En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 950.76 PTS
-0.50 %
4 926.0
-0.69 %
SBF 120 PTS
3 938.44
-0.66 %
DAX PTS
11 157.23
-0.77 %
6 575.66
+0.00 %
1.141
+0.25 %
11 994.57
-0.33 %

Le cinéaste Oleg Sentsov, symbole de l'opposition ukrainienne à la Russie

| AFP | 331 | Aucun vote sur cette news
Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov au tribunal de Rostov-sur-le-Don en Russie, le 22 juillet 2015
Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov au tribunal de Rostov-sur-le-Don en Russie, le 22 juillet 2015 ( SERGEI VENYAVSKY / AFP/Archives )

Après une grève de la faim de 145 jours qui l'a "brisé", Oleg Sentsov, qui a obtenu jeudi le Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, est plus que jamais devenu le symbole de l'opposition ukrainienne à la Russie, où il purge une peine de 20 ans de camp pour "terrorisme".

Oleg Sentsov était un réalisateur ukrainien prometteur jusqu'à ce que son engagement politique lors du soulèvement pro-européen du Maïdan à Kiev à l'hiver 2014, puis l'annexion de la Crimée quelques semaines plus tard, ne bouleversent son destin.

Reconnu coupable par la justice russe de "terrorisme" et "trafic d'armes" en 2015 dans sa Crimée natale, à l'issue d'un procès dénoncé comme "stalinien" par l'ONG Amnesty International, M. Sentsov, 42 ans, est depuis détenu dans une prison du Grand nord russe.

Le 14 mai, il entame une grève de la faim pour exiger la libération de tous les "prisonniers politiques" ukrainiens détenus en Russie.

Sans succès: malgré des discussions entre les présidents russe et ukrainien sur un possible échange de prisonniers, malgré l'appel de sa mère à Vladimir Poutine, malgré de nombreuses marques de soutiens dans le monde, le Kremlin laisse Oleg Sentsov poursuivre sa protestation dans une apparente indifférence.

Le 5 octobre, après 145 jours de jeûne, le cinéaste annonce l'arrêt de sa grève de la faim de peur d'être nourri de force. Selon sa cousine, Natalia Kaplan, sa santé a été "gravement éprouvée" par cette longue période de privations, pendant laquelle sa vie ne dépendait que des compléments et vitamines fournies par l'administration pénitentiaire.

Malgré ses problèmes de foie, de coeur et de cerveau, la libération de M. Sentsov semble désormais plus éloignée que jamais, alors que le réalisateur se refuse à demander une grâce présidentielle. Et ses soutiens commencent à perdre espoir.

- Opposant à Moscou -

De sa carrière de cinéaste, le public retient surtout son film "Gamer", tourné avec seulement 20.000 dollars de budget. Il raconte l'histoire d'un adolescent qui participe à des compétitions de jeux vidéo tout en faisant face à une vie quotidienne difficile dans un village d'Ukraine.

Un film issu de l'expérience personnelle d'Oleg Sentsov qui a consacré huit ans de sa vie aux compétitions de jeux vidéo et financé son film en travaillant en tant que gérant d'une salle de jeux à Simféropol, la capitale de la Crimée.

Tourné dans un style réaliste, "Gamer", montré dans de nombreux festivals européens, est récompensé à Rotterdam en 2012, ce qui permet au cinéaste de se lancer dans le tournage de son deuxième long-métrage.

Rassemblement en soutien à Oleg Sentsov en grève de la faim, à Kiev en Ukraine, le 13 juillet 2018
Rassemblement en soutien à Oleg Sentsov en grève de la faim, à Kiev en Ukraine, le 13 juillet 2018 ( Sergei SUPINSKY / AFP/Archives )

Mais la préparation de "Rhino" est interrompue quand ce père de deux enfants décide de s'engager dans "Automaïdan", une des branches du mouvement pro-européen qui a conduit à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch en février 2014, après plusieurs mois de manifestations.

Le réalisateur milite ensuite contre l'annexion de la Crimée par la Russie, se souvient Kostiantyn Reoutski, un militant ukrainien l'ayant côtoyé à cette époque.

"Oleg et ses camarades organisaient des rallyes automobiles en Crimée, avec des symboles et des drapeaux ukrainiens. Ils en accrochaient aussi aux murs (...) et ils ont continué de le faire après l'annexion, quand tout le monde était parti", a-t-il raconté à l'AFP en 2015.

"C'est une personne réfléchie, responsable et pleine d'initiative (...) Son but était de montrer que la Crimée n'était pas prorusse à 100%", a-t-il ajouté.

- Force de caractère -

Deux mois après l'annexion, dans la nuit du 10 au 11 mai, le réalisateur est arrêté chez lui, puis incarcéré à Moscou dans la prison de haute sécurité de Lefortovo jusqu'au début de son procès à Rostov-sur-le-Don, dans le sud-ouest de la Russie.

Le cinéaste avait alors fait preuve d'une force de caractère étonnante, souvent souriant et parfois provocateur, au cours de son procès, où il était accusé d'avoir organisé des incendies criminels contre des antennes d'un parti pro-Kremlin et d'avoir planifié d'autres attaques, dont une visant une statue de Lénine à Simféropol.

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov au tribunal de Rostov-sur-le-Don en Russie, le 25 août 2015
Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov au tribunal de Rostov-sur-le-Don en Russie, le 25 août 2015 ( SERGEI VENYAVSKY / AFP/Archives )

"Il n'est pas suicidaire, il veut et espère vivre. Il m'a fait penser à un malade du cancer persuadé qu'il vaincra la tumeur et qu'il vivra", a raconté à l'AFP la journaliste et militante des droits de l'Homme Zoïa Svetova après l'avoir rencontré mi-août dans sa prison du Grand Nord russe.

Dans sa lettre à Vladimir Poutine, sa mère implorait: "Ne détruisez pas sa vie et celle de ses êtres chers. Nous l'attendons à la maison".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

La foncière spécialisée dans les centres commerciaux Klépierre annonce la nomination de Nathalie Garnier en tant que directrice juridique du groupe. Elle prendra ses fonctions le 17 décembre…

Publié le 22/11/2018

Le CAC40 retombe de plus de 0,5% à midi...

Publié le 22/11/2018

Les dernières informations confirment les difficultés de cet appareil

Publié le 22/11/2018

En hausse de 1,92% à 106,10 euros, Rémy Cointreau signe l'une des plus fortes hausses du SBF 120 et permet à Pernod Ricard (-0,07%) de limiter son repli. Le groupe de vins et spiritueux a dévoilé…

Publié le 22/11/2018

Le français PSA et l’indien Avtec (groupe CK Birla) ont inauguré leur nouvelle usine de Hosur, dans l’État indien de Tamil Nadu. Cet événement marque le démarrage officiel des opérations…