5 268.76 PTS
-0.07 %
5 266.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 211.87
+0.00 %
DAX PTS
12 605.20
+0.08 %
Dowjones PTS
22 317.46
+0.10 %
5 899.19
+0.54 %
Nikkei PTS
20 330.19
-0.33 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le "tueur des Ramblas", un Marocain de 22 ans qui semblait "bien intégré"

| AFP | 168 | Aucun vote sur cette news
Photo fournie par la police catalane le 18 août 2017 de Younès Abouyaaqoub, l'un des suspects des attentats en Espagne
Photo fournie par la police catalane le 18 août 2017 de Younès Abouyaaqoub, l'un des suspects des attentats en Espagne ( - / MOSSOS D'ESQUADRA/AFP )

L'auteur présumé de l'attentat meurtrier de Barcelone, Younès Abouyaaqoub, abattu lundi par la police, avait grandi à Ripoll, une petite ville de Catalogne où ce Marocain de 22 ans semblait "bien intégré".

Recherché par toutes les polices d'Europe, ce grand brun de 1,80 m a été tué à Subirats, à 50 km à l'ouest de Barcelone, alors qu'il était en cavale depuis l'attentat des Ramblas de Barcelone, où il aurait conduit la camionnette tueuse avant de poignarder à mort un automobiliste.

"En vérité, je suis content et triste à la fois", a réagi lundi soir un Marocain de 39 ans, Hassan Azzidi, à Ripoll, d'où est issue la cellule ayant commis les attentats en Catalogne.

"Il fallait en finir avec tout ça, parce qu'on vit comme en guerre, mais en même temps, ce garçon si jeune, quelqu'un lui avait lavé le cerveau", a estimé cet ouvrier travaillant dans une usine de plastique.

Après avoir fauché des dizaines de personnes, Younès Abouyaaqoub, déterminé et faisant preuve de sang-froid, s'est enfui à pied au milieu des Barcelonais paniqués.

Il a traversé un marché couvert, parcouru six kilomètres avant de tuer d'un coup de couteau un automobiliste et de s'enfuir dans sa voiture, qu'il a finalement abandonnée après avoir été repéré à un barrage de police.

Lundi, il est mort après avoir crié "Allah est grand" en montrant aux policiers qui l'avaient repéré sa (fausse) ceinture d'explosifs.

Et pourtant "Younès vivait normalement, il travaillait dans une usine, il avait tout... Je ne sais pas comment ils font pour leur manger le cerveau", s'est interrogé Hassan Azzidi.

- Des 'garçons normaux' -

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le jeune frère de Younès, Houssaine, 17 ans, serait lui-même tombé sous les balles de la police au cours de l'attentat dans la station balnéaire de Cambrils, selon des informations de presse non confirmées.

Il aurait fait partie du sinistre commando de cinq jeunes armés de couteaux et de haches - dont trois mineurs - partis tuer vacanciers et policiers, à bord d'une Audi transformée en voiture bélier.

Depuis le double attentat sanglant de Barcelone et de Cambrils, Ripoll - 11.000 habitants dont 5% de Marocains - ne se remet pas de sa stupéfaction face au parcours de ces jeunes qu'elle a vu grandir.

Dans la cafétéria marocaine Esperanza, des joueurs de cartes - qui ont refusé farouchement d'être cités - disent surtout se sentir "trahis par l'imam" de Ripoll, Abdelbaki Es Satty, un quadragénaire décrit comme "un loup déguisé en agneau" et sous l'influence duquel seraient tombés ces jeunes.

L'imam lui-même est mort dans une déflagration accidentelle la veille de l'attentat de Barcelone.

Nuria Perpinya, une Catalane de 36 ans éducatrice et médiatrice, qui travaillait jusqu'à il y a deux ans pour un programme de lutte contre l'exclusion, a fait faire leurs devoirs à certains de ces "enfants" devenus des tueurs.

Et malgré l'horreur présente, elle ne garde que de "bons souvenirs" de ces "garçons normaux, totalement intégrés", selon les mots employés par bien d'autres témoins dans la ville.

Dimanche, à M’rirt, petite ville marocaine de 35.000 habitants nichée dans le Moyen Atlas (centre du Maroc), les proches de Younès Abouyaaqoub ont aussi accusé l'imam de Ripoll d’être le "cerveau" des attentats. "Cela fait deux ans que Younès et Houssaine ont commencé à se radicaliser, sous l’influence de cet imam", a confié à l'AFP le grand-père de Younès, qui était né dans la modeste maison familiale avant de partir pour Ripoll avec ses parents.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2017

L'autorité antitrust européenne craint que la fusion Essilor-Luxottica ne réduise la concurrence sur le marché des verres de lunetterie.

Publié le 26/09/2017

Le miroir Miralite Connect est équipé d'un petit écran avec une connexion Wi-Fi...

Publié le 26/09/2017

UAF Life Patrimoine a choisi de connecter directement son extranet à O2S pour accroître la productivité des CGPI...

Publié le 26/09/2017

Ulrike Steinhorst succède à Michèle Remillieux au Comité des Nominations et Rémunérations...

Publié le 26/09/2017

Akka a enregistré un chiffre d'affaires de 666,5 ME sur l'ensemble du premier semestre 2017...

CONTENUS SPONSORISÉS