En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
-
5 457.0
-
SBF 120 PTS
4 365.94
-
DAX PTS
12 326.48
+0.88 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+1.05 %
1.178
+0.03 %

Qui sont les acteurs de la guerre au Yémen?

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants bloquent une route à Aden, la deuxième ville du Yémen, le 5 septembre 2018
Des manifestants bloquent une route à Aden, la deuxième ville du Yémen, le 5 septembre 2018 ( Saleh Al-OBEIDI / AFP )

La guerre au Yémen oppose forces progouvernementales, soutenues par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, et rebelles appuyés par l'Iran, qui ont pris le pouvoir dans la capitale Sanaa début 2015.

Les rebelles

Les Houthis sont d'obédience zaïdite, branche du chiisme qui se concentre dans le nord du Yémen et représente environ un tiers de la population. Le mouvement qui les représentent s'appelle Ansarullah ("Les partisans de Dieu") et est dirigé par un jeune chef politico-religieux, Abdel Malek al-Houthi.

Le contrôle des territoires au Yémen au 6 septembre
Le contrôle des territoires au Yémen au 6 septembre ( Valentina Breschi / AFP )

S'estimant marginalisés après l'insurrection de 2011 contre l'ex-président Ali Abdallah Saleh, les Houthis -des combattants aguerris- ont lancé une offensive fulgurante depuis leur fief de Saada (nord) et sont entrés à Sanaa en septembre 2014 avec la complicité d'unités restées fidèles à Saleh.

Ils ont pris totalement Sanaa en janvier 2015 et avancé dans l'ouest, l'est et le centre avant de progresser vers le sud où ils se sont emparés d'Aden en mars 2015, poussant le président Abd Rabbo Mansour Hadi à s'exiler en Arabie saoudite qui a le même mois pris la tête d'une coalition anti-rebelles.

Cible régulièrement de missiles balistiques tirés par les Houthis, l'Arabie saoudite accuse l'Iran, son principal rival régional, et le Hezbollah libanais pro-iranien de conseiller et d'armer les Houthis. L'Iran dément. Selon Washington, des armes iraniennes ont été transférées au Yémen.

Ryad et Abou Dhabi

Depuis 2015, L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont fourni aux pro-Hadi des équipements ultra-modernes et déployé des forces spéciales au Yémen.

L'aviation de la coalition bombarde quasi-quotidiennement des cibles rebelles, mais commet parfois des "bavures" contre les civils, dénoncées par des organisations internationales.

Les Emiratis sont très actifs dans le sud et ont supervisé, à partir de juin 2018, une opération de forces progouvernementales vers la ville portuaire de Hodeida (ouest).

Le parti de Saleh

Ali Abdallah Saleh, qui a été au pouvoir pendant 33 ans, s'est allié aux Houthis de 2014 à 2017. Mais, en décembre 2017, des combats ont opposé ses partisans aux Houthis qui lui ont reproché une ouverture vers Ryad.

Saleh a été tué par des Houthis, mais son parti, le Congrès populaire général, qui a longtemps dominé la vie politique, reste une force avec laquelle il faut compter.

Le président

Le président Hadi, dont la légitimité est reconnue par l'ONU, n'a repris l'initiative qu'à l'été 2015, grâce à l'intervention de la coalition.

La contre-offensive a permis la reconquête de cinq provinces du sud, puis du détroit stratégique de Bab Al-Mandeb.

En 2017, les forces progouvernementales ont lancé une vaste opération dans le sud-ouest avec l'objectif de reconquérir toutes les zones sur la mer Rouge. Mais ces offensives piétinent.

Le Mouvement sudiste, qui milite pour la renaissance du Yémen du sud, pays indépendant avant 1990, est engagé dans le camp anti-rebelles mais, en janvier 2018, des affrontement l'ont opposé au camp Hadi, affaiblissant le président.

Les jihadistes

- Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), né de la fusion en 2009 des branches saoudienne et yéménite du réseau jihadiste sunnite, a profité de l'affaiblissement du pouvoir central pour renforcer son emprise dans le sud et le sud-est.

Aqpa mène des opérations contre les Houthis et les forces progouvernementales. Il organise ponctuellement des attaques à l'étranger, comme celle qu'il a revendiquée contre le journal français Charlie Hebdo en 2015.

Le groupe reste la cible des Etats-Unis qui ont mené de nombreuses frappes aériennes contre ses combattants. Les Emirats affirment aussi avoir considérablement affaibli Aqpa.

- Le groupe Etat islamique (EI) a signé ses premiers attentats en mars 2015 contre des mosquées chiites à Sanaa. Il a ensuite élargi ses opérations dans le sud, s'en prenant aux symboles de l'Etat. Des attentats suicide meurtriers ont visé les forces de sécurité.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...

Publié le 20/09/2018

Balyo annonce le recrutement d'un Directeur Industriel et le déploiement d'un plan de recrutement ambitieux pour accompagner sa croissance...