end, tout en précisant que le sous-préfet "n'a pas interrompu sa permanence".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS