En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 839.02 PTS
-0.30 %
4 826.0
-0.42 %
SBF 120 PTS
3 840.13
-0.46 %
DAX PTS
10 865.04
-0.01 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.134
+0.29 %

Les grands moments du procès des deux hauts dirigeants khmers rouges condamnés pour génocide

| AFP | 213 | Aucun vote sur cette news
Le président du
Le président du "Kampuchéa démocratique", Khieu Samphan, devant la cour à Phnom Penh le 16 novembre 2018 (photo fournie par le tribunal) ( NHET SOK HENG / Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia/AFP )

Quelque 4.000 parties civiles, plus d'une centaine de témoins, des milliers de pages de procédure: voici les grandes dates qui ont marqué le procès historique des deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie, condamnés vendredi à la perpétuité pour "génocide".

- Renvoyés devant le tribunal -

- 13 janv 2011: l'idéologue du régime Nuon Chea, le président du "Kampuchéa démocratique" Khieu Samphan, son ministre des Affaires étrangères Ieng Sary et la ministre des Affaires sociales, Ieng Thirith, sont renvoyés devant le tribunal international de Phnom Penh, parrainé par l'ONU.

Ieng Thirith est libérée l'année suivante, considérée inapte à être jugée pour cause de démence, et meurt en 2015. Son mari, Ieng Sary, décède en 2013 à 87 ans.

- 27 juin 2011: le procès s'ouvre, mais trois mois plus tard les juges, pour tenter d'accélérer la procédure, décident de scinder les débats: un premier procès se concentre sur "les crimes contre l'humanité", un second sur les accusations de "génocide". C'est ce second procès qui s'est achevé vendredi.

- "Contes de fées" de l'accusation -

- 23 nov 2011: Khieu Samphan dénonce à l'audience les "contes de fées" de l'accusation, assurant n'avoir pas été au courant des "horreurs" commises pendant cette période et avoir agi à cette époque "dans le but de défendre (son) pays".

Il est notamment défendu par le ténor français du barreau Jacques Vergès, décédé depuis.

Nuon Chea, confronté à un documentaire dans lequel il revendique avoir exterminé des "traîtres", rejette une nouvelle fois la faute sur les Vietnamiens.

- Prison à vie -

- 18 oct 2013: le ministère public requiert la prison à vie pour les deux ex-dirigeants qui ont "tué pour le pouvoir", quitte à "déshumaniser" et transformer le Cambodge en "pays d'esclaves" sous un régime qui a fait deux millions de morts.

Le tribunal prononce le 7 août 2014 un verdict conforme à ces réquisitions. Les deux hommes sont reconnus "coupables de crimes contre l'humanité, d'exterminations, de persécutions politiques, et d'autres actes inhumains", dont des déplacements forcés de population et des disparitions forcées. Cette condamnation est confirmée en appel le 24 novembre 2016.

- Génocide -

- 30 juil 2014: ouverture du second procès qui se penche sur les accusations de génocide des Vietnamiens et de la minorité musulmane cham.

La défense boycotte les débats pendant plusieurs semaines, réclamant la disqualification des juges. L'audience reprend cinq mois plus tard.

- 7 septembre 2015: le génocide des Chams est évoqué pour la première fois. Entre 100.000 et 500.000 membres de la minorité musulmane, sur un total de 700.000, ont été tués entre 1975 et 1979.

-23 juin 2017: dernier jour d'audience du second procès. Nuon Chea et Khieu Samphan continuent à nier tout génocide.

-16 novembre 2018: Ils sont condamnés à perpétuité pour "génocide".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…

Publié le 17/12/2018

BinckBank flambe de 30% ce lundi matin à 6,15 euros...

Publié le 17/12/2018

SMCPSMCP est pour le moins malmené en matinée à Paris, en retrait de près de 10% à 13,4 euros...

Publié le 17/12/2018

Le choix de l'indépendance...